Les relations presse à portée des néo-créateurs

9 mai, 2012 9 mai, 2012   9 mai, 2012 0 commentaire

Pauline Savary, Consultante RP en charge de la Mode et des Accessoires chez CHAMAREL, et Linda Timoh, fondatrice de ICONSVOICE, Agence de Développement Jeunes Créateurs, se sont associées pour dénicher les talents de demain dans un secteur niche et florissant en mal de visibilité. Pauline nous livre ses impressions …

 

D’où vous est venue l’idée de cette association ?

L’idée est née de ma rencontre avec Linda Timoh au début de cette année. En parallèle avec mon activité de Consultante en Relations Presse, je tiens un blog professionnel où j’informe mes lecteurs sur le métier que j’exerce et les thématiques en cours dans le secteur des RP. Ma plume a attiré son attention et elle m’a contacté afin que je participe au “Lab” (blog) de son site Internet. Linda Timoh dirige une agence de développement jeunes créateurs. Elle propose un accompagnement marketing et commercial aux marques et lance bientôt un salon professionnel en ligne qui viendra renforcer son activité.

 

Lorsqu’elle m’a parlé de son projet et qu’elle m’a présenté les créateurs remarquables avec qui elle collabore, j’ai tout de suite remarqué que nous avions des goûts en commun et une vision similaire quant aux besoins nécessaires de ces talents de demain. Personnellement, j’ambitionnais de développer le pôle Mode & Accessoires de Chamarel; mon secteur de prédilection. Très vite, j’ai proposé à Linda Timoh de créer un partenariat entre nos deux agences afin de proposer une offre jumelée adaptée à la réalité de ces nouveaux acteurs du marché de la Mode, et à 360° vu que www.iconsvoice.com couvre les aspects marketing et commercial et Chamarel, la communication. Tout ce qu’il faut pour aider les jeunes créateurs à développer leur marque et devenir plus indépendant.

 

Quelles ont été vos motivations ?

En tant qu’agence de communication, nous avons une vision très stratégique. Nous n’avons pas la volonté d’être un simple showroom où les journalistes et les stylistes se rendent pour faire un shopping. Cela, n’importe qui peut le faire. Notre but est que chaque marque fasse l’objet d’une vraie stratégie, et non d’une simple mise en avant, afin qu’elle se distingue.
Notre volonté est de relever de vrais challenges; et ces challenges se rencontrent aujourd’hui auprès de jeunes créateurs qui n’ont encore jamais communiqué ou des marques qui souhaitent changer de stratégie et/ou d’image.
De même, nous vouons une véritable passion aux marques. Le milieu des jeunes créateurs est, selon nous, un secteur niche florissant et nous voulons y prendre part.
Ici, nous avons pour objectif de nous repositionner en tant que dénicheuses des talents de demain. Les “néo-créateurs”, tels que Linda et moi les appelons, ont besoin d’être repérés, choyés, soutenus, accompagnés et aiguillés vers la bonne direction. Il n’y a rien de plus gratifiant que de participer à la mise en place d’une marque prometteuse et pleine d’ambition.

 

Quelles sont les particularités ou les besoin des jeunes créateurs en terme de communication/RP ?

Nous rencontrons beaucoup de créateurs et de marques qui ont un talent fou. Or, les premières années de leur existence, ils doivent mener de front une multitude d’actions en parfaite adéquation et ce, en parallèle avec les mêmes impératifs en terme de cohérence stratégique que rencontrent toutes marques. Seulement, ils ne disposent pas des mêmes ressources (humaines, financières, de réseaux et de compétences). Une fois qu’ils ont fait leurs premières preuves (commerciales), la visibilité reste un gage important de crédibilité. En effet, de plus en plus d’acheteurs professionnels souhaitent une revue de presse pour juger de l’attention que génère la marque. Chaque année, trois mois avant chaque salon professionnel, nous sommes contactées par des créateurs qui nous demandent d’obtenir des parutions dans la presse pour eux en prévision de ces salons. Ils savent que les relations presse sont importantes, que d’avoir une couverture médiatique est primordial. Toutefois, ils ignorent en quoi cela consiste exactement et le travail et le temps que cela requiert. De même, ils hésitent à se lancer dans une campagne RP car ils ne savent pas vers qui se tourner, faute de posséder le bon réseau (adaptation du budget). Enfin, il y a le problème des moyens financiers. Les relations presse représentent un investissement.
Notre job est de leur faire comprendre notre rôle et notre influence dans le processus d’achat des acheteurs professionnels ainsi que de répondre à toutes leurs interrogations concernant notre métier et leurs besoins en communication et de s’adapter à leur réalité.

 

Quelle place occupent les réseaux sociaux dans leur stratégie? (Pinterest ? Instagram?…)

Le Web 2.0 est un moyen simple de se créer une présence sur le Net; notamment grâce à Facebook où la marque peut fédérer une communauté, Twitter via lequel elle peut diffuser des infos rapides et créer le dialogue, Instagram partager son quotidien en images et Pinterest attirer l’attention sur ses produits en partageant ses plus belles photos, par exemple.
Mais, il ne suffit pas d’être “là”. Une stratégie Web se pense. Toute la subtilité de gérer son social networking est de ne pas utiliser chacun de ces outils de la même manière mais de créer un contenu exclusif à chaque fois et de savoir quoi dire, quoi modérer, quoi éviter, etc… De ne pas tomber dans un discours trop marketing ou trop personnel ou trop familier ou….
À ce jour, la place des réseaux sociaux dans une stratégie de communication est très importante. Les marques, surtout lorsqu’elles se lancent, ne peuvent ignorer ce fait car souvent, une e-boutique est le choix évident vers lequel elles vont se porter en premier; le temps de faire vivre leur réseau de distribution. Et pour faire fonctionner une e-boutique, il faut être en ligne.

Linda Timoh: Directrice de Iconsvoice
Pauline Savary: Consultante RP chez Chamarel

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire