Magali Rubino, Chargée de Relations Médias d’Oxfam France

1 juin, 2012 1 juin, 2012   1 juin, 2012 0 commentaire

Culture RP a rencontré Magali Rubino, Chargée de Relations Médias d’Oxfam France

Quelle est l’importance selon vous des RP dans une stratégie de communication ? Le programme Culture RP vise à valoriser la dimension stratégique des RP, qu’en pensez-vous?

Il est évident que les RP sont un des socles d’une stratégie plus globale de communication et, dans notre cas chez Oxfam, d’information et de mobilisation.
Expliquer à une heure de grande écoute sur une radio que le commerce des armes est aujourd’hui moins régulé que le commerce des bananes, c’est déclencher chez l’auditeur une prise de conscience et, nous l’espérons, une envie de s’impliquer.

Quelle est la spécificité de votre approche RP chez Oxfam ?

Le réseau Oxfam agit sur tous les volets pour lutter contre la pauvreté (urgence, projets de développement, campagnes…). En France, nous travaillons principalement sur les campagnes, mobilisation et plaidoyer ; en ce sens, les médias sont essentiels pour sensibiliser les citoyens sur nos thématiques, et les pousser à l’action avec nous. Nous voulons montrer une autre facette des pays du Sud, loin de tout misérabilisme. Quand nous parlons de l’aide publique au développement, c’est pour montrer qu’elle est utile, qu’elle sauve des vies, qu’elle représente une opportunité pour des millions de personnes vulnérables dans le monde.

Avec des budgets de communication limités, les médias sont une caisse de résonance indispensable pour faire passer nos messages, notamment la presse quotidienne régionale qui est un formidable moyen de toucher les citoyens.

Peut-on parler de « Culture RP » au sein d’Oxfam?

Je ne parlerais pas de « culture », nous voyons les médias comme un vecteur, un intermédiaire essentiel pour faire passer nos messages vers le grand public ou vers certains décideurs. Les relations médias viennent en soutien aux autres activités de l’association. En revanche, je pense que nous avons cette culture de rapidité, de réactivité, qui plaît aux médias, par exemple lorsqu’est officiellement annoncée une liste noire des paradis fiscaux et qu’elle est quasiment vide, nous réagissons rapidement, et avec humour, pour dénoncer une mascarade qui ne s’attaque pas réellement à la question de l’évasion fiscale.
Notre travail médias est essentiellement en lien avec nos campagnes de mobilisation et de plaidoyer, cela fait partie de nos outils d’action en tant qu’association militante. Mais nous développons également d’autres actions plus institutionnelles comme les magasins ou le Trailwalker, un évènement sportif et solidaire que nous organisons depuis trois ans en Bourgogne. Dans ce cadre, nous sommes en contact avec des journalistes au profil et aux attentes bien différents de ceux avec lesquels nous parlons habituellement : changement climatique, protection des civils en Afghanistan ou impact des agrocarburants sur la sécurité alimentaire et nous avons donc dû réfléchir à une nouvelle manière de communiquer!

Lors du lancement d’une campagne ou d’un événement, dans quelle mesure une campagne RP influence-t-elle les comportements de la population ciblée ou le nombre de visiteurs ou….?

Nous constatons une hausse de la fréquentation de notre site internet quand nous sommes plus présents dans les médias. Par exemple, je me souviens avoir reçu un coup de fil pendant la diffusion d’un reportage sur la Bouquinerie rue Daguerre à Paris sur France 3 pour me demander comment nous aider !
Les signatures de pétitions aussi peuvent augmenter, mais de manière moins systématique, les personnes ont besoin de plus d’information, les RP représentent dans ce cas pour nous un coup de pouce pour mieux parler de nos actions.

Rôle du Web 2.0, des réseaux sociaux… au sein de ton organisation?

Les réseaux sociaux sont indispensables aujourd’hui pour mobiliser le plus grand nombre. Notre campagne pour une « Taxe Robin des Bois » a été l’année dernière l’occasion de tester de nouvelles actions et le résultat a été très positif. Les internautes ont pu afficher des twibbons sur leur profils, interpeller des décideurs, poster des vidéos de la campagne (celle tournée par Richard Curtis, le réalisateur de Love Actually avec Bill Nighy a été vue plus de 20 000 fois !), disséminer des chapeaux vert de Robin dans leur ville. C’est un moyen de proposer des actions concrètes et imaginatives en même temps.
Lors de la manifestation de l’alter G20 à Nice en novembre dernier, nos militants portaient des pancartes où étaient écrits des messages reçus du monde entier par Facebook et Twitter, une manière d’être au cœur des mobilisations même si on habite à l’autre bout du monde !

En période de crise économique, le poste « Relation medias » est-il touché ou prend-il une autre tournure ?

Le secteur associatif est bien entendu touché par la crise. Nous avons la chance d’être soutenus par des donateurs très fidèles et convaincus. Comme expliqué, le poste relations médias vient vraiment appuyer nos actions de mobilisation et de plaidoyer, c’est donc un poste important à préserver. En revanche, comme dans toute petite structure, ce poste est souvent un peu polyvalent, notamment en période de crise, où on peut être amenés à faire des activités complémentaires de communication, et pas seulement des RP !

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire