Le nouveau visage des RP digitales

22 juillet, 2014 22 juillet, 2014   22 juillet, 2014 0 commentaire

Contrairement aux idées reçues, le monde d’avant Internet n’était pas l’âge de pierre de la communication et du marketing.

Des méthodes de com traditionnelle remportaient un véritable succès (et c’est encore le cas aujourd’hui NDLR, un bon spot, bien ciblé et bien diffusé génère de beaux ROI).

En ce temps, travailler avec un expert des RP offrait des opportunités nécessaires pour entrer en relation avec les journalistes et les éditeurs de presse, afin de relayer efficacement une actualité auprès des influenceurs des médias.

La blogosphère et les médias sociaux ont désormais tissé leur toile, avec une culture « tech » propre à l’univers des start-up qui ont revisité la façon dont les entreprises captent désormais l’attention.

Le marketing a dans ce sens été lui aussi hacké, impactant ainsi tout une profession (voir plusieurs, en effet boomerang). D’où l’avènement d’un marketing que je qualifierai de « disruptif ». Et des méthodes revisitées à grand coups de tactiques SEO, social media et brand content. Une nouvelle donne marketing et communication a ainsi vu le jour.

Au sein du monde des RP, il a donc été nécessaire de changer et de s’adapter aux nouvelles formes de marketing disruptif élaborées par les early adopters du web et du digital.

Lire la suite...

FTI Consulting Strategic Communications

18 juillet, 2014 18 juillet, 2014   18 juillet, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Nina Mitz, Président & CEO de FTI Consulting Strategic Communications France.

Présentez-nous FTI Consulting Strategic Communications?

FTI Strategic Communications est l’un des groupes leaders dans le monde en termes de conseil en stratégie de communication avec les médias, les marchés financiers, les autorités locales, nationales et européennes ainsi que pour les situations de crise et de restructurations d’entreprise. Avec plus de 1 000 collaborateurs seniors dans 22 pays, FTI est un groupe intégré qui  accompagne quotidiennement ses clients afin de les aider à anticiper, éclairer et surmonter les défis que pose le monde des affaires contemporain par du conseil aux dirigeants dans le domaine de la communication stratégique, Corporate et médias, des affaires publiques, de la communication financière, des crises et restructurations.

Quelles sont vos missions au sein de FTI Consulting Strategic Communications?

En tant que Président Directeur-Général de FTI en France et associée du réseau mondial, mes principales missions sont d’aider à faire connaître nos compétences sur le marché français en termes de conseil et d’expertise  en stratégie de communication et en stratégie d’influence nationale et internationale. La communication requiert des capacités stratégiques et tactiques ainsi qu’une très bonne connaissance à la fois des médias, des marchés financiers mais aussi des autorités gouvernementales que mon expérience au sein du Gouvernement français et auprès des autorités européennes facilite beaucoup.

Quel a été votre parcours?

Pendant un tiers de ma vie professionnelle, j’ai dirigé la communication de grandes entreprises américaines, puis pendant un autre tiers j’ai dirigé la communication française puis la coordination internationale d’entreprises asiatiques,  notamment japonaises. J’avais créé à cette époque une Association pour aider les français à exporter au Japon, en Chine et en Corée. J’ai ensuite collaboré avec des entreprises françaises intéressées par mon expérience de la communication et ma connaissance à la fois des process et aussi de la vision stratégique de ce métier. J’ai ensuite rejoint le Gouvernement français où j’ai été le porte-parole et la conseillère en communication internationale de 3 Ministres de l’Economie, des Finances et de l’Industrie pendant 5 ans avant de prendre la Présidence Direction-Générale de Financial Dynamics en France, en 2006, devenue FTI Strategic Communications.

Lire la suite...

Le cliché sexiste, nouvelle mode du marketing publicitaire ?

17 juillet, 2014 17 juillet, 2014   17 juillet, 2014 0 commentaire

Note d'analyse, par Florian SILNICKI (Expert en stratégie de communication), Elisabeth Segard (journaliste et blogueuse) et Sébastien Chenu (Consultant en communication politique, ex-Directeur de la stratégie de France 24 et conseiller du Délégué interministériel du SIG)

Le cliché sexiste, nouvelle mode du marketing publicitaire ? Quand le cynisme publicitaire est érigé en stratégie publicitaire. A l'heure où les Français n'ont jamais été aussi nombreux à se déclarer publiphobes, les annonceurs semblent prêts à prendre tous les risques pour attirer leur attention ... quitte à parier gros. Jusqu'où une marque peut-elle jouer avec les clichés sans abîmer son capital image ? Beaucoup de marques tentaient jusque-là de marquer les esprits en culbutant les idées reçues. Aujourd'hui, nous assistons au contraire à l'émergence d'une tendance : l'utilisation des clichés les plus sexistes. Alors qu'une campagne publicitaire distrayante et divertissante, à l'image de celle menée par Evian, peut être particulièrement profitable à la marque, certaines publicités sont actuellement de plus en plus transgressives et sexistes sans pour autant s'inscrire dans les valeurs ou l'histoire de cette dernière. Lire la suite...

Le contenu au coeur des stratégies RP des marques

8 juillet, 2014 8 juillet, 2014   8 juillet, 2014 0 commentaire

Loin est l'époque où les relations presse se résumaient à inviter des journalistes à des événements et à savourer des petits fours et du champagne en faisant du « relationnel » avec eux.  Les relations presse ne consiste plus uniquement à envoyer des communiqués  et des dossiers de presse, à multiplier les fastidieuses relances téléphoniques ou encore les déjeuners et conférences de presse.

Les pratiques des relations presse, que ce soit en agence ou chez l’annonceur, ont profondément évolué depuis la révolution digitale.

Les journalistes mais aussi les blogueurs qui ont su s’imposer comme des influenceurs légitimes et crédibles au fil du temps sont saturés par le flux permanent d’informations. Il est donc préférable d'éviter de les inonder avec des communiqués qui ne présentent pas d’information attractive. Il faut réussir à susciter leur intérêt au bon moment, avec le bon message et par les bons vecteurs.

Enrichissez vos  contenus.

Il faut aujourd’hui proposer des contenus enrichis à la fois pour susciter l’intérêt des journalistes mais aussi pour faciliter leur travail tel que la recherche d’informations. Il est indispensable aujourd’hui de compléter un communiqué de presse traditionnel avec des contenus multimédias comme des graphiques, des infographies, des présentations interactives, des liens ( vers le site, articles de blog, communiqué précédent…), des interviews,  des vidéos ( présentation d’un produit, coulisses de la marque…). Ses contenus permettent aux journalistes d’enrichir leur article car ils ont une meilleure compréhension du contexte de l’information.

Lire la suite...

Marie-Laure Pivert, je reste une attachée de presse…

30 juin, 2014 30 juin, 2014   30 juin, 2014 0 commentaire

Ex Parisienne, fan du Limousin - Ex gérante de l'agence ML'Presse mais attachée de presse j'ai été, attachée de presse je reste.

Je partage mon temps entre l'éducation de mon mini-moi et ma passion des RP. Bloggeuse à mes heures perdues, je travaille sur un nouveau projet basé sur la transmission de la déontologie du métier qui est devenu pour moi une priorité en région.

Blog : http://mlpresse.wordpress.com/

Et si on faisait un petit tour en arrière pour définir les relations presse ?

Depuis des années, le secteur a du mal à trouver une définition unique qui serait également reconnue par les organismes de relations presse, les universitaires et les professionnels de la communication. Rendez-vous sur internet et tapez "définition de RP" - vous découvrirez des milliers de résultats!

"Les relations presse sont un processus de communication stratégique qui établit des relations mutuellement bénéfiques entre les organisations et leurs publics en passant par les médias."

On me demande  souvent  d'expliquer ce que je fais exactement. Et je me bats, parce que le champ des RP est très vaste : Mon métier consiste à écrire des communiqués de presse, détailler des caractéristiques, raconter des histoires, créer un lien de confiance entre mes clients et les journalistes, faire de la gestion de projet, relayer le tout sur les réseaux sociaux, planifier, organiser des événements, etc. Les fonctions et les activités sont si nombreuses!

La tâche est vaste, mais je suis d'accord cependant : il faut une définition simple et précise qui recouvre pleinement tout ce qui concerne la profession. Voici la mienne :

Pour moi, faire des relations presse c’est savoir  créer des opportunités de communication pour valoriser un client, un service, un produit en passant par les médias.

Dernier point, mais certainement pas des moindres, l'honnêteté est la clé de toute stratégie de relations presse réussie.

Qu'en est-il aujourd'hui, une ouverture sur le monde des relations publics par le 2.0?

L'utilisation généralisée du web et des réseaux sociaux a changé fondamentalement la façon dont les gens communiquent et partagent des informations.

Les journalistes, les bloggeurs et les personnes influentes de l'industrie utilisent le 2.0 pour trouver des experts, des entreprises de recherche, pour localiser une couverture médiatique passée et suivre les tendances de l'actualité... Mais ils ne sont pas les seuls : "Monsieur et Madame Tout le Monde" avec ces nouveaux outils, ont aussi de plus en plus un rôle d’influenceurs… à côté ou en plus des experts et des journalistes traditionnels, qui restent considérés comme des sources et des ressources.

Lire la suite...

Bygmalion & spin doctors

20 juin, 2014 20 juin, 2014   20 juin, 2014 0 commentaire

A l’heure où l’affaire Bygmalion n’en finit plus de déborder comme une gouttière trop pleine avec ses factures fictives et ses conflits d’intérêt scandaleux, je m’étonne du silence presqu’assourdissant de la profession. Nous avions déjà à nous coltiner les spin doctors et leur vision faustienne de la communication qui pollue l’image de notre métier. Maintenant, les communicants sont amalgamés à la pompe à fric peu regardante qu’est l’agence Bygmalion et ses entités satellites. Il est urgent de se bouger et rejeter sans concession, ni merci ces dérives intolérables qui souillent le travail honnête et consciencieux de milliers de communicants en France.

Coup de gueule !

Même si le métier de la communication est encore relativement jeune à l’échelle du temps des sociétés et des entreprises, il n’a jamais vraiment cessé de trimballer une image spécieuse aux yeux de nombreux observateurs et surtout dans la presse. Déjà en 1999, Ignacio Ramonet, journaliste et ancien directeur du Monde Diplomatique, s’insurgeait dans un brûlot éponyme contre « la tyrannie de la communication ». Avec une infinie contemption, il qualifiait celle-ci de (1) « grande superstition de notre temps. En s’imposant comme obligation absolue, en inondant tous les aspects de la vie sociale, politique, économique et culturelle ».

Communication = poison démocratique ?

Pour l’intransigeant professionnel de l’information, la communication est l’ennemi à débusquer en toutes circonstances (2) : « Information et communication tendent à se confondre. Trop de journalistes continuent à croire que leur profession est la seule à produire de l’information quand toutes les institutions et organisations de la société se sont mises frénétiquement à faire la même chose. Il n’y a pratiquement plus d’organisme (…) qui ne soit doté d’un service de communication et qui n’émette, sur lui-même et ses activités, un discours pléthorique et élogieux. Tout le système dans les démocraties cathodiques, est devenu rusé et intelligent, tout à fait capable de manipuler astucieusement les médias, les journalistes et de résister savamment à leur curiosité ».

Cette acception extrêmement noire continue d’imprégner majoritairement la vision des journalistes (mais aussi une large partie de la société civile) à l’égard des communicants toujours plus présents dans leur quotidien. En dépit d’une professionnalisation accrue et nombre de colloques et d’instances appelant à plus d’éthique et de responsabilité, les praticiens de la communication demeurent globalement perçus comme de vénéneux démiurges, souvent prompts à triturer la réalité et à enfumer l’ensemble du corps sociétal au bénéfice d’intérêts pas toujours très collectifs.

En avril 2013, le journaliste d’investigation et fondateur de Mediapart, Edwy Plenel, en a remis une large couche en évoquant son bras-de-fer finalement victorieux contre le ministre du Budget déchu, Jérôme Cahuzac et sa garde prétorienne communicante (3) : « Ces communicants, ce sont profondément un des poisons de notre démocratie. Ce sont les adversaires de ce que nous devons faire, nous journalistes. Nous devons être au service du droit de savoir des citoyens, pas de ces techniques qui essayent de cacher, de voiler, de mentir ».

Lire la suite...

Réussir ses relances journalistes en 10 leçons

17 juin, 2014 17 juin, 2014   17 juin, 2014 0 commentaire

C’est une question que je voulais aborder depuis un petit moment, mais que j’avais mise un peu de côté. Le sujet m’est revenu à l’esprit suite à un mail qu’un lecteur m’a écrit, me demandant, entre autres, si « les tâches les moins sympas (relances…) étaient sur-représentées par rapport aux tâches plus agréables (rendez-vous avec des journalistes). » J’ai trouvé cette question très révélatrice, faisant même écho à mes précédentes expériences. Je m’explique.

   

Avant de me mettre à mon propre compte, j’ai exercé plus de 3 ans en agence. J’étais en charge du recrutement de stagiaires, et me suis aperçue à cette époque que les relances journalistiques étaient perçues par les nouvelles recrues comme la bête noire du métier. Certaines étaient même paralysées à l’idée de décrocher le téléphone pour présenter un client à un journaliste.

J’ai alors essayé de comprendre ce qui faisait peur : était-ce le fait de parler à un journaliste ? De se sentir dans une relation « moins-plus » ? De prendre le risque de ne pas savoir répondre à une question un peu poussée que poserait notre interlocuteur ? De se faire envoyer bouler ? Ou tout simplement de la gêne de déranger ?

Je pense que c’est un peu tout ceci à la fois. Et je peux comprendre cette appréhension. Pas évident lorsque l’on débute de savoir comment s’y prendre, et de trouver LE « truc » qui nous mettra en confiance dans cette relation téléphonique.

Pourtant, il est indispensable d’oser le faire, et de bien s’y prendre. Rappelez-vous que les journalistes reçoivent des centaines de communiqués par jour, et même si votre actu est intéressante, même si votre titre de communiqué et votre objet de mail sont bien tournés, il y a de fortes chances que le journaliste passe à côté de votre information. Je ne compte même plus les fois où décrocher mon téléphone pour relancer un journaliste a déclenché un article. Et ce n’est pas rare que les journalistes me remercient pour mon appel. D’où l’importance de bien savoir s’y prendre.

Lire la suite...

Interview d’Agnès Chalnot Communication, Agence de Relations publiques…

16 juin, 2014 16 juin, 2014   16 juin, 2014 0 commentaire

Présentez-nous votre Agence?

Agnès Chalnot Communication est une Agence de Relations publiques et presse, fondée en 2010 (à Paris et à Marseille), spécialisée dans le secteur culturel et notamment dans l’édition. Egalement certains grands chefs culinaires font appel à l’Agence.

Il s’agit de faire découvrir auprès du grand public des auteurs étrangers, des premiers romans français et surtout des nouveaux talents.

Quelles sont les spécificités de votre Agence de communication?

C’est une Agence sur-mesure ; Chaque livre dispose de sa propre stratégie de communication. Je suis entièrement à l’écoute de mes clients mais aussi des auteurs dont je m’occupe. Passer le temps nécessaire avec eux afin de mieux comprendre leur façon de travailler, de les mettre en confiance face aux médias et de pouvoir parler de leur livre comme si je l’avais écrit constitue une des forces de l’Agence.

De plus, mon Agence est basée à Paris et à Marseille. Ses doubles bureaux en font une singularité recherchée. Je peux offrir à mes clients des lancements nationaux (Paris) mais aussi dans le Sud-Est.

Quel a été votre parcours?

Diplômée du Master en Communication en 2005 à l’INSEEC Bordeaux, après deux années de prépa H.E.C., dès 2005, j’effectue un stage au service de presse des éditions Gallimard de six mois puis je suis restée six mois supplémentaires au service de presse de la Pléiade et des livres d’Art.

Ensuite, je suis devenue assistante attachée de presse puis attachée de presse aux éditions Albin Michel pendant plus de quatre années. Enfin, en 2010, je décide de fonder Agnès Chalnot Communication, Agence de relations publiques et presse.

Lire la suite...

« Se cultiver, ça n’a pas d’âge »

12 juin, 2014 12 juin, 2014   12 juin, 2014 0 commentaire

Matière à réflexion : Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil       Se cultiver, point d’intérêt transversal pour toutes les générations ? Oui, et les chiffres d’une étude* LH2/mareduc.com le démontrent…

Bonne nouvelle, sur une semaine, plus de 6 français sur 10 lisent, écoutent de la musique et regardent des films. Le taux des français de « 15 ans et plus » intéressés par la lecture de livres ou de BD serait compris entre 56% et 62% selon les classes d’âge.

Et même si la consommation de films ou de vidéo mobilise 7 heures du « budget-temps » hebdomadaire, la lecture de livres ou de BD est tout de même en moyenne de 4h/semaine (un peu moins que les anglais qui y consacrent 5 heures), dont 5h30 pour les « 65 ans et plus ».

Cette lecture de livres et BD s’effectue encore à 80% sur papier, les principales raisons d’utilisation des supports dématérialisés étant tous médias étudiés confondus, « l’immédiate accessibilité » (53%) et la gratuité (45%).

Lire la suite...