Africa 24, la chaîne news panafricaine fête ses 5 ans !

16 décembre, 2014 16 décembre, 2014   16 décembre, 2014 0 commentaire

Lancée en 2009, Africa 24 avait pour but de concurrencer sur le continent africain les chaînes internationales d’information en continu telles que CNN, BBC World News, France 24 et Al-Jazeera. 5 ans après,  la chaîne a fait du chemin et se présente aujourd'hui comme la première chaîne mondiale d’information sur l’Afrique en mettant en avant son ancrage local ainsi que sa capacité à mieux parler de l’Afrique que ses prestigieuses concurrentes.   portrait-fondateur de France 24 Constant Nemale   Constant Nemale, son fondateur, a bien voulu répondre à nos questions afin que l’on en sache un peu plus sur cette autre chaîne d’information internationale francophone. Africa 24 fête cette année ses 5 ans d'existence. Pouvez-vous revenir sur les buts initiaux de la chaîne et sur le contexte de l'époque ? Africa 24 est née dans la seule optique de révolutionner la vision de l’Afrique par les africains mais aussi celle du monde sur l’Afrique.Il y a cinq ans, aucune chaîne ne couvrait l’actualité africaine 24H/24.   Seule la chaîne panafricaine 3A TELESUD essayait tant bien que mal d’offrir des informations régulières sur l’Afrique. Pour les chaînes internationales du type CNN, BBC ou France 24, seule une information stéréotypée sur l’Afrique pouvait avoir du sens. Donc on parlait des catastrophes en tout genre et les problèmes du continent étaient stigmatisés. Une information négative qui trouvait, en outre, son écho dans une certaine opinion publique. Africa 24   Et aujourd'hui comment se situe Africa 24 au sein du paysage audiovisuel du continent ? Tout le monde vous le dira, Africa 24 a révolutionné le regard sur l’Afrique. Et cela en se positionnant comme un média majeur et leader qui montre l’Afrique dans toutes ses dimensions. Nous mettons en avant de nombreux éléments comme ses réussites, ses échecs, sa diversité d’opinion tout en mettant l’accent sur son potentiel illimité en termes de créativité et de développement. De ce point de vue, c’est un succès. Un succès qui se traduit par des résultats d’audience qui font de notre chaîne de télévision, la Première chaîne d’information mondiale sur l’Afrique. C’est la chaîne la plus regardée dans son bassin linguistique alors que les études TNS SOFRES et SYNNOVATE réalisées en 2010 en font la première chaîne en langue française d’Afrique devant France 24 ou TV5. Lire la suite...

Le data journalisme pour les nuls…

5 décembre, 2014 5 décembre, 2014   5 décembre, 2014 0 commentaire

Nicolas Kayser-Bril est une des références internationales du data journalisme. Une pratique qui a fait de nombreux adeptes de par le monde, et qui a introduit, au sein de nombreuses rédactions, une nouvelle manière de faire du journalisme d’investigation. C’est d’ailleurs pour tous ceux qui voulaient s’initier à la pratique que Rue 89, du 6 au 31 octobre dernier, a organisé et hébergé le premier Mooc (Massive Open Online Course)- Cours en Ligne Ouvert et Massif (CLOM) en français- entièrement dédié à la pratique.   Le Mooc de Rue 89 " Comment devenir un bon Data journaliste " a eu lieu du 6 au 31 octobre dernier, vous avez été chargé de le concevoir et de le réaliser. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les différents objectifs de ce cours et ses modalités ?   Mooc Rue89   Le cours vise à donner aux participants les clés pour comprendre les enjeux du data journalisme, donner de nombreux exemples, des techniques, et permettre à ceux qui souhaitent d’aller plus loin avec des tutoriels. J'ai séparé le fond du cours, qui restera valide dans plusieurs années, de la technique la plus précise, car les outils que l'on utilise aujourd'hui auront évolué dans quelques mois, voire, auront été remplacés. Vous êtes le cofondateur de l'agence Journalism++. Parlez-nous un peu de la genèse de ce projet, de l'implantation de votre agence ainsi que de ses principales activités aujourd'hui ? Journalism++ est une agence de récit par les données (data-driven storytelling), que j'ai cofondée en 2011. Nos clients sont des médias, que ce soient des journaux, des chaînes de télévision, des institutions, des ONG ou des entreprises. Nous les aidons à trouver les histoires les plus intéressantes dans leurs données et à les mettre en scène. Avec Journalism++, nous développons Detective.io, un outil qui permet de travailler de manière simple dans des structures de données extrêmement complexes. Pour faire la promotion de l'outil, rien de tel que de montrer ce qu'il permet de faire en menant des enquêtes à forte visibilité auprès de notre cible comme The Migrant Files ou encore Belarus Networks, une enquête sur les liens de pouvoir en Biélorussie. Lire la suite...

Nous nous sommes lancés dans la chasse au Tirole…

24 novembre, 2014 24 novembre, 2014   24 novembre, 2014 0 commentaire

C’est le 13 octobre dernier que le Prix Nobel d’Economie a été attribué au français Jean Tirole. Une annonce qui, il y a un peu plus d’un mois, a braqué tous les projecteurs sur cet économiste français alors inconnu du grand public. Antoine Reverchon, journaliste au Monde, revient avec nous sur cet événement et nous raconte comment il l’a vécu.

Nobelprize

Quelle est votre fonction au Monde et quel a été votre parcours jusqu’à maintenant ?

Je suis journaliste au Monde depuis 1993. J’étais au Monde de l’Education puis au Monde Initiatives, un supplément consacré au marché de l’emploi qui a ensuite été absorbé par le Monde Economie- un autre supplément hebdomadaire- lui même remplacé il y a un an par un cahier économie quotidien dans lequel je m’occupe des pages tribune et des chroniques extérieures.

Dans quel état d’esprit étiez-vous lorsque vous avez appris que Jean Tirole avait reçu le Prix Nobel d’économie ?

Chaque année, le journal attend la rafale des Prix Nobel – de la Paix, de littérature, de physique, de chimie, de médecine… Et puis, il y a le Nobel d’économie qui - en fait- n’est pas un prix Nobel. Car il s’appelle en vérité le Prix de la Banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel. C’est un abus de langage que tout le monde a tendance à faire… mais qui facilite les choses. Le problème, c’est que comme le secret est toujours très bien gardé, nous n’avons pas pu anticiper et préparer quelque chose à l’avance. Concernant Jean Tirole, chaque année on s’attend à ce que ce soit lui puisqu’il est l’un des « Nobélisables », comme on dit, mais il se trouve qu’a chaque fois, ce n’était pas le cas et là, pour le coup, cela a été une surprise !

L’annonce a été faite à midi. Comment vous êtes-vous organisés au sein de la rédaction pour produire de l’information rapidement ?

On a fait un premier papier en reprenant immédiatement la dépêche sur le site web du Monde, en y ajoutant quelques éléments comme les Nobel des années précédentes, les (rares) français qui l’ont précédé, etc. Ça c’est le temps 1.. Ensuite on fait un temps 2 dans l’après-midi - toujours sur le web - en rajoutant des éléments sur Jean Tirole dans des papiers un peu plus longs :

Qui est ce ? Quelle est la nature de ses travaux ?

Concrètement, j’ai fait un papier d’appui sur l’Ecole d’Economie de Toulouse dont il est le l’un des fondateurs et l’animateur, un de mes collègues a fait un papier sur le contenu même de ses travaux pour les remettre dans la perspective des théories et des travaux d’autres économistes, en interrogeant certains de ses collègues. Lire la suite...

Les médias francophones en assises cette semaine à Dakar

17 novembre, 2014 17 novembre, 2014   17 novembre, 2014 0 commentaire

Du 19 au 23 novembre prochain, en marge du sommet des chefs d’états de la francophonie, se dérouleront à Dakar les 43 èmes assises de la presse francophone. Un événement organisé par l’Union de la Presse Francophone dont nous avons rencontré le secrétaire général international, Jean Kouchner. Nous avons évoqué avec lui le rôle de son organisation, mais aussi parlé de liberté de la presse, de l’influence des médias francophones et de la nécessaire aide au développement dont ont besoin ces mêmes médias, particulièrement en Afrique.

 

Union de la presse francophone

   

Mr Kouchner, vous êtes le secrétaire Général International de l'UPF. Pouvez-vous nous décrire votre rôle au sein de l'UPF et quel est l’objectif principal de votre organisation ?

Je suis secrétaire général international, ce qui veut dire que c’est moi qui coordonne et qui organise le fonctionnement de l’ensemble des activités de l’union de la presse francophone. Évidemment cela se fait sous l’autorité collective du bureau de l’organisation et de son président. L’objectif c’est de regrouper l’ensemble des journalistes et des médias de telle façon que nous réfléchissions ensemble aux problèmes qui se posent aux médias et aux journalistes francophones et que nous tentions d’y trouver des solutions par des échanges d’expériences.

 

Photo Jean Kouchner

Justement, quelles sont les principales thématiques qui guident votre réflexion ?

Évidemment,  il y a toutes les questions liées au développement de ces médias francophones et notamment des nouveaux médias et puis ce sont toutes les questions qui sont liées à la pratique journalistique et à la presse en général. Par exemple, le fait que la presse ne paraît pas toujours dans un environnement de liberté fait que nous attachons beaucoup d’importance aux questions de la liberté de la presse et à celle des journalistes.

Plus de 300 journalistes vont se réunir à Dakar cette semaine et débattre de la question « quels médias francophones demain » … Pouvez-vous justement nous en dire un peu plus sur les enjeux du développement des médias francophones de demain?

  Lire la suite...

1ère édition du #LABCOMWOMEN !

24 octobre, 2014 24 octobre, 2014   24 octobre, 2014 0 commentaire

Hier soir, s’est tenue à TF1 la remise des trophées de la 1ère édition du #Labcomwomen créée par la chaîne et LABCOM. Cette cérémonie, présentée par Magali Lunel, journaliste et présentatrice sur LCI, a récompensé les femmes les plus actives du digital.

  labcomwomen visuel  

Qu'elles soient dirigeantes, directrices communication ou encore journaliste, l'ambition de ces trophées est de distinguer des profils de femmes très présentes et actives sur le Web mais parfois moins visibles sur d'autres médias. Cette initiative est l'occasion de leur permettre de rayonner davantage et d'être mieux identifiées comme leaders d'opinion dans leur domaine.

  Lire la suite...

Digitalisation des Médias : facteurs, enjeux & conséquences pour les attachées de presse ?

17 octobre, 2014 17 octobre, 2014   17 octobre, 2014 0 commentaire

1.    Digitalisation des médias : faits, chiffres et pratiques.

  Avenir des RP  par Hannah Oiknine & Sarah Azan, fondatrices de Babbler image 1

1,9 devices utilisé en moyenne pour lire la presse digitale ! 82% des lecteurs équipés d’ordinateurs portables. 49% d’un smartphone avec accès internet. 7% sur Ipad.

   

En moyenne, un individu passe 37 minutes/jour à la lecture de la presse digitale, 22 minutes/ jour à la lecture la presse papier.

  Lire la suite...

Quand les médias font entrer les marques dans la conversation

26 septembre, 2014 26 septembre, 2014   26 septembre, 2014 0 commentaire

Conscients de l'importance d'un contenu de qualité, les annonceurs se tournent aujourd’hui vers les médias pour le faire véhiculer. Résultat, une recette payante pour les organes de presse mais une perte de repère pour les lecteurs. Will Hayward, vice- président de la publicité chez BuzzFeed, revient sur cette évolution incontournable mais encore immature. IL interviendra aussi  au HUBForum, en partenariat avec INfluencia, le mercredi 8 octobre sur le sujet Native Truth

 « Pourquoi les gens partagent ? Qu’y a-t-il dans ces petits contenus qui les rendent si viraux ? Et comment les marques peuvent-elles ajouter de la valeur à leurs contenus pour encourager les partages ? », autant d’énigmes que Will Hayward veut résoudre.

 Pour cela, il faut des contenus de marques qui bâtissent leur « Social Currency ». Vaste challenge, car il faut savoir de quoi parler, à qui, dans quel(s) but(s) et surtout comment ? Or les annonceurs ont plus ou moins de légitimité et d’aisance à se positionner sur ce segment de communication.

Revoir sa copie

La tâche est devenue un peu plus complexe que lorsqu’il s’agissait simplement d’apposer son logo sur une page ou d’acheter de l’espace sur des sites. Pour Will Hayward la publicité par bannières ne fonctionne pas ou n’a pas su apporter les résultats escomptés. L’augmentation des tarifs ces dernières années ne se justifie donc pas et en fait un investissement de moins en moins intéressant. Selon lui, les résultats des procédés de communication en ligne traditionnels sont amenés à diminuer inéxorablement.

Voilà pourquoi, à l’heure du social marketing, les annonceurs sont poussés vers la production de contenus pour s’intégrer dans les habitudes de consommation des internautes et capter leur attention de façon pertinente.

Une tendance confortée par le trafic de contenus en provenance de Facebook qui est plus élevé que celui issu de Google et ce, depuis Octobre 2013.

Certains acteurs du digital y ont vu l’opportunité de developper un nouveau modèle de monétisation, correspondant davantage à leur coeur de métier et mieux adapté à leur audience. BuzzFeed a compris très tôt ce postulat, et mis en place une offre consumer centric qui colle aux attentes de son audience et se fond de façon homogène dans le flux de contenus. Au même titre que Google, Twitter ou encore Facebook, le site s’est donc lancé dans le native advertising.

Le web a donné un nouveau souffle à l’advertorial et le site a initié le mouvement en tirant avantage de sa force de viralité. En effet, fort de ses 130 millions de visiteurs uniques par mois, dont les trois quarts sont issus des réseaux sociaux, BuzzFeed ancre exclusivement sa stratégie autour du social sharing.

Dans quel(s) but(s) ?

Pour Will Hayward, la publicité doit s’adapter dans la forme à l’environnement auquel elle se greffe, pour s’y intégrer de manière fluide et intuitive. Les contenus créés pour les marques sont pensés aussi bien sous le prisme de l’idée que celui de la distribution. Cette considération est influencée par l’origine du trafic de la plateforme. On notera par exemple, que les contenus sur le site prennent souvent la forme de listes, très appréciées des internautes. C’est donc tout naturellement que l’on retrouve souvent ce format dans les contenus “brandés” du site.

Par ailleurs il insiste sur la convergence entre social et mobile. Il faut pour se faire adapter le contenu dans le fond comme dans la forme au device sur lequel il est consulté. D’où par exemple, des contenus plus courts pour la consommation mobile. Pour avoir un exemple représentatif du type de contenus viraux, que la plateforme est capable de proposer aux marques, prenons le cas des laboratoires Oscar Health pour qui BuzzFeed a realisé un palmarès des maux symptomatiques de l’utilisation compulsive du web et du traitement décalé approprié. Un petit pied-de-nez à la web-culture, qui présente Oscar Health comme une marque “ digital savy ”.

La plateforme se développe également dans la production de contenus video, avec BuzzFeedVideo. Le site propose aux annonceurs de reprendre le discours communiqué offline par la marque pour l’intégrer et l’adapter via des contenus videos adaptés aux audiences. C’est par exemple le cas de la vidéo récemment produite et diffusée pour la marque Purina: A Cat’s Guide To Taking Care Of Your Human.

Nous sommes bel et bien face à une approche d’avenir pour la distribution de la publicité en ligne.

Les annonceurs n’abandonneront certainement pas de sitôt les bannières et autres notifications push, mais ils doivent désormais prendre en compte ce procédé et réfléchir à la façon de l’intégrer dans leur dispositif de communication digitale sous peine de perdre définitivement l’attention du public.

Vincent Puren, Chief Editor of HUB Review, Head of Content - HUB Institute

Source: Influencia

Mercator 11e édition, tout le marketing à l’ère numérique

23 septembre, 2014 23 septembre, 2014   23 septembre, 2014 0 commentaire

Le MERCATOR 11e éd. adopte une nouvelle signature pour son 40ème anniversaire: La 11ème édition de MERCATOR valorise l’impact du digital sur l’ensemble de la chaîne de valeur marketing.

Par Jacques Lendrevie: Professeur émérite à HEC, il est diplômé d'HEC, d'Harvard Business School, des sciences économiques, Consultant en stratégie marketing et communication. Il est coauteur de la 8ème Ed du Publicitor en 2014.

Julien Lévy: Professeur affilié à HEC, il est diplômé d'étude approfondies en philosophie et en sociologie politique (Paris I), diplômé de Science-Po et d'HEC, docteur HEC eb gestion et a été Visiting Scholar à la Amos Tuck School of Business Administration de Dartmouth…Il coordonne plusieurs des programmes en e-business, il est aussi consultant en stratégie marketing et stratégie digitale. Ses recherches actuelles portent sur la transformation numérique et le design thinking.

  Bande Mercator 11 édition

La 11e édition renouvelée, à la pointe du marketing digital !

   

Vous trouverez des études de marché, marketing-mix, stratégie marketing, marketing relationnel, marketing digital, marketings sectoriels et international :

 

Opérationnel pour les professionnels

  • Le Mercator intègre les apports les plus récents du numérique, ceux qui transforment les politiques marketing d’aujourd’hui : E-commerce, Multicanal et Omnicanal, Communication Digitale et Big Data, Réseaux Sociaux, etc...
  • Orienté vers l’action: stratégies et des meilleures pratiques actuelles des entreprises en  s’appuyant sur l’expérience de conseil des auteurs auprès de nombreux clients.
  • La meilleure façon de mettre à jour vos connaissances en marketing, une discipline qui s’est transformée en quelques années.

Vers un marketing comportemental

Pour Jacques Lendrevie, les concepts clés, comme la notion de marque ou de positionnement, sont toujours essentiels, même à l'ère du numérique. C'est dans la pratique qu'il faut chercher les changements. D'autre part, un autre constat est dressé: "il y a un problème générationnel dans le digital, plus marqué dans les entreprises que parmi les consommateurs: L'âge et les digital natives sont devenus un facteur clivant dans les entreprises aujourd'hui...

Des suppléments numériques offerts

  • Une version digitale complète du Mercator est à télécharger pour Windows, Mac ou tablettes (iPad, Android).
  • Des compléments en ligne classés par chapitres sur le nouveau site mercator.fr : synthèse du chapitre, quiz, boîte à outils, références documentaires, liens spécialisés et interviews de professionnels.

Chapitres

Le rôle du marketing est de créer de la valeur L'analyse des marchés Les études de marché Le comportement des consommateurs La politique de produit La politique de prix Distribution et politique de distribution Les fondamentaux de la communication Publicité, promotion des ventes et marketing direct... Le marketing relationnel et les politiques de fidélisation... Le marketing des réseaux sociaux Stratégie, plan et organisation marketing La segmentation et le ciblage Le positionnement La marque Le markting des services Le marketing B to B Le marketing multinational La boîte à outils du Mercator

 
Ed. DUNOD
   

Etude sur les comportements de lecture papier versus numérique

1 juillet, 2014 1 juillet, 2014   1 juillet, 2014 0 commentaire

Afin d’aider ses adhérents à relever le défi de la refonte de leurs dispositifs de communication, le SPS a fait réaliser par l’agence Seprem Etudes et Conseil courant mai 2014, une étude en ligne auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1.165 individus.

L’objet principal de cette investigation était le comparatif des comportements de lecture Print Vs lecture sur écran.

La fréquence de lecture print Vs numérique:

  • Premier enseignement positif, la lecture de la presse écrite reste une réalité : 65% des répondants déclarent lire sur papier de façon « au moins hebdomadaire », sans réel décrochage chez les plus jeunes.
  • La fréquence de lecture « au moins hebdomadaire » sur supports digitaux est équivalente au global, mais est toutefois beaucoup plus importante chez les « moins de 35 ans » (70%)
  • La possession de Smartphone et tablette influence également le temps consacré à la lecture sur supports numériques.
Lire la suite...