Le monde change ! Quelle banalité…

8 novembre, 2008 8 novembre, 2008   8 novembre, 2008 0 commentaire

Gilles de Florival – Consultant et formateur

 

 

 

Le monde change ! Quelle banalité…

Pardonnez moi de commencer mon article en enfonçant une porte ouverte mais, force est de constater que l’évidence du changement est particulièrement criante dans nos métiers de la communication.

En effet, que recherche les entreprises en période de crise sinon à sauver les meubles ? Peu d’entre elles sont enclines à investir des sommes importantes dans des stratégies de communication lourdes. Du coup, que demande t’on aux communicants que nous sommes ? Faire plus et dépenser moins.

Ce challenge est particulièrement vrai pour les PME PMI dont les moyens ont considérablement diminué. Seuls les grands annonceurs, à quelques exceptions près, restent sur des schémas classiques incluant des investissements publicitaires importants.

La sélection des cibles des entreprises est de plus en plus pointue et les solutions adaptées aux exigences économique du temps. L’éclosion des techniques de communication hors média prouve que l’imagination est au pouvoir : street marketing, guérilla marketing, buzz internet, web TV … sont dans la bouche de chacun de nous, en particulier des jeunes professionnels que j’ai l’honneur de former.

Et les relations presse là dedans ? Que deviennent-elles ? Que devient cette vielle technique issue des origines de la presse qui consiste à faire passer des informations en essayant de convaincre les rédacteurs en chef et les journalistes de l’opportunité de parler de telle ou telle entreprise ou produit.

Les relations presse sont, plus que jamais installées au cœur des stratégies de communication des entreprises. Elles sont incontournables pour répondre aux exigences de ciblage imposées par les circonstances.

Ce constat est positif pour les professionnels du hors média et les attachés de presse car il suppose la pérennité voir un développement de ces métiers.

Toutefois, j’émets un bémol à cette évolution encourageante et probablement durable pour tous les jeunes qui ont choisi ce métier des relations presse. Il va falloir être malin, différent, intelligent, obstiné et performant pour obtenir de la presse ce que l’on en attend d’elle.  En effet, le journaliste est devenu une cible systématique. Les sollicitations sont trop nombreuses, les dossiers de presse sont empilés sur les bureaux, les communiqués envahissent les écrans d’ordinateur, le journaliste est au bord de la saturation et soumis aux pressions extérieures. Il ne faut donc pas provoquer son hostilité.

Oui, nos métiers ont un bel avenir mais attention de ne pas faire des relations presse la solution à toutes les problématiques de communication. Ce serait une erreur grave.

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire