SUIVEZ-NOUS SUR

Donner rend-il plus heureux ?

10 décembre, 2018 10 décembre, 2018   10 décembre, 2018 1 commentaire

« Devenez le changement que vous voulez voir dans le monde. » – Mahatma Ganghi.

 

A chaque événement de la vie d’un particulier ou d’une d’entreprise, c’est une occasion d’être généreux envers les autres pour redonner du sens aux grands moments de la vie, pour que le monde soit moins violent sans doute ! GANDEE est une cagnotte en ligne entièrement dédiée aux dons associatifs.

Culture RP a voulu en connaître d’avantage auprès Layticia Audibert, CEO de GANDEE.

Layticia, GANDEE est né du « Social Calling », désireux d’impacter positivement le monde. Quel a été votre déclic, votre parcours et les enjeux du site ?

Je crois que Gandee sommeille en moi depuis l’enfance. Quand j’avais 6 ans j’ai fait la révolution à la cantine parce que les dames de service donnaient plus à manger au fils du Maire qu’aux gens du voyage qui étaient dans l’école ! Ça m’a valu de me faire sacrément tirer les oreilles !

J’ai toujours été habitée par un fort besoin de justice. C’est d’ailleurs ce qui m’a conduit à devenir avocat. Comme le Mahamat Gandhi qui était avocat, et la comparaison s’arrête là bien sûr, auquel j’ai voulu rendre hommage à travers ce nom de Gandee. Sa phrase « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » m’a accompagnée toute ma vie.

C’est cela qui a inspiré la création de l’association Le Provocateur de sourires, web-mag de bonnes nouvelles. J’étais saturée de voir uniquement le négatif dans les journaux, le « good news, no news », alors j’ai créé grâce à une équipe de bénévoles « chasseurs de sourires », un magazine qui parle de tout ce qu’il y a de bien dans le monde, des progrès, des initiatives innovantes, de l’entraide…
C’est dans ce cadre, que j’ai créé mon Birthday Project. Pour mon anniversaire il y a 3 ans, j’ai demandé à mes amis, proches et moins proches sur les réseaux sociaux, de faire du bien au monde au lieu de m’offrir un cadeau matériel. Sur ces 3 ans, j’ai eu, à ma grande surprise, plus de 1500 «cadeaux solidaires» et plus de 150 000 vues sur les réseaux sociaux.

C’est comme cela qu’est née l’idée de Gandee car grâce à ce retour d’expérience, j’ai réalisé que cette initiative rendait tout le monde heureux : mes amis, qui ne savaient jamais trop quand donner et à qui, étaient super heureux de saisir l’occasion de le faire. Les personnes et associations qui en ont bénéficié étaient heureuses, et moi je l’étais aussi. Cela a rempli mon cœur de joie de manière bien plus durable que d’avoir reçu un vase ou un bouquin, et la preuve : j’ai créé Gandee !

Comment ça marche ?

Pour les particuliers :
Il suffit de choisir une des associations que nous avons préalablement sélectionnée pour leur « impeccabilité », parmi différentes causes.
Ensuite, comme sur une cagnotte classique, vous créez votre cagnotte au profit de l’association choisie, vous écrivez un petit mot pour expliquer votre action et vous invitez vos amis à participer pour rendre le monde plus beau. Ils reçoivent l’invitation et participent du montant de leur choix. Leur don bénéficie d’une déduction fiscale.

Pour les entreprises :
Pour les entreprises, elles ont le choix :
Soit l’entreprise décide de faire un don à une association, pour les cadeaux de fin d’année par exemple, et elle envoie l’information de la cagnotte, avec son propre logo cobrandé avec celui de l’association, ainsi que le mot du chef d’entreprise qui explique sa démarche aux destinataires des cadeaux, que ce soit ses clients, ses partenaires ou ses collaborateurs. C’est un outil de communication autour de son don.

Soit elle fait un don et peut inviter ses clients, ses collaborateurs ou ses partenaires à participer à cet élan généreux pour qu’une communauté entière de Do-Gooders se tourne vers la cause soutenue. Cela peut être par exemple à l’occasion d’un team building ou d’un challenge sportif, ou alors pour inciter ses employés à faire un don sur salaire, même de quelques euros, chaque mois en instaurant un Do-Good Day dans l’entreprise.

Les entreprises, notamment les PME, peuvent également recourir à notre service d’outsourcing du mécénat d’entreprise, en soutenant une ou plusieurs associations sur l’année.
Pour les entreprises, les dons sont également déductibles des impôts.

Quelle stratégie médias pour devenir une marque influente et appréciée?
Voir le webinar

Gandee accompagne les entreprises dans une démarche de mécénat. Quels sont les critères et modalités de sélection et offres proposées ?

Nous avons constaté que les petites et moyennes entreprises n’ont pas toujours le temps, les moyens ou les ressources en interne pour développer une véritable politique de mécénat. Pourtant le désir d’embarquer leur société et leurs collaborateurs sur des valeurs RSE fortes est réelle. C’est pourquoi Gandee propose une offre de service inédite aux TPE et PME afin d’outsourcer leur mécénat d’entreprise.

Il y a des prérequis, nous accompagnons les entreprises pour qu’elles deviennent actrices de leur philanthropie mais nous avons à cœur la force et la sincérité de leur engagement. Leur mécénat doit être issu d’une réflexion stratégique à long terme qui constituera un levier de performance à la fois pour l’entreprise et pour l’association soutenue.

Ici pas de « greenwashing » ! * (*écoblanchiment). Ainsi, indépendamment de nos services (à partir de 245€ par mois), les entreprises ne peuvent souscrire à notre offre qu’avec un engagement de don annuel à ou aux associations soutenue(s) d’un minimum de 3000 € par association (qui ne coûte que 1 200 € après déduction fiscale).

Par ailleurs, la majorité de nos associations partenaires n’acceptent pas de mécénat provenant de certains secteurs d’activité tels que l’armement, le tabac, la pornographie etc. Les critères sont propres à chaque association et nous veillons à leur application.

En permettant d’accompagner les entreprises, celles-ci partageant une vision solidaire, sociale et responsable qui ne sont pas forcément attachées au territoire de la marque. En somme, une opportunité à développer et partager l’idée positive d’un RSE. Selon vous pourquoi la responsabilité sociétale des entreprises est un axe à ne pas négliger pour le business ?

De nombreuses études montrent qu’aujourd’hui les français attendent des entreprises qu’elles adoptent des pratiques sociales et environnementales responsables. Les entreprises qui ne tiendraient pas compte de cette attente risquent de connaître de graves difficultés, aussi bien pour développer leur chiffre d’affaires que pour recruter de nouveaux talents. 93% des français se disent enthousiastes face aux entreprises qui choisissent de mener des actions de mécénat.

Le produit seul ou la marque ne suffisent plus ni aux consommateurs, ni aux salariés dont il est prouvé que la productivité augmente entre 15 et 30% lorsque l’entreprise s’engage dans la solidarité.
Face à cet enjeu majeur, le mécénat d’entreprise offre un avantage compétitif sensible, car il permet en effet de:
– S’engager pour la société et participer à l’intérêt général, concilier développement économique et humain.
– Valoriser l’ADN : communiquer autrement sur les valeurs de l’entreprise – en externe, auprès des clients, des partenaires ou du grand public – en interne, auprès du personnel.
– Susciter fierté, créativité et engagement des collaborateurs, attirer et conserver les talents et les digital natives.
– Optimiser la communication par l’action de mécénat qui est un outil de communication plus crédible que la publicité institutionnelle ou commerciale.

Notre offre consiste à accompagner les entreprises :

– Dans la définition d’une stratégie de mécénat cohérente selon le métier.
– Dans la sélection des associations. Toutes les associations sélectionnées par Gandee répondent à une charte de qualité exigeante afin d’apporter transparence, confiance et sécurité. L’entreprise diminue le risque de voir sa stratégie sociale entachée par la mauvaise gestion de l’association qu’elle décide de soutenir.
– Avec des outils de communication autour de leurs actions (animation selon une périodicité à définir de leur réseaux sociaux, newsletters en interne et en externe etc),
– Dans l’implications des salariés dans le choix de l’association – organisation d’un do-good day permettant un don sur salaire via une cagnotte mensuelle.
– Avec un suivi et une communication régulière des actions menées par la ou les associations soutenues.
Par ailleurs, le mécénat dispose d’un dispositif fiscal incitatif : 60% des dons sont déductibles de l’Impôt sur les sociétés (IS) ou impôt sur le revenu (IR) (à hauteur de 0,5% du CA – en cas de don supérieur à cette limite, il est possible, pour l’entreprise, de reporter l’excédent sur les 5 exercices suivants).

Une façon efficace de choisir où vont vos impôts !

Quelles sont les associations partenaires, votre calendrier de développement pour proposer d’autres associations ? Et souhaitez-vous développer d’autres thématiques ?

A l’occasion de mon birthday project j’ai eu des retours d’expériences de personnes qui me disaient ne pas vraiment faire confiance aux associations, qui trouvaient les frais de fonctionnement trop lourds. C’est pourquoi sur Gandee nous avons présélectionné un nombre limité d’association de confiance, qui bénéficient de labels qui œuvrent à leur contrôle et à leur bonne gestion et gouvernance. Il s’agit de Don en Confiance, Ideas et Epic Fondation notamment.

 

« La traçabilité et la confiance sont les maîtres mots des associations présentes sur Gandee
et c’est véritablement une de nos grandes valeurs ajoutées. »

 

A ce jour, les causes présentent sur le site sont l’enfance, l’environnement, le droit des femmes, la santé, la solidarité, l’éducation et les actions humanitaires internationales. Nous avons aujourd’hui 19 associations partenaires.
Nous n’envisageons pas d’avoir un trop grand nombre de partenariats et nous restons focalisés sur la qualité des associations avec lesquelles nous travaillons. Cela permet en outre à nos utilisateurs de choisir rapidement la cause qui leur tient à cœur, sans être noyés dans un trop grand choix (comme on dit « trop de choix tue le choix), tout en bénéficiant de toutes les informations nécessaires sur l’association soutenue.

Nous souhaitons cependant rentrer de nouvelles associations dans le domaine de la santé afin de répondre à la sensibilité de chacun, ainsi que des associations de défense des animaux qui ne sont pas encore présentes à ce jour sur notre site.

 

« L’important n’est pas ce que l’on est mais ce qu’on offre. » – Raoul Follereau.

 

Comment communiquez-vous sur les médias sociaux pour faire connaître GANDEE ?

Nous communiquons avant tout sur nos valeurs, nos différenciations et sur la qualité des associations partenaires. Nous essayons également d’informer, via notre blog Gandee, sur l’importance du don et de la générosité en relayant des études et analyses qui démontrent unanimement que donner rend véritablement heureux, durablement. Dans un monde en quête de sens, nous sommes convaincus que la solidarité, l’entraide est une des clefs essentielles à l’évolution des consciences et à notre évolution en tant qu’être humain. Après l’ère consumériste qui nous a laissés seuls derrière nos écrans, se soucier des autres et participer au bien commun est un liant puissant et les réseaux peuvent d’ailleurs en être les outils.

Pensez-vous qu’il soit utile de « s’appuyer » sur les influenceurs pour développer votre approche de la générosité ?

C’est indispensable. Je pense même que c’est également un excellent outil réciproque. En effet, les influenceurs qui ont également une vision et une action solidaire et généreuse bénéficient d’une amplification et d’une différenciation de leur image, et donc accroissent leur influence. Un outil comme Gandee est pour eux une façon efficace et mesurable d’engager leur communauté, en créant des cagnottes par exemple et en invitant leur réseau à faire du bien avec eux.

Pour nous c’est aussi un formidable outil pour nous faire connaître par des influenceurs qui sont animés par cette envie de générosité et de rendre le don viral. Nous commençons à mettre en place une stratégie pour approcher de tels influenceurs et nous espérons même qu’ils viendront à nous naturellement !

« On gagne sa vie avec ce que l’on reçoit,
mais on la bâtit avec ce que l’on donne. » – Winston Churchill.

 

Avez-vous déjà fait un partenariat avec un média ou un influenceur (Co-création, campagne de communication) ?

Nous travaillons avec TANKE, agence créative d’influence, qui est une pépite spécialisée justement dans la communication auprès d’influenceurs. Ils nous aident tant au niveau stratégique, conseil et approche des influenceurs pertinents pour faire connaître notre jeune pousse.

Quelle est votre référence en matière de stratégie de marque (votre marque chouchou) ?

J’aime beaucoup la stratégie d’Innocent (les jus). Il y a un côté engageant et on a envie d’être amis avec eux ! Un peu comme la série Friends…

Les générations Y sont-elles plus sensibles à la générosité ?

Les « digital native », qui sont la cible de nombreuses marques, sont 56% à être en quête d’engagement dans leur vie professionnelle et privilégient des employeurs investissant dans une démarche de générosité. Ils sont par ailleurs des consommateurs sensibles et sont prêts à payer 30% de plus un produit si ce dernier a un impact sociétal. Je ne sais pas s’ils sont plus sensibles que les générations passées, mais en tout cas ils sont engagés, avec la volonté de construire un monde plus beau et on peut dire que ce sont eux qui ont désormais les clefs du château.

Si vous aviez un coup de gueule à faire passer ce serait lequel ?

Ce serait vis-à-vis de Facebook. J’ai, à titre personnel et via mon association le Provocateur de sourires, environ 14 000 amis. Ce réseau a été bâti sur de nombreuse années d’implication. Avant, lorsque je postais quelque chose cela était vu par l’ensemble de mon réseau. Aujourd’hui, cela est vu par seulement les 100 personnes avec lesquelles je suis le plus en interaction. Soit une perte de visibilité de 13900 personnes ! Il faut donc sponsoriser, même vis-à-vis de son propre réseau. Je comprends les impératifs de rentabilité de Facebook, mais cela devrait porter uniquement sur l’acquisition de nouveaux contacts et non ceux issus du travail de chacun.

Disons que le « c’est gratuit et ça le restera toujours » perd un peu de sa substance…

 

Marc MichielsRédacteur en Chef.

 

 

Articles en relation :

    • - 15 décembre, 2018 à 12:49
    • Interview sur Culture RP | Blog Gandee
    • […] Interview Culture RP « Donner rend-il heureux ? ». Lisez l’interview en cliquant ici .http://culture-rp.com/2018/12/10/donner-rend-il-plus-heureux/?fbclid=IwAR1fM4iRVb6bFSyjkqYWEeCQmyjg2… […]

Laisser un commentaire