SUIVEZ-NOUS SUR

Pourquoi l’agence doit évoluer pour survivre ?

15 janvier, 2020 15 janvier, 2020   15 janvier, 2020 0 commentaire

« Le plus important pour nous est de nous entourer de professionnels qui ont la même exigence sur les rendus clients et une vrai éthique de travail »


Barbara Mahe, Co-fondatrice de Consultancy 32

#ParoledAgence

Nous ne croyons plus dans le modèle traditionnel des agences de communication basé sur des communicants seniors qui pitchent à des clients potentiels, et des consultants peu expérimentés qui exécutent. 

Les clients sont à la recherche de partenaires de confiance, des experts capables de comprendre leur métier tout en étant force de proposition. Lorsque la mission est périlleuse ou que le prospect a des attentes surdimensionnées, nous préférons le prévenir en toute transparence. Cela implique parfois de reporter ou refuser une mission, mais cela a le mérite d’éviter le mécontentement du client et la gêne des consultants.

Diane Gaillard, co-fondatrice de Consultancy32, réseau international d’experts en communication, évoque pour Culture RP, ce nouveau modèle d’agence, tout en le mettant en perspective avec les résultats d’une récente étude menée par l’Association européenne des directeurs de la communication dans 46 pays (1).

Son constat : « La confiance portée aux professionnels de la communication est aujourd’hui extrêmement fragilisée. Or, la communication est avant tout un métier de confiance. Nous sommes convaincus que cette dernière peut être ré-instaurée, mais à condition d’entreprendre un réel travail d’introspection sur ce qui ne fonctionne plus et d’en tirer des solutions sur-mesure. »

En tant que communicants, nous travaillons quotidiennement avec les journalistes. Or, selon cette étude, seuls 39% d’entre eux nous font confiance. C’est pour cela que nous évitons l’emailing de masse. Nous privilégions la qualité plutôt que la quantité, et préférons contacter cinq médias avec une stratégie et un pitch personnalisés, plutôt que d’envoyer le même email type à cent médias.

Autre point de l’étude, la notion de transparence. Elle est souvent citée comme élément clé de la communication moderne. L’entreprise a de plus en plus un devoir de transparence envers la société, au point d’en faire une valeur morale. Mais cette dernière n’est pas toujours facile à mettre en place. Les communicants interrogés par l’étude pensent d’ailleurs qu’il peut être plus compliqué d’être transparent que d’avoir un comportement éthique. Nous sommes contre l’hypertransparence à tout prix. Elle rend les individus plus vulnérables et n’est bénéfique ni pour les consommateurs, ni pour les marques, ni pour les employés. 

L’étude indique que les trois sujets les plus importants ces deux prochaines années seront : le maintien de la confiance, la gestion de la rapidité de l’information et les nouvelles façons de créer et de partager le contenu. Pour maintenir la confiance avec les clients, Consultancy32 compte sur la séniorité de ses consultants mais aussi sur leur sens de l’éthique.

Une offre de communication 360° réinventée 

Notre réseau rassemble l’ensemble des métiers de la communication, depuis le design jusqu’aux relations presse, en passant par la stratégie, la communication digitale et la communication de crise. Nous sommes souvent sollicité pour répondre à un premier besoin, avant de nous impliquer sur d’autres aspects de la communication. Ainsi, KPMG a récemment fait appel à nous, initialement pour un accompagnement en relations presse, puis en communication digitale, en rédactionnel, et enfin pour former leurs équipes sur les réseaux sociaux. Le réseau a aussi accompagné Ledger, leader mondial de la sécurité dans les cryptomonnaies pendant 12 mois, en construisant sa marque à l’international à un moment critique de croissance, alors que l’entreprise levait 75 millions de dollars et passait de 12 à 140 employés.  

Des consultants seniors et multiculturels

Le réseau est composé de professionnels ayant une expérience solide d’au moins dix ans en communication, chez l’annonceur, en agence, ou comme indépendant. Nous formons un tandem sur chaque mission, afin d’assurer un service tout au long de l’année, et de répondre plus rapidement à des surcharges ponctuelles éventuelles. La maîtrise des langues et des spécificités culturelles est également l’un des éléments clés de notre ADN. La structure du réseau est très peu hiérarchique, chacun étant senior et apportant des compétences complémentaires. « Après sept années de travail comme indépendant, je souffrais de ne pas pouvoir échanger avec des collègues, solliciter leurs opinions et proposer un plus large éventail de services. Rejoindre Consultancy32 m’a permis d’agrandir mon réseau. » explique Evan de Barra, l’un de nos consultants à Londres.

Visions prospectives 

Plus largement, l’avenir de la communication se fera dans l’exploitation de la data et de l’intelligence artificielle, à la fois essentielle pour gérer le risque, répondre à une crise, que pour créer du contenu de qualité. L’avenir dépendra également du maintien de la confiance des dirigeants, facilité par l’agilité des communicants. C’est pour cela que nous pensons qu’un bon communicant doit être aussi un bon entrepreneur avec ses facultés de remise en question et de résilience.

Diane Gaillard, Co-fondatrice de Consultancy32

Consultancy32 n’est ni une plateforme de freelances à bas coût, ni une agence de communication classique. Nous n’avons ni locaux, ni employés. Nous travaillons au quotidien avec une équipe de consultants seniors multilingues et indépendants qui apportent chacun leur expertise dans des secteurs variés.

1) European Public Relations Education and Research Association (EUPRERA), and the European Association of Communication Directors (EACD), supported parteners Cision Insights, Fink & Fuchs and Communication Director magazine.

Marc MichielsRédacteur en Chef.

Articles en relation :

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à laisser une réponse.

Laisser un commentaire