SUIVEZ-NOUS SUR

Food is social, 2eme édition !

24 novembre, 2014 24 novembre, 2014   24 novembre, 2014 0 commentaire

Le 25 novembre a lieu la 2eme édition de la conférence Food is Social dédiée aux industries agroalimentaires et aux enjeux digitaux.
Culture RP, partenaire média de l’événement, a interviewé les animateurs de ce bel événement, Pascale Azria Directrice Générale Associée de l’agence Kingcom et Pierre-Gaël Pasquiou, Fondateur du blog Les Gourmands 2.0.

Food is Social

 

Cette année, vous animez la 2e édition de Food is Social. Qu’est ce qui vous a poussé à animer cette conférence ? D’où vous est venue l’idée ?

PA : De par nos expériences professionnelles respectives et notre implication personnelle, nous sommes au cœur de l’évolution du comportement des consommateurs notamment liée à l’avènement du digital.
Et le « food » est aux premières loges puisque le sujet a envahi les réseaux sociaux. Un engouement de masse dont les professionnels de l’agroalimentaire peinent parfois à se saisir. Kingcom travaille depuis ses débuts avec des entreprises agroalimentaires et depuis 7 ans en les accompagnent sur leurs relations digitales avec leurs publics. Et nous avons souhaité créer un format d’échanges et de transmission d’expertises pour aider ces industries à se mettre à l’heure digitale.

 

PGP : En tant que fondateur du blog Les Gourmands 2.0, la relation entre le digital et l’agroalimentaire est un sujet qui me passionne. D’ailleurs la majorité des sujets abordés sur ce blog concerne des initiatives sur l’alimentaire et le digital. Forcément, lorsque Pascale m’a proposé d’animer avec elle Food Is Social j’ai tout de suite accepté, c’est une occasion en or pour échanger avec des spécialistes du secteur pour qui ces problématiques sont un vrai sujet.

Quels ont été les retours de la première édition ?

PA : La salle était comble, nous avons été Trending topic tweeter et les retours des participants et des intervenants ont été très encourageants en nous disant que la conférence leur avait beaucoup apporté et que l’on devait poursuivre.
Plusieurs intervenants nous ont ainsi soutenus et nous ont accompagnés dans la préparation de cette 2ème édition.

 

Qu’entendez-vous par ce terme “Food is Social” ? Quels messages voulez vous faire passer avec cette conférence ?

PA:

Le food est le 3ème sujet le plus discuté sur le digital.

Préoccupation vitale, la nourriture est également une expérience sociale collective. Elle porte des valeurs de transmission, de partage.
Objet de reconnaissance – c’est moi qui l’ai fait -, de plaisir – je retrouve mes amis autour d’un bon repas -, mais aussi de convoitise – une photo alléchante : la nourriture est définitivement sociale et, donc, interactive !

 

Quels moyens de communication utilisez vous pour promouvoir “Food is Social”?

PA : Tous les outils de partage : les ambassadeurs et participants en parlent, les influenceurs également : médias, blogueurs, réseaux sociaux… via la communauté Food… et digital !

 

PGP : Les différents canaux de communication que j’utilise avec Les Gourmands 2.0 pour communiquer auprès de ma communauté sont le site internet www.lesgourmands2-0.com en lui-même avec un billet et une bannière dédiés ainsi que les réseaux sociaux Twitter et Facebook.
C’est l’occasion de présenter à mes lecteurs cette conférence et d’offrir trois places via un jeu concours. Il y a notamment des entreprises de l’agroalimentaire qui lisent les billets sur Les Gourmands 2 .0 pour se tenir au courant de ce qui se fait sur le web, les réseaux sociaux, etc.

Comment s’est fait le choix des thèmes qui seront abordés au cours de la conférence ?

PA : Nous avons fait une 1ère liste avec une dizaine de thème et nous avons ensuite échangé avec les responsables digitaux d’entreprises agroalimentaires afin de savoir quels étaient les sujets qui les concernaient le plus.

 

Quelles relations le monde de l’agroalimentaire possède avec le digital ?

PA :

Il est temps que les industries agroalimentaires se mettent à l’heure du digital.

Aujourd’hui, il y a 2 poids, 2 mesures. D’un côté, sur les 10 plus grandes communautés Facebook France 8 sont liées à des pages d’entreprises agroalimentaires. De l’autre une majorité d’entreprises qui ont une présence très limitée sur le digital.
Or aujourd’hui, la moitié des points de contact avec le consommateur sont digitaux ! Une marque inactive dans ce domaine sort naturellement de son champ de vision. La recommandation et les commentaires des internautes participent pleinement du bouche à oreille, tout comme de la réputation de la marque et, sur certains achats « sensibles », influencent fortement la décision finale. Cette métamorphose demande à la fois de faire preuve de courage et d’être porté par une vision.

 

PGP: Vis-à-vis du digital, le monde de l’agroalimentaire est confronté aux mêmes problématiques que les autres secteurs. Toutes les entreprises sont obligées de composer avec ces nouveaux outils, d’une part parce que c’est là que leurs consommateurs sont aujourd’hui, mais également parce que les formes de communication ont évolué.

Ne pas comprendre l’enjeu lié au digital est pour moi une grosse erreur de stratégie.

Certaines marques font le choix de ne pas se préoccuper du digital pour se concentrer sur d’autres choses, c’est un choix mais il faut ensuite assumer le fait que ce soit d’autres personnes qui prennent la parole en leur nom… Pour le meilleur, mais souvent pour le pire ! Sans compter qu’elles se privent d’un excellent moyen de se mettre en avant et surtout de vendre leurs produits.

 

Quels réseaux sont privilégiés par le monde de l’agro-alimentaire ?

PGP:

Facebook reste le N°1, c’est un peu la base pour une marque qui veut communiquer sur les réseaux sociaux.

Mais d’autres outils font surface de plus en plus, c’est le cas par exemple de Twitter, Instagram ou même Pinterest. L’avantage de Twitter c’est que c’est un outil qui s’inscrit dans la conversation et des outils comme Instagram ou Pinterest permettent de communiquer par l’image, ce qui est essentiel lorsque l’on parle d’alimentaire, on aime goûter avec les yeux !

 

PA: Tous les réseaux peuvent être utilisés : relations médias online, relations blogueurs, Facebook, twitter, instagram, pinterest, vine, youtube… la palette d’outils est vaste mais c’est l’usage des consommateurs qui va driver la sélection.

 

Comment ont évolué le marketing et la communication du secteur food avec l’avènement du digital ? et comment a évolué le rapport aux consommateurs?

 

PGP : L’avènement du digital a offert un merveilleux nouveau champ d’actions au secteur food, les outils qui existent permettent d’aller beaucoup plus loin dans l’expérience et dans l’échange avec le consommateur. Il est devenu beaucoup plus facile de récolter des avis, de tester des idées, de faire vivre quelque chose, etc.
Cela vient bien entendu avec son lot d’inconvénients à gérer, comme par exemple le fait que le consommateur est en mesure de s’exprimer négativement et que cela peut parfois prendre une ampleur difficile à maitriser. C’est d’ailleurs justement ce qui a obligé les marques à repenser leur rapport aux consommateurs, à être beaucoup plus dans le partage, l’écoute et la conversation.

Le digital remet le consommateur à sa juste place : au centre de tout.

 

PA : Pas mieux !

 

 

Propos recueillis par Camille Ohresser

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire