ITW de Julien Marié, attaché de presse free-lance

9 septembre, 2015 9 septembre, 2015   9 septembre, 2015 0 commentaire

Culture RP a rencontré Julien Marié, communicant free-lance, il conseille les entreprises et organismes dans les secteurs de l’environnement, du développement durable, du transport mais aussi de l’art de vivre. Il est spécialisé dans les missions de relations presse.

 

 

Julien Marié, vous êtes attaché de presse free-lance, présentez-nous votre parcours.

J’ai commencé ma carrière il y a une dizaine d’années dans la mode et la beauté. J’ai d’abord effectué des missions RP auprès de différentes marques (Le Bon Marché, Eden Park) pour ensuite travailler dans une agence de tendances. Mes missions, au profit de marques de parfums et de cosmétiques pour l’essentiel, y étaient orientées marketing, comme recruter des panels de consommateurs ou réaliser des cahiers de tendances. Ensuite, poussé vers d’autres horizons, j’ai intégré IDEAL Connaissances dont le métier est de former les acteurs territoriaux, notamment en organisant des colloques et des salons nationaux dont j’étais (et je suis encore) l’attaché de presse.

Salon de l'eau

 

En 2012, j’ai décidé de devenir indépendant et de créer mon activité. J’ai depuis travaillé avec d’autres entreprises telles Théâtre à la Carte (leader français du théâtre d’entreprise) ou encore l’Atelier du Banc (création de bancs de jardin). J’ai notamment mis en place des stratégies de relations presse ou de communication globale, comme la définition d’un plan de communication plurimédia (print, web, digital, médias), la coordination et la rédaction d’un magazine d’entreprise, la gestion d’événements clients, par exemple. Mon parcours est donc empreint d’éclectisme, par la diversité des missions et des secteurs dans lesquels j’ai évolué, c’est ce qui fait ma force aujourd’hui.

Je suis certain que cela a renforcé mes compétences.

Vos prestations vont bien au-delà des relations presse. Pensez-vous qu’il faille offrir un panel de compétences encore plus complet de manière à satisfaire une clientèle toujours plus exigeante?

Personnellement, j’ai choisi de me positionner comme un communicant, pas seulement un attaché de presse. Mes clients peuvent en effet avoir une problématique liée à leur image ou leur notoriété, et les réponses que je donne doivent être appropriées, adaptées, efficaces. Parfois l’outil RP ne suffit pas, il faut souvent renforcer le dispositif et proposer une stratégie de communication globale, multicanal. Il faut alors savoir proposer une prestation adéquate. L’objectif est bien d’offrir un conseil adapté, sans oublier bien entendu notre mission essentielle : préserver, développer et promouvoir l’image de nos clients dans les médias.

Au-delà du conseil, il existe une autre raison qui fait qu’un attaché de presse, dont la mission est à l’origine très ciblée, doit se positionner différemment aujourd’hui. Même si les journalistes restent notre cible privilégiée et nos interlocuteurs prioritaires, l’émergence et le développement des réseaux sociaux sur le web ont modifié le métier. L’information va de plus en plus vite et il y a une plus grande proximité avec le public (consommateurs/clients). Ces nouveaux outils permettent donc de toucher à la fois des journalistes mais aussi une cible de plus en plus influente dans le secteur qui nous intéresse. Il serait dommage de s’en passer !

Vous couvrez divers secteurs d’activité, notamment l’environnement via le salon annuel “Carrefour de l’eau” et l’art de vivre via le lancement de la marque “l’Atelier du Banc”, pouvez-vous nous décrire votre périmètre d’intervention sur ces deux projets?

Ces deux projets résument bien en effet la diversité de mes missions. Pour le Carrefour de l’eau, qui rassemble tous les ans à Rennes 10 000 professionnels français et européens du secteur de l’eau, je gère les relations presse et les partenariats médias. Mais depuis quelques éditions, j’effectue en plus pour cet événement de nouvelles missions de communication, comme la réalisation d’interviews vidéo et une mission de community manager en animant le compte twitter. L’idée est d’offrir une prestation la plus complète et cohérente possible pour ce rendez-vous majeur. Ce large éventail de prestations me permet de développer ainsi mon chiffre d’affaires.

 

L'atelier du Banc

 

Concernant l’Atelier du Banc, qui vient de lancer une très belle gamme de bancs de jardin, j’effectue purement un travail de RP. L’enjeu est de positionner cette nouvelle marque en recherche de notoriété dans les médias premium de décoration, jardin et art de vivre. Objectif : favoriser la promotion de la marque auprès du public, accroître les ventes et booster la notoriété. Cela dit, il arrive souvent que les créateurs de cette marque, que je connais depuis longtemps, sollicitent mes conseils pour leurs nombreuses autres activités. C’est tout l’intérêt de se positionner comme un professionnel de la communication, pas seulement des relations presse.

Pouvez-vous nous donner votre définition de l’influence?

L’influence est de savoir construire et développer un réseau, composé des personnes les plus proches de notre thème d’intervention, dans le(s) secteur(s) dans le(s)quel(s) nous évoluons. Comme la communication est en perpétuel mouvement, reliée et hyper-connectée, il ne suffit plus de s’adresser uniquement à une catégorie de personnes (type « presse » ou autre), mais plutôt à une communauté dans sa globalité. C’est valable pour nous attachés de presse, mais aussi pour tous les métiers de la communication. Savoir trouver les bonnes personnes qui vont permettre de relayer une information et créer le buzz. Des journalistes, des blogueurs, des trend-setters, des associations, des politiques, et que sais-je encore…

Crédit Photo : Nicholas Mead.

 

 

Propos recueillis par Carole Mazurier :
Rédactrice en chef de Culture RP et Responsable Communication Externe de l’Argus de la presse / Linkedin / @Argusdelapresse / @CultureRP

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire