Anne Testuz, une professionnelle de la communication toujours à l’affût de l’air du temps

1 juillet, 2013 1 juillet, 2013   1 juillet, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Anne Testuz, fondatrice de l’agence Anne Testuz Communication.

Pourquoi avoir voulu créer votre agence ?

Cette envie maturait depuis un certain temps déjà… Une conjonction de plusieurs raisons, à la fois personnelles et professionnelles : avec mes 15 années d’expérience et d’expertise dans le domaine des RP & de la communication au sein de grandes entreprises, une aspiration de plus en plus forte à la liberté et à l’autonomie. Fuir aussi un mode de fonctionnement en service intégré qui m’étouffait. Et surtout une prise de conscience que le monde des RP subissait une « révolution pas si tranquille » que je voulais accompagner !

Quelles sont les 4 valeurs que vous souhaitez mettre en avant?

Notre valeur première est le «Sur-mesure» : les RP mutent…ce n’est plus un secret pour personne…Finie, révolue l’époque des mailings, des communiqués de presse sans âme et des journalistes relancés par des stagiaires ! Aujourd’hui nos publics sont multiples, les moyens de les atteindre se sont également démultipliés avec les réseaux sociaux – entre autres. Au sein de l’agence, nous nous attachons à communiquer «unique»: la communication doit donc être « sur-mesure », différenciée.  Nous nous attachons également à apporter des solutions ciblées et rapides aux communicants : le temps des grandes agences généralistes est révolu. « Efficacité & suivi » car aujourd’hui le ROI, ne soyons pas naïfs,  est la priorité N°1 des décideurs. Et enfin, « Confiance & Transparence » : la taille humaine de notre équipe (6 personnes), notre expérience, et la traçabilité de nos interventions sont un gage de tranquillité pour nos clients.

Comment communiquer vrai, humain, social et efficace en 2013?

Avec la sur-communication à outrance, la mondialisation et les réseaux sociaux, nous sommes rentrés dans un “marché de conversation” : une bonne agence de communication doit intégrer et comprendre ces nouveaux comportements : elle doit donc veiller, écouter, prendre la parole, inventer, engager, fidéliser et atteindre finement son objectif : On parle de “Brand Content” pour une marque, de “Personal Branding” pour une personne publique et plus de “Story Tellling” plutôt que de message publicitaire. Le public très saturé a besoin qu’on lui raconte une histoire et si possible la plus originale, humaine, motivante, fun et vraie possible. Et qui colle à sa vie, sa réalité, ses aspirations, le contexte économique, etc…

Le bon timing pour le bon message au bon public, comment faites-vous?

Diffuser un message intelligible dans les bons canaux aux bons publics cela se prépare en amont d’une campagne, d’une stratégie de communication. On réfléchit avec le client au bon timing selon l’actualité, l’agenda, les tendances pour trouver un meilleur écho. On cible le ou les publics visés et on adapte aux meilleurs canaux en fonction. Les réseaux sociaux ont un impact assez sensible et différent selon les tranches d’âges, les CSP, les saisons, l’actu ou les heures de diffusion par exemple.

Le métier de Relations Publics, Presse, Médias et Événementiel doit intégrer dans sa vision et sa démarche la compétence d’un Community Manager, selon vous pourquoi?

Dans ce nouveau  « marché de conversations »,  le métier de Community Manager s’avère non seulement indispensable mais primordial. Le Community manager est un chef d’orchestre, un « Master Of Ceremony » de l’action de communication. A l’épicentre de la communauté du Client, il diffuse l’information, lui donne sa saveur, la connote même (sérieuse, drôle, pédagogique, informative, etc…). Cette nouvelle compétence métier doit donc s’intégrer obligatoirement aujourd’hui au métier de Relations Publics et aux prérequis de la communication plus traditionnelle (Presse, TV, etc…).

Le RP aujourd’hui se doit donc de maîtriser les codes du community management, même si il ne les gèrent pas lui-même. Maîtriser ses fondamentaux, ses rouages, ses astuces permet lors de l’établissement d’une stratégie globale d’anticiper et de prendre en compte la réceptivité de la communauté à laquelle il va s’adresser. Et de prendre une place de tour de contrôle positive et influente. A l’inverse, Le community manager, formidable ambassadeur et leader de relais d’opinions, se doit également de maîtriser les fondamentaux des RP.

Maîtriser et influer sur sa notoriété, quels sont les impératifs aujourd’hui, quels sont les dispositifs à mettre en place?

Repérer tout d’abord les relais d’opinions, les influenceurs, les ambassadeurs, les prescripteurs, les contributeurs, appelez les comme vous voulez ! Il faut établir une relation très fine avec tout le réseau qui se crée et s’entretient autour d’une marque, société ou personne. Pour en tirer le meilleur, pour en gérer les crises, pour en extraire du contenu prescripteur et le relayer au plus grand nombre.
Une notoriété se constitue petit à petit, mieux que le buzz soudain qui peut s’éteindre très rapidement. Il vaut mieux réfléchir sur le long terme, construire une légende durable ou une promesse réelle qui va plaire selon les tendances du moment, sur des bases solides.

Communiquer vrai, du sur-mesure, du signifiant ; du différencié et du sens. Mais aussi social, local, durable, humain avec des messages novateurs ou des promesses authentiques et lisibles, cela impacte plus que la langue de bois insupportable ou la propagande « grosse machine » !

Bref, apporter de la plus-value et non surenchérir à la « sur-information ».

Liens :
www.annetestuz.com
https://www.facebook.com/AnneTestuzCommunication
twitter : @annetestuz

 

 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire