SUIVEZ-NOUS SUR

Digitalisation des Médias : facteurs, enjeux & conséquences pour les attachées de presse ?

17 octobre, 2014 17 octobre, 2014   17 octobre, 2014 0 commentaire

1.    Digitalisation des médias : faits, chiffres et pratiques.

 

Avenir des RP par Hannah Oiknine & Sarah Azan, fondatrices de Babbler image 1


1,9
devices utilisé en moyenne pour lire la presse digitale !
82% des lecteurs équipés d’ordinateurs portables.
49% d’un smartphone avec accès internet.
7% sur Ipad.

 

 

En moyenne, un individu passe 37 minutes/jour à la lecture de la presse digitale, 22 minutes/ jour à la lecture la presse papier.

 

Avenir des RP par Hannah Oiknine & Sarah Azan, fondatrices de Babbler image 2

 

 

Lecture des magazines par type :

 

Avenir des RP par Hannah Oiknine et Sarah Azan, fondatrices de Babbler image 3

 

Conclusion : La presse a pris le tournant du digital via des interfaces de lecture numérique.

2. Nouvelles pratiques des rédacteurs du web

a) De plus en plus d’articles à rédiger, en moins de temps.

Les journalistes pour des supports web rédigent en moyenne 5 à 10 articles par jour.

La fréquence de l’information est donc de plus en plus rapide, elle se consomme par les lecteurs aussi vite qu’un snack.
Par exemple, le DailyElle publie un article/ heure.
http://www.dailyelle.fr/

Les journalistes doivent donc rédiger un volume d’articles de plus en plus denses et de plus en plus spécialisé.

« Les articles sur internet sont devenus de vrais lieux de discussion (via les commentaires) et d’interaction des lecteurs (via les partages, likes) » – Hannah Oiknine, CEO Babbler.

La « pêche aux infos » doit donc être pour eux rapide, claire et simple.

De plus en plus d’interlocuteurs au sein d’une même rédaction.

D’autre part, le nombre d’interlocuteurs au sein d’une même rédaction à énormément augmenté. Entre la version papier, Iphone, Ipad et web, ce ne sont ni les mêmes rédacteurs ni les mêmes articles et contenus qui y sont relayés.

3. Conséquences pour les attachées de presse.

a) Une veille permanente pour détecter les nouveaux médias du web

Le digital a crée l’émergence de nouveaux médias : blogs, compte Youtube, compte Twitter, Influenceurs sur Instagram.
Autant de nouveaux supports et acteurs difficiles à détecter, suivre et contacter pour les attachées de presse.
Les bases de contacts presse payantes ne suffisant plus à couvrir tous les contacts presse/médias potentiels car les nouveaux médias ne s’inscrivent pas sur ce type de base.

Les attachées de presse doivent donc faire un travail de veille permanent afin de détecter en permanence les nouveaux médias et influenceurs du web, ceux qui vont donner de la rayonnance et de la visibilité à leurs clients.

b) Relation journaliste//attachée de presse : de plus en plus de tensions?

30% des journalistes français disent souffrir de « harcèlement moral » par les attachées de presse. (source : Stratégie, 2012)

Un journaliste reçoit en moyenne sur sa boite mail entre 300 et 1000 mails/ jour, 90% d’entre eux ne sont pas lus.

c) Mail/ téléphone : seul moyen de communication des attachées de presse : est-il désormais suffisant et efficace?

Les journalistes, sur sollicités, ont de plus en plus de mal de recevoir la bonne information, au bon moment (au moment où il traite un sujet dans lequel l’information est jugée pertinente).

De plus les bases de données de contacts presse ont démocratisé l’accès aux coordonnées des journalistes et ils reçoivent de tout, et dans 90% des cas des infos qui ne les concernent pas (étude réalisée sur un échantillon de 150 journalistes français, multi-domaines).

Les journalistes ont donc recours au fameux « Merci de me désinscrire de vos listes de diffusion » au quotidien.

Les attachées de presse, de leurs côtés, passent 30% de leur temps de travail à échanger des contenus et informations pratique et ne se sont pas équipés suite à la digitalisation des médias.

La valeur ajoutée d’un attaché de presse ne repose pas sur la diffusion de l’information mais sur la création des actualités et le ciblage des personnes à qui les adresser, dans une formulation adaptée et personnalisée en fonction de leurs domaines d’intérêts et de rédaction.

Un problème se pose donc aujourd’hui pour apaiser les relations entre journalistes et attachés de presse, tous deux, ayant des contraintes suite à la digitalisation des médias.

4. Quel avenir pour les relations presse dans un éco-système médiatique digitalisé?

Communiquer en temps réel, répondre aux attentes des journalistes instantanément et satisfaire les exigences des clients de plus en plus en demande de « ROI » (metrics permettant de calculer leur retour sur investissement de leur budget RP) et d’influence sur le WEB.

Certains annonceurs ont divisé leur budget RP entre plusieurs agences, agence de E-Réputation pour les meedias web et agence de RP traditionnelle pour la presse papier.

La vraie solution réside dans les pratiques des attachés de presse qui doivent désormais flirter avec les nouvelles technologies afin de renouveler leur métier et de s’adapter aux nouvelles exigences des medias web.

Plusieurs outils ont été développés comme Babbler (« Le facebook de la communication d’entreprise ») plateforme web de diffusion et mise à disposition d’actualités et de contenus en temps réel avec la presse et les médias (notifications live, interaction, stats).

On inverse désormais le centre de gravité des RP, en passant d’une logique de PUSH à une logique de PULL permettant aux journalistes de venir piocher l’information dont ils ont besoin, au moment où il en ont besoin (outil de curation pour les rédacteurs).
Les nouvelles technologies ne se substituent donc pas aux relations humaines des RP mais
permettent de leur redonner un sens nouveau, plus qualifié.

 

Hannah Oiknine & Sarah Azan, fondatrices de Babbler

 

 

 

Alexia_Gelte-Morot

 

 

 

Propos recueillis par Alexia Gelte-Morot

 

 

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire