Pourquoi gagner des fans n’a jamais été aussi important

9 septembre, 2014 9 septembre, 2014   9 septembre, 2014 0 commentaire

Pourquoi la fin du like-gating est-elle un non-évènement? Pourquoi gagner des fans n'a-t-il jamais été aussi important? Comment le faire ? Analyse de Thomas Jestin, KRDS.

Avertissement

 

Pourquoi la fin du like-gating est un non-évènement. Le "like-gating", pratique consistant à imposer aux utilisateurs de devenir fans d'une marque pour pouvoir accéder à son contenu ou participer à un concours sur une application, vient d'être interdit sur desktop par Facebook. Cette "nouvelle" n'est qu'une info parmi d'autres, presque en dernière position, enterrée dans un article posté sur le blog technique de Facebook : bref on ne parle pas là d'un Mark Zuckerberg qui aurait convoqué la presse à Menlo Park.

En réalité, comme toute expérience Facebook-connectée doit aujourd'hui idéalement être "mobile-friendly" compte tenu des usages Facebook "on the go" en France, et comme le like-gating sur mobile a toujours été compliqué à mettre en place mais surtout purement et simplement interdit depuis mai dernier, la dernière annonce de Facebook ne change pas grand chose aux annonceurs et agences ayant pris le virage du mobile. Ces derniers ne l'ont pas attendu pour réfléchir à la question de savoir comment et pourquoi continuer à acquérir des fans.

Pourquoi gagner des fans n'a jamais été aussi important. "La course aux fans est terminée" entend-on ici et là : ça n'a jamais été aussi faux.

Voici 6 raisons de continuer plus que jamais à gagner des fans : plus vous avez de fans...

 Moins cher cela revient de toucher votre cible sur Facebook grâce au "paid media". Le raisonnement est simple : plus vous avez de fans, plus vous êtes en mesure, en payant, de diffuser des publications avec contexte social, c'est-à-dire associées à au moins un ami. L'algorithme publicitaire de Facebook favorise particulièrement ce genre de format car les utilisateurs y sont beaucoup plus réceptifs. Les annonceurs paient alors un CPM/CPC plus bas. Autre point, plus une marque a de fans, plus elle peut cibler d'utilisateurs similaires à ses fans grâce au produit "Look Alike Audience", ce que favorise à nouveau l'algorithme de Facebook.

Lire la suite...

Au péril de l’image présidentielle…

8 septembre, 2014 8 septembre, 2014   8 septembre, 2014 0 commentaire

Analyse d’une impopularité endémique atteignant la fonction présidentielle…

 

Par Florian SILNICKI (Expert en stratégie de communication), et Sébastien Chenu (Consultant en communication politique, ex-Directeur de la stratégie de France 24 et conseiller du Délégué interministériel du SIG)

 

Selon le baromètre Ifop pour Paris Match publié le 3 septembre, la cote de popularité du président de la République s’établit à 19% en septembre. C’est le dernier sondage qui montre, une fois encore, la désaffection des Français pour ce président qu’ils ont élu à 51,7 % des voix en 2012.

Le passage de quelques chaînes traditionnelles à un grand nombre de chaînes et l’émergence grandissante des chaînes d’infos en continu ont favorisé une concurrence accrue de l’information, et donc une surenchère permanente qui les a fait s’orienter vers une zone grise, plus nuageuse, où les frontières de la vie privée sont parfois franchies.

A n'en pas douter, la publication du livre de l’ex Première Dame de France, en alimentant la machine médiatique, va accompagner, si ce n'est amplifier le mouvement de désacralisation de la fonction présidentielle. Malgré sa forte impopularité, le président de la République avait gardé jusqu’alors une image personnelle relativement bonne : sympathique, intègre et proche des gens. Le livre ne peut qu’entacher gravement et durablement cette image.

A titre d’exemple, on y apprend notamment que François Hollande surnomme les gens pauvres « les sans-dents » ... Chacun peut mesurer à quel point une telle information sera ravageuse sur l’image présidentielle de cet homme de gauche.

L'affaire Hollande-Trierweiler avait déjà marqué un tournant dans le mandat du président.

  Lire la suite...

Comment faire des RP à la campagne ?

4 septembre, 2014 4 septembre, 2014   4 septembre, 2014 0 commentaire

Gladys Couturier nous fait découvrir sa passion pour son métier d'attachée de presse, loin de la ville et de la Capitale.

 

photo Gladys Couturier

   

Qui êtes-vous ? Pourquoi avoir choisi le métier d’attaché de presse ?

Je suis une curieuse, accro à la lecture, à l’info et à l’écriture ! En tant que journaliste, j’ai adoré regarder au-delà de ce que l’on donne à voir en apparence, m’immiscer dans les coulisses. J’ai ainsi découvert que nombre d’entreprises, mais aussi d’institutions, d’associations, etc., étaient en peine avec les medias, ne sachant ni entrer en relation avec eux, ni définir l’angle d’information pertinent ou élaborer des outils adaptés. Puis, il y a ceux que les journalistes inquiètent, impressionnent ou qui pensent qu’il faut être à Paris pour communiquer auprès des médias. Face à ce constat, j’ai eu envie d’accompagner ces TPE, PME, associations, etc., qui se consacrent avec passion au développement de leur activité, qui défendent avec conviction leurs valeurs et engagements mais qui restent trop souvent dans l’ombre.

