Table ronde Créativité RP

19 juillet, 2011 19 juillet, 2011   19 juillet, 2011 0 commentaire

Il y a des limites à la créativité…

 

Nouvelle semaine, nouveau billet. Cette fois ci, j’ai pris le parti d’évoquer pour vous ce que nous avons abordé de plus sérieux sur la créativité en matière de RP (à une condition : parlons-en avec le sourire, évidemment !). Mais malgré tout, il faut le savoir : on ne plaisante pas avec une opé !

De sa conception encore toute théorique, à sa réalisation dans la vraie vie, qui dit opération décalée, créative, dont le but est d’être vue, dit aussi prise de risques, et limites fortement repoussées. …Oui mais… Jusqu’où ?!

Pour Christopher, les choses sont simples : les valeurs de l’entreprise décrivent naturellement les limites à ne pas franchir. Exemple : chez Michel&Augustin, un lancement de produit, des éléments d’actualité (une venue de Bill Gates, le très triste décès de Mickael Jackson par exemple) sont des occasions de prendre la parole. Dans tous les cas, l’idée directrice est de faire sourire. Les limites ? Respecter les valeurs essentielles pour la marque. Ainsi, naturellement, les contours se dessinent. Pour eux ça sera : sens de l’effort (il en faut quand on s’attaque à un secteur investi par de très, très grosses multinationales !), de l’entreprenariat, du sport (souvenez-vous, le vélo de livraison), de la santé et de la solidarité (d’ailleurs, n’oubliez pas votre kit de l’été !).

Chez Ubi Bene, célèbre pour certaines péripéties (synonyme : opération décalée et réussie), les limites sont parfois faites pour être dépassées, si la réglementation en vigueur est un peu… rigoureuse. Evidemment, l’idée au préalable, c’est de mesurer le risque : si l’on accepte le principe de franchir les limites, en matière règlementaire, il y a forcément des risques. Aller visiter les coulisses d’un commissariat en est un. On accepte ou pas. Lorsqu’il s’agit de tagger le trottoir avec un pochoir devant le domicile de blogueurs renommés pour appeler leur attention et monter une opé, on franchit une limite juridique. Là, peu de risques. Lorsqu’on habille la statue parisienne de la liberté du maillot de Tony Parker, pour donner quelque visibilité à l’équipementier qui le soutient : risque aussi. Et même double risque : que ça déplaise aux autorités (ce fut le cas) et que l’éventualité d’une chute soit, de façon réelle, plus élevée que prévu (ouf !… Imaginez un peu…Un courant d’air et…hop ! Ca fait haut comme plongeon !). Bon, repousser les limites, « oui » pour Thierry Reboul : avec modération et discernement, bien sûr.

Autre limite, mais là c’est plutôt une question de bon sens : on reste correct et on s’abstient de froisser ou choquer en s’attaquant à des sujets authentiquement graves sur un ton inapproprié.

Surprendre, faire sourire… Les émotions positives sont les stratégies gagnantes d’une créativité qui chemine vers la réussite. Dans le prochain billet, je vous raconterai ce qui s’est dit sur la créativité RP et les sous. Ca compte aussi ça, en général…

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire