Le moment est venu! Il faut que je parle! par Pascal Le Guern chroniqueur à France Info

10 décembre, 2013 10 décembre, 2013   10 décembre, 2013 0 commentaire

Culture RP à rencontré Pascal Le Guern, chroniqueur à France Info depuis 2000 où il suit l’activité des entreprises et les questions de consommation. Il est l’auteur de 12 ouvrages et à co-écrit avec Philippe Lecaplain (journaliste et présentateur à RFI) l’ouvrage “Communiquer avec les Médias” au ED Maxima


 

 

Deuxième partie : La prise de parole.

 

Quels sont les fondamentaux d’une interview ?

Toute interview se prépare. Même si l’on est dans un secteur d’activité bien précis depuis plus de 20 ans et qu’on a écrit 3 livres sur son entreprise. On ne va pas à une interview comme on va faire ses courses au supermarché. Il est essentiel de se préparer. Comment ? En imaginant toutes les questions que peut vous poser le journaliste, en imaginant toutes les réponses que vous pourriez apporter, en déterminant un message clé que vous souhaitez absolument faire passer, et si possible en vous entraînant en vous mettant en condition. Lors d’une interview en direct, vous répondrez de façon courte, précise, claire, sans jargon, en étant simple sans être simpliste. Lors d’une interview enregistrée (pour un reportage par exemple), sachez que le journaliste ne prendra que quelques dizaine de secondes de ce que vous aurez dit. Dans cet extrait de vos propos, il faut qu’il y ait un morceau entier cohérent : avec un sujet, un verbe et un complément.

Quels en sont les pièges ?

Il n’y a pas proprement dit de piège dans une interview. Il n’y a que des mauvaises préparations. Si vous avez anticipé toutes les questions possibles que l’on peut vous poser, il y a peu de chances que vous restiez « sec » face à une question. Mais ne soyez pas surpris : même si vous avez préparé les 80 questions qu’on risque de vous poser, le journaliste aura toujours la 81ème question. Et notez qu’il aime passer souvent du coq à l’âne. Le vrai secret d’une interview réussie, c’est donc la pré-pa-ra-tion !

Faut-il s’entraîner au média training ?

Une interview n’est pas une discussion de café. Vous avez peut-être de très bonnes prédispositions pour être un bon interviewé (un « bon client » dans notre jargon), mais pas forcément. Au même titre que si on donne un violon à une personne et à une autre, elles n’auront pas forcément les mêmes prédispositions et ne progresseront pas toutes deux aussi vite. Une interview avec un journaliste est un exercice très précis qui répond à des règles. Il me semble donc essentiel de s’y préparer. Lors d’un média training, je donne un certain nombre de conseils théoriques appliqués. Et je fais de multiples mises en situations filmées avec des analyses à la clé. En quelques heures seulement, la progression des interviewés est spectaculaire. Ayant fait beaucoup de théâtre et de chant, je les coache tant au niveau des messages (le fond) que du paralangage (la forme). Et ce paralangage est très important dans la communication puisqu’un psychologue américain Albert Mehrabian explique que le verbal ne représenterait que 7 %, le vocal 38 % (intonation, débit, pose, etc.) et le visuel 55 % (posture, gestuelle, sourire, etc.) soit 93 % de paralangage.

Quels seraient vos conseils anti-stress ?

Il y en a de très nombreux. Citons-en seulement quelques-uns. Vos interlocuteurs ne perçoivent pas avec la même acuité que vous vos changements physiologiques (le cœur qui palpite, etc.). Il y a donc un fossé considérable entre ce que je ressens moi orateur et ce qui est perçu par mes auditeurs, spectateurs ou téléspectateurs. Il est donc essentiel de relativiser ses émotions. Le meilleur antistress, c’est la respiration. Pas celle que nous pratiquons malheureusement, nous adultes, au quotidien c’est-à-dire la respiration thoracique. Mais plutôt la respiration des orateurs, des comédiens, des chanteurs, des sportifs et des bébés lorsqu’ils naissent : la respiration abdominale c’est-à-dire avec le ventre. Visualisez positivement le jour de votre interview, le moment de votre prise de parole comme le font les sportifs de haut niveau lorsqu’ils ont un match capital à jouer. Et bien entendu identifiez correctement votre public. Qui est-il ou qui sont-ils ? Combien sont-ils ? Quelle est leur moyenne d’âge ? Quelles sont leurs attentes par rapport à votre intervention ? Quel est leur degré de compréhension par rapport à ce que vous allez dire ? Et rassurez-vous : vous ne pilotez pas un A380 et même si vous vous ratez votre interview, il n’y a pas mort d’homme !

Quels ont été vos pires moments d’interview à l’antenne et hors antenne ?

Je suis quelqu’un de positif et je vois toujours la bouteille à moitié pleine. J’ai donc du mal à retrouver un pire moment d’interview. J’essaie toujours d’en tirer des leçons pour le futur. Je me souviens tout de même d’une interview avec un bègue ! Heureusement nous n’étions pas en direct. Mais j’ai quand même mis plus de deux heures à faire le montage ! Ses amis n’ont pas dû le reconnaître tant il parlait bien. Sinon chaque interview est passionnante et l’on en sort toujours grandi intellectuellement. Les problèmes techniques ne sont jamais agréables non plus. Et je me souviens que lors d’une émission télévisée pour TV CNED en direct, une partie du décor s’était effondrée 5 secondes avant la prise d’antenne ! Dernier élément qui me revient en tête : une fâcheuse « fausse route » en avalant une gorgée d’eau juste avant de présenter le 19h sur Europe 1 ! Les 15 premières secondes du journal existent toujours dans les « sottisiers » me semble-t-il !

Est-il selon vous plus difficile d’exercer votre profession ? Et quels en sont les nouvelles contraintes et enjeux ?

Je n’ai pas l’impression qu’il soit plus difficile aujourd’hui d’exercer la profession de journaliste. En revanche pour les jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi, les places sont de plus en plus chères. Internet a évidemment un peu modifié les façons de travailler des uns et des autres et les journalistes, en plus de leur article ou de leur interview, doivent souvent alimenter le site Internet du média pour lequel ils travaillent.

 

Côté Face : Depuis 13 ans Journaliste chroniqueur à France Info. Ancien Présentateur à Europe 1 après plusieurs années passées comme producteur à Radio France et R.F.I. Formateur auprès de grands groupes industriels. Auteur de plusieurs livres sur l’entreprise ou la communication avec la presse.
Côté Pile : Expert en paralangage. Prestidigitateur. Auteur de 10 ouvrages sur la Magie et les jeux de société. A pratiqué le théâtre en tant que comédien et metteur en scène pendant de nombreuses années et travaille le chant lyrique depuis plus de 20 ans.

 

Retrouvez la première partie : Savoir communiquer avec la presse ici

 

 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire