Louisa Amara, Community Manager au sein d’Orange…

21 octobre, 2013 21 octobre, 2013   21 octobre, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Louisa Amara, une trentenaire qui cumule les mandats comme de nombreuses personnes de sa génération. RP et CM le jour, pigiste le soir

 

 

Quelles actions menez-vous en tant que Community Manager au sein d’Orange ?

Je dois animer le compte Twitter du service de presse Orange, @presseorange, suivi par des journalistes, blogueurs, salariés, clients, etc. Donc je relaie les actus du Groupe Orange, et elles sont nombreuses, puisqu’Orange est présent dans 32 pays, sans compter les filiales, Orange Business Services, etc. Cela passe aussi par le livetweet d’événements : petits déjeuners presse, conférences de presse, lancements, etc.  Mais je relaie aussi les actus du secteur des telecoms, high tech, réseaux sociaux, etc.  J’essaie aussi de me rendre disponible pour « initier » mes collègues aux joies de Twitter.

Twitter est un outil de communication indéniable aujourd’hui mais pour une entreprise, que tweeter, que retweeter ?

La première mission est de relayer les actus de l’entreprise mais il ne faut pas se limiter à ça, sinon ça donne l’impression d’être là uniquement pour vendre sa soupe. Donc tweeter, retweeter l’actu de son secteur, en étant assez large, peut intéresser plus de monde. Une petite pointe d’humour et de fantaisie est la bienvenue. On peut être corporate et humain.

A l’occasion de l’événement #virageNancy, il a été dit : « Ne dites plus « attaché(e) de presse » mais « Conseil en relation avec les médias »". L’attachée de presse d’aujourd’hui est-elle le Community Manager de demain ?

Pour les PME, ou pour un événement ponctuel, ça peut fonctionner, mais dans des structures plus importantes, c’est beaucoup trop compliqué. La charge de travail est trop importante pour mener de front les 2. Mais il est indispensable qu’un attaché de presse sache utiliser Twitter, pour sa veille, ses recherches etc. Il/elle n’est pas obligé d’être actif et de tweeter régulièrement, mais il doit savoir l’utiliser. Evidemment ce constat vaut aussi pour les journalistes. Un responsable de l’AFP a même dit il y a un an déjà que selon lui, pour un journaliste, ne pas être sur Twitter relève désormais de la faute professionnelle. Je modère ce propos en précisant qu’on n’est pas obligé d’être présent, avoir un compte actif, mais savoir l’utiliser au moins pour suivre l’actu.

Quelle est la question qu’on vous pose le plus à propos de Twitter ?

« Qu’est ce que j’ai le droit de tweeter ? » « Je ne sais pas quoi tweeter » « Ce n’est pas trop chronophage, je n’ai déjà pas le temps pour Facebook ? »

Venant de collègues ou pas, je leur précise simplement qu’il faut avoir un peu de bon sens et relire son contrat professionnel. On a quasiment tous une clause de confidentialité, donc à partir de là tout est dit. Pour autant on a le droit de parler de choses amusantes qui se seraient passées au bureau tant que ça ne nuit pas à notre employeur ou nos collègues. Orange a d’ailleurs un guide des bonnes pratiques sur les réseaux sociaux, dont se sont inspirées plusieurs entreprises : http://www.orange.com/fr/smgsite/guides-des-medias-sociaux-pour-Orange

De mon côté, sur mon compte perso @Louisa_A, je parle de sujets très variés, je ne me limite pas à relayer uniquement les actus de mon employeur comme certains de mes collègues le font. Il suffit donc de parler des sujets qui vous passionnent, vous touchent, vous révoltent etc, être soi tout simplement. A vous de fixer les limites, personne ne vous oblige à parler de choses trop personnelles ou intimes.

Vous animez également deux blogs… Expliquez nous le concept de ces blogs.

J’ai ouvert tumblr en avril 2012 et un blog WordPress, depuis juin 2012. Le but était d’avoir un espace d’expression un peu plus vaste que Twitter mais simple. Tumblr a un fonctionnement élémentaire au moins pour les bases, et c’est le royaume des gifs, que j’adore. Je voulais aussi améliorer un tout petit peu mon référencement. Ainsi, si un recruteur me « google-ise », outre mon profil LinkedIn, il tombera aussi sur cette petite vitrine qui montre ce que j’aime, ce qui m’amuse, un bout de ma personnalité en somme. Pour le WordPress, ça demande plus de temps, et je n’en ai pas donc je l’alimente par scoop-it en ajoutant un commentaire. Si j’ai un peu plus de temps, j’écris des billets d’humeur, tests beauté, cuisine, un peu de tout, je ne me restreins pas à une rubrique. Il y a parfois des pics d’audience parce qu’un de mes billets a été repris par un site ou page facebook populaire. C’est arrivé récemment pour mon billet sur la pression sociale que subissent les trentenaires nullipares, repris sur la page Facebook d’Osez le féminisme, plus de 400 likes, je m’y attendais pas ? Je saurai désormais que je peux les mettre en copie d’un tweet ou post la prochaine fois que j’écrirai sur le sujet.

Quels conseils pourriez-vous donner aux blogueurs en herbe ?

Je suis plutôt lectrice de blogs que blogueuse moi-même, donc je leur conseillerais d’en lire beaucoup. Non pas pour s’en inspirer mais pour comprendre la mécanique d’un blog et faire vivre le leur comme ils l’entendent. Eviter de contacter/relancer les marques avant d’avoir quelques publications et plusieurs mois d’existence. Il ne faut pas créer un blog dans cette optique, c’est avant tout un espace d’expression personnelle. Travailler le graphisme, se faire aider si besoin. J’aime beaucoup le blog de Carnet Prune par exemple, très doux, frais, on a envie de lire dès le premier coup d’œil. Tenter d’avoir une certaine régularité dans les publications, même courtes, cela peut-être de simples relais de news avec commentaires, par exemple. Ah et évidemment, avoir un compte Twitter et Facebook pour relayer vos articles/ billets. Ne pas hésiter à mettre en copie d’un billet ceux qui pourraient le trouver intéressant et le relayer, mais sans flooder non plus.

 

 

 

 

 

 

Entretien mené par Cécile Blineau.

 

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire