Coulisses RP au Salon du livre et de la presse de jeunesse

27 novembre, 2013 27 novembre, 2013   27 novembre, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Sylvie Vassallo, Directrice du Salon du livre et de la presse de jeunesse.

Les RP du Salon du livre et de la presse jeunesse se préparent combien de temps à l’avance ?

Nous nous préparons presque un an à l’avance. C’est-à-dire que nous engageons la préparation du prochain Salon dès la fin de celui qui est en court. Le premier temps consiste à faire le bilan de nos résultats en presse. Combien d’articles, de reportages…combien de journaux, magazines, radios, télés… En fonction de cet état des lieux, nous établissons des priorités pour l’année à venir, nous vérifions nos fichiers. Jusqu’au printemps, nous effectuons un travail de veille et de mise à jour, moins intense bien sûr que dans la période actuelle. Dans cette période, nous tentons aussi de rendre visible en presse un certain nombre des actions que nous menons à l’année. Le rythme s’accélère à l’été et à la rentrée avec mise à jour des nouvelles grilles de programme, début des communiqués de presse, rencontres avec des journalistes…

Quelle est la stratégie RP déployée pour Le Salon du livre et de la presse jeunesse ?

Nous avons un événement à la fois très grand public et très professionnel. Notre ambition est de couvrir ce spectre relativement large, en s’adressant à la presse professionnelle, à la presse spécialisée, à la presse culturelle, à la presse jeunesse, et à tous les vecteurs de la presse grand public. Nos partenariats presse sont un indicateur de cette stratégie avec nos partenaires médias : Télérama, Le Monde, l’Humanité, J’aime lire, Mediapart, Arte, France Info et France Culture.

L’école de livre jeunesse a été créée en 2011 par le salon. A quoi sert-elle ? Quelles sont les actions RP à l’année autour de ce projet ?

C’est une école de médiation à la littérature de jeunesse. Nous y accueillons les professionnels et les bénévoles pour des formations leur permettant d’inclure le livre dans leurs pratiques. Cette école diffuse aussi des outils de médiations littéraires, des malles, un juke-box pour les ados, du numérique… Pour le moment, en RP, nos actions autour de l’école sont plus ciblées en direction de la presse et des professionnels.
161.000 visiteurs, 330 exposants, 2 000 auteurs et illustrateurs en dédicaces, 700 temps de rencontres littéraires et artistiques …

Pouvez-vous nous décrire la journée type de l’équipe RP ?

Le jour le plus terrible est celui de l’inauguration ! De très nombreux journalistes se présentent au Salon. Il faut être attentif à chacun, répondre à leurs sollicitations tout en sachant hiérarchiser son temps en fonction de l’importance du média. Pour certains, on aide à repérer une rencontre, on accompagne la télé dans les allées, on suggère telle ou telle interview, on vérifie que les invités prévus pour telle émission soient bien à l’heure… Et finalement aucune journée ne se ressemble vraiment.

Qu’est ce qui explique le succès de ce salon ?

Un faisceau d’éléments l’explique. La qualité de cette littérature, l’attractivité du programme littéraire, le nombre d’auteurs invités, le fait que toute l’édition soit présente, l’attention que toute la société porte à la lecture des enfants, l’importance accordée à la présence de tous et d’abord des enfants, le travail réalisé en amont pour préparer les visites des classes et des groupes, la qualité de l’accueil, le dynamisme du service de presse qui organise un vrai relais à l’événement…

Pour vous, quelle est la spécificité des RP événementielles ?

La rupture de rythme entre le temps de préparation qui est long et minutieux et l’espèce d’accélération et d’explosion qui arrive le jour J.

Le digital : opportunité ou menace pour la littérature jeunesse ? Quel est sa place sur le salon ?

Nous vivons le digital comme une véritable opportunité pour aller vers le développement de la lecture. Les écritures et les lectures digitales sont complémentaires des lectures papier. De ce fait, nous leur accordons une jolie place. Tout un pôle leur est consacré. On peut y réaliser des découvertes sous forme de démonstration ou grâce à des tablettes XXL. Nous avons aussi créé une bibliothèque numérique et gestuelle, la biblo-connection ainsi qu’un portail de littérature numérique pour que les enfants, les parents et les professionnels se repèrent face à une offre relativement riche en nombre mais pauvre en qualité.

Propos recueillis par Magali Bernier

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire