SUIVEZ-NOUS SUR

Interview de Laurence Allard sociologue de l’innovation.

29 janvier, 2015 29 janvier, 2015   29 janvier, 2015 0 commentaire

Culture RP a rencontré Laurence Allard, maître de conférences, IRCAV-Paris, sociologue de l'innovation, enseignante à l'Université Lille 3. Elle travaille depuis longtemps sur les nouvelles pratiques expressives digitales (web 2.0, remix, internet mobile, pratiques transmédias, financement participatif, double screening-télévision sociale…), sur le mobile et la création photo/vidéo, et enfin sur l'anthropologie des data, capteurs et autres puces (Internet des choses/Internet des sens/Internet des lieux/Bio socialité connectée).

Mobile Création

Comment êtes-vous venue à vous intéresser à l'ensemble de ces domaines ?     J'ethnographie depuis environ une quinzaine d'années les usages d'internet, du web, du mobile et des objets connectés désormais. Je mène à la fois des entretiens sociologiques avec des usagers et j'analyse des corpus de user generated content dans une perspective sémiotique. Mes premières études ont porté sur les newsgroups et les pratiques culturelles (cinéphilie), le web médiactiviste des années 2000, les pratiques de téléchargement en p2p, l'expression par remixage de contenus avec les réseaux sociaux 2.0 et la remix culture, le développement d'usages innovants dans les terminaux mobiles (mBanking, mHealth, arts mobiles, vidéos conversationnelles...) et plus récemment les usages (citoyens entre autres) des objets connectés et du Big Data.      Lire la suite...

Corps de bois chez les politiques, comment leurs corps trahissent-ils leurs pensées ?

12 décembre, 2014 12 décembre, 2014   12 décembre, 2014 0 commentaire

Elodie MielczareckElodie Mielczareck, sémiologue indépendante présente une infographie, qui regroupe à la fois de l’analyse sémantique (des mots) et l’analyse synergologique (des gestes) des hommes et femmes politiques qui construisent chaque jour, une partie de l’actualité. Entre langue de bois, qui peut se définir de la manière suivante : «le CDB est un corps hypnotique et automate. Il crée et de positionne sur une même rythmie répétée inlassablement qui cadenasse la pensée et empêche tout espace d’authenticité». L’étude se divise en deux parties articulées : - la première partie est davantage linguistique et propose une nouvelle définition de la langue de bois. - la deuxième partie est davantage synergologique et propose un prototype du «corps de bois» avec des occurrences très souvent repérées en cas de langue de bois comme par exemple : les deux mains qui voyagent, ponctuent ou scandent ensemble, la focalisation au niveau du regard et peu de clignements au niveau des yeux, le corps «balancier» c’est-à-dire qui se balance de façon répété, etc. Voici l’infographie : Lire la suite...

Jacques Tang et Zoom Consultants : l’e-tourisme, une expertise

14 novembre, 2014 14 novembre, 2014   14 novembre, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Jacques Tang, Consultant en stratégie marketing et community manager senior chez Zoom Consultants    jacques-tang E-Tourisme   Présentez-nous votre agence. Quelles sont ses spécificités ? Elle est née de la volonté de consultants seniors de proposer une offre globale à leurs clients. Elle fonctionne de manière collaborative, et permet d’apporter une réponse sur mesure aux demandes de nos clients.

Nous l’avons appelé Zoom Consultants pour illustrer l’idée d’un focus porté par des spécialistes de différents horizons de la communication sur les problématiques d’une entreprise.

Vous tenez un blog, quelle est sa ligne éditoriale ? Son objet est d’apporter des réponses aux entrepreneurs cherchant à porter leur communication sur le web. Il répond plus spécifiquement aux TPE et PME, entreprises dans lesquelles la culture web n’est pas toujours présente. Parti d’un constat que des exemples applicatifs sont utiles pour la compréhension des mécanismes du web, nous avons développé une thématique e-tourisme. Qu’est ce que l’E-tourisme ? Le terme est issu de la contraction de tourisme et électronique. Nous l’utilisons de manière générique pour identifier tout ce qui à trait au tourisme en version web.   etourisme-tendances-tourisme-et-web   Comment mettre en place sa stratégie marketing dans le secteur touristique ? Si vous parlez de stratégie marketing sur le web dans l’univers touristique, la réponse est simple sur ces principes et plus que complexe dans sa mise en place. Il s’agit de définir un espace de communication, pour la marque, la destination, le professionnel du tourisme concerné. Ledit espace est celui où le professionnel pourra être trouvé sur les moteurs de recherche, et où il pourra lui même s’exprimer.

 Mettre en place sa stratégie web dépendra de 3 facteurs:

1-  Identifier ses points de force par rapport à ses concurrents sur le web 2-  Identifier les points sur lesquels il peut évoluer favorablement à court et moyen terme. 3-  Mettre en place un ensemble de tactiques dont l’objet essentiel sera d’offrir des points d’entrée aux internautes sur les plateformes web de l’entreprise. Quelle est la problématique posée par le marketing de contenu pour les professionnels du tourisme ? On devrait dire marketing par contenus pour être plus précis. La problématique est multiple. Pour l’essentiel on peut constater les points suivants :
  • La concurrence entre les marques est très forte.
  • Des « pure player » du web (TripAdvisor, Booking, Google Hotel Finder, par exemple) utilisent leur savoir faire sur le web pour se poser en intermédiaire des transactions commerciales.
  • Par essence, le tourisme est sur un marché international, et il y a nécessité de communiquer en plusieurs langues.
Vous l’avez compris, la première problématique est la complexité, et la nécessité impérative d’une expérience métier pour poser des contenus pertinents. Quelles sont les spécificités du community management dans ce secteur ? Quelles sont les qualités que se doit d’avoir le  community manager?   outils-community-manager-senior   La spécificité de ce secteur, c’est qu’il est le plus souvent la conjonction d’offres de plusieurs produits et services. Hébergements, restauration, attractivité de la destination, activités de plein air et de loisirs, pour des clientèles très diverses peuvent être présents sur la même offre touristique. De fait, le community manager ne peut faire l’impasse sur aucun de ses éléments. Le fait majeur du community management dans ce secteur d’activité est lié à la gestion de  la relation client et la notoriété des établissements sur les médias sociaux. Il doit multiplier les présences sur les plateformes et les adapter aux origines linguistiques et culturelles de leur clientèle. Par ailleurs, compte tenu de la forte concurrence dans ce secteur, le community management demandera de fortes connaissances en matière de référencement naturel, afin de pousser du contenu vers les demandes « naturelles » des internautes sur les moteurs de recherche. Enfin, le community manager devra posséder à priori une connaissance importante du secteur d’activité. Elle est indispensable pour représenter les entreprises de ce secteur. Les journalistes ont-ils de l'influence dans ce secteur d’activité, avec l’arrivée du web 2.0? Une récente étude (mettre l'etude journalise) menée par Hopscotch que vous rapportiez, fournissait des résultats éloquents en la matière. Les médias, et la culture de l’écrit qui est inscrite dans l’ADN des journalistes est un facteur majeur de référencement. De fait, leur influence sur le web est, mais pourrait être beaucoup plus importante qu’elle n’est aujourd’hui.

Cela dit, pour modérer le propos, le modèle économique de la presse est en pleine mutation, si bien que « l’indépendance éditoriale » est trop souvent bafouée, aux bénéfices d’intérêts économiques à court terme.

La place prise par d’autres médias (blogs par exemple) vient en concurrence directe sur ce type de contenu, et la reconnaissance de l’objectivité des médias classiques remise en cause. Quel est l’avenir du tourisme, de son marketing et de sa communication sur le web ? Plutôt que d’avenir parlons de tendances fortes. Tout d’abord une croissance très importante de l’utilisation du mobile par les internautes. Près de 75% des achats de mobile sont aujourd’hui des smartphones. Il est très vraisemblable qu’à l’horizon de 2 ans la consultation sur mobile et en mobilité soit un facteur majeur de prise de contact des internautes avec les professionnels du tourisme. D’où leur obligation de mettre en place des contenus adaptés à ces formats. Seconde tendance forte, le besoin d’information adaptée en mobilité. L’arrivée des iBeacon en 2013 en est l’augure. Le Beacon permet la diffusion d’un contenu micro géolocalisé.

Le fonctionnement est assez simple. Vous téléchargez une application sur votre smartphone et l’on vous livre un contenu en situation.

Par exemple, l’exemple du musée est parlant. Arrivé devant un tableau une notification arrivera sur votre smartphone pour vous proposer des informations sur le peintre et l’œuvre présentée. Une autre tendance qui devrait se généraliser, l’usage du marketing expérientiel.  Il est question de proposer des contenus différenciant pour les marques, en proposant aux internautes des expériences de vie, rattachées à des moments précis de vacances. Par exemple, la semaine de la Saint Valentin , la chasse aux œufs de Pâques, la brocante annuelle, et bien d’autres événements peuvent être scénarisés et être le support d’une offre spécifique des professionnels du tourisme. Ceci existe bien évidemment, mais n’est pas encore très présent en matière de communication web. Qu’est ce que, selon vous, le snacking content ? Très souvent, des contenus de même format sont proposés aux internautes. L’idée du snacking content, est de proposer, différents types de formats (vidéos, photomontages, citations, infographies), faciles à mettre en place, avec des coûts de production raisonnables. Son principal intérêt est de varier les contenus proposés sans lasser les internautes.       Propos recueillis par Camille Ohresser.          

Atelier et débat UDA et Syntec RP : Mesurer les actions de Relations Publics

31 octobre, 2014 31 octobre, 2014   31 octobre, 2014 0 commentaire

Culture RP a assisté à un atelier - débat organisé par l’Union des Annonceurs et le Syntec RP le 10 octobre 2014.

Atelier Débat UDA et Syntec Arnaud Steinkuhler - Directeur MAP Institut & Aura Mundi, Céline Rolland - Responsable chargés d'études MAP Institut

Lire la suite...

Inboud Marketing et Curation de Contenus par Scoop.it!

30 octobre, 2014 30 octobre, 2014   30 octobre, 2014 0 commentaire

Pour attirer les prospects et générer du trafic qualifié, les marketeurs ont compris qu’il fallait privilégier le contenu. Mettre en place une stratégie d’Inbound Marketing va permettre de placer le bon contenu aux bonnes personnes et ce, au bon moment : que ce soit pour générer du trafic qualifié, pour travailler ces prospects, pour les convertir en clients et pour les fidéliser. header Evenement ScoopIT Lire la suite...

C’est quoi une marque qui compte ?

23 octobre, 2014 23 octobre, 2014   23 octobre, 2014 0 commentaire

Des marques au cœur du quotidien par  INfluencia / Dagobert

Dans ce panorama, les marques qui comptent le plus sont en effet celles qui marquent de leur empreinte la vie du consommateur et qui leur sont utiles. « On ne va pas aimer une marque pour aimer une marque, mais pour ce qu’elle génère comme usage ou comme service », rappelle Luc Laurentin, CEO de Limelight. Quelle que soit la cible, Apple remporte les suffrages grâce à son approche user-centric. La marque à la pomme est citée par 19 % des répondants, devant Google, omniprésent dans la navigation sur Internet, et Coca Cola (15 % ex-aequo). Soit très exactement le même palmarès que le classement Interbrand 2013 ! « A l’exception de Coca-Cola, ces marques sont relativement récentes, poursuit-il. Toutes ont une valeur d’usage très importante et, en quelques années, elles ont su créer une vraie différence sur leur marché. Apple conçoit des produits qui s’intègrent bien dans la vie. Dans un monde où le service prend de plus en plus d’importance, ses Genius Bars sont le summum du service. » Jusqu’à la douzième place, on retrouve essentiellement des marques qui s’inscrivent dans le quotidien des consommateurs : Renault, Orange, Danone, L’Oréal, la SNCF, Mc Donald’s, Air France ou encore Peugeot. Quelques icônes du patrimoine français se glissent aussi dans le classement. La preuve que les valeurs du luxe, l’histoire des grandes maisons et le savoir-faire à la française continuent d’apporter une part de rêve et de plaisir. Chanel est la plus souvent citée, mais on retrouve aussi Hermès, qui a prouvé qu’une marque de luxe pouvait innover tout en restant fidèle à ses fondamentaux. Chez les hommes, le palmarès traduit une sorte de « liste des envies » avec de la boisson (Coca-Cola), de l’internet (Google), de l’automobile (Renault), des voyages (Air France)… Peut-être parce qu’elles gèrent un grand nombre de choses dans le quotidien du foyer, les femmes citent un panel plus large qui inclut des marques du secteur de la communication et des télécoms (Apple, Google et Orange), de boissons (Coca-Cola), de l’univers de la beauté (Chanel et L’Oréal)... Emma Duchatot Lire la suite...