SUIVEZ-NOUS SUR

Le Tout va bien, 136 titres de presse collectés l’année passée sont rassemblés dans cette anthologie

2 février, 2015 2 février, 2015   2 février, 2015 0 commentaire

Ancien rédacteur en chef de Nova Planet, Adrien Gingold est un passionné des médias. Il lance cette année Le Tout va bien (Ed. Tripode), deuxième volet de sa compilation des titres les plus loufoques de la presse française. Adrien Gingold pour Culture RP Comment t’es venue l’idée de ce livre ? En tant que journaliste - et surtout à l’époque de Nova, où nous nous intéressions de près à l’actualité culturelle régionale - j’ai toujours eu ce désir de rester le plus souvent possible connecté à l’actualité. Quand je voyage, ou au quotidien en prenant mon café, j’aime me poser et lire les nouvelles sur papier ou en ligne, et ce, même au bout du monde. Ce livre (et le précédent) est né d’une blague entre collègues : nous recensions les titres les plus marrants que nous trouvions sur Internet ou dans les journaux papier. Au fur et à mesure, la blague prenant de l’ampleur, moi-même et mon collègue Giulio Calligari avons décidé d’en faire un Tumblr : « ajustetitre », qui a vite plu au public. D’ailleurs, je dois avouer que beaucoup des titres rapportés sur le Tumblr viennent de suggestions d’internautes ! Lire la suite...

Marie-Catherine Beuth et la Presse au Futur

26 janvier, 2015 26 janvier, 2015   26 janvier, 2015 0 commentaire

C’est à l’occasion de l’évènement « La Presse au Futur » qui s’est déroulé du 26 au 27 novembre dernier que Marie-Catherine Beuth, correspondante Silicon Valley du Figaro et chroniqueuse sur RFI, est intervenue pour parler des dernières tendances digitales et print aux USA. Un sujet que cette « Fellow Knight » -du nom de la bourse d'excellence John S. Knight de l'université de Stanford en Californie- connaît puisqu’elle a elle-même imaginé et développé une application news innovante appelée NOD (News on Demand), sortie aux USA fin 2014. Culture RP l’a donc rencontrée pour évoquer avec elle un certain nombre d’éléments à l’œuvre aujourd’hui au sein du secteur de la presse aux États-Unis mais aussi pour en savoir un peu plus sur son parcours ainsi que sur l’application NOD.   Marie C Beuth   L’Amérique est-il actuellement le pays moteur de l’innovation dans la presse ? Les autres pays doivent-ils s’en inspirer ? Je n’ai pas assez étudié ce qui se passe ailleurs pour pouvoir dire que les USA est le pays de l’innovation dans la presse. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont une culture de l’innovation et de l’expérimentation qui permet de faire émerger un certain nombre de projets plus facilement. Ils ont également une maturité sur le marché publicitaire qui leur permet peut-être de tenter des choses un peu plus tôt que nous. C’est donc très lié à la spécificité du marché US avec un certain nombre de facteurs structurels et conjoncturels qui leurs sont propres. D’ailleurs, ce n’est pas parce que cela marche chez eux que cela va forcément marcher chez nous. Il faut donc regarder ce qui se passe, s’en inspirer mais ne pas essayer de tout copier. Vous avez donc présenté 10 tendances de la presse US lors de votre intervention. Si vous deviez définir un fil directeur réunissant toutes ces tendances. Lequel serait-il ? S’il fallait trouver un fil conducteur à l’ensemble des innovations et projets que j’ai présenté, ce serait le mobile. Pour moi, aujourd’hui, le mobile est au cœur de la révolution et de l’innovation dans la presse. Il permet d’accéder à des infos en temps réel, donc ça change les dynamiques dans les rédactions et cela fait disparaître les critères de temps. Cela a une incidence également sur les formats puis sur l’expérience utilisateur et ensuite sur le type d’engagement que l’on va avoir. Ce qui influe sur le type de publicité que l’on va pouvoir présenter et donc forcément sur les recettes. Selon moi, le mobile est l’élément principal déclencheur de toutes ses innovations et expérimentations journalistiques. Lire la suite...

Réseaux sociaux : Types d’émetteurs les plus populaire dans la twittosphère francophone

20 janvier, 2015 20 janvier, 2015   20 janvier, 2015 0 commentaire

Newsletter n2 Aura Mundi Qui sont les Twittos bénéficiant de plus de 5 000 abonnés

Réseaux sociaux : Répartition des comptes en volume d’abonnés

20 janvier, 2015 20 janvier, 2015   20 janvier, 2015 0 commentaire

Newsletter n2 Aura Mundi Etat des lieux

Cartographie de la mobilisation autour de Charlie Hebdo #JeSuisCharlie

12 janvier, 2015 12 janvier, 2015   12 janvier, 2015 0 commentaire

Le pouvoir d'influence des attentats de la semaine dernière sur le web international (1) - Réalisé  par Aura Mundi – L’Argus de la presse.

   

L'attentat survenu le 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo, à Paris, a immédiatement suscité l'émotion et l'indignation sur le Web. Entre le 7 janvier 2015 et le 12 janvier 2015 (12h), ce sont près de 18 650 568 contributions qui ont été publiées sur Internet (réseaux sociaux et médias en ligne) à travers le monde. Le 8 janvier est la journée où les réactions ont été les plus nombreuses : 2 296 3178 contributions ont ainsi été publiées sur le Web (réseaux sociaux et médias en ligne) dans le monde.

La France est bien sûr la plus concernée avec 7 294 052 contributions publiées entre le 7 janvier et le 12 janvier (12h), suivie des Etats-Unis (3 159 604 contributions), du Royaume Unis (1 167 410 contributions), et de l'Espagne (1 059 287 contributions).

C'est sur Twitter que les réactions publiques sont les plus importantes avec 17 590 257 tweets publiées entre le 7 janvier et le 12 janvier (soit 94,3% des contributions totales)

Un pic de réactions est par ailleurs à constater le 7 janvier à 21h où 776 142 tweets ont été publiés sur le réseau social. La fin de la traque survenue le vendredi en fin de journée entraîne un second pic de contributions à 17h où 123 610 tweets ont été publiés. Les rassemblements organisés dans le monde entier, dans la journée de dimanche, ont ensuite entraîné un troisième pic de contributions le 11 janvier à 16h sur Twitter : 106 263 tweets ont été publiés.

Sur le Web mondial, entre le 7 janvier 2015 et le 12 janvier 2015 (12h), #CharlieHebdo a été cité 8 610 298 fois, #JeSuisCharlie 6 662 143 fois, "Charlie Hebdo" 4 755 636 fois, #MarcheRepublicaine 418 823 fois, #NousSommesCharlie 260 641 fois, #Marchedu11janvier 11 977 fois.

  Nuage de Tags: Nuage de Tag #JeSuisCharlie   Carte: Carte #JeSuisCharlie Lire la suite...

David Wall de la Data Room de Canal Plus : la lecture statistique du football

9 janvier, 2015 9 janvier, 2015   9 janvier, 2015 0 commentaire

Cette semaine, le championnat de ligue 1 reprend ses droits après une pause pour cause de trêve hivernale. Une première partie de saison qui a tenu toutes ses promesses sur le terrain mais aussi en plateau avec le lancement, en septembre dernier, de l’émission" la Data Room" sur Canal Plus. Une émission de foot entièrement dédiée à la lecture « scientifique » du jeu grâce notamment au recours à la statistique. Décrypter la Data pour mieux analyser et lire le jeu, c’est quelque chose que David Wall connaît bien en tant que chroniqueur de l'émission et responsable éditorial France chez Opta Sport, une entreprise britannique spécialisée dans la collecte et l’analyse de statistiques sportives.   Opta  

Il a bien voulu nous en parler.

  Le journaliste de l’Equipe Aurélien Delflosse parle de Data révolution. Qu’en pensez-vous ? L’utilisation de la Data a vraiment explosé sur ces dix dernières années. Ce sont les clubs pro qui ont commencé et derrière, les médias ont suivi. La richesse des outils de collecte que l’on a à notre disposition nous permet d’aller chercher des statistiques beaucoup plus variées et précises qu’auparavant car on creuse beaucoup plus loin. La révolution, elle est partout. Aujourd’hui, chaque club a son analyste statistique et son analyste vidéo. Cela s’est vraiment généralisé. C’est ce qui explique du coup le développement d’organismes spécialisés dans les statistiques comme notamment Opta. Lire la suite...

J’ai suivi le hastag #jesuischarlie

9 janvier, 2015 9 janvier, 2015   9 janvier, 2015 0 commentaire

A peine quelques heures après l’assassinat des journalistes et caricaturistes du journal Charlie Hebdo, le web est en émoi. Chacun, à sa manière, exprime sa solidarité et tente d’expliquer cette attaque froide et barbare. Tout au long de l’après-midi, les internautes ont tour à tour exprimé leur incompréhension et leur rejet de ce crime odieux. D’ailleurs, il n’y a pas de mots assez forts pour décrire ce que cette attaque inspire à tous ceux qui estiment le bien fondé, non seulement de pouvoir s’exprimer librement au sujet de l’actualité du monde mais aussi, excusez du peu, de pouvoir en rire. Oui, peu de mots existent pour décrire ce que l’on ressent à l’évocation de ce crime abject…Les premiers qui viennent à l’esprit sont forcément des sentiments : effroi, dégoût, incompréhension, tristesse, vide… Puis un autre arrive…sec et brutal. Pourquoi ? Un mot, un sentiment qui résonne encore aujourd’hui à l’heure où ce texte paraît en ligne… Comme si les balles ricochaient encore... Pourtant il faut bien traiter l’actualité et faire vivre la mémoire de Charlie. Mais là encore, rien ne vient... Les sites d’actu traitent bien du sujet… Pas le choix ! Que cela doit être dur de devoir faire abstraction de ce sentiment pour reporter les faits. Décidément, journaliste est bien souvent un métier difficile…Moi, je ne sais toujours pas quoi dire…Les Tweets défilent et toujours pas de mots…Les témoignages de solidarité et de condoléances s’empilent sur mon fil…Que dire…à part tout simplement retweeter pour que cette solidarité se propage. Les dessins de caricaturistes du monde entier sont relayés sur la toile tandis que les hommages et les infos s’enchaînent avec autant de frénésie. Jamais vu un truc pareil…Cette tragédie a un retentissement mondial ! Cabu, Charb, Wolinski, Tignous d’abord puis Ahmed et Frank et ensuite Frédéric, Philippe, Elsa, Bernard, Mustapha et Michel…Le web pleure et déplore la perte de ces personnes que l’on connaissait bien, pour certains, et pour d’autres, pas du tout…Mais on se retrouve en chacun d’eux, victimes d’une violence aveugle et inhumaine qui peut frapper n’importe qui, n’importe quand. Lire la suite...