Culture RP » Rencontre avec Claudine Schmuck, directrice chez Global Contact, auteure de l’Enquête Mutationnelles-Y Factor

SUIVEZ-NOUS SUR

Rencontre avec Claudine Schmuck, directrice chez Global Contact, auteure de l’Enquête Mutationnelles-Y Factor

4 juillet, 2016 4 juillet, 2016   4 juillet, 2016 0 commentaire

Claudine Schmuck est directrice chez Global Contact, le cabinet de conseil en innovation économique et sociale qu’elle a fondé en 1999. Experte auprès de la Commission Européenne sur les questions d’innovation, de transformation digitale et de mixité, elle a lancé en 2009 une enquête qui fait aujourd’hui référence sur le thème de la mixité dans les filières et secteurs scientifiques et technologiques: l’enquête Mutationnelles-Y Factor, parrainée par Orange.

Un projet passionnant dont elle nous parle avec une fougue communicative. Lisez son interview et foncez répondre à l’enquête Mutationnelles, pour contribuer, avec elle et les grand.es acteurs et actrices de la diversité, aux progrès de la mixité dans les métiers d’avenir.

Pourquoi avez-vous lancé, en 2009, l’enquête Mutationnelles?

Claudine_Schmuck

 

J’ai attrapé le virus du numérique dans les années 1990, en rencontrant Nicholas Negroponte, qui était alors président du Media Lab de MIT. Il avait pressenti avant tout le monde que tout serait digital dans un avenir proche. J’ai aussitôt voulu monter en expertise sur cette question.

Très vite, j’ai pris conscience de la rareté des femmes dans ce secteur d’avenir. J’ai expérimenté moi-même le fait d’être une des rares femmes dans le milieu du numérique en tant que cadre dirigeante dans un grand groupe informatique, mais aussi en tant que vice présidente du Club de l’Arche où, avec Jean Michel Billaut, nous avions initié en 1998 la première Fête de l’Internet.

Mais aujourd’hui, avec la transformation digitale, on ne parle pas que d’un secteur ou de métiers, on parle de quelque chose qui impacte toute l’économie et la société. En fait j’ai lancé cette étude parce que je ne me résigne pas, je refuse d’accepter que les femmes ne soient pas également impliquées dans ces métiers qui dessinent notre avenir.

Mais en entrant dans cette réflexion, j’ai découvert que l’on manquait cruellement de données : il y avait bien des enquêtes ici et là, par exemple sur la proportion de filles dans les écoles d’ingénieure, mais pas de mesure générale sur la proportion de femmes dans l’ensemble des formations scientifiques et techniques, qui comprend aussi les diplômées de niveaux BTS, licences, master et doctorat. On évoquait en termes généraux le problème de la sous-représentation des femmes dans ces formations et dans ces métiers, sans disposer des outils d’analyse qui permettent d’identifier des leviers d’action pour que ça change, pour que ça bouge vraiment.

Aux origines de l’enquête Mutationnelles, il y a donc le souhait de répondre à un besoin urgent : situer quelle est exactement la place des femmes dans les STIM (Sciences, Technologies, Ingénierie, Mathématiques) et comprendre de façon globale ce qui fait frein à leur participation aux innovations qui créent notre futur.

Il y a aussi une grande chance, le fait que cette volonté ait été portée par l’engagement d’Orange, dont le président Stéphane Richard est l’un des premiers à avoir affirmé l’importance et la valeur des équipes mixtes dans un groupe high-tech. Un groupe qui a vu dès le départ l’intérêt de cet outil, et dont l’équipe est la première à avoir identifié l’importance de disposer de données fiables et précises sur ce sujet. Un diagnostic confirmé par le Parlement Européen dans ses résolutions en 2008 et plus récemment en 2015.

Quelle méthode avez-vous employé pour bâtir cette enquête?

J’ai commencé par retenir deux grands axes de travail : l’orientation et l’emploi. Ces deux axes sont dictés par la volonté de comprendre pourquoi si peu de filles sont présentes dans les études en sciences et technologies après le lycée; puis pourquoi elles sont encore moins nombreuses dans les métiers scientifiques et techniques. L’objectif est de trouver ce qui explique cette “fuite” de compétences, qui en France tend à augmenter d’année en année. Notamment dans le numérique.

La question du choix d’orientation fait l’objet de nombreux travaux de recherche qui portent sur le poids des stéréotypes ; il s’agit donc de voir si d’autres paramètres entrent en compte dans la préférence pour les filières autres que scientifiques.

La question de l’emploi des femmes dans les STIM est moins traitée. Pourtant, on constate dans ce secteur un phénomène de turn-over bien plus important que dans d’autres. Il faut se demander pourquoi les femmes qui sont entrées dans des métiers technologiques sont si nombreuses à les quitter au bout de quelques années.

Je regarde donc à la fois comment évolue la situation des femmes dans ces activités, mais aussi comment sont appliquées et perçues les politiques en faveur de la mixité. Car pour éviter que les femmes quittent ces métiers, il faut des solutions en termes de gestion de carrière, équilibre vie professionnelle/vie privée et développement personnel.

Ces deux axes de travail posés, j’ai bâti une méthodologie qui consiste à croiser des données internationales disponibles, avec des chiffres inédits émanant de nos partenaires, auxquelles s’ajoutent les données issues du sondage en ligne que nous réalisons chaque année. L’objectif? Décrypter les tendances avec des indicateurs simples.

Après 8 ans d’enquête Mutationnelles, quelles sont les grandes conclusions auxquelles vous êtes parvenue?

Pour retrouver l’article complet veuillez vous rendre sur le site eveleblog.com au lien suivant : http://www.eveleblog.com/oser/contrairement-a-ce-qui-se-dit-les-femmes-aiment-prendre-des-risques/

 

EVE Le Blog, concentre toute l’actualité du leadership au féminin, nos coups de cœur, analyses, témoignages… vus par les participants du programme. Leitmotiv : oser être soi-même pour pouvoir agir / https://twitter.com/eveprogramme

Une équipe incarnée et portée par des femmes qui savent faire partager leurs idées :

– Anne Thevenet-Abitbol, Directrice Éditorial et Artistique du Programme EVE & Directrice Prospective et Nouveaux Concepts, Danone.
– Christine Descamps, Productrice Exécutive du Programme EVE, Fondatrice de CDS Brand Consulting & Directrice de la Fondation Recherche sur Alzheimer.
– Valérie Amalou, Directrice du blog, Events Project Manager New Concepts, Danone.
– Marie Donzel, La « plume » du blog, Journaliste, blogueuse & militante de la cause du leadership féminin.

 

 

 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
– Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire