SUIVEZ-NOUS SUR

Comment faire des RP à la campagne ?

4 septembre, 2014 4 septembre, 2014   4 septembre, 2014 0 commentaire

Gladys Couturier nous fait découvrir sa passion pour son métier d’attachée de presse, loin de la ville et de la Capitale.

 

photo Gladys Couturier

 

 

Qui êtes-vous ? Pourquoi avoir choisi le métier d’attaché de presse ?

Je suis une curieuse, accro à la lecture, à l’info et à l’écriture ! En tant que journaliste, j’ai adoré regarder au-delà de ce que l’on donne à voir en apparence, m’immiscer dans les coulisses. J’ai ainsi découvert que nombre d’entreprises, mais aussi d’institutions, d’associations, etc., étaient en peine avec les medias, ne sachant ni entrer en relation avec eux, ni définir l’angle d’information pertinent ou élaborer des outils adaptés. Puis, il y a ceux que les journalistes inquiètent, impressionnent ou qui pensent qu’il faut être à Paris pour communiquer auprès des médias. Face à ce constat, j’ai eu envie d’accompagner ces TPE, PME, associations, etc., qui se consacrent avec passion au développement de leur activité, qui défendent avec conviction leurs valeurs et engagements mais qui restent trop souvent dans l’ombre.

Pourquoi avez-vous fait le choix de travailler en freelance ?

La question ne s’est pas posée. Tout d’abord, autour de moi, très peu d’agences de communication disposent d’un service RP et il existe encore moins d’agences dédiées. Et quand bien même, j’aurais sans aucun doute fait le choix de travailler en freelance. En tant qu’indépendante, je peux construire avec mes clients une relation privilégiée qui me permet de connaître parfaitement leur organisation et de collaborer en confiance pour créer des opportunités de communication pertinentes pour leur marque, leurs produits, services ou évènements. Travailler en freelance, c’est également s’engager « personnellement », pouvoir offrir une solution adaptée à chacun avec des services sur-mesure.

Indépendante et en province, ne craignez-vous pas l’isolement ?

L’isolement peut se cacher là où l’on ne l’attend pas. Pour ma part, je ne me sens aucunement isolée. J’habite une région qui a pour « slogan », « les usines à la campagne »… Moi je fais des RP à la campagne ! Plus sérieusement, les modes de communication actuels permettent de travailler, de rester connectée et d’avoir accès aux outils professionnels de n’importe où. Au besoin, la voiture, le train ou l’avion permettent de se déplacer très facilement et rapidement. Par ailleurs, travailler en indépendante ne signifie pas forcément travailler seule. En plus des relations avec mes clients et les journalistes, je collabore régulièrement avec des agences et une amie graphiste, webdesigner. Enfin, je suis adhérente au SYNAP et cela me permet d’intégrer un réseau de professionnels RP sur lequel je sais que je peux compter.

Quelles sont selon vous, les principales qualités d’une attachée de presse, a fortiori indépendante ?

Aimer son métier !

Mais aussi être (très) à l’aise à l’écrit et à l’oral, curieuse et à l’affût, concilier disponibilité, organisation et adaptabilité et avoir une éthique professionnelle irréprochable.

L’écoute est également indispensable pour trier et hiérarchiser les informations en vue de les traduire en un message pertinent pour les clients et les journalistes. Lorsqu’on me demande en quoi consiste mon métier, j’ai pour habitude de répondre « trait d’union ».

Le conseil, l’écriture des communiqués et dossiers de presse, le ciblage, les relances, l’organisation d’interviews, de reportages, etc., tout doit en effet tendre à établir et à construire une relation de confiance entre les organisations et les médias pour travailler ensemble en « bonne intelligence ».

Enfin, en faisant appel à une attachée de presse indépendante, les clients investissent leur confiance sur une personne. Cela mérite un engagement sans faille !

Quelle est la place des médias en ligne et du web 2.0 dans vos stratégies de communication?

Le web 2.0 a indéniablement fait évoluer nos outils opérationnels et notre métier en lui apportant sa dimension digitale. Pourtant, s’il n’est pas question de négliger ces nouvelles opportunités, je pense qu’il est important de veiller à ne pas se disperser et à toujours diffuser l’information le plus « efficacement » possible. Un communiqué twitté ne remplacera jamais, à mon sens, un envoi personnalisé ou un appel téléphonique. Je reste persuadée que la relation humaine est au cœur de notre métier.

Pour ce qui est des médias en ligne et des blogs, il est impensable aujourd’hui de ne pas les intégrer à une campagne RP mais comme pour tout autre media, connaître leur ligne éditoriale et leur public permet de définir un ciblage et une stratégie efficaces.

Concernant les réseaux sociaux, et plus précisément le community management, chaque cas est particulier, en fonction du domaine d’activité, de la taille et de l’organisation de la structure. Selon qu’il existe ou non la ressource en interne, je peux être amenée à gérer la présence et l’image d’un client sur Facebook, Twitter, etc., à lui fournir du contenu complémentaire ou assurer un conseil. Dans tous les cas, il me semble indispensable en tant que RP de veiller à la cohérence de la stratégie globale de communication du client.

Quels sont vos projets à l’avenir ?

Poursuivre ! Continuer à attirer l’attention sur toutes les initiatives, les créations et les actions (et il y en a beaucoup aussi en province !) qui font que, dans notre société atteinte de mille et un maux, il est encore possible d’être surpris, de s’émerveiller, de s’enthousiasmer, de croire qu’aujourd’hui n’est pas si mal et que demain sera meilleur !

 

 

 

Charlotte Robert_ Culture-RP

 

 

 

Propos recueillis par Charlotte Robert

 

 

 

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire