Interview d’Elodie ROYEZ, attachée de presse Ed. Belin

16 mai, 2017 16 mai, 2017   16 mai, 2017 0 commentaire

Elodie Royez quel est votre parcours ?

Je suis attachée de presse dans l’édition depuis 7 ans maintenant, après avoir obtenu une licence professionnelle « Métiers du livre ». Quelques années d’études assez denses qui m’ont aussi permis d’être très vite plongée dans la vie active et plus particulièrement dans le milieu de l’édition.

Après m’être longtemps occupée de la promotion d’ouvrages de sciences humaines, je suis depuis peu en charge de la promotion de livres jeunesse, de guides pratiques sur la nature et d’ouvrages techniques sur l’équitation aux Editions BELIN.

portrait Elodie Royez itw culture RP

Je suis en contact avec la presse dite « traditionnelle », les organisateurs de salons et d’événements littéraires, mais j’anime aussi les réseaux sociaux tels que nos pages Facebook, les comptes Twitter (institutionnel et personnel) et le compte Instagram que je viens de lancer il y a quelques mois !

Qu’est-ce qui rend le métier d’attachée de presse si passionnant et tellement singulier !

La diversité. De contenu d’abord, puisque je suis amenée à promouvoir des ouvrages aux thématiques très variées. Il faut donc être curieuse, s’informer (beaucoup et vite !) être sensible aux enjeux du monde dans lequel on vit.

Il y a aussi la collaboration avec les auteurs qui est singulière. En effet, lorsqu’un ouvrage paraît, il y a eu tout un processus, parfois long et compliqué : l’écriture, la mise en page, les corrections, le travail de recherche iconographique, la commercialisation et la promotion. L’auteur a souvent mis beaucoup de lui-même dans l’écriture de son livre et il faut savoir gérer ses attentes et même parfois ses angoisses quant à la réception de son texte par le public et les journalistes ! Il faut s’armer de patience, être dans l’empathie pour rassurer et accompagner l’auteur dans cet exercice difficile qu’est la promotion de son ouvrage.

Ce qui rend aujourd’hui ce métier encore plus enthousiasmant, c’est également la diversité de supports sur lesquels nous allons tâcher de faire parler de l’ouvrage : la presse écrite, la radio et la télévision, les blogs, la presse en ligne, les réseaux sociaux… Et puisque ces nouveaux canaux de diffusion sont dans « l’instantanéité », à l’affut des dernières nouveautés et actualités, cela nous demande une très grande réactivité et un travail sur le contenu qui doit pouvoir s’adapter à chacun de ces publics !

 

Site Belin

 

Quelles sont les actions de RP mises en œuvre lors de la sortie d’un ouvrage, pour le salon du Livre, pour les différents événements liés à la visibilité d’un écrivain ?

Nous rencontrons l’auteur et les équipes éditoriales bien en amont de la parution du livre pour pouvoir en connaître le contenu, s’imprégner des thématiques et problématiques soulevées dans l’ouvrage et ainsi pouvoir rédiger un communiqué de presse et lister les journalistes qui pourraient être intéressés par le sujet. Ensuite, nous les contactons, leur proposons de lire l’ouvrage. Nous échangeons avec les journalistes nous ayant fait part de leur intérêt pour le livre, nous les mettons en relation avec l’auteur, assurons le suivi. Enfin, nous accompagnons l’auteur lors de ses passages dans des émissions ou sur des salons.

Nous travaillons également en lien avec le service commercial pour mettre en place des séances de dédicaces en librairies, nous rencontrons les programmateurs d’événements afin de pouvoir être présents lors de salons et festivals. Le but étant de faire se rencontrer l’auteur et son public.

Enfin, avec le service marketing, nous proposons des partenariats à la presse, aux blogueurs, aux influenceurs, le tout étant encore une fois de bien identifier notre lectorat et aussi de monter des projets originaux et de qualité !

Comment le Digital a-t-il modifié la communication de l’Attaché(e) de presse ?

Quand j’ai commencé à travailler comme attachée de presse dans l’édition, j’ai pu apprendre les bases du métier aux contacts d’attachées de presse confirmées. Le cœur du métier consistait, de manière assez « classique », à entretenir un réseau de journalistes et de garder ce contact privilégié avec eux afin d’échanger sur les ouvrages et de leur proposer l’expertise d’auteurs.

Cet aspect doit rester à mon sens central mais les journalistes ont aujourd’hui intégré les réseaux sociaux comme un outil professionnel, l’attachée de presse doit donc pouvoir leur apporter de l’information par ce biais et du coup, s’adapter aux contraintes de ces nouveaux outils (synthétiser le propos, le rendre plus visuel, être en phase avec l’actualité)

L’attachée de presse doit à mon sens prendre part à la transformation digitale de son entreprise en assurant sa visibilité et sa notoriété sur le web et notamment auprès des influenceurs (blogs, forums et réseaux sociaux). Il lui faut donc s’approprier une nouvelle manière de faire sa veille, choisir de nouveaux outils de communication ou adapter ceux déjà existant. Et surtout favoriser les échanges avec cette communauté et l’animer, en organisant par exemple des événements pour les rencontrer et/ou les faire se rencontrer !

Quelle serait votre définition de l’Influence, de l’engagement, de la notoriété autant pour une maison d’édition que pour un écrivain, un critique littéraire, un blogueur ?

Nous défendons des ouvrages, mais aussi des idées : celles véhiculées par nos auteurs.

Nous sommes donc des « passeurs de savoirs » (ou des « passeurs d’émotions » quand on publie des romans) et nous avons la responsabilité de transmettre un contenu, le mettre à la portée de tous, tout en gardant une certaine neutralité et objectivité.

En ce sens, nous devons accompagner nos auteurs au mieux afin que ceux-ci puissent s’exprimer sur différents supports et y défendre leurs idées, leur texte. Ensuite, nous essayons de faire en sorte que la presse et les influenceurs s’emparent d’un sujet, qu’ils parlent du contenu dans un article, une émission, une chronique, un post et que la retranscription des propos soit fidèle aux idées de l’auteur. Quand ce dernier est bien identifié comme « expert » de son sujet et que les médias le sollicitent naturellement, alors le contrat est rempli ! C’est ça selon moi, la notoriété : quand l’auteur devient lui-même un influenceur, qu’il est lu, écouté, entendu et que sa maison d’édition s’engage à ses côtés et l’accompagne dans cette aventure.

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter envers les journalistes et blogueurs pour communiquer avec eux ?

Etre à l’écoute des besoins et des demandes des journalistes qui doivent capter un lectorat en pleine mutation, avec de nouvelles habitudes de lecture. Les interpeller via les réseaux sociaux, attirer leur attention sur telle ou telle parution qui serait en lien avec l’actualité par exemple.

Les influenceurs (blogueurs, youtubeurs, instagrameurs) sont des interlocuteurs à ne pas négliger, bien au contraire ! Et leurs retours sont très intéressants, un peu différents de ceux des journalistes, avec une autre sensibilité. Par exemple, pour les livres jeunesses, les blogueurs/euses sont aussi des parents, des libraires, des bibliothécaires, des enseignants, etc… Ils/elles ont donc cette double « casquette » qui est très enrichissante pour nous. Les retours de lecture se font à la fois sur le contenu mais aussi sur la forme et cela nous aide à leur proposer par la suite des ouvrages adaptés et qui plaisent aux petits lecteurs en herbe. Ce qui est intéressant aussi, c’est de monter des partenariats avec certains bloggeurs et leur apporter de la matière pour animer leur communauté (des jeux-concours, des rencontres, la découverte des coulisses de l’entreprise). Les blogueurs sont aujourd’hui très sollicités, il faut donc prendre le temps de bien les cibler, identifier leur ligne éditoriale et ne pas vouloir leur proposer à tout prix des produits dont ils n’auront rien à faire !

On pourrait penser que la transformation digitale, la montée en puissance des réseaux sociaux et de ceux qu’on appelle les « influenceurs » rendent les choses moins « humaines » mais en réalité, le contact est bien là et il ne tient qu’à nous de faire en sorte de construire des relations personnalisées et durables !

 

Elodie Royez / @RoyezElodie

page Instagram Belin Jeunesse : https://www.instagram.com/belinjeunesse/

 

 

Marc Michiels,
Chargé de la ligne éditoriale, CM : @Culturerp @Argusdelapresse,  ArtisteÉcrivain.

 

 

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire