Comment définiriez-vous la communauté des blogueuses beauté?

28 janvier, 2011 28 janvier, 2011   28 janvier, 2011 0 commentaire

Christel Niquille, Blogueuse influente, dirige “30 ans en beauté“, blog et Web TV indépendants spécialisés dans la beauté.

 

En 6 questions, elle nous livre une analyse complète et passionnante sur l’univers des blogueuses beauté et leurs relations avec les Marques.

Comment définiriez-vous la communauté des blogueuses beauté?

La communauté des blogs beauté, composée de jeunes femmes (et quelques hommes aussi !) passionné(e)s est plus confidentielle que celle consacrée à la mode. On trouve ainsi au sein de cette communauté : les tambouilleuses (les passionnées de cosmétique “home made” proposant leurs recettes), les nail arteuses (les passionnées de nail art qui partagent leurs créations), les fans absolues de make-up (très actives sur YouTube via des tutoriels) et enfin les blogeuses-testeuses, plus généralistes, qui passent en revue les tendances et nouveautés produits et dispensent des conseils. Étonnamment, la France est le marché du parfum et du luxe mais très peu de blogs beauté personnels se sont spécialisés dans cet axe.

Qu’est-ce qui fait que vous allez reprendre une actualité plutôt qu’une autre sur votre blog?

Plusieurs critères : la cohérence avec ma ligne éditoriale, l’originalité du concept produit/service, l’expérience personnelle – je teste chaque produit/service cité sur mon blog et enfin le caractère unique, voire exclusif de l’actualité. Mais le contenu du blog n’est pas principalement dicté par l’actualité, mais aussi par mes observations personnelles, mes lectures et mes découvertes à l’étranger.

En 2010, quelles campagnes de communication (RP)  ont particulièrement retenu votre attention et pourquoi?

En beauté, les campagnes restent majoritairement basées sur des rencontres ou envois classiques de produits, avec ou non un concours à l’appui pour toucher le plus grand nombre. Ces campagnes ont leur efficacité, mais en tant que lectrice, on peut vite se lasser et même douter de la pertinence de l’article vu et revu X fois sur les blogs. Les campagnes réalisées avec les blogueuses mode me semblent mieux ciblées mais aussi « implicantes » pour les blogueuses. C’est le cas par exemple de Lancel ou encore d‘André qui ont intégré quelques blogueuses dans le processus de création d’éditions limitées. Une expérience produit inédite où la marque joue à la fois la carte de la proximité et du rêve.

Comment définiriez-vous vos relations avec les Marques de cosmétiques?

Cela dépend si la relation est gérée par un service presse classique, un expert en RP interactif ou alors le créateur de la marque, et donc de leur connaissance et intérêt de la blogosphère. Les blogs deviennent des médias, mais ne peuvent tout à fait être traités comme tels. La dimension personnelle et passionnée reste importante et un défi pour les marques. Pour certaines, c’est « je t’aime, moi non plus » : il suffit d‘une revue peu flatteuse sur un de leurs produits pour que le service presse ou leur agence cesse tout contact ! Certaines marques (souvent émergentes ou ayant développé une expertise en web 2.0) savent très bien gérer ce type de situation, qui peut être l’opportunité d‘un dialogue approfondi ou source d‘insight voire d‘optimisation de produit/service. Ainsi certaines marques ont tenu compte de mes revues pour améliorer leur packaging ou encore leur communication.

Quelles sont, selon vous, les tendances phares en matière de beauté et cosmétiques pour 2011?

2011 devrait être l’année de la continuité : les tendances majeures de 2010 demeurent et on mise sur les valeurs sûres avec notamment la reformulation de produits stars, une nouvelle identité visuelle pour des marques bien établies, le développement de parfums de maisons haute couture ou encore le retour nostalgique d’anciens produits. 2011 sera aussi l’année de la consolidation, notamment dans le segment du bio toujours très porteur. Par ailleurs, certaines marques consentent à de nouveaux arbitrages, réduisant notamment leur budget RP classiques pour investir dans une distribution en pleine transformation, le dialogue avec leurs consommateurs (via les médias sociaux notamment) ou encore le développement de services/conseils personnalisés autour de leur offre existante.

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire