La veille et les études médias : Quand « savoir » rime avec « pouvoir »

8 novembre, 2008 8 novembre, 2008   8 novembre, 2008 0 commentaire

Xavier Domenech-Cabaud – Responsable des Relations Presse & Publiques – Kia Motors France

 

 

 

La veille et les études médias : Quand « savoir » rime avec « pouvoir ».

A l’heure où l’efficacité régit toute activité commerciale, il est des adages qui, avec le temps, se révèlent être, plus que jamais, d’actualité. Parmi ceux-ci, « Le savoir est le pouvoir », en est la plus belle illustration .

« Le savoir » : identifier, analyser les retombées.

La veille et les études médias permettent, à toute société en bénéficiant, d’appréhender sa présence médiatique et de connaître avec précision quel média parle de l’entreprise et/ou de ses produits, quand et comment. Quelle entreprise aujourd’hui pourrait se passer de contrôler sa réputation et son positionnement face à ses concurrents ? La veille permet de connaître, dans un délai très court, ce que disent les médias sur l’entreprise ou ses produits et ainsi de contrôler l’impact de sa communication sur l’ensemble des médias. Les études, quant à elles, par leur approche analytique qualitative et/ou quantitative mettent en lumière des tendances et des opinions qui vont nourrir, au quotidien, l’orientation à donner aux messages destinés à la presse. Si la veille est indispensable, les études médias sont laissées à l’appréciation des entreprises. Mieux vaut y faire appel car les études génèrent une connaissance plus approfondie de l’environnement médiatique dans lequel les sociétés évoluent.

« Le pouvoir » : agir de manière constructive et/ou corrective.

A partir du moment où l’information est identifiée, elle peut être principalement utilisée de deux façons distinctes et/ou conjointes : A) de manière constructive dans le cadre d’une communication à destination de la presse, d’une stratégie RP par exemple et/ou B) de manière corrective dans le cadre d’une information mal comprise, imprécise ou dans une situation de crise, par exemple, pour le cas le plus extrême.

A) La construction d’une communication, d’une stratégie : dans notre cadre automobile, la veille ET les études médias nous permettent notamment de soutenir les trois valeurs fondamentales de Kia Motors France que sont la qualité, la fiabilité et le dynamisme. Pour ce faire, en plus d’une couverture automobile classique, nous cherchons à communiquer autrement pour sortir des sentiers battus et ressortir du paysage médiatique français. La veille et les études nous permettent ainsi d’orienter quotidiennement et distinctement nos directions et nos choix.

B) La correction d’une information, d’une situation. Dans les cas les plus classiques, il s’agit simplement de corriger certaines informations erronées et/ou incomplètes.

Dans le cas le plus extrême d’une communication de crise, les outils de veille et d’études sont indispensables car, dès lors qu’une crise survient, il faut remonter jusqu’à sa source et, en parallèle, pouvoir surveiller ce qui se dit, par qui, quand et comment pour agir dans les plus brefs délais.

Ainsi, les entreprises faisant appel à la veille et aux études médias paraissent être bien mieux armées pour affronter les enjeux et pièges des marchés sur lesquels elles se trouvent. C’est bien la preuve que les actions mises en place par ces sociétés, et découlant des informations recueillies, sont fructueuses. Ainsi, « savoir » rimerait-il bien avec le « pouvoir » ? Oui, sans aucun doute.

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire