SUIVEZ-NOUS SUR

Le podcast, c’est comme un sport, ça se pratique aussi en collectif !

1 juillet, 2019 1 juillet, 2019   1 juillet, 2019 0 commentaire

#ParoledInfluenceur

« Le Digital, c’est comme un sport, cela ne s’apprend pas dans les comités ou dans des slides PowerPoint, ça se pratique !  » Pierre-Philippe Cormeraie Chief Digital Evangelist – PPC

PPC est né sur le web à l’ère 2.0 des blogs et du YouTube des premières heures. Bien connu sur Twitter sous son pseudo @PPC, influenceur dans le monde de la tech, il est aussi le fondateur du podcast #BonjourPPC enregistré en audio sur Twitter chaque matin de la semaine. Cela posé, connaissons nous mieux l’homme derrière son émission quotidienne, ce qui l’anime vraiment et pourquoi ?


PPC
Chief Digital Evangelist

L’interview s’est déroulée sur une terrasse ombragée, en intimité, mais elle aurait très bien pu durer jusqu’au bout de la nuit, à la lumière des étoiles, éclairant deux bougies sur l’immensité d’un autre toit du monde, plus petit celui-là mais non moins intense en émotion.

Comment préparez-vous vos émissions ?

Je voudrais préciser d’abord la raison d’être de ce podcast, pour qui il s’adresse, les sujets traités puis la façon de le réaliser. La raison d’être, le why? C’est l’inclusion. Il est crucial de donner au plus grand nombre les clés de compréhension des bouleversements technologiques que nous sommes tous en train de vivre, par l’évolution du numérique et ses possibles. Une trop grande partie de la population ne maîtrise pas encore les usages du digital, non pas par un manque d’accès aux outils mais parce que l’on n’en comprend pas les codes et parce que l’on manque de pratique !

On appelle cela l’illectronisme, c’est un des enjeux principaux de la transformation numérique si l’on veut inclure tout le monde dans la société de demain. La raison d’être principale de #BonjourPPC est de permettre à chacun de mieux comprendre le digital et de savoir s’en servir comme un outil. Un sujet digital est expliqué simplement chaque jour avec ce podcast avec pour objectif de donner le maximum d’explications sur ses enjeux, ses cas d’usages, ses opportunités et parfois, ses menaces. Le digital pour tous, ça méritait bien un podcast quotidien, non ?

Après le pourquoi, le pour qui et le quoi… il y a le comment.

Quelles sont les règles ?

Dans l’univers des podcasts il y a trois grandes familles. Il y a le “surgelé” de la radio, des émissions de radio très bien faites qui sont proposées en réécoute. Il y a le podcast natif, conçu et réalisé par des créateurs de contenus audio. Ces formats sont généralement très bien réalisés, avec des jingles, une bande son au prix de nombreuses heures de montages. Enfin, je pense qu’une troisième catégorie va émerger : le podcast live. Quelque soit  la famille, le podcast est magique car il est créateur de lien, avec une régularité dans la diffusion des épisodes, une ambiance, une ou plusieurs voix, une connivence qui s’instaure au fil du temps. Un podcast c’est un repère, cela devient un rendez-vous attendu auquel on s’abonne et que l’on dévore par gourmandise et par envie.

Me concernant, je me suis lancé dans le podcast à l’été 2017 avec “Talents”, une série d’interviews vidéos hebdomadaires d’entrepreneurs. Réalisées en direct sur Periscope (l’application live vidéo de Twitter), elles sont ensuite post-produites et remontées pour diffusion en audio sur Apple Podcast et SoundCloud.

Mon mode de réalisation de ces interviews repose sur un enregistrement live avec les questions des participants au direct posées en temps réel à l’interviewé. Cela m’a permis de développer un savoir-faire qui allie interviews de personnalités, sens de l’improvisation, mise en avant des commentateurs, modération en temps réel, captation vidéo et audio, respect du timing, interactions. C’était ma première expérience du podcast interactif, cela m’a donné une bonne base avant de me lancer dans l’aventure encore plus folle de #BonjourPPC, un podcast audio enregistré en interaction avec plus de 200 participants au direct chaque matin sur Twitter. Et ce n’est que le début, puisqu’avec le replay disponible sur Twitter et sur les principales plateformes de podcasts, chaque épisode de #BonjourPPC fait 10 fois plus d’écoutes que la moyenne des podcasts natifs !

Comment préparez-vous les émissions ?

Les enjeux de transformation digitale sont tellement nombreux que #BonjourPPC ne pouvait être qu’une émission quotidienne. La préparation repose donc sur un véritable challenge pour proposer chaque jour un contenu ultra-frais, interactif, collaboratif et avec une pluralité de points de vue pour expliquer ce qui est en jeu.

Restait à trouver le temps dans mon agenda déjà chargé pour réaliser ce challenge. Seul créneau possible, transformer un temps “inutile”, le trajet entre mon domicile et mon bureau, en un temps actif pour assurer un podcast live chaque jour en marchant. La marche a d’ailleurs quelque chose d’intéressant car le digital c’est aussi un chemin. Et avec cette aventure quotidienne, j’ouvre peut-être le chemin à une autre catégorie de podcast, le podcast en direct où le contenu est vraiment fait pour et avec les auditeurs.

Et c’est ça qui se passe en fait ! L’enregistrement se fait en direct, et sans filets, avec les personnes qui sont là, qui amènent leurs points de vue, leurs doutes, leur vécu, un article, une émission, une vidéo qu’elles ont lu ou vu, qui les a fait réfléchir ou douter. C’est cette co-contruction à plusieurs qui fait la richesse et l’originalité de ce podcast. Le sujet du lendemain est proposé par l’un des participants et ce sont les personnes en direct qui le choisissent. Après chaque enregistrement, j’ai des auditeurs francophones qui m’écrivent du monde entier pour proposer des éléments de contenu. Aidé par le « comité de rédaction » d’une trentaine de talents et d’experts, nous construisons chaque jour la trame, le fil conducteur de l’émission du lendemain. Après, je mets ma patte pour privilégier un conducteur suffisamment malléable pour traiter le sujet et qui permet d’intégrer les commentaires des participants au direct.

La force de #BonjourPPC, c’est sa construction et sa réalisation à plusieurs avec des personnes qui s’expriment, qui donnent vraiment leur point de vue, qui partagent leurs clefs de compréhension du sujet. En fin de compte, chaque matin, je passe le micro en direct aux auditeurs qui deviennent acteurs du contenu en temps réel.

Pourquoi la voix a toujours été un lien « magique », un lien de confiance avec l’autre ? Et si c’était ça l’influence qui engage ; une rencontre en quelque sorte ? 

Dans son écoute, le podcast est un média intime, que l’on peut écouter en solo de n’importe où. Il y a avec le podcast une rencontre qui s’opère entre le cerveau et la voix. Et avec le podcast live, il y a quelque chose de très simple : la voix en direct permet de construire une relation avec les participants basée sur la confiance dans la durée. La voix en condition de direct, c’est magique. Il n’y a pas d’artifices possibles, pas de solutions de repli, pas de temps mort. C’est très exigeant, mais très excitant aussi. Du point de vue de l’environnement sonore, il n’y a pas de jingles dans #BonjourPPC. La rue qui, au départ, était une contrainte, est devenue la couleur sonore de ce podcast, avec parfois comme running gag une mobylette, un bus, ou un camion de pompier qui passent le matin, quelques oiseaux dans un parc que je traverse. De fait, tous ces aléas sont comme un rendez-vous sonore et apportent une note d’ambiance qui ajoute de la connivence avec les auditeurs.

Pour vous ce qui est le plus important, ce sont nos réussites ou nos échecs ?

Les échecs sont les choses les plus importantes à mon sens. Pour réussir, il faut savoir se planter vous diront les créateurs de startups. Avec #BonjourPPC, je fais chaque jour des erreurs, de petites erreurs et ce sont ces erreurs qui me permettent de progresser. De plus, la proximité avec la communauté qui s’est constituée au fil de l’eau, permet d’avoir un feed-back quotidien pour améliorer la proposition de valeur de #BonjourPPC. Un peu comme une application mobile qui serait mise à jour quotidiennement en offrant une nouvelle version enrichie de l’expérience de ses utilisateurs. Sauf que c’est un podcast, en live.

PPC, c’est quoi votre secret de la vie ? Le petit truc qui vous fait avancer comme personne ? Augmenté et connecté, vitaminé aux épinards iodé tout en amenant avec vous une tribu humaine de plus en plus accro à vos live matinaux ?

Je crois que mon secret, c’est la folle envie de profiter le mieux possible de la vie et surtout se faire plaisir en offrant le plus possible aux autres. Je reste chaque jour avec des yeux d’enfants et avec l’énergie d’inventer, de créer, de partager.

En quoi l’intelligence émotionnelle nous amène naturellement à l’intelligence collective et où se place aujourd’hui l’intelligence artificielle ?

L’intelligence artificielle c’est un outil, c’est de l’intelligence assistée. Donc il ne faut pas voir l’I.A comme quelque chose qui sera au-dessus de nous, mais comme une opportunité qui nous permet de gagner du temps pour redéfinir le sens de nos actions. L’Intelligence Émotionnelle, c’est très important car on en a un peu marre de ces intelligences extrêmement rationnelles et froides. En réalité, c’est l’émotion qui fait avancer les choses et ce qui permet le sens c’est l’intelligence relationnelle, cette intelligence du moment présent, de l’entraide et du respect des autres et de la diversité des propos.

Vous avez déclaré dans un article publié chez Forbes en 2017 : « Le machine learning c’est le renoncement qui produit de la valeur, une expérience éducative, pas un sujet technologique ! … Ce qui compte est peut-être d’ailleurs le chemin. Le chemin de l’apprentissage. Celui qui vaut la peine d’être vécu ». En quelque sorte une Odyssée, une quête du graal moderne, une influence du vécu dans l’espace de la sérendipité ?

La chose la plus captivante dans le machine learning ce n’est pas le résultat, c’est le chemin.  Avec le machine learning, l’enjeu, ce qui est en jeu, est de faire ce travail d’apprentissage, de formation, d’éducation avec votre robot. Chemin faisant, vous allez apprendre beaucoup sur votre mode de fonctionnement, vous allez apprendre beaucoup sur ce qui compte pour vous et sur vos renoncements. Avec le machine learning, il y a des choix à faire et comme il est coutume de le dire : dans tout choix, il y a renoncement. Je conseille à tous cette expérience avec les robots
et l’intelligence artificielle. C’est en pratiquant que l’on comprend le mieux le digital. Le Digital, c’est comme un sport, cela ne s’apprend pas dans les comités ou dans des slides PowerPoint, ça se pratique !

PPC, une dernière question, il va falloir que l’on trouve ensemble le prochain sujet pour culture RP. Nous n’avons rien en stock ! Quel est le sujet que vous aimeriez retrouvez ? La personne qui vous inspire ?

Concernant le sujet, j’aimerais que vous parliez de la façon dont nos smartphones nous influencent au quotidien. Nous avons traité dans un épisode de #BonjourPPC le sujet des assistants vocaux qui nous influencent, je serais curieux de lire le traitement que pourrait en faire Culture RP.

Concernant la personne inspirante, je pense immédiatement à Joël de Rosnay, un homme formidable, un scientifique, un conférencier, un surfeur avec cet œil qui pétille propre aux entrepreneurs et innovateurs. Son livre le « Macroscope, vers une vision global » Ed du Seuil, 1975 a été une révélation pour moi, avec une mise en perspective des principe systémiques de façon compréhensible et avec une explication enthousiaste et constructive.

Pour écouter #BonjourPPC
sur les principales plateformes de podcasts, c’est ici :

Et pour participer au direct, vous pouvez suivre PPC sur son compte Twitter @PPC

Merci PPC pour cette proposition d’interview, à suivre 🙂

Marc MichielsRédacteur en Chef.

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire