Twitter(is)Down , Twitter(is)Back panique sur le petit oiseau bleu

2 novembre, 2016 2 novembre, 2016   2 novembre, 2016 0 commentaire

Retour sur le cas d’une crise entre âge de raison et crise d’un envol par Nadia Bahhar-Alves, Consultant Senior-Account Manager.

 

Nadia Bahhar-Alves

 

Il y a quelques jours Twitter subissait une cyberattaque, au même titre que Airbnb, Reddit, Spotify ou encore Netflix. Déjà dans l’actualité avec les annonces de potentiels acquéreurs, qui se sont tous rétractés depuis, Twitter s’est retrouvé en l’espace d’une soirée au centre des débats, des crispations et des peurs de ne plus pouvoir s’y connecter.

Un hashtag spécial a même été lancé et s’est retrouvé relayé après le rétablissement de “l’incident” aussi vite qu’une traînée de poudre à travers le monde entier : #TwitterDown. Ironie, ce hashtag, valable normalement et uniquement au moment de tweets sur ce réseau social, n’a pu être diffusé et n’a pu exister qu’après le #TwitterBack, créant ainsi l’euphorie de la #TwitterParty.

Ironie en effet car même si certains Reseaux Sociaux dont Linkedin agrègent désormais le hashtag, il est important de noter que seul l’oiseau bleu est en capacité d’en prendre la mesure, d’en identifier la puissance, son impact, son engagement et enfin son référencement en qualité de trending topics dès lors qu’il est diffusé.

En effet, le hashtag ou mot-dièse fait office de mot-clé sur Twitter et permet de suivre et de commenter en temps réel les conversations avec les utilisateurs. Utilisé sur le plan international en 2009 par Twitter, suite au soulèvement postélectoral en Iran et interprété en lien hypertexte, le hashtag a fait très rapidement son apparition sur ce réseau social pour être ensuite repris sur Facebook dés 2013, Instagram ou encore Google+ et dernièrement sur LinkedIn.

Ce hastag a donc pu, le temps d’une soirée, se faire la part belle des audiences du réseau social et mettre en avant l’engouement qu’il suscite malgré ce que certains pourraient penser. L’attaque “déni de service” subie par Twitter vendredi 21 octobre a révélé de ce fait que malgré les dires de beaucoup de personnes et notamment des professionnels de tous horizons, Twitter reste un réseau social à part entière qui est suivi, quoi qu’en dise les chiffres officiels, par plus d’internautes que l’on ne croit.

Ainsi, une infographie étonnante publiée en août 2016 par Social Media Today a révélé que 500 millions de personnes par mois viennent s’y connecter sans être enregistrées (*). On y apprend également que 23% des utilisateurs Internet sont sur Twitter et que 6 000 tweets par secondes sont envoyés par les utilisateurs de l’oiseau bleu.

Tweets par second

 (*) Infographie sociamediatoday.com @socialmedia2day – août 2016

De quoi affoler le plus grand nombre et la twittosphère pendant quelques heures suite au crash du réseau social.

Ce phénomène, une fois le “courant remis” a laissé place par la suite à l’humour et la célébration qui ont duré quasi toute la soirée. Les peurs collectives se sont ainsi transformées en blagues et fêtes de “retour” (#TwitterBack #TwitterParty) prouvant encore une fois que malgré tout ce que l’on peut lire ou entendre Twitter reste un réseau social apprécié et important aux yeux des internautes. Au point que beaucoup d’entre eux se sont livrés vendredi soir à des déclarations d’amour enflammées à Twitter ou n’ont pu s’empêcher d’avouer, de manière humoristique, leur addiction au petit oiseau bleu.
Une touche d’humour parfaitement illustré par Le Gorafi (*) en un tweet qui a réussi à susciter pas moins de 1752 retweets et 1239 “j’aime”.

Le Gorafi Flash Rassemblement spontané de Twittos

(*) Source @le_gorafi 21 octobre 2016

Cet événement, a également été largement repris et couvert par les journalistes, créant ainsi une large couverture médiatique du sujet Twitter, mais aussi des autres sites impactés. Sujet qui continue d’être relayé et traité à ce jour. En effet, ce dernier est toujours dans l’actualité en ce lundi, posant désormais la question du comment, pourquoi et de l’objectif de cette panne provenant des US et ayant touché le monde entier.

Au regard de ces informations, il convient donc de se demander quelle est la place réelle qu’occupe Twitter sur les réseaux sociaux de nos jours, même si ce dernier est souvent décrié, présenté sur le déclin du fait de la stagnation de son nombre d’abonnés, de son chiffres d’affaire, de son changement de gouvernance ou encore de son rachat possible mais incertain.

Souvent perçu comme réservé à une certaine élite et/ou population ou d’utilisateurs, Twitter a su néanmoins et encore une fois démontrer sa force et l’addiction digitale de ses utilisateurs, l’espace d’une soirée !

Twitter est donc loin d’être mort, qu’on se le dise !

 

 

 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
– Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire