SUIVEZ-NOUS SUR

Comment créer votre charte graphique…

19 mars, 2014 19 mars, 2014   19 mars, 2014 0 commentaire

Cette infographie réalisée par Squid impact, résume les grandes étapes de la création d’une charte graphique et quelques clés pour ses différents éléments : polices, logo, couleurs, … Lire la suite...

STROMAE LE PHENOMENE !

17 mars, 2014 17 mars, 2014   17 mars, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Cédric Naimi, auteur et Responsable de Joker Promotion à l’occasion de la sortie du livre : Stromaé le phénomène aux éditions Carpentier sortie le 15 mars.

Comment ne pas faire un livre sur un artiste hors norme qui remporte massivement tous les prix ?

Quand j'ai parlé de mon idée de faire un livre sur STROMAE à son manager, il a été surpris et étonné. J’étais convaincu de pouvoir construire un ouvrage au travers de nombreux témoignages originaux de personnes connues en Belgique, en France et dans d’autres pays francophones.

J'ai donc invité tous mes contacts et amis à témoigner dans cet ouvrage consacré à la carrière de cet artiste. Un travail de détective avec plus de 80 témoignages.

Jean Paul Gaultier, Urban Peace, l'Olympia,  des artistes du Rap, Anggun, Adamo, Arturo Brachetti, Manu Dibango,...

Et en terme de communication ?

Nous avons commencé la communication dès les débuts de l'écriture par le choix des intervenants  principalement par des journalistes de la télé, radio, presse...

Pour ce faire, nous avons réalisé un emailing vers tous nos contacts, environ 30 000. A la suite de cela 50 000 flyers ont été imprimés pour ses concerts et pour le Salon du Livre, sans oublier une dotation aux libraires.

Nous avons bien sûr mise en ligne sur le site de Stromae la couverture du livre, mais aussi sur les sites des organismes de notre éditeur et du distributeur.

Pour la couverture du livre, nous avons bénéficié des talents de l'association Graffart qui nous a livré des visuels de graffiti à l'effigie du chanteur. Une fresque sera peinte aux Puces de Saint Ouen "le plus grand marché d'art au monde".

Lire la suite...

Altran, une communication de l’émotion

10 mars, 2014 10 mars, 2014   10 mars, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Frédéric Fougerat, directeur de la communication du groupe Altran.

©Julien Gasco

Le projet Solar Impulse est la démonstration par l’action qu’il est possible de vivre avec son temps tout en respectant l’environnement, grâce aux énergies renouvelables. Quelles sont les actions que vous mettez en place pour promouvoir cette belle idée?

Imaginez-vous il y a 10 ans face au rêve de deux hommes – faire voler un avion de jour comme de nuit uniquement à l’énergie solaire. Fermez les yeux et là vous êtes devant une feuille blanche. D’aucuns auraient dit que c’était impossible, mais pas Altran. Ce projet nous semblait difficile, mais pas impossible. Tout l’enjeu était de faire fonctionner ensemble  des technologies existantes mais jamais assemblées dans ce but et d’aller les chercher dans des secteurs autres que celui de l’aérospatial.

Notre communication autour de ce partenariat consiste à illustrer comment la technologie et l’innovation ont permis de passer chaque étape : l’assemblage d’un avion encore jamais conçu et de son 1er  vol de nuit à sa traversée des Etats-Unis l’année dernière. Nous participons à la réalisation des équipements et des solutions qui rendront possible le défi ultime qu’est le tour du monde. Nous permettons à nos différents publics (collaborateurs, clients, journalistes, candidats) de mieux comprendre et appréhender les défis techniques sous-jacents à ce défi humain. Par exemple cette année, nous permettrons au grand public de s’immerger dans la peau d’un ingénieur Altran pour définir la meilleure trajectoire de Solar Impulse et le guider d’étape en étape à travers le monde, grâce à un grand jeu sur Facebook qui sera lancé fin avril.

Vous avez lancé une campagne interne aux équipes de communication d' Altran dans le monde, sur le principe de "Content is King" en 2013. La campagne « Content is King » devait rappeler aux communicants du Groupe l’essentiel : le contenu. Vous pouvez nous faire une petite piqure de rappel, revenir sur les bénéfices de cette campagne et nous donner les évolutions majeures pour 2014?

Afin de donner un fil conducteur à mes équipes dans le monde, j’ai décidé au moment de mon arrivée chez Altran, de partager, chaque année un message fort. Mon choix s’était porté l’an dernier sur « CONTENT IS KING » pour rappeler qu’il ne peut pas y avoir de communication sans contenu. C’est parce qu’il y a une information à partager, donc un contenu, qu’une stratégie de com peut-être élaborée, des outils sélectionnés en fonction des objectifs et des cibles. La Com des effets d’annonces ou des coups, celle que je nomme « communication faciale facile » n’est pas celle que je pratique. C’est pourquoi, j’affirme que « CONTENT IS KING ». Pour 2014, j’ai décidé de mettre l’accent sur l’émotion, avec une campagne interne aux équipes de communication d’Altran dans le monde sur le thème « EMOTION YOUR COMMUNICATION ». Si le contenu doit rester l’essence de la communication, l’émotion est néanmoins indispensable pour toucher le cœur et l’esprit, pour être plus efficace et impactante. C’est peut-être même l’émotion qui permet de transformer une information en communication.

Lire la suite...

Pour tous, l’agence Laurent Guyot & Co est synonyme de celebrity marketing

6 mars, 2014 6 mars, 2014   6 mars, 2014 0 commentaire

   

Laurent Guyot, fondateur, de l’agence Laurent Guyot & Co vous avez écrit en 2012 sur le blog Culture RP lors d'une première Interview "Le celebrity marketing présenté par un des pionniers en France ".

Le celebrity marketing est un domaine bien plus vaste que ce que l’on pense et généralement méconnu. Le spectre offert par celui-ci est en effet extrêmement large et est aujourd’hui omniprésent, sans que cela soit forcément perçu tellement il est devenu “habituel”. In fine, il s’agit toujours d’associer intelligemment deux images : d’une part celle d’une marque et d’autre part celle des personnalités.

Culture RP revient sur les évolutions de la profession avec le spécialiste de la question en France.

Selon vous la notion du Celebrity marketing a t-elle évoluée depuis un an et si oui comment?

Sur le fond, le celebrity marketing évolue peu. Il reste et restera le moyen d’associer l’image des personnalités et leaders d’opinion avec les marques.

Les personnalités, et plus largement les influenceurs, sont de véritables prescripteurs ; beaucoup de personnes s’identifient à eux et la volonté pour les marques d’être proche de certaines d’entres elles peut être forte afin de s’adresser à leur public/audience.

Les personnalités sont des personnes extrêmement respectées et donnent une caution à l’image de telle ou telle marque.

C’est résolument sur la forme que l’on constate des évolutions qui tendent à devenir structurelles. Cette évolution est la conséquence directe de l’essor des réseaux sociaux, phénomène né il y a quelques années mais dont les marques ont réellement pris conscience ces derniers mois.

Je le constate quotidiennement dans les plans d’actions que nous mettons en place pour nos clients; hormis les dispositifs “classiques” (soirées événementielles...) destinés à assurer une visibilité presse écrite pure, nous ne pouvons plus négliger la dimension digitale à donner aux RP.

On a d’ailleurs vu apparaître le terme d’e-RP, témoignant ainsi de la nécessaire intégration des relais digitaux dans tous plans d’actions.

Ainsi, les marques intègrent et souhaitent donner une dimension virale à leurs actions, et le celebrity marketing n’y échappe pas.

Les publics-cible des personnalités (et des influenceurs de manière générale) touchés par les réseaux sociaux sont considérables, quantitativement principalement, poussent les marques à vouloir en dégager une caution.

Dans le cadre de lancement de nouveaux produits, d’éditions limitées...nombreuses sont les marques qui nous demandent de sensibiliser les influenceurs “connectés”, à savoir ce qui ont une activité (et une nombre de followers important) sur des réseaux tels que Twitter, Instagram ou encore Pinterest.

Lire la suite...

Utiliser le storytelling pour communiquer plus efficacement

28 février, 2014 28 février, 2014   28 février, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Stéphane Dangel Consulting et Formateur en Storytelling.

Vous avez publié le livre "Storytelling minute" en 170 histoires inspirantes prêtes à l’emploi. Pourquoi ce format?

Avec les éditions Eyrolles, mon éditeur, nous avons voulu sélectionner les VIP parmi les histoires utilisables par les managers, dirigeants, communicants, et de manière générale tous ceux qui exercent un leadership, quelle que soit sa forme, dans une organisation. Nous sommes arrivés à ce nombre d'histoires essentielles, particulièrement inspirantes. Elles sont prêtes à être utilisées tout en restant personnalisables par leur narrateur. Mais évidemment, il y a bien plus d'histoires que 170, qui pourraient être utilisées avec une très bonne plus-value dans les organisations, pour éclairer des concepts flous, illustrer des valeurs, faire comprendre certains messages abstraits, engager dans l'action... J'en rencontre de nouvelles tous les jours.

Quel est le secret pour introduire une histoire et la rendre vivante auprès du public?

Il y a surtout une chose à ne pas faire. Evitez de dire : « je vais vous raconter une histoire » ! Vous la tuez dans l'oeuf. Une histoire, c'est de la surprise, de l'inattendu. Et cela commence par la découverte de la magie que constitue le fait même de raconter une histoire. Ensuite, pour rendre une histoire vivante, il y a un impératif : il faut la rendre visuelle. Et pas seulement par le langage du corps, qui est néanmoins utile. Nous sommes dans le monde de l'entreprise, des organisations, pas au théâtre ! Vos mots doivent évoquer des images.

Lire la suite...

La communication sportive

19 février, 2014 19 février, 2014   19 février, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Elodie Bernascon Bonnin, directrice de l’Agence BernasCOM        

Présentez nous votre agence?

BernasCOM est une agence de Relations Presse, Relations Publiques et Community Management dans le Sport, Forme et Bien-être, créé il y a 2 ans, par une passionnée de sport, Elodie Bernascon Bonnin. L’agence bénéficie d’un savoir-faire unique et innovant basé sur la connaissance du sport et les relations humaines qu’elle applique tous les jours auprès de son réseau de journalistes pour assurer à ses clients une satisfaction totale. Laboratoire d’idées, BernasCOM est une équipe de jeunes dynamiques et sportifs, à la pointe de l’actualité, qui répond aux demandes de chaque client pour lui proposer une stratégie de communication efficace et personnalisée.

Lire la suite...

Big Data, le cordon ombilical entre marques et consommateurs

14 février, 2014 14 février, 2014   14 février, 2014 0 commentaire

Les données vont-elles devenir le trait d’union ultime entre une marque et sa cible ? Pour en arriver là il va falloir, avec patience, explorer le monde de la data qui lui, ne cesse de s’agrandir...

Big Data, Open Data, Smart Data... Les termes sont nombreux pour décrire la masse gigantesque de données aujourd’hui en circulation. Selon une étude d’IDC financée par le cabinet de conseil EMC, les données numériques créées dans le monde seraient passées de 1,2 zettaoctets en 2010 (1 zettaoctet représente 1021 octets) à 2,8 zettaoctets en 2012 pour atteindre... 40 zettaoctets en 2020. Et ces chiffres ne représentent qu’une vague estimation car selon certains professionnels, il est désormais impossible de quantifier les données mondiales.

Le plus gros reste encore à faire

Ce volume astronomique d’informations peut se présenter sous la forme de textes, d’images ou de statistiques liées à Internet. Ces données peuvent également être publiques (on parle alors d’Open Data), être liées à une position géographique (adresse IP ou positionnement par GPS) ou appartenir au domaine privé de la personne. Longtemps, les entreprises et les associations n’ont pas osé ou pas pu puiser dans cette mine incroyable d’informations pour entrer en contact avec leurs clients, leurs prospects ou leurs possibles adhérents mais l’évolution des technologies et des mentalités commence aujourd’hui à changer la donne, même si le plus gros du travail reste encore à faire...

L’ère de la «paleo-data»

Près de la moitié des responsables marketing jugent que leurs datas sont l’actif qu’ils utilisent le plus mal aujourd’hui et à peine 10% se servent systématiquement de ces données pour définir leurs stratégies commerciales, si l’on en croit une enquête de Teradata, le leader mondial des solutions analytiques. La plupart des sociétés n’ont toujours pas les outils pour tirer profit des informations qui sont à leur disposition. Un sondage effectué en mars 2013 par CMO Council    et SAS montre ainsi qu’à peine 15% des entreprises interrogées jugent posséder les capacités de stockage et le personnel qualifié pour analyser leurs datas. La grande majorité des employeurs (71%) estiment être encore loin du compte. Plus de la moitié des sociétés jugent pourtant que ces données leur ont déjà permis d’identifier de nouvelles opportunités de croissance (52%) et de plus facilement entrer en contact avec leurs clients (44%).

Le fantasme du Big Brother

Les «datas» englobent un spectre très large d’informations plus ou moins accessibles. «Ce terme recouvre énormément de choses et cela crée beaucoup de confusion dans l’esprit des gens, confirme Yan Claeyssen, fondateur et co-président d'ETO/ groupe Publicis, et vice-président de l'AACC Customer Marketing. Il y a tout d’abord les données individuelles qui peuvent être nominatives et personnelles mais ces dernières sont très peu utilisées, et quand elles le sont, l’entreprise doit obtenir au préalable l’accord de la personne intéressée. Il ne faut donc pas croire au fantasme du Big Brother. Il y a aussi les Open Data qui sont disponibles pour tous. On peut aujourd’hui connaître beaucoup de choses. Il est ainsi possible de savoir, grâce notamment à la géolocalisation ou aux adresses IP, le parcours d’un client en ville ou sur le net. Quand une personne surfe sur un site, utilise sa carte de fidélité dans un magasin ou circule dans les transports publics avec son passe Navigo, on est capable de le suivre. Avant, une société comme La Redoute envoyait son catalogue chez les particuliers et elle attendait de recevoir leurs commandes pour découvrir les produits les plus populaires. Aujourd’hui, ce vépéciste met ses références en ligne et il peut savoir en temps réel quel client est allé sur son site, qui a cliqué sur tel ou tel produit et combien de temps un consommateur a passé à lire une page particulière. Cette collecte de données, quand elle est bien exploitée, permet au distributeur d’offrir à chaque consommateur le produit qu’il souhaite au moment qui lui convient le mieux.»

Lire la suite...

Communication moderne ? Communication RESPONSABLE !

11 février, 2014 11 février, 2014   11 février, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Jean Dagré, fondateur de Bilobay, et dirigeant également d’une agence de communication qui porte son nom.

Loin des grands débats sur la responsabilité environnementale, mais très impliquée sur ce sujet, se trouve une start-up fondamentalement innovante : Bilobay. Son leitmotiv ? Communiquer propre !

Elle propose aux communicants et aux agences une solution simple, en ligne, complète (du diagnostic à l’offre de solutions de compensation) que toute structure peut tester pour se convaincre de l’utilité du service. Pour être vraiment innovant en 2014 : communiquez propre !

Votre start-up propose aux communicants de tous horizons un service absolument inédit et innovant : comment est née l'idée et comment avez-vous donné vie au projet ?

L’idée est née d’un constat assez simple. Je dirige une agence de communication, agence Dagré, qui a toujours cherché à proposer à ses clients des solutions pour réduire l’impact des opérations menées sur l’environnement. Parmi d’autres solutions, les bilans carbones des campagnes de communication ont été jugés intéressants. En effet, cette démarche avait l’avantage de définir un référent, de déterminer les actions sur lesquelles agir pour réduire les émissions de CO2 et au-delà, de compenser ces émissions pour en plus de les réduire, devenir véritablement acteur dans la prise en charge des impacts.

Lire la suite...