SUIVEZ-NOUS SUR

Réussir sa stratégie de marketing de contenu et de référencement par Thibault Lougnon, CEO de TextMaster

9 avril, 2014 9 avril, 2014   9 avril, 2014 0 commentaire

A l’occasion du salon e-Marketing 2014, Culture RP a rencontré Thibault Lougnon, CEO de TextMaster

Quels sont, selon vous, les facteurs-clés d’une stratégie de marketing de contenu réussie ?

Il existe de bons indicateurs pour appréhender la qualité d’un contenu, indicateurs notamment repris par les moteurs de recherche et communément acceptés par les spécialistes du marketing.

Ainsi, les articles plus longs mais surtout plus approfondis, axés sur un sujet spécifique, sont les grands gagnants de cette année. Le caractère contextuel et contemporain du contenu joue un rôle important dans le référencement; cependant, l’information intemporelle (contenu froid : dossiers, etc.) a montré qu’elle avait un poids très significatif.

Idéalement, une bonne stratégie de marketing doit s’appuyer sur une combinaison de contenu chaud et de contenu froid. Le contenu froid a souvent déjà été traité, et il est alors fondamental d’y apporter une nouvelle perspective. Avec le recul, vous allez pouvoir enrichir ce contenu d’analyse, de commentaires et de comparatifs pour bâtir des contenus de fond.

C’est une excellente manière de construire votre réputation et établir un lien de confiance avec votre audience.

A l’inverse, le contenu chaud permet d’être réactif sur des sujets d’actualité. C’est un bon moyen d’augmenter sa visibilité et d’attirer de nouveaux lecteurs / clients.


Quelles sont les erreurs à éviter ?

Il y a clairement une différence à faire entre la qualité et la quantité. Il est important de publier du contenu utile, qui nécessite du temps de recherche et d’écriture, mais aussi de publier régulièrement. Se focaliser sur la qualité ou la quantité uniquement est une erreur assez fréquente de nombreuses stratégies de marketing de contenu. Une autre erreur est de publier du contenu dans le seul but d’optimiser son référencement. Cette tactique est assez dangereuse et sera tôt ou tard punie par les derniers algorithmes de Google.

Y a-t-il des formats à privilégier ?

On assiste à une croissance assez explosive des contenus visuels tels que les vidéos et les infographies. Ces nouveaux formats sont utiles pour capturer l’attention du public mais ils doivent être systématiquement accompagnés de textes d’introduction, d’analyse et de synthèse, ne serait-ce qu’à des fins de référencement. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver une transcription texte des contenus sous une vidéo par exemple.

Par rapport au référencement sur internet, pouvez-vous nous expliquer en quoi il est utile d’avoir une stratégie de contenu ?

L’importance du SEO (Search engine optimization) pour les marques et les affiliés a conduit à un appauvrissement du contenu Web, axé sur l’accumulation de mots-clés et la profusion de liens. Les changements dans les algorithmes de Google ont rendu ces tactiques moins efficaces, et les acteurs du marketing utilisent plus que jamais un contenu de qualité.

Le contenu ressort indéniablement vainqueur car il devient un formidable vecteur de dialogue entre les marques et leur communauté.

En matière de référencement, la vidéo réagit-elle de la même manière que le rédactionnel ?

Cela dépend de la qualité et de la popularité de l’article ou de la vidéo. On a vu que les vidéos étaient favorisées par Google et elles montrent une augmentation du nombre de clics, du temps passé et du taux de partage. Créer une bonne vidéo coûte souvent très cher et cela fait appel à des savoir-faire dont ne disposent pas toujours les entreprises (acteurs, studio, montage…). Si vos ressources sont limitées, il est préférable de se concentrer sur la création d’un bel article que votre audience partagera plutôt qu’une vidéo médiocre.

L’internationalisation des entreprises change-t-elle la donne sur la localisation des contenus ?

Tout à fait. Même si l’anglais reste la principale langue de communication internationale, promouvoir son activité à travers un contenu multilingue est la seule garantie pour toucher une audience plus vaste.

Les entreprises ont besoin d’aller au-delà de la simple traduction de leurs principaux documents marketing, et créer une présence véritablement multilingue sur le Web à travers les différents canaux de communication, et notamment le service client qui reste trop souvent le parent pauvre de cette internationalisation.

 

 

 

 

Entretien mené par Magali Bernier

 

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire