SUIVEZ-NOUS SUR

Comment communiquer dans une école?

11 avril, 2013 11 avril, 2013   11 avril, 2013 0 commentaire

L'école de commerce BEM (Bordeaux Ecole de Management) est une école dynamique de la région Aquitaine qui propose un parcours entièrement à la carte pour les étudiants. La communication de l'école se veut créative et moderne, Stéphanie Dulout, la Directrice Communication, nous en explique les différentes facettes.

Quel a été votre parcours avant de devenir Directrice de la Communication à BEM ?

 

Je suis diplômée de l'ESC Bordeaux 1996 que j'avais intégrée après un DEUG de Sciences Economiques et Sociales. Avant de rejoindre BEM en 2008, j'avais plutôt un profil "marketing/commercial" très orienté sur les industries IT notamment jeux vidéo, les services mobiles, web analytics. J'ai eu la chance de travailler dans des environnements extrêmement dynamiques et multiculturels. J'ai toujours plutôt privilégié les entreprises de taille moyenne ( 50 à 300 salariés) car j'aime la polyvalence que ce type de structure requiert de ses équipes.

   

Quels sont les principaux avantages et inconvénients à travailler dans une école de commerce, notamment en termes de liberté/marge de manœuvre concernant la communication ?

Travailler dans une Ecole de Commerce, c'est d'abord travailler dans l'Enseignement Supérieur. Le profit n'est pas l'objectif ultime, nous avons de nombreux indicateurs qualitatifs à commencer par l'employabilité et le bien être de nos étudiants et de notre staff. Ce "sens" à mon travail" est quelque chose que je considère comme précieux et que je cherchais à trouver, passé mes 35 ans. Une Ecole, c'est aussi une organisation complexe qui s'adresse à de nombreux publics. Je n'avais encore jamais eu à m'intéresser à autant de "cibles". On s'intéresse aux étudiants en recherche de formation, à ceux dans l'école, au staff de l'école, aux entreprises, aux partenaires académiques, aux média, aux institutions...

Dans mon cas, le poste est très vaste et très complet puisqu'il englobe la stratégie de marque, la communication corporate, la communication interne, le marketing promotionnel, le commercial et la gestion des concours. dans une même journée, on peut échanger sur un plan media 360° avec une agence, exprimer les besoins pour un développement d'application mobile, travailler sur le projet de futur site internet, préparer un salon international ou une journée porte ouvertes, répondre à des journalistes, rencontrer des étudiants sur un projet de Buzz, finaliser un brief pour un tournage vidéo, analyser des retours de campagnes adwords...

Le poste et très varié et je considère que j'ai de bons moyens pour travailler tant sur le plan humain que budgétaire. J'ai la chance de manager une équipe expérimentée et de pouvoir m'entourer de prestataires compétents. Je reporte directement à la Direction Générale.

Concernant l'autonomie, il faut considérer la gouvernance externe de l'Ecole. Dans le cas de BEM, l'école est depuis 1874 sous la tutelle de la CCI de Bordeaux. Cela implique donc que nous soyons totalement soumis aux validations des Directions et des Elus concernant les grandes décisions managériales, budgétaires et stratégiques. En devenant KEDGE Business School, l'Ecole prendra son "autonomie" car la CCI Bordeaux externalise l'établissement qui deviendra Association à but non lucratif. Ce changement de statut impliquera certainement une plus grande autonomie du poste.

Lire la suite...

Comment gagner en agilité médiatique ?

8 avril, 2013 8 avril, 2013   8 avril, 2013 0 commentaire

Corinne Longuet Professionnelle de la communication et des Relations presse depuis 20 ans et cofondatrice de www.plurimedia-training.com. Elle accompagne dans les médias de nombreux porte-parole occupant des fonctions variées dans l’entreprise (dirigeants, responsables marketing, juristes, commerciaux, ingénieurs…). Elle travaille pour les entreprises, les associations et le secteur public.

Comment définissez-vous le média-training ?

Le média training apprend à répondre à une interview de manière efficace. Connaître les codes des médias et maîtriser les mécanismes de l’interview facilitent l’exercice. Le média training s’inscrit dans la stratégie de relations presse parce qu’il contribue à bâtir une relation durable avec les journalistes. Ses bénéfices sont nombreux et partagés par tous, c’est du gagnant-gagnant. Le journaliste a en face de lui une personne qui comprend ce dont il a besoin sur le fond et la forme, il a trouvé son « bon client ». L’entreprise gagne en visibilité médiatique : son porte-parole est plus performant, il sera donc davantage sollicité par les médias. Le porte-parole en tire partie également : il maîtrise mieux l’exercice, il gagne en agilité médiatique ! Selon moi, un média training doit être plurimédia. Il doit envisager la portée des nouveaux médias et apporter une double vision : celle des médias et celle de l’entreprise. Ces deux principes ont fondé Plurimédia Training, l’activité que j’ai cofondée avec la journaliste Cécile Dard.

Quel est le profil des personnes qui assistent à vos formations ?

Plurimédia Training forme toute personne, novice ou expérimentée qui doit parler aux médias. Les profils sont donc variés, dirigeant, responsable marketing, commercial, service juridique, collectivités territoriales… Les contextes également : des sessions généralistes ou encore un entraînement spécifique en vue d’un passage à la télévision ou d’une conférence de presse. Il peut enfin s’agir des responsables communication, attachées presse eux-mêmes pour mieux accompagner leur porte-parole en interne. Le dénominateur commun à toutes nos formations est la mise en situation. Nous préparons ainsi des jeux de rôle sous forme de simulations d’interview TV, radio ou presse écrite / web, selon la demande et le secteur d’activité du client.

Pouvez-vous nous donner 3 astuces pour bien communiquer auprès d'un journaliste ?

Avant tout, je vous donnerai un conseil universel : préparez vos interviews ! Cette étape est souvent négligée et c’est une erreur.

Peut-être vous paraîtra-t-elle excessive mais ma première astuce est : répétez ! Cela permet entre autres de mieux maîtriser son « non verbal ». Et croyez-moi, le non verbal est très bavard ! Répéter, tel un comédien devant sa glace ou s’enregistrer peut s’avérer très utile.

Deuxièmement : incarnez votre personnage médiatique. C’est notamment utile dans les situations difficiles ou bien quand vous n’êtes pas complètement d’accord avec le message de l’entreprise. Ce n’est pas vous personnellement que le journaliste « cuisine », c’est vous en tant que professionnel.

Pour finir : soyez stressé positivement ! Trop stressé, vous ne serez pas à l’aise, ce sera inconfortable pour vous et cela risque de se voir. A l’inverse, les personnes trop à l’aise, parce que, par exemple elles sont habituées à l’exercice, perdent parfois leur garde-fou, au risque de déraper. Il y a un équilibre à trouver. Il faut transformer son stress en énergie positive pour dynamiser l’interview.

Lire la suite...

ADETEM : Prix de l’excellence marketing

5 avril, 2013 5 avril, 2013   5 avril, 2013 0 commentaire

L’Adetem lance les premiers Prix de l’excellence marketing ! C'est le moment de poser votre candidature !  

A la veille de ses 60 ans, l’Adetem, première association des professionnels du marketing en France, a décidé de récompenser pour la première fois l’excellence marketing à travers 5 prix dont un Prix remis par un collège de blogueurs marketing dont Culture RP est membre du jury.. Les candidats devront déposer leurs dossiers avant le 30 mai 2013. Ils seront étudiés par 5 collèges électeurs, y compris un jury prestigieux de 12 personnalités du marketing présidé par Grégoire Champetier, directeur général marketing d’Accor.

Les Prix seront remis le 4 juillet 2013 lors de la 8e Nuit du Marketing.

Nous vous conseillons de déposer au plus vite votre candidature. Le dossier est très simple (6 slides) et il vous permet de candidater pour chacun des prix, y compris pour le Grand Prix PME si vous répondez aux critères.

Vous trouverez tous les détails sur les Prix et le dossier de candidature ici : http://nuitdumarketing.adetem.org/   Bonne chance !

Baromètre UDA-Harris Interactive sur la communication d’entreprise

4 avril, 2013 4 avril, 2013   4 avril, 2013 0 commentaire

Les enjeux 2013 du corporate : assurer la confiance des publics de l'entreprise et maîtriser la communication numérique

   

 

L'Union des annonceurs (UDA) publie la 7e édition de son "Baromètre sur la communication d’entreprise", qui couvre 25 ans de communication corporate. On y découvre une fonction en pleine expansion, mais questionnée par le développement de l'internet et des réseaux sociaux. Pour les responsables de communication, les principaux enjeux sont avant tout d'assurer la confiance des publics de l’entreprise, en particulier de l'interne, et de maîtriser les nouveaux modes de communication numériques. Les deux sont liés et considérés comme des défis difficiles à relever pour respectivement 58 et 60 % des répondants. La multiplication des outils, des techniques, des publics et des parties prenantes, la nécessité de dialoguer avec chacun d'eux, l'accélération de l'information… constituent autant d'opportunités pour prendre encore plus de pouvoir… que de risques de perdre la maîtrise de la situation.

 

LES ENJEUX 2013 DE LA COMMUNICATION CORPORATE

La communication corporate est devenue incontournable?

  • Toutes les entreprises répondantes ont une stratégie de communication corporate. Les deux tiers d'entre elles la mettent en œuvre de façon systématique.
  • La fonction corporate poursuit sa progression et prouve sa vitalité : si la moitié des fonctions ont plus de 11 ans d'existence, 29 % ont vu le jour dans les 5 dernières années.

Les grands challenges de la fonction : la défiance des publics et la montée du numérique

  • Les enjeux prioritaires pour la communication corporate sont d'assurer la confiance des publics de l'entreprise, en particulier de l'interne, et de maîtriser les nouveaux modes de communication numériques, les deux étant intimement liés.
  • Dans le même temps, les communicants se montrent désemparés face à ces nouvelles responsabilités : 47 % trouvent difficile de maîtriser la communication sur la RSE, 58 % de maîtriser l'image de l'entreprise et 60 % de maîtriser les nouveaux modes de communication.
  • En conséquence, ils développent plus d'outils de mesure (pige du web, mesure d'image, études de climat interne…), ainsi que des instruments de prévision pour mieux anticiper les menaces pesant sur l'e-réputation.

LES ÉVOLUTIONS DE LA FONCTION COMMUNICATION ET DE SON RESPONSABLE

Le communicant : plus féminin, plus mûr et plus influent dans l'entreprise

  • La féminisation de la fonction se poursuit, avec 61 % de directrices de communication ; son vieillissement aussi, avec une grosse moitié de responsables âgés de plus de 45 ans.
  • Les salaires sont en relative progression, 4 responsables sur 10 gagnant entre 50 et 99 k€ annuels (+ 6 points). Mais les disparités sont fortes : les femmes, les jeunes, les salariés du public et des petites entreprises sont nombreux à pointer en dessous de 50 k€ par an.
  • Parallèlement à l'ancrage de la communication corporate, son responsable voit aussi son rôle s'affirmer dans l'entreprise : 48 % font partie du comité de direction ou du comité exécutif, 66 % rapportent directement au P-DG, 49 % au DG (+ 11 points), 37 % au comité de direction (+ 7 points).

Faire plus avec moins de moyens…

  • Alors que la communication corporate devient plus stratégique et plus incontestable, elle se fait à effectif constant. Les services de communication emploient en moyenne 9 personnes, mais les très petites équipes d’1 ou 2 personnes progressent (+ 6 points).
  • Pour la première fois depuis 1995, la majorité des budgets se situe en dessous de 750 k€, alors que les budgets moyens (entre 750 k€ et 8 M€) régressent et les gros budgets (plus de 8 M€) restent stables. Au final, la moyenne s’établit en baisse, passant de 2,9 à 2,5 M€.

Le périmètre de la communication s'élargit et le rôle du communicant s'étend

  • La communication corporate s’engage clairement vers une prise en compte de l'ensemble des parties prenantes de l’entreprise, avec des publics de plus en plus nombreux et diversifiés avec lesquels il faut "entrer en conversation" : si les premiers interlocuteurs du communicant restent les journalistes, les salariés et le BtoB, de nouveaux publics apparaissent en forte progression : les leaders d’opinion (+ 30 points), le monde associatif (+ 19 points), les organisations professionnelles (+ 13 points), les pouvoirs publics (+ 11 points), le grand public (+ 7 points).
  • Du côté des techniques, les sites internet et les RP tiennent toujours la tête, parallèlement à une envolée de la vidéo. Pour le communicant, à ces responsabilités s'ajoutent celles des techniques numériques, dont certaines concernent déjà plus d'une entreprise sur deux : page Facebook, newsletter interne, site 2.0, comptes Twitter… La plus forte progression à venir concerne les réseaux sociaux d’entreprise, programmés chez 40 % des répondants.

Lire la suite...

La sémiologie par Elodie Mielczareck

2 avril, 2013 2 avril, 2013   2 avril, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Elodie Mielczareck, spécialiste de l'analyse des signes et codes de la communication publicitaire et politique.    

Pouvez vous nous dire en quoi consiste précisément la sémiologie ?

Voir du sens là où les autres voient des choses, pour reprendre la citation d’Umberto Eco. La sémiologie est l’analyse des signes au sens large. Dans la vie de tous les jours, le métier de sémiologue consiste à décrypter à la fois le langage verbal - les signes linguistiques : mots, discours, etc. – et le langage non verbal – les signes iconiques (images), signes kinésiques (gestes, mouvements, etc.), par exemple. C’est donc une discipline très vaste dont les champs d’application sont multiples et en perpétuel renouvellement ! Ajoutons que la sémiologie est une méthodologie scientifique dont la plupart des postulats sont hérités des divers courants structuralistes – sociologie, anthropologie et épistémologie. On considère que toute communication est une matrice. L’objectif de l’analyse sémiologique est de faire émerger la structure sous-jacente de cette matrice.

Quel lien faites-vous entre la sémiologie et le marketing?

La sémiologie est d’abord une discipline universitaire issue de la linguistique. Peu à peu, elle se « démocratise » pour trouver des applications dans le domaine de la publicité - Roland Barthes est le premier à proposer une analyse sémiologique d’une publicité Panzani. Il faut par la suite attendre Jean-Marie Floch pour que la sémiotique soit totalement admise au sein des agences et de leur planning stratégique. La sémiologie est la tête pensante du marketing, trop souvent perçue comme abstraite et jargonneuse. Elle permet la maîtrise des effets de sens, connotés et implicites structurant le discours global d’une marque (logo, site Internet, architecture de l’espace de vente, packaging, etc.). Retenons que la sémiologie est un décodeur de signes. Elle est là pour expliquer les phénomènes de brouillage (compréhension, perception, narration de la marque) et définir les différents territoires et positionnements possibles d’une marque.

Lire la suite...

Job & Réseaux sociaux par Jean-Christophe ANNA

21 mars, 2013 21 mars, 2013   21 mars, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Jean-Christophe ANNA, Conseil et Formation en Recrutement innovant et auteur du livre « Job & Réseaux sociaux »

Pourquoi avoir écrit « Job&réseaux sociaux, connectez-vous » ?

Exactement pour la même raison que j’ai lancé mon blog Job 2.0 en octobre 2009 :

faire profiter le plus grand nombre de candidats possibles, qu’ils soient actifs ou passifs, de mon expérience et de mes conseils pour dynamiser leur recherche d’emploi et/ou booster leur carrière.

Je connais très bien la relation Recruteur-Candidat que j’ai vue considérablement évoluer depuis 15 ans, de l’arrivée des sites emploi à l’explosion des médias sociaux et à l’avènement du mobile. Je connais bien également leurs attentes et préoccupations respectives.

En effet, j’ai été recruteur, j’ai accompagné de très nombreux candidats dans leur recherche d’emploi lors de mes expériences à l’Apec et chez BPI et … j’ai été candidat moi-même à plusieurs reprises ! Je suis inscrit sur Linkedin et Viadeo depuis 2004 et je les ai utilisés sous ces différentes casquettes. Enfin, c’est grâce à l’utilisation intelligente de ces outils, de mon blog et de Twitter, que je suis là aujourd’hui.  Ce que je raconte dans mon livre c’est du vécu. Je me suis auto-appliqué les recettes que j’y partage.

Quelles sont selon vous les bonnes pratiques pour dynamiser une recherche d’emploi à l’heure des médias sociaux et des smartphones ?

Ne surtout pas attendre que les recruteurs vous trouvent ! Les médias sociaux sont des outils extraordinaires, mais ils ne sont pas magiques tous seuls. Qu’en attendre ? Absolument rien ! C’est à vous de vous les approprier, d’en explorer l’ensemble des fonctionnalités. Les médias sociaux et notamment les réseaux sociaux professionnels comme Viadeo et Linkedin sont darwiniens. Une sorte de sélection naturelle s’opère entre la grande majorité qui y est simplement inscrite, une bonne partie qui a compris l’intérêt d’avoir un profil bien rempli, mais attend passivement, la minorité qui s’en sert réellement comme d’un outil de networking et les quelques happy fews qui font preuve de curiosité et de culot dans leur utilisation. Si de belles opportunités se présenteront pour ces quelques audacieux, c’est eux qui les auront provoquées ! Mon livre est une invitation à l’audace. Les médias sociaux ont mis selon moi Recruteurs et Candidats à égalité (accès au marché candidats/offres, « branding » online et informations sur les candidats/sur les recruteurs). Encore faut-il que les candidats en aient conscience et pour le découvrir et en profiter, ils doivent passer à l’action ! Sur Viadeo et Linkedin, vous pouvez par exemple affiner votre projet professionnel, mieux définir votre marché, identifier vos interlocuteurs cibles, préparer vos candidatures et entretiens de recrutement, échanger avec les experts de votre domaine, toquer directement à la porte des recruteurs, … Ces outils n’ont de limites que celles que vous leur donnerez. Quant aux smartphones, l’usage qui se développe le plus est justement social. Ainsi les mobinautes sont de grands utilisateurs de Facebook et Twitter. Je vous invite à télécharger les applis mobiles de Viadeo et Linkedin qui sont très pratiques. Là aussi, soyez curieux, de plus en plus d’entreprises proposent des versions mobiles de leur site carrières, voire des appli carrières. Découvrez aussi des applis comme Rue de l’emploi, le 1erJobboard 100% mobile, et Carrière 2013, votre coach mobile pour votre recherche d’emploi.

Lire la suite...