Com’I/O, la nouvelle agence de Relations Publics dédiée #startups

12 février, 2015 12 février, 2015   12 février, 2015 0 commentaire

Culture RP a rencontré Anthony Courtat, CEO et fondateur de Com’I/O. L’agence est une agence de Relations Publics dédiée aux #startups et entreprises B2B/B2C du #numérique. Elle a pour mission de les accompagner dans leur communication (conseil et mise en œuvre opérationnelle), le développement de leur influence, la gestion et protection de leur réputation.

 

Anthony Courtat

 

 

« Tandis que le numérique devient la norme, que les startup(er)s prennent le pouvoir et changent le monde, je pense que la communication et les RP ont un rôle prépondérant à jouer et sont indispensables à leur éclosion, pour soutenir leur croissance. Avec l’avènement du digital, du consom’acteur, la multiplication des publics et parties prenantes, la réputation est bien plus qu’un actif immatériel, qu’il s’agit de développer et de protéger. Avec Com’I/O, nous souhaitons être utile aux startups, les rendre visibles, professionnaliser leur approche de la communication, accompagner ces mutations et leur développement » – Anthony Courtat.

 

 

Anthony Courtat, quel a été votre parcours et pourquoi avoir voulu créer votre agence de Relations Publics ?

Mon parcours résume ma nature et vision : curieuse, entrepreneur et intégrée. En 12 ans d’expérience,, j’ai eu et saisi l’opportunité d’exercer plusieurs métiers qui servent aujourd’hui mon quotidien professionnel et illustrent parfaitement l’approche métier (intégrée vs silos) que nous avons chez Com’I/O. D’abord journaliste presse écrite puis radio pour des médias locaux et nationaux (Radio France), j’ai également travaillé dans le sponsoring media (Carat) puis dans le marketing (TEMA) avant de rejoindre des agences réseaux ou de communication et de Relations Publics (Weber Shandwick, Ballou, Bulles de Couleurs). Mon dernier poste salarié était chez Waggener Edstrom en tant que Senior Lead du bureau de Paris.

 

Home Com’I_O

Pour être franc, Com’I/O, je l’ai en tête depuis quelques années déjà. Entrepreneur dans l’âme, j’ai profité de chacune de mes expériences pour apprendre, faire, échouer, gérer et développer. Ainsi, des mains dans le cambouis à la Direction générale, cela m’a permis de disposer de toutes les cordes à mon arc avant de lancer Com’I/O.
Curieux de nature, passionné de numérique, de digital et de communication, je suis un suiveur assidu de l’écosystème Startups et acteur des Relations Publics à leurs côtés depuis près de 10 ans. Jusque là intra-preneur frustré tentant de développer au sein d’un grand groupe la curiosité pour cet « univers » et ces acteurs de la nouvelle économie, j’ai décidé en 2013 de franchir le cap. Avec Com’I/O, me voilà aujourd’hui à mon endroit, en phase avec mes aspirations, ma vision métier.

Certains m’ont dit « tu prends un risque », je préfère « I take & make a chance » !

J’ai la chance de travailler pour et avec des « entrepreneurs », des « disruptors » qui veulent changer le monde. Les accompagner pour le faire savoir, être partie prenante de cette (r)évolution numérique est un vrai un motif de satisfaction qui enchante et vous stimule. Ainsi, le matin en me levant, je ne me dis pas « faut aller bosser » mais plutôt que je fais exactement ce qui me plait.

Com’I/O est une agence de Relations Publics dédiée aux #startups et entreprises B2B/B2C du #numérique. Quelle est votre vision du métier ?

Chez Com’I/O, nous partons de cette ambition, vision: « Break silos, Hack PR ». Com’I/O est le fruit de 12 ans d’expérience et de dizaines de startups et PME innovantes, nationales et internationales, accompagnées en RP et communication.

A l’agence, nous préférons adresser les CommunicationS de l’entreprise plutôt que la communication avec un objectif clair : elles doivent soutenir la croissance. Dès lors, chaque collaboration, chaque plan d’actions est pensé et exécuté en partant des objectifs business à soutenir. Pensez communication « Top Down » et « silos », les RP d’un côté, le marketing, le SEO, le contenu de l’autre, ne fait plus sens selon nous.

Chaque élément est interdépendant de l’autre. Surtout s’il on désire se faire (re)connaître, développer sa notoriété, gérer et protéger sa réputation.

Aujourd’hui, avec la multiplication des publics, l’avènement des réseaux sociaux, du consom’acteur et du risque réputationnel, pensez sa communication et ses relations aux publics en silos est le meilleur moyen de passer à côté du potentiel qu’offre la révolution numérique, la France digitale.

Seules les marques qui auront pris le train de la transformation numérique, du digital et qui placeront l’écoute et la communication relationnelle vs transactionnelle au cœur de leur stratégie de développement sortiront leaders de la bataille qui se mène sur le marché de la réputation, des parts de voix et de marché.

Henry Ford nous a inspiré lorsqu’il affirmait: « Les deux choses les plus importantes qui n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise : ses Hommes et sa réputation ».

Nous pensons que nous sommes dans le vrai en nous positionnant au sein des startups que nous accompagnons au plus près des Hommes pour bien les comprendre. Cette immersion est un prérequis pour bien gérer, développer et protéger leur réputation.

Enfin, la mesure est clé. Communiquer sans objectif (de résultat) est un non sens. Com’I/O a participé récemment à la création du référentiel de la mesure édité par SYNTEC RP. Il tord enfin le cou à tous les sceptiques du couple RP/ROI. Nous nous appuyons sur ce référentiel et fixons les KPI avec nos clients afin de délivrer des résultats rapides et concrets.

Pourquoi associer Public Relations and Leadership ?

L’agence prône la fin des silos métier et prêche pour une approche systémique, intégrée et ROIste de la Communication. Il faut sortir de la com’ « Top Down », du « cerveau disponible » et du prisme de marque autocentrée. L’heure est à la relation, à la conversation, l’interaction. Le premier acte de communication est l’écoute. J’invite souvent mes startups à être en (é)veil, en e-veille, des tendances, de la concurrence, de leur public.

Au delà, je crois à la marque incarnée, à la force du personal branding et de la brand culture. La marque doit être incarnée, elle doit véhiculer des valeurs expérientielles, d’appropriation, fonctionnelles et existentielles. Ceci afin de s’ancrer durablement dans l’esprits des consom’acteurs et influencer leurs achats, usages et leur pouvoir de prescription. Dès lors, toutes nos stratégies et nos plans d’actions de Relations Publics impliquent l’audit, l’identification de ce que nous appelons chez Com’I/O, les niches d’excellence. Cette part de leadership que la marque a, doit avoir et surtout savoir exprimer, véhiculer, transmettre pour engager et influencer.
 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire