Gilles Vanderpooten, Directeur REPORTERS D’ESPOIRS revient sur les temps forts de l’événement LA FRANCE DES SOLUTIONS

18 octobre, 2016 18 octobre, 2016   18 octobre, 2016 0 commentaire

L’Argus de la presse était présent le 10 octobre 2016 à LA FRANCE DES SOLUTIONS, un événement organisé par Reporters d’Espoirs pour mobiliser la société française dans une dynamique de solutions. Un événement co-animé par Sophie Jovillard (France 5) et Sylvia Amicone (LCI), et avec la présence exceptionnelle de Jean-Louis Etienne (médecin, explorateur) invité d’honneur et de Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

 

Gilles Vanderpooten,
Directeur Reporters d’Espoir revient sur les temps forts de l’événement :
LA FRANCE DES SOLUTIONS

Gilles Vanderpooten

 

Pouvez-vous nous rappeler les grands enjeux et objectifs de La France des Solutions portée par Reporters d’Espoirs ?

Les médias sont les témoins de ceux qui souffrent. Ils doivent aussi avoir l’audace et la force extraordinaire de ceux qui font émerger des solutions là où l’on croit qu’il n’y a pas de réponses.

La mission de Reporters d’Espoirs s’inscrit dans cette démarche : redonner au bien commun, par la médiatisation, les pépites d’hommes et de femmes qui « ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait ».

En lançant La France des solutions (l’un des programmes-phare de l’association) en 2013, nous avons voulu identifier les gisements d’initiatives et d’innovations qui prennent place sur notre territoire. Mettre la lumière sur ce qui fait avancer, et en diffuser la connaissance auprès du plus grand nombre de citoyens.

Face au sentiment que l’on ne peut pas agir sur les événements, qui génère du pessimisme dans la société voire de la résignation, nous croyons en effet qu’il est indispensable de créer une « dynamique de solutions ». D’un point de vue citoyen, il s’agit de donner à chacun des possibilités d’agir et de s’engager. D’un point de vue journalistique, il s’agit de refléter de manière plus juste la complexité de la réalité.
Car si elle est faire d’indéniables problèmes et difficultés –crise écologique, inégalités, chômage- elle est, fort heureusement, aussi faite de résilience, de femmes et d’hommes qui prennent les choses en main, individuellement et collectivement.

Très concrètement, La France des solutions est un événement -une sorte de « Conférence TED à la française »- auquel s’ajoute une semaine durant laquelle plus de 30 médias s’engagent à nos côtés. Nous avons sélectionné avec eux des thématiques, identifié des initiatives, mesuré leur impact –création d‘emploi, bien-être au travail, mutations écologiques, sauvetage réussis d’entreprises, création de lien social, etc. Ces initiatives peuvent être portées par des citoyens, entrepreneurs, agriculteurs, acteurs publics, privés, associatifs, collectifs… Partout, il y a des énergies formidables qui s’expriment er qu’il faut faire connaitre. C’est non seulement une question d’efficacité (chercher des réponses à de grands enjeux contemporains) mais d’inspiration. N’enfermons pas les citoyens dans le sentiment qu’ils sont impuissants, que « il n’y a pas d’alternative » aux aspects les plus sombres de notre monde! Rien n’est plus fort que l’exemplarité pour inspirer et susciter des vocations.

Quels ont été les grands temps forts de l’événement du 10 octobre 2016 ?

LA FRANCE DES SOLUTIONS_Jean-Louis Etienne et Ségolène Royal

L’événement est ponctué de trois temps forts.

– Des pitchs (prises de parole) et discussions entre porteurs de projets, pour inspirer. Nous avons abordé trois thématiques cette année, en lien avec des sujets qui ont fait la Une de l’actualité. La crise agricole –auxquelles répondent des initiatives comme la Biovallée dans la Drôme, M2i Life Sciences qui innove avec le biocontrôle qui propose des alternatives aux pesticides, ou encore la start-up OHT qui œuvre à la dépollution des eaux et terres pollués ; le travail et l’emploi – à travers de nouvelles formes de management, d’entreprises « libérées » comme le Groupe Hervé, de reprises d’entreprises au bord de la fermeture par les salariés sous forme de coopératives comme la Scop La Belle Aude ; ou encore comment stimuler la démocratie à l’approche des élections – avec par exemple le Maire de Kingersheim en Alsace qui pratique avec succès la « démocratie-participation » dans sa ville de 13 000 habitants.

– La France des solutions Académie, qui au terme d’un processus de candidatures et de jurys, a permis à quatre jeunes innovateurs de moins de 26 ans de venir pitcher leurs initiatives en 4 minutes, et de remporter de la visibilité médiatique – dans des médias comme LCI, Konbini, L’Etudiant

– Des speed-meetings, rencontres entre experts et porteurs de projets et d’idées, pour conseiller voire faire émerger de nouvelles connexions et coopérations.

LA FRANCE DES SOLUTIONS Evènement

Qu’attendez-vous de la semaine des solutions du 9 au 16 octobre à retrouver dans 30 médias ?

C’est la 3e année que nous organisons cette opération, d’abord avec 5 titres de presse régionale, puis avec 20, puis 30 médias… et de nouveaux nous appellent chaque jour pour s’y joindre !

L’idée est de faire mouvement, pour adresser un message fort aux citoyens : oui, vos médias que vous percevez souvent comme des annonciateurs de catastrophes, peuvent aussi être les relais et les analystes critiques d’initiatives concrètes qui répondent aux difficultés. Problèmes + solutions : cette dynamique, nous y travaillons depuis 12 ans à Reporters d’Espoirs, et La France des solutions permet de rassembler tous ceux qui se retrouvent dans cette démarche.

L’ambition, en dehors d’une opération événementielle, est que tout au long de l’année, nos consœurs et confrères journalistes offrent des contenus de « solutions » à leurs publics. Et participent à éclairer, critiquer, analyser, mettre en évidence, les situations difficiles comme celles qui relèvent de la prise d’initiative.

Quelques mots sur Zephyr Solar, le vainqueur de la France des Solutions Académie ?

Zephir Solar

Voilà en matière d’innovation et de prospective une initiative porteuse de solutions, portée par deux jeunes de moins de 26 ans, Julie Dautel et Cédric Tomissi, tout juste diplômés de l’école des Arts décoratifs de Paris. Zephyr Solar associe innovation, énergie et humanitaire. Il s‘agit d’un ballon photovoltaïque, donc autonome, qui pourra capter les rayons du soleil pour alimenter un camp de réfugiés, ou un hôpital de fortune, en lumière et chauffage. C’est une alternative intéressante aux générateurs qui fonctionnent à l’énergie fossile. Une invention prometteuse.

Diffuser l’envie d’agir plutôt que la résignation” ! Quels sont les prochaines actions de Reporters d’Espoirs qui porteront cette belle et heureuse dynamique ?

Nous lançons notre « Lab », un outil de recherche, d’échanges avec des experts des médias – sociologues, psychologues, neuroscientifiques, historiens, etc.

L’ambition : évaluer et mesurer l’impact des médias selon qu’ils nous exposent à des messages négatifs ou constructifs. C’est un nouveau champ de recherche qui s’ouvre le !

Nous en discuterons aux Pays-Bas au mois de décembre, et organiserons un colloque professionnel début 2017.

D’ici là, nous continuons à avancer avec les médias, à l’émergence de lignes éditoriales nouvelles et innovantes, toujours au service des solutions et de l’inspiration des citoyens !

 

 

 

 

Nicolas Jaunet,
Marketing & Communication de l’Argus de la presse et fondateur du blog Culture RP.

 

 

 

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire