SUIVEZ-NOUS SUR

Qwaz Audio et Pro, deux applications d’aide à la retranscription audio pour journalistes

28 mai, 2015 28 mai, 2015   28 mai, 2015 0 commentaire

Denis Delbecq est un journaliste spécialisé dans les thématiques Environnement et Sciences. Il a notamment été rédacteur en chef adjoint au Monde en charge du supplément « Le Monde interactif » puis chef du service Sciences et Environnement à Libération avant de devenir rédacteur en chef adjoint au site web. Depuis 2007, il est journaliste indépendant mais aussi développeur de logiciels et d’applications. En décembre dernier, il a d’ailleurs lancé la commercialisation de Qwaz Audio, une application Iphone et de Qwaz Pro, une application Ipad d’aide à la retranscription et à l’écriture notamment pour les journalistes. 

 

Denis Delbecq

 

 

Vous avez développé une application Iphone et Ipad d’aide à la retranscription. Qu’est ce qui vous a poussé à vous lancer dans le développement de ce type d’outil ?

L’idée première, c’est d’apporter un outil aux journalistes qui les aide à retranscrire les enregistrements audio qu’ils réalisent lors d’interviews. Étant moi-même journaliste, je passais avant en moyenne entre 4 et 6 heures pour obtenir une heure d’enregistrement pour avoir quelque chose de propre. Le temps passé à la retranscription manuelle varie en fonction de beaucoup de paramètres différents comme la vitesse d’élocution, la technicité du langage et le niveau d’articulation de la personne qui parle. Les conditions sonores varient continuellement et, du coup, la reconnaissance vocale automatique ne marche pas. J’ai donc cherché comment gagner du temps dans la retranscription.

Et qu’avez-vous trouvé ?

Je me suis rendu compte que là où l’on perdait le plus de temps, lors de la retranscription manuelle, c’est lors des pauses puis du rembobinage pour revenir à l’endroit exact où l’on s’est arrêté, ou plutôt un peu avant pour avoir le temps de se remettre en position de travail. L’idée, c’est donc de supprimer un maximum ce genre d’interruptions. Grâce à cet outil, j’ai réduit plus de moitié mon temps de retranscription.

Quel est le principe de l’outil ?

Avec l’application, on va pouvoir ralentir la vitesse de l’enregistrement de manière à ce qu’elle coïncide exactement avec la vitesse de frappe. Vous pouvez la déterminer vous-même car on ne tape pas à la même vitesse suivant qu’on utilise un clavier d’ordinateur ou bien d’Ipad. Vous pouvez donc ralentir la bande mais il est possible également de l’accélérer si vous êtes dans un passage moins intéressant et que vous voulez passer rapidement à un autre moment.

Le problème, c’est que quand on modifie la vitesse d’une bande sur un magnétophone ou un dictaphone classique, la voix devient très grave quand on la ralentit. De la même manière, quand on l’accélère, elle monte dans les aigües. Du coup, j’utilise une technique de traitement de signal qui permet de recaler la tonalité de la voix. Avec ce principe- qui est utilisé dans les logiciels de montage de cinéma et de télévision- la hauteur de la voix est conservée quelque soit la vitesse. Donc on a un confort d’écoute qui reste toujours acceptable quelque soit la vitesse que l’on a choisi même si par exemple on ralentit la bande de 40 % ou 50%.

Vous avez donc une version Iphone et une version Ipad. Quelles sont les différences entre les deux ?

La version Iphone c’est vraiment l’outil qui vous permet de retranscrire depuis le magnétophone de votre smartphone sur votre ordinateur. La version Ipad diffère car je l’ai intégrée directement au sein d’un outil de traitement de texte que j’ai développé à l’époque où je travaillais à Libération. L’avantage avec l’Ipad, c’est que si on est sur le terrain, que l’on voyage léger et que l’on a besoin d’une grande autonomie, on a un couteau suisse qui sert à tout. On fait nos enregistrements avec la tablette et on retranscrit directement dessus. Sur les deux versions, vous avez la possibilité d’insérer sur la bande des marqueurs qui vous permettent de la reprendre exactement là où vous le voulez. Par contre, sur la version Ipad, ces marqueurs sont interactifs.

C’est-à-dire ?

Comme je vous l’ai dit, sur la version Ipad, le magnétophone est intégré à un logiciel de traitement de texte. On écoute la bande et on retranscrit directement. J’ai intégré la possibilité de mettre des balises dans le texte et de les faire correspondre à des points d’entrée et de sortie sur la bande. Du coup, lorsque vous positionnez le curseur à un endroit du texte, la bande se repositionne automatiquement sur le passage audio correspondant. Puis autour de cela, j’ai intégré à l’application Ipad d’autres technologies que j’ai développées par le passé.

Lesquelles ?

L’outil de traitement de texte a des fonctionnalités d’aide à l’écriture pour les journalistes que j’ai développées par le passé. Par exemple, quand vous manipulez des dollars, des livres sterling ou des francs suisses, le logiciel va vous les convertir automatiquement en euros et au cours mis à jour par la Banque Centrale Européenne. J’ai également intégré des outils d’analyse statistique du texte qui sont utiles pour améliorer sa qualité d’écriture et, par exemple, éviter les répétitions, analyser la cohérence du texte ou bien repérer les tics d’écriture.

Parlons un peu de vous. Vous avez été physicien chercheur, enseignant, développeur de logiciels et cela fait désormais un peu plus de 20 ans que vous exercez le métier de journaliste. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans le journalisme ?

Le hasard. Effectivement, après avoir été enseignant-chercheur, puis développeur de logiciels dans une entreprise d’édition musicale tout en ayant déjà signé en parallèle quelques articles spécialisés dans des magazines informatiques, j’ai commencé à collaborer avec Science et Vie Micro ( devenu depuis 01.net). Au départ, j’ai fait quelques collaborations – je travaillais toujours comme enseignant – puis j’ai eu de plus en plus de travail et ensuite je me suis pris au jeu. C’est devenu mon activité principale. Chercheur et journaliste sont des métiers qui se rapprochent car ils réunissent des gens principalement curieux, tenaces et qui sont capables de se remettre en question en permanence. C’est ce que l’on fait lorsque l’on est chercheur et c’est également une nécessité pour un journaliste.

Aujourd’hui, vous êtes indépendant et vous pigez pour de nombreux médias ?

Je pige essentiellement pour le magazine La Recherche, le Temps à Genève, un peu de Science & Vie et un peu également Le Monde. Je travaille de plus en plus pour le mensuel Tout Comprendre, c’est un journal récent destiné aux préados. Sinon, je tiens une rubrique dans le magazine trimestriel Alternatives économiques  et je travaille en parallèle avec le studio graphique V2 pour le site Future de la chaîne Arte. On produit des infographies animées qui viennent enrichir les documentaires de la chaîne.

Revenons à vos applications, combien coûtent-elles et avez-vous d’autres cibles que les journalistes ?

L’application Qwaz Audio pour iPhone est commercialisée 25 euros (il existe une version de démonstration gratuite Qwaz Audio Lite) et l’application Qwaz Pro pour iPad, 50 euros. Ce sont deux outils de travail qui, bien sûr, peuvent être utiles à tous médias ou journalistes qui traitent l’information sous forme écrite. D’une manière générale, elles peuvent également être utiles à toutes personnes qui, dans le cadre de leur métier, ont besoin de faire des retranscriptions, comme par exemple les chercheurs en sciences sociales.

Accueil

Qwaz  : la démo en vidéo

Propos recueillis par Alexander Paull

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire