Mon attaché(e) de presse est en région, c’est grave Docteur ?

10 mai, 2016 10 mai, 2016   10 mai, 2016 0 commentaire

Tribune de Mary Grammont, Fondatrice de @DailyRP_com, co-fondatrice de@Comunlundi_com et du blog @Lesmondaines.

 

Visuel Article de Mary Grammont mon attachée de presse en région

 

C’est une thématique qui m’était déjà venue à l’esprit il y a bientôt 2 ans. Force est de constater que le temps passe, mais que certains questionnements restent bien ancrés pour des entrepreneurs qui ne sont pas forcément familiarisés avec les Relations Presse. C’est pourquoi j’ai eu envie de remettre le couvert … D’autant plus que nous sommes de plus en plus d’attaché(e)s de presse basés en région !

A l’époque déjà, cette question planait dans la quasi totalité de mes entretiens de pré-campagne : « Est-ce que cela représente un problème que vous soyez basée à Grenoble, et non à Paris, pour les journalistes ? » J’imagine que vous aussi, chers confrères « provinciaux », vous avez déjà entendu cette ritournelle, non ?

Devant cette interrogation récurrente qui, je le reconnais, est tout à fait légitime pour un dirigeant d’entreprise basé dans la Capitale, j’ai souhaité apporter mes éléments de réponse, basés sur ma propre expérience d’attachée de presse installée depuis 6 ans dans l’Est de la France. Cette tribune pourra peut-être appuyer quelques argumentaires téléphoniques d’ailleurs 😉

Nous sommes à l’ère du 2.0

De nos jours, la majorité des échanges entre RP et journalistes se fait à distance. Mails, appels téléphoniques, discussions via les réseaux sociaux… La technologie nous permet d’être disponible partout, tout le temps, et d’effectuer des contacts rapides et efficaces. Ce qui n’est pas plus mal, parce que nous sommes tous confrontés à la même problématique : le manque de temps ! Cependant, je ne nierais jamais le fait que de connaître les journalistes de visu est un + non négligeable. Et j’encourage grandement les prises d’initiative telles que les tournées de rédaction ou les rencontres autour d’un café, d’un petit-déj ou d’un afterwork pour parler business. Ce n’est pas parce que je suis à Grenoble que je ne peux pas décrocher mon téléphone et inviter un journaliste parisien à déjeuner dans la semaine! Cela me demande juste un peu d’organisation dans mon emploi du temps.

En plus, on le sait tous, nous les RP, les journalistes peuvent de moins en moins se libérer pour des rendez-vous de ce type… surtout à Paris !! Rien qu’à Grenoble, on peut mettre parfois 3 semaines avant de réussir à boucler une réunion avec un journaliste à cause de sa charge de travail et des urgences à gérer…

L’information et l’expertise priment …

Le relationnel c’est important, mais une relation de confiance se construit aussi sur la durée, ainsi que sur la qualité du contenu apporté, comme je ne cesserai jamais de le revendiquer. Par exemple, pour ma part, je travaille depuis quelques années avec un acteur dans le BTP, ou encore une start-up dans les objets connectés. J’ai souvent l’occasion de faire des salons, des RDV presse, et bien sûr de communiquer régulièrement sur leurs actualités. Les journalistes attendent de l’information de qualité. Alors, quand on leur en donne, ils nous identifient et ne cherchent pas à savoir si l’on est situé à Paris ou ailleurs ! Ils n’hésitent d’ailleurs pas à me contacter spontanément pour des dossiers thématiques, des demandes de renseignements ou d’interviews et des informations sur l’écosystème grenoblois.

Grenoble, ce n’est pas le Pérou

… tout comme Bordeaux, Angers, Toulouse… Ok, ce n’est pas la porte à côté pour certaines villes mais n’oublions pas que les attachés de presse sont mobiles et qu’il y a le TGV et l’avion ! Ah, la joie des temps modernes…

La preuve par les clients

C’est un constat : nous vivons en région mais travaillons pour des clients basés à Paris et ailleurs. Tout comme nous faisons des Relations Presse au niveau national pour des entreprises locales. Et ? Et bien nous parvenons tout à fait à faire notre travail comme il faut  Nous appelons les médias nationaux sans vergogne de « provinciaux » et tout va bien ! De mon côté, j’obtiens tout comme une RP parisienne des retombées dans des titres à envergure nationale comme BFM, Le Figaro, Challenges, le JDN… On ne me demande pas d’où j’appelle, mais bien quelle est la nature de mon appel. Et parfois même, quand je présente des clients grenoblois, cela peut créer une réaction positive de la part des journalistes qui engagent naturellement la conversation sur des sujets comme le climat, l’écosystème innovant, le fait divers du moment…

Ben oui, la Province, ça peut créer du lien !

Mais il est vrai que parfois oui… la localisation peut avoir ses limites

Je ne dis pas non plus qu’être en région n’apporte pas parfois quelques inconvénients. Dernier exemple en date : un startupper m’a contactée fin avril car il souhaitait médiatiser l’ouverture de son concept-store original en Ile-de-France. Un projet intéressant avec une belle histoire derrière mais qui pour moi représentait un gros inconvénient : le timing. En effet, l’ouverture se faisait 3 semaines plus tard et l’entrepreneur souhaitait communiquer rapidement. Stratégiquement, j’ai pensé à une petite inauguration presse conviviale mais très clairement, l’organisation qu’il fallait mettre en place en un laps de temps réduit (couplée à mes autres campagnes) m’a freinée dans le projet. J’ai préféré être transparente vis-à-vis du startupper et lui dire que là, pour le coup, une agence ou un freelance implanté à Paris pourrait être bien plus pertinent. Je n’ai d’ailleurs pas hésité à lui donner quelques noms. La solidarité n’a pas de frontières 😉

Et vous, qu’en pensez-vous ?
Quels sont vos retours d’expérience ?

 

 

 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
– Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire