Le magazine des musiques et cultures dans le monde

17 décembre, 2013 17 décembre, 2013   17 décembre, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Marc Bénaïche, Directeur du magazine Mondomix

 

 

 

 

 

 

Présentez nous Mondomix ?

Mondomix est le magazine d’une société métissée et ouverte sur le monde. Les oreilles dans l’époque, soucieux des mouvements qui construisent le monde de demain, Mondomix fait naître le désir et la curiosité pour les richesses culturelles du monde, ses musiques mais aussi le cinéma, le spectacle vivant, la littérature, l’histoire, les voyages…

Mondomix explore et raconte le monde à travers ses cultures et ses musiques. Comprendre comment l’identité poétique d’un peuple peut émouvoir, entrer en résonance et fertiliser l’imaginaire d’hommes et de femmes grandis dans une toute autre culture. Amplifier les murmures et les éclats émouvants de passeurs de frontières et témoigner de la richesse de la diversité des cultures.

En parallèle de la revue Mondomix, Mondomix produit pour la télévision des captations de concerts, des documentaires TV et réalise pour des salles de concerts ou des musées des spectacles multimédias ou des expositions musicales spectaculaires.

Vous avez fait le contraire de beaucoup de médias. Vous avez d’abord lancé votre site web avant de sortir en juin dernier votre magazine version papier. Quelle est votre stratégie ?

L’aventure Mondomix a commencé en mars 1998 sur le web avec l’intuition que le futur de la musique se jouerait sur internet et que ce qu’on appelait encore la « World Music » devait y trouver un terrain d’épanouissement naturel et occuperait une grande place au sein des musiques populaires du XXIème siècle.

Nous avons été reconnus par l’Unesco dès 1999 en obtenant le 3ème prix du meilleur site culturel. Puis en 2003, nous avons lancé un magazine papier gratuit, en 2005 une série télévisée de films courts sur les musiques du monde, depuis 2006 une collection de livres musicaux, en 2007 un film, un spectacle et un Opéra sur la musique du Mali, en 2010 une exposition internationale sur les Musiques Noires dans le monde et en 2013 un magazine en kiosque.

Notre stratégie est celle de permettre au plus large public possible d’accéder à la connaissance des musiques et des cultures dont nous parlons. Avec le web, la télévision, les livres, le magazine gratuit et désormais le magazine en kiosque, nous touchons potentiellement un grand nombre de lecteurs qui s’agrandit au fur et à mesure de nos extensions sur ces différents supports.

En 2003 déjà vous étiez à contre courant. Vous lanciez un bimestriel gratuit alors que l’ensemble de la presse écrite se tournait vers le digital. Comment expliquez-vous cela ?

En 1998 en naissant sur le web nous étions de fait des « digital natives » en nous lançant dans la presse papier nous rentrions de fait dans la « cour des grands ». Passer par le papier était le seul moyen à cette époque d’être reconnu comme de vrais journalistes. 10 ans après cette perception est différente, pour autant le web malgré son ampleur et son emprise n’a toujours pas acquis la noblesse et la reconnaissance du papier.

En juin, pour le lancement de la version papier de Mondomix, quels moyens de communication avez-vous utilisé ?

Nous avons des moyens financiers limités et donc peu de moyens de communication à notre disposition en dehors du bouche à oreille et des moyens mis à disposition par les MLP (notre diffuseur kiosque). Nous comptons sur notre lectorat et sur les réseaux sociaux.

De quelles façons utilisez-vous les médias sociaux ?

Mondomix a été à l’initiative d’un « cluster » réunissant 41 entreprises autour des de la musique, de l’innovation et de la diversité. Avec Paris Mix, ce cluster, nous avons créé un groupement d’employeurs qui permet de mutualiser des emplois dans le champs de l’innovation et nous avons créé  à plusieurs des emplois de webmasters et de community managers. C’est avec eux que nous travaillons sur les réseaux sociaux.

Mondomix le site web, Mondomix le magazine. Quelle est la prochaine étape? Mondomix la radio ?

La prochaine étape c’est une grande exposition musicale, interactive et spectaculaire qui sera présentée à la Cité de la Musique à Paris du 11 mars au 24 aout. Cette exposition raconte l’aventure de la « Great Black Music » dans le monde, sans doute l’aventure artistique la plus importante du XXe siecle.

 

 

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Alexia Guelte-Morot

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire