Attachés de presse : cassons les codes !

23 février, 2015 23 février, 2015   23 février, 2015 0 commentaire

Un titre un brin provocateur peut-être. Mais l’idée est là : on nous a enseigné des pratiques, des codes, des règles à respecter pour « bien » faire notre travail. Je pense notamment aux tons formels (et formatés) employés dans les communiqués, mais aussi aux traditionnelles mises en garde : « attention, n’envoie pas de communiqué le mercredi » ou encore « les relances le lundi ou le vendredi, laisse tomber ! »

Figurez-vous que j’étais jusqu’alors d’accord avec ces principes de base. Puis, petit à petit, j’ai essayé de m’en détacher pour finalement, me faire mon propre avis de la question. Que va t-il se passer si j’appelle un journaliste à 18h ? Ou si je me cale une session de relances un vendredi en début d’après-midi ?

 

Home Daily-RP

 

Face à toutes ces questions, j’ai pris les choses en main et ai testé les « interdits » de notre métier. Et vous savez quoi ? J’ai réussi à décrocher des résultats.

 

 

CRASH TEST NUMERO 1: LA RELANCE LE VENDREDI APRES-MIDI

Je suis persuadée que l’actu de mon client X va intéresser une certaine journaliste des Echos. Pile dans sa ligne éditoriale, sujet sexy et pertinent, et pitch bien préparé. Sauf que, le mardi et le jeudi (jours de prédilection pour les relances) quand j’essaie de l’appeler, je tombe systématiquement sur sa boîte vocale. 1 semaine passe, puis deux. Jamais là. Je tente alors un coup de poker : THE appel un vendredi à 15h. J’avoue que je me pose des questions (est-ce que je ne vais pas me faire envoyer bouler, est-ce que ce n’est pas déplacé d’appeler à cette heure-là ?) mais, alors que mes interrogations se bousculent dans ma tête, une voix féminine me répond. Je reprends donc mes automatismes et parle avec entrain et conviction de mon client. A ma grande surprise, pas de remontrances ni de retour expédié. La journaliste m’écoute, me pose quelques questions, et me demande de renvoyer communiqué et dossier de presse, ce que je fais aussitôt raccroché. Au final, l’actu lui plaît et elle publie un article quelques semaines plus tard.

Home Risk Dare Share

 

CRASH TEST NUMERO 2 : DIFFUSER LE MERCREDI

Pour ce crash test numéro 2, et aussi pour le numéro 3, je prendrai comme exemple Com’Un Lundi, le projet que j’ai lancé avec Solenn, ma consoeur attachée de presse. Pour rappel, Com’Un Lundi est un nouvel outil RP que nous avons lancé le 15 octobre 2014.

Le principe : c’est un fil infos à destination des journalistes, un condensé d’actualités sous format newsletter qui a pour but de faire gagner du temps aux journalistes dans l’identification des sujets, et aussi le traitement de l’information.

Cette newsletter, c’est en soi un petit geste rebelle envers la communication RP traditionnelle. Comme son nom ne l’indique pas, Com’Un Lundi est diffusé … le mercredi. Matin. J’entends déjà des voix s’élever …

Elles sont folles, ces nanas, de diffuser un mercredi !

Hé bien pas tant que ça : déjà, avec la réforme des rythmes scolaires, il y a beaucoup plus de parents qui sont à leur poste le mercredi matin. Et comme nous sommes du genre pragmatiques, on va même vous prouver que ce n’est pas une si mauvaise idée que ça : à l’heure où, en moyenne, nos communiqués obtiennent un taux d’ouverture de 15 à 20%, la newsletter Com’Un Lundi en obtient rarement moins de 30. 10 à 15% d’ouverture gagnés, c’est quand même intéressant !

 

CRASH TEXT NUMERO 3 :

Toujours dans la même lignée (et je pense que finalement, tout est lié), Com’Un Lundi est le contraire de ce que l’on doit faire dans un communiqué. On y fait de l’humour (enfin, on essaie), on parle parfois à la 1ère ou à la 2ème personne (du singulier ou du pluriel), on emploie des mots qu’on n’oserait pas écrire dans un CP classique… Mais au moins, on fait quelque chose de différent. On raconte une histoire, en fait. Et quand on demande à quelques journalistes ce qu’ils en pensent, ils nous disent que l’idée est bien trouvée. Il arrive même que certains nous demandent spontanément de les inscrire, bien que les thématiques ne correspondent pas directement à leur ligne éditoriale… Un journaliste d’un grand média nous a même dit : « Même si vos sujets ne me touchent pas directement, j’aime bien découvrir de nouveaux concepts donc n’hésitez pas à me mettre dans la boucle ».
Idée reçue numéro 4, donc : on peut envoyer une actu architecture à un journaliste qui bosse dans la distribution. Et même qu’on se fait pas blacklister. Ouais.

 

CONCLUSION : Finalement, marcher hors des sentiers battus, c’est enrichissant. Bien sûr, il faut le faire avec parcimonie, et une certaine réflexion. Cet article ne fait EVIDEMMENT pas office de modèle à suivre à la lettre, car chaque cas, chaque situation, chaque contexte est différent. Mais le message que je voulais faire passer, c’est de ne pas avoir peur de bousculer, à sa façon, ce joli petit monde des RP.

Testons, créons, innovons !!

Un peu à la manière du Lean, on adapte en fonction des retours que l’on a. Et si on échoue, ce n’est pas grave ! Comme on dit, l’échec fait grandir…

 

 

Par Mary Grammont : @Mary_Grammont fondatrice de Daily RP

 

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire