SUIVEZ-NOUS SUR

La flamme de Christiane Taubira : le médiatraining, cet élément qui change tout

10 septembre, 2013 10 septembre, 2013   10 septembre, 2013 0 commentaire

Par Florian SILNICKI, Expert en stratégie d'information et de communication de crise - @floriansilnicki

Selon les opinions, sa communication est considérée comme brillante, professionnelle, ou démagogique, voire parfaitement populiste et dangereuse. Allons au-delà de ces jugements superficiellement tranchés et trop rapides pour se risquer à une analyse rigoureuse de la communication déployée pour sa première émission en "prime time" en tant que ministre de la Justice.

A l'occasion du dernier numéro de l'émission politique présentée par David Pujadas, Des paroles et des actes, diffusée le jeudi 5 septembre sur France 2, nous retiendrons surtout l'excellence de la forme de la prestation de l'invitée de la soirée, la Garde des Sceaux.

Christiane Taubira a une nouvelle fois fait preuve de ses qualités exceptionnelles d'oratrice. Ses prises de parole présentent tous les ingrédients d'un médiatraining intense et millimétré. Décryptage de la communication d'une icône de gauche massivement rejetée à droite.

Christiane Taubira sait que l'interview est un jeu d'équilibre entre les deux parties. Sa prestation répond à un certain nombre de règles et de principes clés qu'il est intéressant d'identifier. La Ministre n'a jamais dérogé aux règles à suivre pour que son discours soit bien perçu et compris de tous.

Voici les 6 règles d'or de l'interview suivies par la Garde des Sceaux pour faire face à un journaliste qu'elle sait plus curieux et informé que la moyenne, ayant une appétence particulière pour décrypter et faire comprendre l'actualité mais qui n'est pas un spécialiste des sujets judiciaires qu'il va traiter.  Elle sait qu'il est animé par la volonté de confronter des points de vue mais reste libre dans le traitement qu'il en fait mais surtout elle mesure dès le départ qu'il est dans une recherche permanente de la nouveauté, du scoop.

Règle numéro 1: Le discours doit être simple car compréhensible par le plus grand nombre.

L'auditeur n'est pas un spécialiste et est souvent multitâche. Il vous écoute en rédigeant un texto, un mail, en repassant ou en dinant. Il faut donc lui «prémâcher» l'information. La ministre a donc cherché à minimiser autant que possible son jargon judiciaire : l'usage de termes techniques a été limité au maximum et les acronymes ont souvent développé ou explicité directement ou par des illustrations.

L'un des objectifs de la communication de la Ministre est de ne pas rompre la solidarité gouvernementale afin de ne pas porter de responsabilité particulière dans l'opposition désormais publique avec le Ministère de l'intérieur. Il faut avant tout ne surtout pas raviver cette opposition par ce passage télévisé. La Ministre savait qu'elle serait interrogée sur cet affrontement par presse interposée avec le Ministre. Elle utilisera alors la formule « ça fait plusieurs semaines qu'on joue un match sans joueur. On ne joue pas un match, nous sommes ministres ! »... et c'est bien joué !

Tout d'abord, le discours a porté un message-clé. Il n'a jamais été terni par l'envie naturelle de la Ministre d'en dire trop afin d'éviter la contre-productivité.  Son discours est donc allé à l'essentiel et s'est structuré autour d'un message principal simple et marqueté.

Son discours a été étayé par des exemples bien choisis. Pour être compris de tous, elle n'a pas fait de grandes phrases, et a préféré des phrases incisives et courtes, clairement préparées à l'avance. L'intérêt ? Ne pas faire sortir la Ministre de son message principal.

Lire la suite...

Etude ICCO : Quelles tendances pour le marché mondial des Relations Publics au 2ème trimestre 2013

9 septembre, 2013 9 septembre, 2013   9 septembre, 2013 0 commentaire

Selon le dernier baromètre international des tendances effectué sur le deuxième trimestre 2013 par l’ICCO (International Communications Consultancy Organisation) auprès de ses adhérents, une hausse des budgets de campagnes, des niveaux d’activités, et une amélioration de tendance dans l’over-servicing ont été constatées, expliquant ainsi l’optimisme affiché des dirigeants répondants au baromètre.

Le baromètre indique également qu’une forte majorité d’agences a mis en place un service de RP digitales, bien qu’une part relativement faible de leurs activités exige une intervention sur le digital.

 

Digital

Un focus sur le digital a été posé dans le baromètre du 2e trimestre :

62 % des répondants ont indiqué disposer d’une stratégie digitale existante dans leur agence 30 % n’en ont jamais eu 8 % ont affirmé ne pas en avoir besoin pour leurs activités

Seulement 24% des répondants ont affirmé avoir plus de la moitié de leurs missions avec une offre digitale intégrée

Lire la suite...

Troc de presse

3 septembre, 2013 3 septembre, 2013   3 septembre, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Julien Fuentes, fondateur de Troc de presse

Pouvez-vous nous expliquer le principe de Troc de presse ?

 

Troc de Presse est né d’un constat très simple. Comme environ 35 millions de français, vous lisez chaque jour au moins un journal ou un magazine (source : Audipresse/OJD 2013)… et une fois lus, vous les jetez !

Il vous arrive parfois de donner une seconde vie à vos magazines en les donnant ou en les échangeant avec vos proches… mais pourquoi ne pas le faire avec votre réseau de proximité, c’est-à-dire vos voisins (ou vos collègues de bureau) ? C’est désormais possible grâce à www.trocdepresse.com, le 1er site entièrement gratuit qui propose le recyclage intelligent de vos lectures presse, en les échangeant avec votre entourage immédiat, via les boîtes aux lettres de votre lieu d’habitation (ou le CE de votre entreprise).

En s’inscrivant à Troc de Presse, les internautes participent au mouvement grandissant de l’économie collaborative, privilégient l’usage plutôt que la possession, et prônent ainsi une consommation de bon sens.

Troc de Presse est une initiative qui se préoccupe des quelques 4 milliards d’exemplaires de titres de presse imprimés et vendus chaque année, et dont la destinée était jusqu’à présent l’inéluctable destruction.

Au delà l’aspect écologique de la démarche, Troc de Presse esquisse un kiosque de partage dans votre immeuble ou votre entreprise, et permet de (re)tisser du lien avec ses voisins (entraide, rencontres…) et d’optimiser son budget « journaux ».

Au final, on échange plus, on créé du lien, on recy¬cle davantage et de fait, on consomme différemment.

Comment vous est venu cette idée?

Comme beaucoup de français, je lis beaucoup la presse papier, et j’ai tendance à accumuler les magazines chez moi, en me disant que je les relirai plus tard. Tôt ou tard, je finis tout de même par les jeter, par manque de place. J’ai constaté à maintes reprises que mes voisins en faisaient autant, et pour être honnête, tout ce gâchis de papier et d’argent me donnait mal au cœur. L’idée toute simple d’échanger avec ses voisins est née comme cela.

Quel est votre parcours?

J’ai étudié l’architecture et le design à Paris, puis j’ai travaillé pendant près de 8 ans dans des agences d’architectures parisiennes.

Au moment ou j’ai décidé de me lancer en indépendant, il y a quelques mois, m’est venue l’idée de Troc de Presse, que j’ai tout de suite décidé de développer, car il s’agit d’un concept auquel je crois beaucoup !

Lire la suite...

Interview de Maurice Botbol, président du Spiil

26 juillet, 2013 26 juillet, 2013   26 juillet, 2013 0 commentaire

Interview de Maurice Botbol, président du Spiil et directeur de la rédaction d’Indigo Publications pour Culture RP

Plan en faveur de la presse : le Spiil dénonce des maux et réclame des actes

Le 10 juillet dernier, la Ministre de la Communication et de la Culture, Aurélie Filipetti, a présenté le plan de réformes du gouvernement en faveur de la presse.

Suite à cette annonce, le SPIIL (Syndicat de la Presse Indépendante d’Information en ligne) a publié sur son site un communiqué critiquant certains aspects du projet.

Culture RP a demandé son avis à son président, Maurice Botbol, également directeur de la rédaction d’Indigo Publications.

Lors de la présentation de son plan en faveur de la presse le 10 juillet dernier, Aurélie Filipetti a annoncé l’alignement du taux de TVA de la presse en ligne sur celui de la presse imprimée, c’est-à-dire à 2.10% au lieu de 19.6% actuellement, ce après validation par la Commission Européenne. Quelle est votre position sur le sujet ?

Aurélie Filipetti a commencé son annonce par une introduction sur la solidarité entre les différentes familles de presse : la presse « citoyenne » IPG (presse d’Information Politique et Générale) et presse « récréative » : de loisirs et de divertissement. Nous partageons avec elle cette notion de solidarité entre tous les types de presse mais déplorons le fait que la presse numérique n’entre pas dans la logique du gouvernement. La contradiction que nous soulevons réside dans la volonté du gouvernement d’attendre la validation de la Commission Européenne pour réduire le taux de TVA de la presse en ligne en l’alignant sur celui de la presse imprimée. Nous considérons que cette logique est absurde et ségrégationniste vis-à-vis de la presse numérique car elle nie le fait que les contenus et le public de la presse en ligne et de la presse imprimée non spécialisée sont très souvent les mêmes, notamment dans le cas des offres packagées. De plus, il n’y a pas de certitude que cette réduction prenne effet puisque la décision finale reste entre les mains des instances européennes. Et que celle-ci est reportée d’année en année. Dans cette attente, nous subissons un taux de TVA qui nous handicape financièrement et creuse un peu plus les inégalités entre la presse imprimée et la presse numérique. Au lieu d’une mesure de solidarité, il s’agit donc à mes yeux, plutôt d’une mesure discriminatoire envers la presse numérique. Notre position est la suivante : nous estimons être en droit de demander une application du taux de TVA à 2.10% à la presse en ligne au nom du principe de  « neutralité fiscale » qui a permis que le taux de TVA du livre numérique soit aligné sur celui du livre papier le 1er janvier 2012. D’ailleurs, plusieurs de nos membres (à l’image de Dijonscope et Arrêt sur Image) ont d’ores et déjà décidé d’appliquer effectivement  une taxe à 2.10%.

Lire la suite...

Le Blog du Communicant fait peau neuve!

15 juillet, 2013 15 juillet, 2013   15 juillet, 2013 0 commentaire

Culture RP vous informe que Le Blog du Communicant fait peau neuve! :)

Après 3 ans de bons et loyaux services, il était temps d’insuffler un nouvel élan au Blog du Communicant. Grâce au concours toujours créatif de l’Atelier Buz, j’ai donc le grand plaisir de vous détailler les nouveautés et les changements apportés à ce blog qui a rassemblé 13 385 visiteurs entre mai et juin 2013. Focus sur les innovations !

Première modification : le 2.0 du branding originel du blog part aux archives ! Initialement baptisé « Le Blog du Communicant 2.0 » lors de son lancement en mai 2010, il m’est apparu que le concept de 2.0 n’a aujourd’hui plus autant d’importance en termes de notoriété. La communication s’est profondément digitalisée en règle générale et le 2.0 banalisé à l’aune de cette expansion.

Bien qu’il reste évidemment encore de gros chantiers à accomplir en matière de pertinence des stratégies et des contenus déclinés et une évangélisation à poursuivre auprès des décideurs, il est en revanche acquis que la communication est entrée en mode conversationnel sous la poussée irrésistible des médias sociaux. Dans ce contexte, le « 2.0 » n’est plus aussi signifiant qu’il y a trois ans où les logiques de dialogue commençaient à peine à poindre. Résultat : la marque du blog devient tout simplement « Le Blog du Communicant » !

Nouveau design, nouvelles rubriques

 

Côté design, l’accent a été mis sur une épuration plus prononcée du graphisme et de l’ergonomie afin d’accéder et de naviguer encore plus aisément à travers les contenus proposés. A cet égard, la maquette des billets a été modifiée pour offrir un confort accru de lecture ainsi que la police de caractère. De plus, grâce à l’adoption de la technologie « responsive design », le site peut être lu avec autant d’aisance sur un écran d’ordinateur, de tablette ou de smartphone. La taille des pages s’adapte automatiquement selon le terminal. Ce serait effectivement un comble que d’oublier nos lecteurs qui sont de plus en plus nombreux à lire en situation de mobilité si j’en juge les statistiques fournies par Google Analytics.

Au niveau des rubriques proposées, j’ai également choisi d’élargir la variété des contenus. Les longs billets d’analyse et de décryptage vont bien évidemment continuer de nourrir le blog à travers divers cas d’étude extraits de l’actualité économique, politique, sociale, sportive, etc et d’innovations remarquables. Toutefois, histoire de varier les plaisirs et d’être plus réactif sur certains sujets, j’ai introduit deux nouvelles rubriques :

Lire la suite...

Les 5 enjeux actuel du Webdesign pour les annonceurs

27 juin, 2013 27 juin, 2013   27 juin, 2013 0 commentaire

Réalisée par l’agence de communication digitale Novius: Les 5 enjeux actuel du Webdesign pour les annonceurs

D'une manière générale, lors des conceptions de stratégies digitales, le Webdesign est bien souvent mis au second plan ou considéré simplement comme du graphisme. C'est une erreur ! Tout simplement par ce qu'aujourd'hui le Webdesign va plus loin et englobe des problématiques liés par exemple à l'expérience utilisateur, à la gestion du contenu, à des problématiques technologiques et d'usages. C'est pourquoi il faut bien comprendre les enjeux du Webdesign pour une marque.

   

Marc Michiels : - Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP - Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse - Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

       

Les outils de publication web classiques sont-ils dépassés?

20 juin, 2013 20 juin, 2013   20 juin, 2013 0 commentaire

Réalisée par l'agence de communication digitale Novius: Les outils de publication web classiques sont-ils dépassés?

A la question : "les outils de publication web classiques sont-ils dépassés ?" Anthony Bleton a une réponse sans appel : OUI ! pourquoi ? Il suffit de prendre du recul et de se regarder travailler : lorsque l'on souhaite orchestrer sa communication digitale, on se retrouve vite avec 15 fenêtres ouvertes, des logiciels différents pour le site, la webapp, les médias sociaux... bref, on passe sa journée à faire des copier/coller entre toutes ces interfaces. On note une véritable fragmentation des outils de production qui n'ont pas suivi l'évolution du web qui est devenu "multi-écran" et social. Les consommateurs passent de leur smartphone à leur PC ou à leur tablette tout au long de la journée et attendent sur chaque support une expérience spécifique. Rien que ça ! Alors comment s'y retrouver d'un point de vue opérationnel ?

   

Marc Michiels : - Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP - Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse - Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

       

Nominations de Journalistes Presse-Web-Audio TV Mai

19 juin, 2013 19 juin, 2013   19 juin, 2013 0 commentaire

Lire la suite...