SUIVEZ-NOUS SUR

Le papier fait son intéressant

16 novembre, 2012 16 novembre, 2012   16 novembre, 2012 0 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil

     

Fort de sa dimension polysensuelle, des valeurs associées à l’écrit imprimé et de la tendance à la rematérialisation qui pousse les marques à chercher à exister ailleurs que dans des univers virtuels, le papier se sent pousser des ailes.  Panorama d’innovations qui sont autant de « matières à réflexion ».

Chez Bayard, les magazines de la gamme « Today in English », traditionnellement livrés avec des cassettes, puis des CD, insèrent désormais dans leurs pages des flashcodes permettant d’accéder à des contenus audio permettant d’acquérir une prononciation « so british ».

Toujours en France, « Enjeux-Les Echos » a inséré sur une double page un écran de 2,4 pouces et 3 mm d’épaisseur assorti de mini haut-parleurs permettant de visionner des vidéos publicitaires de Citroën.

En Allemagne, le magazine « Novum » est parvenu à bluffer ses lecteurs designers et graphistes, pourtant au fait de toutes les innovations, en leur proposant une couverture modulable composée de 1.000 triangles flexibles reliés entre eux.

En Autriche, le dernier rapport annuel de l’association Austria Solar a été imprimé avec une encre qui ne permet pas de lire les textes à la lumière artificielle, les caractères n’apparaissant qu’à la lumière du soleil dont elle promeut l’énergie.

A Dubaï, Land Rover offre à ses acheteurs de 4 X 4 un guide de survie dans le désert qui peut être mangé après utilisation. Selon l’agence à l’origine du concept, l’encre et le papier comestibles auraient autant de valeur nutritive qu’un cheeseburger !

Lire la suite...

Vers la fin de l’information gratuite ?

9 novembre, 2012 9 novembre, 2012   9 novembre, 2012 0 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil

     

Baisse des recettes publicitaires, concurrence de Google, défiance croissante à l’égard des journalistes et des médias, crise économique … La presse française est confrontée à une de ces « conjonction des catastrophes » dont on ne sort que mort ou vraiment très différent. Tout indique aujourd’hui que, pour ceux qui préfèrent vivre, le salut passe par la fin des contenus gratuit.

Les audiences gratuites se monétisent mal. Proposer de l’information gratuite sur Internet a un temps été perçu par les médias comme le moyen de fédérer des audiences très importantes pour les monétiser auprès des annonceurs. Mais les éditeurs ont aujourd’hui compris que cette démarche n’était pas la bonne pour au moins 3 raisons : aussi importantes soient-elles, leurs audiences gratuites ne permettent pas de rivaliser avec celles des moteurs de recherche et des sites de services ; le prix obtenu pour un contact généré via un support gratuit en ligne demeure très inférieur à ce qui est atteint avec un support payant, notamment imprimé ; enfin, la crise est désormais bien là, et ce sont les recettes publicitaires dans leur ensemble qui baissent.

La production d’informations gratuites en ligne peut nuire aux marques médias. Lors des récentes Assises du Journalisme, plusieurs représentants de médias imprimés et Pure Players soulignaient que, lorsque l’objectif est d’être le plus souvent cliqué sur Google, la production journalistique change de nature : il faut en effet produire beaucoup et en quasi temps réel des brèves sans réelle expertise ni valeur ajoutée. Les conséquences sur l’image de la « marque mère » (et donc son achat sous forme imprimée) sont négatives : dégradation de l’image d’expert, moindre perception des fonctions d’analyse, perte d’affinité et, plus globalement, de « valeur perçue ». Lire la suite...

Newsletter n°16

4 novembre, 2012 4 novembre, 2012   4 novembre, 2012 0 commentaire

LETTRE D’INFORMATION DE L’ARGUS DE LA PRESSE - CULTURE RP n°16 EDITODidier Chevalier, Directeur Stratégie et Développement de l'Argus de la presse.      

Réseaux sociaux ou «socialisation» des médias traditionnels ?

26 octobre, 2012 26 octobre, 2012   26 octobre, 2012 0 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil      

Si Facebook était un pays, ce serait le plus peuplé de la planète après la Chine et l’Inde. Bien sûr, l’audience des réseaux sociaux impressionne, mais leur efficacité en tant que média suscite toujours beaucoup d’interrogations. Dès lors, la socialisation des médias traditionnels est peut être une piste à suivre pour surfer sur une attente forte et durable, comme le montre la mutation réussie du « vieux média » qu’est la radio.

Selon Médiamétrie, sur la période regroupant le dernier semestre 2011 et le premier semestre 2012, la radio a dépassé pour la première fois les 43 millions d’auditeurs quotidiens. Pour expliquer ce très bon score, il ne faut pas se limiter à l’actualité très dense de la période ou à la forte crédibilité du média. Il faut aussi s’intéresser à la « fonction sociale » de la radio et à sa capacité à se déployer sur de multiples supports.

Sans bruit, la radio est devenue un véritable média social : 45% des auditeurs sont déjà entrés en contact avec une radio ! 28% des auditeurs interagissent avec leur radio pour partager une opinion, 19% pour exprimer un avis sur la station, une émission ou un animateur et 10% pour intervenir à l’antenne. L’interactivité passe d’abord par les sites des stations et les blogs associés (24%) suivis par le téléphone (21%) et l’email (17%). Bien sûr, les réseaux sociaux jouent leur rôle, mais surtout auprès des plus jeunes et pas de façon majoritaire ; ainsi, 20% seulement des moins de 25 ans utilisent Facebook et Twitter pour interagir avec leurs radios.

Lire la suite...

Slate.fr – Les Tablettes, presse sur tablettes : la révolution est en marche !

22 octobre, 2012 22 octobre, 2012   22 octobre, 2012 0 commentaire

En septembre 2012, l'hebdomadaire numérique Slate.fr - Les Tablettes fêtait autour d'un verre de vin la sortie de son dixième numéro consacré au Mondial de l'Automobile. Le pure player au ton décalé qui, depuis son arrivée en 2009, a connu un succès croissant et jamais démenti, lance le premier magazine hebdomadaire uniquement conçu pour tablettes.

CultureRP a voulu en savoir plus sur une création originale qui pourrait bien faire entrer le journaliste 2.0 dans une nouvelle ère. Hugues Serraf, responsable éditorial.

Presse : des chiffres contre les idées reçues (2)

15 octobre, 2012 15 octobre, 2012   15 octobre, 2012 1 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil      

L’image de la presse est désolante : il s’agirait d’un secteur marginal, vivant de subventions, dépendant des annonceurs et incapable de se moderniser. Pour compléter les perspectives plutôt positives que révélait l’analyse des audiences (cf Matière à Réflexion # 142), voici, à l’heure du « data journalisme » des chiffres qui parlent, issus  d’une étude de l’Association de la presse d’information politique et générale.

La presse est une industrie culturelle marginale ?. Faux. Elle représente 5% du CA du secteur tertiaire avec 9,7 milliards d’euros, devant la télévision (8,8 Md€), le cinéma (1,7 Md€), la musique (1 Md€) et le spectacle vivant (0,6 Md€). Le secteur génère 65.000 emplois directs et 200.000 emplois indirects. La presse vit d’aides ? Faux. Les aides à la presse ne représentent que 8,6% de son CA, contre 20% pour la musique, 21% pour le cinéma, 45% pour l’audiovisuel et 90% pour le spectacle vivant ! Lire la suite...

Les 5 atouts de la presse écrite

8 octobre, 2012 8 octobre, 2012   8 octobre, 2012 2 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil

     

Le problème de la presse écrite est sa difficulté à boucler ses fins de mois et non une désaffection pour le média, comme l’indiquent les résultats de l’étude d’audience One. Lorsque les éditeurs investissent pour repenser leurs offres et les décliner en numérique, les progressions d’audience sont toujours au rendez-vous.

La lecture de la presse augmente. La presse écrite ne va pas si mal puisque 35 millions de Français lisent chaque jour au moins un titre de presse quotidienne ou magazine. Le lectorat moyen de la presse est en croissance de 0,4%.

Le lectorat de la presse écrite est riche de promesses. La multiplicité des titres est un atout, les Français lisant en moyenne 7 titres différents. Les plus forts lecteurs sont les femmes (7,6 titres), les actifs (7,4 titres chez les 35-50 ans) et les internautes (7,2 titres).

Les études, le marketing et l’innovation sont payants. L’audience de la PQR progresse de 0,2%, mais son leader « Ouest France » gagne 4,5%, soit plus de 114.000 lecteurs. La presse TV réussit à gagner 0,9% d’audience alors que les programmes sont accessibles sur de multiples supports, mais cette progression globale est tirée par les titres qui ont su se remettre en cause, notamment « Télé Loisirs » (+4,6% et 213.000 nouveaux lecteurs). Toutes catégories confondues, la palme de la plus forte progression en audience revient à « Détente Jardin » (+ 18,9%, soit 295.000 lecteurs gagnés) qui a profondément repensé son offre.

Lire la suite...