SUIVEZ-NOUS SUR

Sophie Déroulède – Directrice de la Communication et de la Marque de RTL France

13 novembre, 2014 13 novembre, 2014   13 novembre, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Sophie Déroulède – Directrice de la Communication et de la Marque de RTL France

Home RTL pour Culture RP

Quel est votre parcours ?

Cela fait 25 ans que j’exerce le marketing et la communication dans les médias. J’ai démarré dans la télévision par câble puis participé au lancement de chaînes de télévision pour les groupes TF1, M6 puis Fox International Channels. J’ai découvert le monde de la radio en rejoignant RTL en 2006. C’est un média d’une formidable richesse et modernité. À la différence des autres médias, la radio ne s’arrête jamais, on est en direct quasiment 24 heures sur 24. Il se passe toujours quelque chose. Il est impossible de tomber dans la routine.

Sophie Déroulède RTL pour Culture RP
Quelles sont les valeurs de RTL France ?

RTL est une marque emblématique qui appartient au patrimoine Français. Elle a une culture très forte. C’est une station qui a vocation à s’adresser à tous les publics ; une station généreuse, jamais condescendante, qui a le souci permanent de ses auditeurs. Les valeurs d’indépendance, d’intégrité, de qualité, mais aussi de bonne humeur, d’humour, de partage et de convivialité font intrinsèquement partie de notre ADN. Mais RTL est aussi une radio actuelle, en mouvement, qui va de l’avant et qui crée l’événement.

 

Quelles sont vos missions au sein du groupe ?

Je dirige avec un bonheur qui ne se dément pas la communication et stratégie de marque de RTL depuis 8 ans. À ce titre, je suis à la tête de 4 départements : Relations Presse, Publicité et Identité visuelle, Partenariats, Relations Publiques et Auditeurs. C’est une fonction formidable, au carrefour de toutes les activités de l’entreprise.

Comment relayez-vous vos campagnes de communication ?

Etant donné le positionnement grand public de RTL, nous privilégions les médias de masse tels que l’affichage, la télévision et la presse. Le cinéma est aussi un média intéressant car il nous permet de nous adresser à un public très captif. Évidemment, notre propre site internet, qui caracole dans le top 20 des sites d’informations, est un média puissant qui nous offre également une belle caisse de raisonnance. Et bien sûr, les réseaux sociaux sont de précieux outils de “viralisation”.

Quelles relations avez-vous avec le monde digital ?

Une relation essentielle. RTL est très adapté au monde digital. D’une part car il n’y a pas de changement de notre modèle économique qui est celui de la gratuité, d’autre part parce que c’est un nouveau mode de consommation de la radio qui progresse fortement. Le numérique est donc une formidable opportunité. Non seulement notre média est ATAWAD (anytime, anywhere, anydevice), ce qui signifie que l’on peut écouter la radio, en live ou en replay, à tout moment, sur tous les supports, quelque soit le lieu où l’on se trouve, mais aussi on peut prolonger son expérience de la radio sur le “second écran” numérique, avec des vidéos ou photos, un approfondissent des sujets d’actualité, de l’interactivité avec les animateurs et les communautés de RTL.

Quels usages faites-vous des réseaux sociaux ?

Essentiellement professionnel, je suis très vigilante à protéger ma sphère privée. C’est pour la fonction que j’exerce un outil de veille intéressant, complémentaire d’autres outils comme la presse, laquelle reste référante. Mais c’est aussi un outil conversationnel qui a révolutionné la communication dite “de Papa”. La communication verticale, descendante, n’existe plus. Aujourd’hui il nous faut entrer en conversation non plus seulement avec les journalistes, mais aussi avec des influenceurs, des blogueurs, des consommateurs. Je pense qu’aucun communiquant ne peut faire l’économie d’une présence sur les réseaux sociaux aujourd’hui.

Quels réseaux privilégiez-vous ? Et pourquoi ?
Je suis très adepte de Twitter, l’exercice des 140 caractères me plait, c’est une gymnastique amusante. Comme les messages sont courts, le fil est plus rapide à remonter. Je suis beaucoup moins active sur Facebook ou Linkedin, sans doute à tort. Instagram me plaît beaucoup c’est un lieu d’expression très créatif et récréatif.

C’est la première édition du Labcomwomen, que pensez-vous de cette initiative ?

C’est une initiative intéressante qui permet de mettre en lumière le dynamisme des femmes dans le domaine du numérique. C’est l’occasion de formidables rencontres, d’échanges stimulants et constructifs. Je tiens à saluer le rôle moteur des hommes dans cette initiative lesquels, à l’instar d’Olivier Cimelière, Nicolas Bordas ou Jean-Christophe Tortora, ont pris la mesure du rôle qu’ils avaient à jouer et s’investissent pour encourager les femmes à entreprendre dans la sphère digitale.

Comment avez vous appréhendé les Trophées Labcomwomen ?

Honnêtement, j’étais très surprise d’être nommée car, si je reconnais que les réseaux sociaux sont des terrains d’expression et de veille formidables sur lesquels je commence à prendre mes marques, je ne me croyais pas faire partie des DirCom les plus influentes sur les réseaux sociaux. Il me semble avoir encore beaucoup de chemin à faire. Je suis heureuse que Marie-Christine Lanne ait remporté le prix, elle est un véritable “rôle modèle”.

Quelle campagne de communication à laquelle vous avez pris part vous a le plus marqué, et celle dont vous êtes la plus fière?

La prochaine, celle à venir… mais chut,
je ne peux rien dire 😉

 
Propos recueillis par Camille Ohresser.

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire