10 tendances du web journalisme pour 2016 par Eric Scherer, Directeur de la prospective chez France Télévisions

13 octobre, 2015 13 octobre, 2015   13 octobre, 2015 0 commentaire

Automatisation et personnalisation dominent les grandes tendances technos qui auront le plus d'impact sur les rédactions dans les mois qui viennent. Chaque année, en fin de conférence de l’Online News Association, la consultante et ex-journaliste américaine Amy Webb, passe en revue dans une salle comble, les technologies émergentes qui joueront un rôle important dans la collecte, la distribution et la consommation d’informations. Que faut-il en retenir ? : Tech Trends for Journalists - 8th Annual Online News Association Presentation - Slideshare. ona15.journalists Informatique cognitive        Comment savoir ce que lisent vraiment les gens ? Comment mieux les atteindre ?  Il est ainsi possible de déterminer automatiquement désormais leur emploi du temps, leur localisation, la vitesse de leur déplacement, ce qu'ils lisent, écoutent, regardent, le nombre de fois où ils sont "engagés" par votre site, votre offre numérique, leurs clics, leurs centres d'intérêt, leur niveau d'appétence techno, leur réaction à la pub, qui sont leurs amis etc... Lire la suite...

Nouveau panorama de la presse : quel impact sur les RP ?

6 juillet, 2015 6 juillet, 2015   6 juillet, 2015 0 commentaire

Le 2 juin dernier, Jean-Marie Charon remettait son rapport sur le nouveau paysage de la presse à Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication. Il y présente le « nouvel écosystème des médias » caractérisé notamment par de nouveaux acteurs (start-up, « jeunes pousses éditoriales », infomédiaires…) et l’évolution du métier de journaliste (nouvelles compétences, nouveaux formats, allongement du cycle de traitement de l’information, organisation repensée…). Un vrai « bouillonnement » conclut le sociologue. Les professionnels des relations presse sont bien placés pour l’observer. Et qui dit effervescence du côté des médias, dit branle-bas de combat du côté de leurs interlocuteurs en agence et chez l’annonceur…   Poto-V-Bauer-Credit-JP-ELie   Des journalistes toujours plus sollicités Le rapport évoque les nombreux plans sociaux dans « presque toutes les rédactions des quotidiens nationaux (…) depuis 2010 » et les tensions qu’ils suscitent. Conséquences pour nous : des rubriques disparaissent et les interlocuteurs changent à un rythme plus soutenu qu’auparavant. Faute de journalistes spécialisés sur son sujet, l'attaché de presse devra parfois appeler celui qui couvre plus largement l'économie ou un secteur proche. Moins spécialisé, celui-ci sera moins disposé à l'écouter, d'autant qu'il reçoit plus de communiqués et d'appels (car si les rédactions ont tendance à rétrécir, ce n’est pas le cas du nombre d’entreprises qui souhaitent communiquer…). Le communicant se doit donc d’être toujours plus percutant auprès de journalistes moins réceptifs. Lire la suite...

Qwaz Audio et Pro, deux applications d’aide à la retranscription audio pour journalistes

28 mai, 2015 28 mai, 2015   28 mai, 2015 0 commentaire

Denis Delbecq est un journaliste spécialisé dans les thématiques Environnement et Sciences. Il a notamment été rédacteur en chef adjoint au Monde en charge du supplément « Le Monde interactif » puis chef du service Sciences et Environnement à Libération avant de devenir rédacteur en chef adjoint au site web. Depuis 2007, il est journaliste indépendant mais aussi développeur de logiciels et d’applications. En décembre dernier, il a d’ailleurs lancé la commercialisation de Qwaz Audio, une application Iphone et de Qwaz Pro, une application Ipad d’aide à la retranscription et à l’écriture notamment pour les journalistes.    Denis Delbecq     Vous avez développé une application Iphone et Ipad d’aide à la retranscription. Qu’est ce qui vous a poussé à vous lancer dans le développement de ce type d’outil ? L’idée première, c’est d’apporter un outil aux journalistes qui les aide à retranscrire les enregistrements audio qu’ils réalisent lors d’interviews. Étant moi-même journaliste, je passais avant en moyenne entre 4 et 6 heures pour obtenir une heure d’enregistrement pour avoir quelque chose de propre. Le temps passé à la retranscription manuelle varie en fonction de beaucoup de paramètres différents comme la vitesse d’élocution, la technicité du langage et le niveau d’articulation de la personne qui parle. Les conditions sonores varient continuellement et, du coup, la reconnaissance vocale automatique ne marche pas. J’ai donc cherché comment gagner du temps dans la retranscription. Lire la suite...

Un concentré de nouvelles narrations raconté par Gilles Donada

3 février, 2015 3 février, 2015   3 février, 2015 0 commentaire

En décembre dernier, s’est tenue à Paris la rencontre trimestrielle du collectif diapéro, un regroupement de journalistes et de photojournalistes dont le but est de mettre en avant les formats multimédias courts dont notamment le diaporama sonore. Un format de récit journalistique et artistique qui mêle son radiophonique et reportage photos, le tout en un peu plus de 3 minutes. Co-fondateur de ce collectif avec Marianne Rigaux et Paul-Alexis Bernard, Gilles Donada nous en dit ici un peu plus sur ce format innovant de narration.   Gilles Donada   Quel type de public se rend à vos rencontres ? On a un public plutôt orienté photo journaliste car c’est une des pistes de développement pour eux et une grande question pour leur avenir. Il y a également des reporters, des journalistes qui viennent de sites web et bien sûr d’autres issus d’autres formats de presse et des membres des départements nouveaux médias d’organismes comme Radio France, France Tv ou bien des centre de formation. Lire la suite...

Interview de Laurence Allard sociologue de l’innovation.

29 janvier, 2015 29 janvier, 2015   29 janvier, 2015 0 commentaire

Culture RP a rencontré Laurence Allard, maître de conférences, IRCAV-Paris, sociologue de l'innovation, enseignante à l'Université Lille 3. Elle travaille depuis longtemps sur les nouvelles pratiques expressives digitales (web 2.0, remix, internet mobile, pratiques transmédias, financement participatif, double screening-télévision sociale…), sur le mobile et la création photo/vidéo, et enfin sur l'anthropologie des data, capteurs et autres puces (Internet des choses/Internet des sens/Internet des lieux/Bio socialité connectée).

Mobile Création

Comment êtes-vous venue à vous intéresser à l'ensemble de ces domaines ?     J'ethnographie depuis environ une quinzaine d'années les usages d'internet, du web, du mobile et des objets connectés désormais. Je mène à la fois des entretiens sociologiques avec des usagers et j'analyse des corpus de user generated content dans une perspective sémiotique. Mes premières études ont porté sur les newsgroups et les pratiques culturelles (cinéphilie), le web médiactiviste des années 2000, les pratiques de téléchargement en p2p, l'expression par remixage de contenus avec les réseaux sociaux 2.0 et la remix culture, le développement d'usages innovants dans les terminaux mobiles (mBanking, mHealth, arts mobiles, vidéos conversationnelles...) et plus récemment les usages (citoyens entre autres) des objets connectés et du Big Data.      Lire la suite...

Marie-Catherine Beuth et la Presse au Futur

26 janvier, 2015 26 janvier, 2015   26 janvier, 2015 0 commentaire

C’est à l’occasion de l’évènement « La Presse au Futur » qui s’est déroulé du 26 au 27 novembre dernier que Marie-Catherine Beuth, correspondante Silicon Valley du Figaro et chroniqueuse sur RFI, est intervenue pour parler des dernières tendances digitales et print aux USA. Un sujet que cette « Fellow Knight » -du nom de la bourse d'excellence John S. Knight de l'université de Stanford en Californie- connaît puisqu’elle a elle-même imaginé et développé une application news innovante appelée NOD (News on Demand), sortie aux USA fin 2014. Culture RP l’a donc rencontrée pour évoquer avec elle un certain nombre d’éléments à l’œuvre aujourd’hui au sein du secteur de la presse aux États-Unis mais aussi pour en savoir un peu plus sur son parcours ainsi que sur l’application NOD.   Marie C Beuth   L’Amérique est-il actuellement le pays moteur de l’innovation dans la presse ? Les autres pays doivent-ils s’en inspirer ? Je n’ai pas assez étudié ce qui se passe ailleurs pour pouvoir dire que les USA est le pays de l’innovation dans la presse. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont une culture de l’innovation et de l’expérimentation qui permet de faire émerger un certain nombre de projets plus facilement. Ils ont également une maturité sur le marché publicitaire qui leur permet peut-être de tenter des choses un peu plus tôt que nous. C’est donc très lié à la spécificité du marché US avec un certain nombre de facteurs structurels et conjoncturels qui leurs sont propres. D’ailleurs, ce n’est pas parce que cela marche chez eux que cela va forcément marcher chez nous. Il faut donc regarder ce qui se passe, s’en inspirer mais ne pas essayer de tout copier. Vous avez donc présenté 10 tendances de la presse US lors de votre intervention. Si vous deviez définir un fil directeur réunissant toutes ces tendances. Lequel serait-il ? S’il fallait trouver un fil conducteur à l’ensemble des innovations et projets que j’ai présenté, ce serait le mobile. Pour moi, aujourd’hui, le mobile est au cœur de la révolution et de l’innovation dans la presse. Il permet d’accéder à des infos en temps réel, donc ça change les dynamiques dans les rédactions et cela fait disparaître les critères de temps. Cela a une incidence également sur les formats puis sur l’expérience utilisateur et ensuite sur le type d’engagement que l’on va avoir. Ce qui influe sur le type de publicité que l’on va pouvoir présenter et donc forcément sur les recettes. Selon moi, le mobile est l’élément principal déclencheur de toutes ses innovations et expérimentations journalistiques. Lire la suite...

Alice Antheaume et les Nouvelles Pratiques du Journalisme

15 janvier, 2015 15 janvier, 2015   15 janvier, 2015 0 commentaire

Le 8 décembre dernier, Science-Po Paris organisait sa conférence annuelle consacrée aux nouvelles pratiques du journalisme. Culture RP s’y est rendu pour rencontrer Alice Antheaume, organisatrice de l’évènement mais aussi responsable de la prospective et du développement international de l’école de journalisme de Science-Po Paris dont c’était le 10ème anniversaire en 2014. Tout au long de la journée, les intervenants prestigieux se sont succédés à la tribune pour partager leurs expériences ainsi que leurs avis sur un certain nombre de thématiques propres aux nouvelles pratiques journalistiques. Alice Antheaume a bien voulu répondre à nos questions. sciencespo   Pouvez-vous me dire en quoi consiste votre rôle de prospective au sein de l’Ecole de Journalisme de Sciences-Po Paris ? Faire de la prospective à l’intérieur d’une école de journalisme comme celle de Sciences-Po, c’est essayer de ne pas être trop en retard sur les demandes du marché. Donc, tout au long de l’année, comme ici avec cette conférence, nous rencontrons des professionnels et nous leur demandons de nous parler des nouvelles pratiques, des nouvelles tendances et de l’évolution de leurs besoins en termes de compétences. Lorsque l’on a toutes ses données là, cela nous permet d’adapter les programmes pour mieux former nos étudiants. Je vous donne un exemple : il y a deux ans, le Guardian nous a dit qu’il n’avait besoin que de data journalistes. Nous avons donc crée un certain nombre d’ateliers qui ont permis à des étudiants de devenir réellement des professionnels de la data et d’être susceptibles d’être embauchés ensuite par le Guardian. De la même manière, lorsque Buzzfeed s’est implanté en France, il était important que les étudiants sachent faire des gifs animés et qu’ils soient capables de rendre viral sur les réseaux sociaux leur contenu. Ce sont des compétences qui n’existaient pas il y a quelques années et que l’on intègre dans le programme pour que les étudiants puissent trouver du travail dès la sortie. Lire la suite...

Le data journalisme pour les nuls…

5 décembre, 2014 5 décembre, 2014   5 décembre, 2014 0 commentaire

Nicolas Kayser-Bril est une des références internationales du data journalisme. Une pratique qui a fait de nombreux adeptes de par le monde, et qui a introduit, au sein de nombreuses rédactions, une nouvelle manière de faire du journalisme d’investigation. C’est d’ailleurs pour tous ceux qui voulaient s’initier à la pratique que Rue 89, du 6 au 31 octobre dernier, a organisé et hébergé le premier Mooc (Massive Open Online Course)- Cours en Ligne Ouvert et Massif (CLOM) en français- entièrement dédié à la pratique.   Le Mooc de Rue 89 " Comment devenir un bon Data journaliste " a eu lieu du 6 au 31 octobre dernier, vous avez été chargé de le concevoir et de le réaliser. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les différents objectifs de ce cours et ses modalités ?   Mooc Rue89   Le cours vise à donner aux participants les clés pour comprendre les enjeux du data journalisme, donner de nombreux exemples, des techniques, et permettre à ceux qui souhaitent d’aller plus loin avec des tutoriels. J'ai séparé le fond du cours, qui restera valide dans plusieurs années, de la technique la plus précise, car les outils que l'on utilise aujourd'hui auront évolué dans quelques mois, voire, auront été remplacés. Vous êtes le cofondateur de l'agence Journalism++. Parlez-nous un peu de la genèse de ce projet, de l'implantation de votre agence ainsi que de ses principales activités aujourd'hui ? Journalism++ est une agence de récit par les données (data-driven storytelling), que j'ai cofondée en 2011. Nos clients sont des médias, que ce soient des journaux, des chaînes de télévision, des institutions, des ONG ou des entreprises. Nous les aidons à trouver les histoires les plus intéressantes dans leurs données et à les mettre en scène. Avec Journalism++, nous développons Detective.io, un outil qui permet de travailler de manière simple dans des structures de données extrêmement complexes. Pour faire la promotion de l'outil, rien de tel que de montrer ce qu'il permet de faire en menant des enquêtes à forte visibilité auprès de notre cible comme The Migrant Files ou encore Belarus Networks, une enquête sur les liens de pouvoir en Biélorussie. Lire la suite...

Marques ou médias : à qui revient la palme du référencement?

9 octobre, 2014 9 octobre, 2014   9 octobre, 2014 0 commentaire

Dans l'univers foisonnant des sites des médias, des marques, des e-commerçants… quelles sont les typologies des contenus et les marques les plus visibles pour les internautes ? Quels sont ceux qui profitent le mieux des marronniers de rentrée pour acquérir du trafic ? Les médias emportent la donne selon le baromètre « SEO « Rentrée » », réalisé par Hopscotch.   Hopscotch site  

Entre les sites médias, ceux des  marques et les sites marchands, pas facile de s’informer en vue d’un renseignement ou d’un achat. Lesquels sont le plus volontiers consultés par les internautes/mobinautes ? C’est ce qu’analyse le baromètre « SEO Rentrée » d’Hopscotch à partir des requêtes Google les plus courantes faites entre les 28 août et 4 septembre derniers. « Ce référencement des médias est important à évaluer au quotidien car d’une part tout le monde n’aura pas sa place dans le top 10. D’autre part, ce classement a forcément un impact sur la visibilité et l’attractivité des marques», explique Sylvain Page, partenaire d’Hopscotch et directeur du digital. Et comme l'une des questions était aussi de savoir quels médias profitent le mieux de sujets « marronniers » pour acquérir du trafic, celui rabâché mais incontournable de la rentrée scolaire a été choisi comme support d’étude. Ainsi 55 requêtes parmi des thématiques comme le coût, les fournitures, les assurances, la mode , les équipements informatique ou de téléphonie, le bien -être et les loisirs, les services à la personne… ont été passées au crible.

Les « marronniers » : d’excellentes locomotives

Tout d’abord, et c’est une bonne nouvelle pour les éditeurs : en générant un tiers des liens visibles en 1ère page Google sur les requêtes liées à la « Rentrée », les médias sont les référents en termes de mise à disposition de contenus sur cette thématique. « Les médias ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils sont sur des sujets sociétaux même quand ceux-ci sont traités régulièrement », confirme Sylvain Page « Car face à des sites institutionnels, de marques ou marchands aux contenus plus ou moins plats, ils apportent une information réactualisée et surtout réactive puisque totalement en phase avec la temporalité des préoccupations».

Lire la suite...

Page 3 sur 912345Dernière page »