SUIVEZ-NOUS SUR

Comment créer des contenus de marques efficaces pour attirer l’attention

21 décembre, 2015 21 décembre, 2015   21 décembre, 2015 0 commentaire

Mais comment créer du contenu de marque efficace ?

Vous trouverez ci-joint un slideshare de la société Uberflip qui revient sur les principaux points à développer pour se distinguer efficacement. L’objectif étant d'adapter le contenu aux clients recherchés.

Home Uberflip

L'étude propose de revenir sur les éléments suivants :

  • Quels outils utiliser?
  • Où trouver les idées?
  • Quels canaux de publications (blogs, webinars, eBook…)?
  • Quels équipes mobiliser?
Lire la suite...

8 tendances communication 2016 : Entre confiance à (re)bâtir et réputation à protéger

15 décembre, 2015 15 décembre, 2015   15 décembre, 2015 0 commentaire

« Votre marque est ce que les gens disent de vous lorsque vous n’êtes pas dans la pièce » Jamais cette citation que l’on prête à Jeff Bezos, le célèbre fondateur et président d’Amazon, n’aura autant pris tout son sens au cours de l’année 2015. Lequel va s’amplifier en 2016. La conversation digitale des internautes a en effet atteint de nouveaux sommets en termes de volumétrie, de fréquence et de viralité. A celles et ceux qui restent encore un brin dubitatifs ou réticents à propos de l’impact réel du Web social sur la construction de la réputation des marques et des entreprises, qu’ils foncent lire la dernière livraison en date du rapport « Global Digital Statshot » de l’agence We Are Social. Même s’il subsiste çà et là des îlots de déconnectés volontaires ou pas, les médias sociaux occupent notre quotidien à divers degrés. Entreprises et communicants doivent apprendre à lâcher prise et saisir les nouvelles opportunités pour recréer la confiance et protéger la réputation. Visuel Article Olivier Cimelière Tour d’horizon : Aujourd’hui, plus d’un Terrien sur deux possède désormais un téléphone mobile ayant accès à Internet. Les projections des analystes maintiennent de surcroît des croissances à deux chiffres pour les années à venir tant pour Internet que les médias sociaux et le mobile. Même si le paysage digital peut varier d’un continent à un autre (en Chine ou en Russie notamment) ou entre les générations d’internautes, jamais les citoyens n’ont autant disposé de moyens d’information et d’expression là où les médias ont longtemps été les principales courroies de transmission, de compréhension et de mobilisation du corps sociétal. Cette désintermédiation des flux de contenus informationnels n’est plus une vision de laboratoire prospectif mais bel et bien, une réalité ancrée solidement dans les usages des individus au quotidien. Lire la suite...

Le Social Selling, une question de référence, d’influence par YANN GOURVENNEC

10 décembre, 2015 10 décembre, 2015   10 décembre, 2015 0 commentaire

Si j’écris l’expression « vendre en réseau », un nom va vous venir immédiatement à l’esprit : Tupperware. La comparaison ne serait pas dénuée de sens. Dans l’esprit Tupperware, qui recrute encore en 2015, est le réseau qui fait vendre, les clients qui parlent aux clients : des vendeurs démonstrateurs qui se portent caution et agissent en tant que consultants. Si ce modèle reste original pour le grand public, si longtemps après son invention, il est quasiment banal en B2B.   3 raisons pour lesquelles le social selling se développe en B2B de façon quasiment naturelle 1ère raison : l’adéquation entre vente de solution et collaboration Comme l’explique Michael Bosworth dans son ouvrage de référence intitulé Solution Selling : Creating Buyers in Difficult Selling Markets, le vendeur B2B doit répondre à un « problème client » ou « painpoint ». Celui-ci (aussi nommé « douleur client » en français) doit être décelé par le vendeur de façon à apporter la solution correspondante. Selon cette approche, l’obsession de tout commercial B2B doit être de régler « le problème qui empêche le client de dormir »[1]. Plus de 30 ans après, ce livre est toujours une référence, tant il était en avance sur son temps. Lire la suite...

Le data scientist est-il l’avenir de l’Intelligence Economique ?

3 décembre, 2015 3 décembre, 2015   3 décembre, 2015 0 commentaire

Portrait Xavier Méhaut         Culture RP a rencontré Xavier Méhaut, Consultant indépendant en architecture logicielle web, BigData, ingénieur en informatique. Il a complété par la suite sa formation par un DEA en robotique et en imagerie industrielle, un mastère en génie logiciel et temps réel, puis dernièrement par un MBA en stratégie d’entreprise et en intelligence économique.     Quelle est votre définition de la Data Science ? La Data Science ou Science des données est «une nouvelle discipline qui s'appuie sur des outils mathématiques, de statistiques, d'informatique et de visualisation des données» dont le but premier est l'extraction de connaissances à partir de données brutes.   Graphique Data Science  
Science de données : les différentes disciplines
  Utiliser les données brutes pour en extraire de l’information n’est pas une idée neuve ; le décisionnel (BI, Business Intelligence) via les DatawareHouse (entrepôts de données), le Data mining, les cubes multidimensionnels OLAP, et les outils de reporting le fait depuis des années. Néanmoins, le décisionnel est généralement l’apanage des DSI, et est peu usité en dehors du contexte de l’entreprise. Il est à noter par ailleurs qu’il y a tout un spectre de données qui est aujourd’hui peu valorisé ; je citerai pêle-mêle le traitement des logs, des emails, des documents (words, PDF,..), l’analyse des sources de données extérieures (banques de données financières, météo, trafic, …), etc… Toutes ces sources de données rassemblées concourent à créer de l’information à plus forte valeur ajoutée que celle aujourd’hui traitée par le décisionnel. La Data Science a pour terrain de jeu le monde entier et non seulement l’entreprise. Lire la suite...

Le Market intelligence par Archimag

30 novembre, 2015 30 novembre, 2015   30 novembre, 2015 0 commentaire

Market intelligence : extension du domaine de la veille par Bruno Texier, journaliste pour Archimag.   Logo Archimag    

Veille ? Intelligence économique ? Market intelligence !

  Voici un "nouveau" terrain pour les veilleurs. Avec un peu de veille économique, un peu de veille concurrentielle et un solide ancrage dans le marketing de l’entreprise. La veille a donné naissance à une multitude de livres et d'articles académiques. Elle a également suscité de très nombreuses conférences en France et à l'étranger. Pourtant, certains observateurs de la vie économique lui reprochent d'être trop éloignée des réalités du terrain et en viennent à critiquer ses méthodes : trop de théorie, pas assez d'impact sur la performance commerciale de l'entreprise méconnaissance des notions fondamentales de l'économie... Mais il se trouve tout de même des praticiens pour défendre la veille lorsque celle-ci est adossée à des objectifs précis. C'est le cas de Max-Hubert Belescot. Dans un ouvrage paru en 2012, ce consultant-formateur-expert expliquait comment il avait mis en place un rigoureux programme de market intelligence alors qu'il venait de prendre un nouveau poste de "global account manager" dans une société internationale : "En quelques semaines, j'avais cerné les forces en présence, j'avais les idées claires sur les marchés à aborder, les sujets à traiter, les outils marketing et commerciaux à constituer, le budget d'avant-vente à y consacrer. Puis j'ai présenté une stratégie complète de développement commercial sous forme de business plan à ma direction". Lire la suite...

Infographie : Le Baromètre des pratiques digitales 2015

23 novembre, 2015 23 novembre, 2015   23 novembre, 2015 0 commentaire

Une infographie réalisée par Sia Partners et l'Ifop révèle des pratiques très différenciées et des priorités contrastées au sein des grandes entreprises françaises. Ce baromètre annuel, analyse la transformation digitale selon quatre axes principaux : l’expérience client, l’expérience collaborateur, la gouvernance et l’écosystème. Celui-ci permet d’étalonner un référentiel des pratiques digitales, des plus courantes aux plus innovantes, tout en donnant  un éclairage inédit sur les pratiques digitales en France et réalisée sur la base d’un panel de plus de 400 participants, dont des représentants de la moitié des groupes du CAC40, cette étude permet d’établir une cartographie inédite de la transformation numérique en France.   Le Baromètre des pratiques digitales 2015 Sia Partners - Econocom - Ifop   Lire la suite...

Ne soyez pas juste vus, soyez visibles

13 novembre, 2015 13 novembre, 2015   13 novembre, 2015 0 commentaire

Tribune de Romain Mouton, conseiller en communication, fondateur de l’agence RM conseil. Il a été collaborateur parlementaire à l’Assemblée nationale, conseiller en cabinet ministériel et consultant pour plusieurs groupes internationaux de conseil et de lobbying. Par ailleurs, Romain Mouton est directeur d’un master de communication institutionnelle au sein d’une grande école de communication.   Home-RM-Conseil   « La plus grande révolution des temps modernes, c’est cette soudaine et aveuglante visibilité du monde » écrit Romain Gary en 1979, faisant ainsi référence à des enjeux plus que jamais d’actualité par rapport à l’exposition médiatique et la capacité de chacun à être vu. Que signifie être visible aujourd’hui ? Comment les personnalités, entreprises et institutions tentent-elles d’exister sur une multitude de canaux sociaux ? Pourquoi certaines arrivent à émerger et d’autres non ? Lire la suite...

L’ABC d’une bonne veille

9 novembre, 2015 9 novembre, 2015   9 novembre, 2015 0 commentaire

Lire la suite...