Les relations et le réseau sont la meilleure source de développement des affaires chez les professionnels des Relations Publics

15 novembre, 2012 15 novembre, 2012   15 novembre, 2012 0 commentaire

Selon le dernier baromètre international des tendances effectué sur le quatrième trimestre 2012 par l’ICCO (’International Communications Consultancy Organisation) auprès de ses adhérents, le syndicat RP de référence de chacun des pays membres, le réseau est le meilleur allié des professionnels des Relations Publics pour développer les affaires.  En effet, les nouvelles pistes de prospection proviennent actuellement soit des recommandations de leurs propres clients, soit du réseau professionnel des dirigeants et consultants des agences conseil en en relations publics.

A la question ouverte « quelles sont vos principales sources de génération de nouveaux contrats ou nouvelles missions », une majorité écrasante (88%) de dirigeants d’agences de 22 pays[1] a répondu « les recommandations des clients actifs », suivie de très près (81%) par « le réseau professionnel». Les « demandes entrantes via le site de l’agence » arrivent en troisième position (26%) dans la même fourchette que quelques autres sources de développement citées (cf. 4 à 5).

1)  Les recommandations de clients existants (88%) 2)  Le réseau professionnel (81%) 3)  Les demandes entrantes via le site web de l’agence (26%) 4)  Le référencement d’agences organisant les appels d’offre (22%) 5)  Les demandes entrantes à la suite d’activités RP/marketing de l’agence (21%) 6)  Le réseau tissé lors des conférences RP (19%) 7)  Les campagnes de l’agence via le réseau européen/international (16%) 8)  Le référencement de mon syndicat professionnel (9%) 9)  Autres (5%)

Le taux de transformation de ces nouveaux contacts en mission ou signature de contrats effectifs pour l’agence se situe à 35% en moyenne. Les réponses données oscillent entre 10% et 70%, mais la plupart des réponses à cette question sont situées dans la fourchette de taux de « 20-40% ».

Lire la suite...

RP & Web 2.0 : « La prise de conscience est avérée mais la pratique tâtonne encore » selon Jérôme Lascombe d’Hopscotch

30 octobre, 2012 30 octobre, 2012   30 octobre, 2012 0 commentaire

RP & Web 2.0 : «La prise de conscience est avérée mais la pratique tâtonne encore» selon Jérôme Lascombe d’Hopscotch par Olivier Cimelière, communicant 2.0

     

Lors de la 3ème édition du Hub Forum, j’ai eu l’opportunité de m’entretenir avec Jérôme Lascombe sur la thématique des relations publiques et de l’influence des entreprises et des marques à l’ère du 2.0. Un sujet sur lequel il a par ailleurs débattu au cours d’une table ronde rassemblant Emmanuel Bloch, directeur de la communication externe de Thales Communications & Security et Aurélien Sallé, digital manager d’Atout France.

Jérôme Lascombe est PDG d’Hopscotch, une agence de relations publiques qu’il a fondée en 2000 et qui figure parmi les agences leaders en France, avec un fort ancrage dans le web social et les stratégies digitales d’information et un développement à l’international très actif. L’expertise de Jérôme Lascombe est d’autant plus intéressante que l’homme endosse également en parallèle d’autres casquettes comme celles de business angel et d’entrepreneur du Web. C’est ainsi qu’il est associé fondateur de Human to Human, une agence de veille et de stratégie conversationnelle en ligne. Ces vies complémentaires de communicant numérique et businessman donnent un relief particulièrement intéressant à sa vision des relations publiques à l’heure du Web 2.0.

Comment définiriez-vous en quelques mots les RP 2.0 par rapport aux RP classiques ?

L’erreur à ne pas commettre serait de vouloir les opposer comme il s’agissait de rejouer l’éternelle querelle des Anciens et des Modernes. Les RP telles qu’elles ont été longtemps pratiquées, ne sont pas antinomiques des RP 2.0. Les deux cultivent les mêmes objectifs, à savoir la construction, la consolidation et l’évolution de l’image d’une entreprise ou d’une marque. Les deux contribuent à l’influence que celle-ci peut exercer à l’égard de ses différents publics et aux relations qu’elle entretient avec ceux-ci.

L’avènement du digital introduit en revanche des problématiques nouvelles. Pour nourrir la conversation sur la Toile, cela implique de produire des contenus pertinents et surtout accessibles par les audiences que l’on vise. A cet égard, le référencement est un levier clé pour escompter une visibilité efficace et ainsi engager le dialogue avec ses publics. Ensuite, il s’agit de nourrir un discours intelligible et intelligent si l’on veut obtenir en retour d’authentiques interactions comme la recommandation des internautes, le partage des contenus, la rédaction de commentaires.

En d’autres termes, la réputation d’une marque et d’une entreprise était auparavant plus une question d’achat d’espace pour être connu des publics ciblés. Aujourd’hui, cette dimension demeure mais elle s’est complexifiée avec une exigence de conviction de la part de ces mêmes publics.

Lire la suite...

L’évolution d’un(e) Attachée(e) de presse

28 septembre, 2012 28 septembre, 2012   28 septembre, 2012 0 commentaire

L'évolution d'un(e) Attachée(e) de presse par Pauline Savary

Le métier d'Attaché(e) de presse est passionnant. Nous commençons en tant que junior les deux à trois premières années. Puis, nous sommes confirmés avant de devenir des seniors au bout de cinq ans de bons et loyaux services. Or, une question qui revient souvent: Quelle est la suite? Certains montent leur propre entreprise. D'autres préfèrent la sécurité d'une position salariale. Pour ces derniers qui n'ont pas le désir de devenir leur propre patron, quelle est la voie à suivre?

Il existe une multitude de possibilités. Rien n'est gravé dans la pierre. Au sein d'une même agence, un(e) Attaché(e) de presse peut monter au grade de Directeur de clientèle. Cette position requiert en plus des tâches d'Attaché de presse de s'investir dans le développement de l'entreprise et de manager une équipe. Le RP se lance donc dans la prospection de nouveaux clients pour son entreprise et délègue des tâches moins importantes à son équipe; qu'elle soit composée de stagiaires, de juniors ou autres confirmés. Certes, vous rencontrerez plus facilement des Directeurs de clientèle dans des agences de plus de 10 personnes. C'est en cela que la mission de management prend tout son sens. Toutefois, dès qu'un RP s'engage dans un aspect plus commercial du métier et réalise une part plus ou moins importante du chiffre d'affaires, il ne peut plus raisonnablement être relegué au statut d'employé ou agent de maîtrise. Ses responsabilités l'élèvent au rang de cadre.

Lire la suite...

De l’utilité de la Revue de Presse

21 septembre, 2012 21 septembre, 2012   21 septembre, 2012 1 commentaire

La médiatisation ce sont des entreprises, des services, des hommes et des femmes qui oeuvrent au quotidien pour porter à l’extérieur une information dans l’espoir d’en obtenir un relai. Exercice quotidien parfois et même souvent très difficile tant la concurrence est rude, les cibles nombreuses et que nous ne détenons pas toujours le SCOOP indispensable et nécessaire aux journalistes.

On comprend donc quel plaisir prend l’attaché de presse ou le chargé des relations médias à décortiquer la presse pour découvrir, tel un enfant, la concrétisation de son travail par la parution d’un article mentionnant l’entreprise ou la marque qu’il représente.

Et pourtant, il arrive parfois que dans les couloirs, voire dans les salles de réunion, on entende une voix qui déclare « je ne lis pas ces choses-là !... » et par « ces choses-là » il faut comprendre… la revue de presse !

La revue de presse, cet outil simple, agréable à feuilleter (qu’elle soit un classeur virtuel ou réel), empli d’informations qui sont de véritables leviers à la fierté de l’entreprise, de ses collaborateurs, de ses partenaires, qui demande un soin et une rigueur extrêmes… n’aurait aujourd’hui, voudrait-on nous faire croire, même plus sa place dans le hall d’accueil !  La revue de presse peut être en effet victime d’un mépris parfois surprenant comme s’il s’agissait d’un brûlot dangereux dans lequel de drôles de gens écrivaient des articles inutiles.

Lire la suite...

Interview de Stéphane Dangel, consultant et formateur en storytelling

11 juin, 2012 11 juin, 2012   11 juin, 2012 0 commentaire

Interview de Stéphane DANGEL - Consulting / Formation Storytelling

Stéphane, pouvez-vous en quelques mots définir ce que représente le storytelling dans la communication d’aujourd’hui, ce qu’est le storytelling concrètement, et ce qu’il n’est pas ?

Le storytelling est très clairement une discipline à la mode, mais je ne sais pas si ce statut le sert beaucoup. On est beaucoup dans le telling et très peu dans le story. Je m'explique. Dans le marketing, la publicité, la communication et même le management, on se focalise surtout sur la traduction littérale du mot storytelling : "raconter une histoire". On se cantonne à la construction d'histoires et à leur interprétation. Le storytelling est sensé pallier à la perte d'efficacité de la communication traditionnelle mais c'est une illusion, le plus souvent. C'est très franco-français comme pratique, et nous aurions avantage à nous demander pourquoi nos maîtres anglo-saxons du storytelling ne sont pas dans la même veine, ou du moins pas tête baissée comme nous pouvons le faire. Avec la plupart des spots TV labellisés storytelling, par exemple, on est comme dans un film trop parfait, que l'on trouve très beau, mais sur lequel on glisse sans pouvoir s'accrocher. Le storytelling est profondément humain, et donc doit être imparfait. Cela dit, c'est le côté story qu'il faut davantage travailler, car il y a plus et mieux à faire de ce côté. Pas uniquement pour construire des histoires : pour les faire émerger, les connecter, les partager. Et là, pour le coup, construire quelque chose à partir de ces histoires prises comme une matière première. C'est vrai pour tous les usages du storytelling : marketing, publicitaire...

Lire la suite...

Le visage changeant de la Communication…

17 avril, 2012 17 avril, 2012   17 avril, 2012 1 commentaire

Mercredi 11 avril, Culture RP s’est rendu au petit-déjeuner organisé par LEWIS consacré à l’influence digitale sur les relations presse actuelles. Une trentaine de participants ont été agréablement accueillis, autour de boissons et viennoiseries, par Marie-Laure Laville, General Manager, et Nicolas Lefèvre, Responsable planning stratégique. Les invités viennent de secteurs complètement différents mais sont tous des professionnels de la communication, des RP ou du marketing.

9h15,

Quentin Poiraud, le Community Manager de l’agence, commence la présentation.  Pour nous donner un aperçu de la situation actuelle, il rappelle les chiffres marquants de l’année : « les canaux digitaux représentent 53% des interactions avec les clients », « 3,2 millions de comptes Linkedin Français, 5,2 millions sur Twitter et plus de 24 millions sur Facebook ». 2012, l’année de la maturité digitale, marque la croissance sans limite de Twitter due à l’arrivée d’émissions TV comme Top Chef, The Voice… Bref, la façon de communiquer est complètement bouleversée et Lewis PR nous donne les astuces incontournables pour ne pas se retrouver largué !

Lire la suite...

Quelles valeurs les entreprises attribuent-elles à leurs marques ?

16 avril, 2012 16 avril, 2012   16 avril, 2012 2 commentaire

Culture RP vous dévoile la dernière étude de l’agence Wellcom, en partenariat avec l’ADETEM, l’UDA, l’ESCP Europe et la Revue des Marques, menée auprès de 200 grandes Directions Marketing : le Marketing Brand Values Index. Au travers de 12 secteurs d’activités et de 183 valeurs, découvrez les grandes tendances et familles de valeurs qui se dégagent… Et vous, quelles sont vos valeurs phares ?

 

 

 

Lire la suite...

Le nouveau défi des Relations Presse Responsables

5 avril, 2012 5 avril, 2012   5 avril, 2012 2 commentaire

Stéphanie Gentilhomme - Fondatrice de l’agence RendezVous RP.    

Le monde de la communication est, depuis 2000 et le retentissant « No Logo » de Naomi Klein, en crise de sens. Le public montre une défiance croissante à l’égard des messages de la publicité et de la communication d’entreprise. Dans ce contexte, les agences de communication, accusées de différents maux, sont désormais placées face à leurs responsabilités sociétales et environnementales.

Le secteur a récemment rattrapé le retard qu’il avait par rapport aux entreprises et leur démarche RSE - la France est même en pointe au niveau mondial- grâce à diverses initiatives émanant d’organismes officiels et de collectifs : ARPP, Observatoire Indépendant de la Publicité, AdWiser, Association pour une Communication plus responsable, et la récente norme internationale ISO 26000 appliquée aux métiers de la communication.

Lire la suite...

Relations Publics et médias sociaux : 3 atouts et 3 défis

26 mars, 2012 26 mars, 2012   26 mars, 2012 2 commentaire

Stanislas Magniant - Directeur de Publicis Consultants Net Intelligenz et membre de Syntec Conseil en Relations Publics.      

Dire que l’avènement du web social conduit à une redistribution des cartes entre les différentes disciplines de la communication relève désormais d’un euphémisme doublé d’un cliché. Qu’il s’agisse du marketing, de la publicité, du digital ou des relations publics, les lignes de démarcation se brouillent et se chevauchent. Les professionnels de Relations Publics disposent néanmoins de bonnes cartes pour devenir le partenaire privilégié de leurs clients en matière de communication sur les médias sociaux :

-    De la diffusion à la conversation en ligne. Là où d’autres disciplines de la communication sont habituées à la diffusion top-down de messages parfaitement ajustés, les professionnels de relations publics paraissent naturellement plus à l’aise pour gérer l’interaction, la critique, et la communication itérative qui s’impose désormais entre marques et internautes, bien souvent à l’initiative de ces derniers. Ce n’est pas un hasard si l’on voit ainsi de nombreux jeunes professionnels des RP se tourner tout naturellement vers le community management.

Lire la suite...