Pourquoi avez-vous fait le choix de travailler en freelance ?

La question ne s’est pas posée. Tout d’abord, autour de moi, très peu d’agences de communication disposent d’un service RP et il existe encore moins d’agences dédiées. Et quand bien même, j’aurais sans aucun doute fait le choix de travailler en freelance. En tant qu’indépendante, je peux construire avec mes clients une relation privilégiée qui me permet de connaître parfaitement leur organisation et de collaborer en confiance pour créer des opportunités de communication pertinentes pour leur marque, leurs produits, services ou évènements. Travailler en freelance, c’est également s’engager « personnellement », pouvoir offrir une solution adaptée à chacun avec des services sur-mesure.

Lire la suite...

Choisir son agence de RP, ça ne s’improvise pas

2 septembre, 2014 2 septembre, 2014   2 septembre, 2014 0 commentaire

Ça y est. Nous y sommes. C’est la rentrée :) ...

Et pour beaucoup d’entreprises, le cap est déjà sur 2015. Au programme de cette nouvelle année, pour certaines, débuter dès janvier une collaboration avec une agence de RP voire, pour d’autres, changer d’agence pour donner un nouvel élan à leur communication. En résumé, utiliser les quatre derniers mois de l’année pour trouver la perle rare. L’agence qui sera répondre à toutes les attentes. Une quête du « super » conseiller en relations médias qui ne s’improvise pas.

Pour cela, voici trois astuces pour éviter toutes déconvenues…

Bande_logo-Agence _Wepa

Assurez-vous que l’agence qui a su retenir votre attention est réellement connue des journalistes de votre secteur.

Et oui, ce n’est pas parce qu’une agence a deux références sur son site qu’elle est nécessairement connue par les journalistes qui vous intéressent. Du coup, en choisissant une agence inconnue, vous vous imposez une double problématique : vous faire connaître, vous et votre produit, et faire connaître l’agence auprès des journalistes de votre métier. L’agence doit être un « facilitateur » pour l’annonceur.

Elle est là pour booster vos relations avec les journalistes. Elle doit donc bien les connaître et vice versa. Il existe un moyen très simple d’identifier les agences spécialisées dans votre secteur. Ciblez deux à trois médias qui constituent votre cœur de cible. Contactez les rédactions et demandez aux journalistes avec quelles agences ils ont l’habitude de travailler. Qui sont les spécialistes du secteur ? Ils sauront vous donner quelques noms qui vous permettront de constituer une première short list.

Consultez dans le détail les prestations et surtout les tarifs proposés.

Avoir une démarche en relations médias nécessite d’avoir préalablement défini un budget et vérifier que celui-ci est conforme aux pratiques des professionnels des RP.

Lire la suite...

UBI BENE : la communication événementielle !

1 septembre, 2014 1 septembre, 2014   1 septembre, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Thierry Reboul, fondateur de l’Agence de communication événementielle grand public Ubi Bene.

    Thierry Reboul  

Pouvez-vous nous raconter votre parcours?

Ancien Directeur publicité d'Air France puis Directeur Communication Adjoint d'Alcatel, j'ai quitté le monde de l'entreprise il y a 15 ans, à 34 ans, pour créer Ubi Bene.

Quelles sont les spécificités de votre agence?

Lire la suite...

Intégrer marketing & com au dév produit pour maximiser la croissance des startups.

24 juillet, 2014 24 juillet, 2014   24 juillet, 2014 0 commentaire

Camille Fadel & Eddina Merad, co-fondatrices et initiatrices de MarCom Startup, décident de sortir des carrés et de communiquer uniquement pour les entreprises innovantes.

Dans une société où le paysage économique change en permanence, les nouveaux marchés ont offert de nouvelles opportunités aux entrepreneurs, c’est ainsi que nous nous sommes pris de passion pour l’écosystème entrepreneurial & l’économie de l’innovation. MarCom Startup est un concept né de la volonté de contribuer à la célébration de ceux qui nous influencent, les entrepreneurs.

     

C’est en 2013 que le besoin de travailler dans le milieu startup est devenu une évidence. Une histoire passionnelle mais composée de frustrations… Effectivement, nous nous sommes rapidement appropriées les codes, les besoins des startups et leurs impératifs de croissance, mais avions constaté que ces structures se voyaient souvent proposer des stratégies de communication trop « traditionnelles » voire inadaptées.

L’ironie était alors de réaliser que ces « petites entreprises » qui ambitionnaient de changer le monde en produisant des produits ou services novateurs, n’avaient pas pour égales les stratégies marketing et communication.

Nous avions alors trouvé notre moteur, celui de répondre aux besoins de ces startups qui nous inspirent.

Lire la suite...

Le nouveau visage des RP digitales

22 juillet, 2014 22 juillet, 2014   22 juillet, 2014 0 commentaire

Contrairement aux idées reçues, le monde d’avant Internet n’était pas l’âge de pierre de la communication et du marketing.

Des méthodes de com traditionnelle remportaient un véritable succès (et c’est encore le cas aujourd’hui NDLR, un bon spot, bien ciblé et bien diffusé génère de beaux ROI).

En ce temps, travailler avec un expert des RP offrait des opportunités nécessaires pour entrer en relation avec les journalistes et les éditeurs de presse, afin de relayer efficacement une actualité auprès des influenceurs des médias.

La blogosphère et les médias sociaux ont désormais tissé leur toile, avec une culture « tech » propre à l’univers des start-up qui ont revisité la façon dont les entreprises captent désormais l’attention.

Le marketing a dans ce sens été lui aussi hacké, impactant ainsi tout une profession (voir plusieurs, en effet boomerang). D’où l’avènement d’un marketing que je qualifierai de « disruptif ». Et des méthodes revisitées à grand coups de tactiques SEO, social media et brand content. Une nouvelle donne marketing et communication a ainsi vu le jour.

Au sein du monde des RP, il a donc été nécessaire de changer et de s’adapter aux nouvelles formes de marketing disruptif élaborées par les early adopters du web et du digital.

Lire la suite...

FTI Consulting Strategic Communications

18 juillet, 2014 18 juillet, 2014   18 juillet, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Nina Mitz, Président & CEO de FTI Consulting Strategic Communications France.

Présentez-nous FTI Consulting Strategic Communications?

FTI Strategic Communications est l’un des groupes leaders dans le monde en termes de conseil en stratégie de communication avec les médias, les marchés financiers, les autorités locales, nationales et européennes ainsi que pour les situations de crise et de restructurations d’entreprise. Avec plus de 1 000 collaborateurs seniors dans 22 pays, FTI est un groupe intégré qui  accompagne quotidiennement ses clients afin de les aider à anticiper, éclairer et surmonter les défis que pose le monde des affaires contemporain par du conseil aux dirigeants dans le domaine de la communication stratégique, Corporate et médias, des affaires publiques, de la communication financière, des crises et restructurations.

Quelles sont vos missions au sein de FTI Consulting Strategic Communications?

En tant que Président Directeur-Général de FTI en France et associée du réseau mondial, mes principales missions sont d’aider à faire connaître nos compétences sur le marché français en termes de conseil et d’expertise  en stratégie de communication et en stratégie d’influence nationale et internationale. La communication requiert des capacités stratégiques et tactiques ainsi qu’une très bonne connaissance à la fois des médias, des marchés financiers mais aussi des autorités gouvernementales que mon expérience au sein du Gouvernement français et auprès des autorités européennes facilite beaucoup.

Quel a été votre parcours?

Pendant un tiers de ma vie professionnelle, j’ai dirigé la communication de grandes entreprises américaines, puis pendant un autre tiers j’ai dirigé la communication française puis la coordination internationale d’entreprises asiatiques,  notamment japonaises. J’avais créé à cette époque une Association pour aider les français à exporter au Japon, en Chine et en Corée. J’ai ensuite collaboré avec des entreprises françaises intéressées par mon expérience de la communication et ma connaissance à la fois des process et aussi de la vision stratégique de ce métier. J’ai ensuite rejoint le Gouvernement français où j’ai été le porte-parole et la conseillère en communication internationale de 3 Ministres de l’Economie, des Finances et de l’Industrie pendant 5 ans avant de prendre la Présidence Direction-Générale de Financial Dynamics en France, en 2006, devenue FTI Strategic Communications.

Lire la suite...

Le cliché sexiste, nouvelle mode du marketing publicitaire ?

17 juillet, 2014 17 juillet, 2014   17 juillet, 2014 0 commentaire

Note d'analyse, par Florian SILNICKI (Expert en stratégie de communication), Elisabeth Segard (journaliste et blogueuse) et Sébastien Chenu (Consultant en communication politique, ex-Directeur de la stratégie de France 24 et conseiller du Délégué interministériel du SIG)

Le cliché sexiste, nouvelle mode du marketing publicitaire ? Quand le cynisme publicitaire est érigé en stratégie publicitaire. A l'heure où les Français n'ont jamais été aussi nombreux à se déclarer publiphobes, les annonceurs semblent prêts à prendre tous les risques pour attirer leur attention ... quitte à parier gros. Jusqu'où une marque peut-elle jouer avec les clichés sans abîmer son capital image ? Beaucoup de marques tentaient jusque-là de marquer les esprits en culbutant les idées reçues. Aujourd'hui, nous assistons au contraire à l'émergence d'une tendance : l'utilisation des clichés les plus sexistes. Alors qu'une campagne publicitaire distrayante et divertissante, à l'image de celle menée par Evian, peut être particulièrement profitable à la marque, certaines publicités sont actuellement de plus en plus transgressives et sexistes sans pour autant s'inscrire dans les valeurs ou l'histoire de cette dernière. Lire la suite...