Chaque marque est unique et doit pouvoir capitaliser sur son ADN

29 mars, 2016 29 mars, 2016   29 mars, 2016 0 commentaire

Culture RP a rencontré Jérémy Zeitoun et Aurélien Guiheneuf de SoBuzzee, agence créative indépendante. Ils ont répondu à nos questions avec leur Responsable Social Media, Thomas Bisson.

SoBuzzee-David_Guetta_Culture-RP

 

Présentez nous votre agence SoBuzzee ?

SoBuzzee est une agence créative fondée en 2009. Nous consacrons l’essentiel de notre temps à imaginer des dispositifs innovants pour nos clients. Historiquement, nous avons beaucoup d’affinités avec les domaines des médias et du divertissement mais nous développons également nos références avec des marques telles que Sephora, McDonald’s France, Crédit Mutuel…

Nous œuvrons aussi bien sur des projets de stratégie web (social media, activations digitales, campagnes d’influence E-RP…) que des projets publicitaires dont nous gérons la direction artistique et plus généralement de la conception à la création.

Quels sont vos conseils, vos trois règles d’or client pour la mise en place d’une stratégie de community management ?

Tout d’abord, il ne faut pas envisager la canal Social Media comme une obligation. Il doit servir des objectifs définis en amont : toute stratégie Social Media doit s’intégrer dans une stratégie de communication globale, tout en ayant sa propre valeur ajoutée. Chez SoBuzzee, nous expliquons souvent à nos clients que deux objectifs, par exemple l’engagement et la transformation, ne peuvent pas toujours aller de pair dans une seule publication.

Ensuite, privilégier la qualité à la quantité. À une époque où les feeds des utilisateurs sont saturés d’informations et de sollicitations, nos clients doivent être en mesure d’émerger via un contenu de qualité et pas seulement en s’appuyant sur de l’achat média.

Enfin, s’efforcer de mettre en avant sa propre personnalité et non de copier ce qui se fait ailleurs. Chaque marque est unique et doit pouvoir capitaliser sur son ADN. Le propre des réseaux sociaux est justement de pouvoir être plus proche de ses consommateurs, de “dialoguer” avec eux sans filtre et de leur présenter une facette qui pouvait jusque-là ne pas apparaître de manière évidente via des canaux de communication plus traditionnels.

SoBuzzee-McDonalds_Culture-RP

Que pensez-vous du rôle grandissant des blogueurs/blogueuses auprès des marques?

Les blogs, au même titre que les réseaux sociaux, sont aujourd’hui devenus des médias. Le blogueur, souvent spécialiste d’un domaine, peut aider les marques dans la mesure où dans la plupart des cas, ces derniers deviennent de véritables ambassadeurs et véhiculent des messages positifs de la marque tout en y apportant de la crédibilté. Ils ont une sorte de “caution consommateur” qui peut rassurer les prospects.

Nous pensons que les marques peuvent saisir de belles opportunités de se rapprocher de quelques blogueurs et blogueuses pertinents, en nouant une relation de confiance sur le long terme.

Quel est l’apport in fine de ce jeu d’influence, pour le consommateur, le téléspectateur?

Aujourd’hui, le consommateur a accès, via les blogs notamment, à de nombreuses informations et avis sur un produit ou une marque. Il peut, en quelques clics, se faire une opinion. En exagérant, on se dit qu’il y a quelques années encore, pour avoir un véritable avis, le consommateur devait passer par des publications comme “60 Millions de consommateurs” ou faire confiance à son réseau via le traditionnel bouche à oreille.

Aujourd’hui les choses ont radicalement changé et les marques sont bien plus exposées. Attention toutefois à ne pas aller trop loin dans “l’endorsement” et autres pratiques de partenariat entre marques et blogueurs puisque les consommateurs, très bien informés aujourd’hui et de plus en plus au fait des pratiques de communication, ne sont plus dupes et attendent des blogueurs qu’ils jouent leur véritable rôle et non celui d’un énième relais publicitaire.

Il n’existe pas d’outils RP pour les influenceurs. Comment qualifiez-vous un influenceur?

“Une personne qui a de l’influence” ? Non plus sérieusement il s’agit de quelqu’un qui, de par sa fonction, son statut et sa notoriété, bénéficie d’une voix qui compte et qui a une influence sur les comportements des consommateurs.

Dans l’absolu, tout le monde est un influenceur puisque dès lors que je conseille un ami dans le choix d’un nouveau téléphone ou que je lui recommande tel ou tel restaurant, j’exerce en quelques sortes une forme d’influence sur lui ; c’est le fameux concept “d’individu média”. Mais dans le monde qui est le nôtre aujourd’hui, le terme d’influenceur désigne principalement une personne qui a une large audience sur les réseaux sociaux et qui s’en sert pour faire valoir son influence. Le terme “influenceur” revêt même aujourd’hui une réalité professionnelle avec des gens dont c’est devenu le métier.

Enfin, si le nombre de fans/followers est important pour identifier et qualifier un influenceur, ce n’est pas toujours ce qui prime. Quand des clients nous mandatent pour identifier puis mettre en place des activations avec des influenceurs, nous privilégions parfois des profils qui ont moins voire beaucoup moins de followers que d’autres, mais qui sont bien plus en adéquation avec le territoire ou les valeurs de la marque, ou bien encore avec l’angle que l’on souhaite donner à l’opération. “Ce n’est pas toujours la taille qui compte”.

Pour finir, auriez-vous quelques astuces pour attirer l’attention des influenceurs et quelle place faites-vous aux Relations Presse, aux journalistes dans la vision globale de communication réalisée pour une marque?

Les RP sont confrontées, depuis l’avènement des réseaux sociaux, à de sérieuses mutations. Les marques doivent aujourd’hui accepter qu’elles ne contrôlent pas tout ce qui se dit sur elles et surtout ne pas avoir peur de cette évolution. C’est dans l’ordre des choses que d’accepter ce nouveau paradigme. Elles doivent au contraire encourager ce bruit autour d’elles sans nécessairement avoir la main dessus. La voix officielle peut vivre de concert avec les nouvelles voies de la communication, incarnées en partie par les influenceurs.

L’enjeu pour les annonceurs est désormais de savoir comment démonter les mythes de la communication traditionnelle afin de ne plus parler directement d’eux mais de faire parler d’eux. C’est là que des agences comme la nôtre interviennent : à la fois pour identifier les influenceurs, via nos outils, pratiques et réseaux, et plus globalement pour proposer les solutions et les plateformes les mieux adaptées aux messages que les marques souhaitent faire passer.

Néanmoins les Relations Presse et les journalistes auront toujours une place de choix dans les dispositifs de communication car ils restent de formidables relais d’opinion et des places médiatiques très fortes, évidemment essentiels à la notoriété des marques et de leurs produits et services.

 

Retrouvez SoBuzzee sur www.sobuzzee.com et sur les réseaux sociaux : Facebook / Twitter / LinkedIn

 

 

 

 

Aïssatou Thiam,  Assistante Communication de l’Argus de la presse /  @Culturerp @Argusdelapresse @AistouThiam  

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire