SUIVEZ-NOUS SUR

Burn out des réseaux sociaux : 5 conseils pour y faire face

2 juillet, 2019 2 juillet, 2019   2 juillet, 2019 0 commentaire

#MardiConseil

« Réfléchissez à la plateforme sur laquelle votre public cible s’engage le plus ; c’est peut-être la plus utile pour vous – les autres ne sont que du bruit.  »

Les journalistes sont débordés, c’est un fait !

C’est ce que révèle Cision dans son rapport Etat des médias dans le monde, en effet, 20 % des 2000 répondants ont déclaré que la dotation en ressources et le personnel limité constituaient le plus grand défi rencontré au quotidien.

En plus de la charge de travail que représente la demande/production croissante de contenu, les journalistes sont tenus d’être toujours à l’écoute des tendances et actifs sur les réseaux.

Se tenir informé des dernières actualités – et du contenu généré par les utilisateurs – mais aussi s’occuper de la promotion de ses propres articles sur les réseaux sont des activités chronophages.

La gestion du temps devient un défi et il n’est pas rare qu’il mène au burnout.

Selon une étude ING, 72% des journalistes considèrent les médias sociaux comme un outil essentiel pour exercer leur profession au quotidien.

Toutefois, il devient de plus en plus difficile de jongler avec toutes ces missions, faire sa veille, personnaliser ses posts pour engager son audience et … tout le reste. Comment trouver l’équilibre ?

Nous ne détenons malheureusement pas la solution miracle, toutefois nous pouvons vous aider à reconnaître certains signes d’épuisement liés à l’utilisation des médias sociaux et vous donner quelques outils pour les gérer.

Êtes-vous concernés par le burn out des réseaux sociaux ?

Lorsque votre travail consiste à les checker quotidiennement, difficile de faire la part des choses et de savoir si vous avez réellement atteint votre limite.

Voici quelques signes courants d’épuisement professionnel, évidemment la liste n’est pas exhaustive :

Apathie : Cet état d’indifférence généralisée se traduit par l’absence partielle ou totale de réponse à certains stimuli habituels. Vous aimiez passer du temps sur les médias sociaux, désormais vous vous sentez détachés. Vous notez un manque d’enthousiasme ou de motivation pour cette tâche.

Brouillard cérébral (brain fog) : Signe d’épuisement professionnel qui se caractérise par une difficulté à vous concentrer sur la tâche à accomplir. Une sorte de voile vous empêche d’y voir clair, de penser rapidement et précisément, et de vous concentrer la plupart du temps. 

Syndrome d’évitement : Remettez-vous à plus tard la réponse aux commentaires, aux mails, etc ? Vous souffrez peut être du syndrome d’évitement, ce comportement qui consiste, pour un sujet phobique, à éviter la confrontation avec l’objet, la situation, ou la personne phobogène, la simple anticipation déclenchant une réaction anxieuse importante.

Usage excessif : Vous vérifiez obsessionnellement votre téléphone ou votre ordinateur à la recherche de notifications ou de mises à jour sur les réseaux sociaux ? et au fond vous cette terrible impression de ne rien faire ? Pas de doute, vous faites une overdose de réseaux sociaux.

Anxiété  ou irritation en dehors du travail : Vous ne pensez qu’au travail et à cette publication ou cet article dont vous devrez vous occuper demain ? Ce manque d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est classique chez les journalistes.

Comment optimiser son temps ?

Il existe de nombreuses solutions pour contrôler son utilisation des médias sociaux. En voici quelques-unes pour organiser sa journée et être plus efficace et productif.

1. Mesurer son utilisation

Essayez de limiter votre utilisation des réseaux sociaux à une période de temps donnée. Par exemple, donnez-vous une heure chaque matin pour vérifier les messages, les mentions, les réponses … de vos pages. Pendant que vous vous attelez à cette tâche, n’oubliez pas de fermer les applications et autres sites ouverts pour éviter d’être tentés. Des outils de suivi du temps comme StayFocusd pour Chrome peuvent vous aider à augmenter votre productivité en bloquant certains sites à l’aide d’un « timer ». Vous pourriez aussi essayer de passer une journée offline.

2. Désactiver les notifications

Lorsque que vous recevez une notification, votre téléphone vibre, sonne, s’illumine ou les 3 à la fois ! Difficile ainsi de résister à la tentation de vérifier vos applications. Besoin de vous concentrer sur la rédaction de votre prochain article ? Essayez de fermer Outlook ou Gmail pour éviter d’être distrait par les notifications de nouveaux e-mails. Si votre téléphone est toujours à portée de main, mettez-le en sourdine ou utilisez le mode avion.

3. Filtrer le bruit

TweetDeck, application bien connue des journalistes et des twittos,
permet d’organiser et filtrer les différents « flux » d’actualité, via une interface composée de plusieurs colonnes. En filtrant les messages qui ne sont pas pertinents, vous éviterez les distractions. Autre solution, l’abonnement aux newsletters, plus lent et qualitatif, ce mode « d’écoute » de l’information constitue une bonne option faire votre veille.

4. Déléguer

Avez-vous des collègues capables de gérer les médias sociaux ? si ce n’est pas le cas vous pourriez prévoir une petite session de formation. Bien sûr l’idée n’est pas de les distraire de leurs propres responsabilités et projets mais simplement de faire appel à eux ponctuellement en cas d’accroissement de l’activité.

5. Quitter les réseaux sociaux inutiles

Même si je souscris à la mentalité JOMO (Joy Of Missing Out), je comprends que beaucoup de gens puissent souffrir de FOMO (Fear Of Missing Out).

La peur de « rater » quelque chose pousse en effet certains à vérifier chaque plateforme social media tout au long de la journée.

Avez-vous conscience du temps que vous passez sur les réseaux, en tirez-vous des enseignements utiles ? Réfléchissez à la plateforme sur laquelle votre public cible s’engage le plus ; c’est peut-être la plus utile pour vous – les autres ne sont que du bruit.

Conclusion

Il est facile de se laisser prendre dans le flux constant d’informations qui circulent sur les médias sociaux. Les journalistes tout comme les communicants, doivent accomplir toujours plus de travail avec moins de ressources, il est donc important de fixer des limites en ce qui concerne leur utilisation. Mesurer son temps de connexion, analyser quels réseaux sont les plus utiles, sont des choses simples à faire pour organiser votre journée de travail efficacement et sereinement.

Joëlle Montant, rédactrice web

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire