SUIVEZ-NOUS SUR

Réussir sa stratégie de marketing de contenu et de référencement par Thibault Lougnon, CEO de TextMaster

9 avril, 2014 9 avril, 2014   9 avril, 2014 0 commentaire

A l'occasion du salon e-Marketing 2014, Culture RP a rencontré Thibault Lougnon, CEO de TextMaster

Quels sont, selon vous, les facteurs-clés d’une stratégie de marketing de contenu réussie ?

Il existe de bons indicateurs pour appréhender la qualité d’un contenu, indicateurs notamment repris par les moteurs de recherche et communément acceptés par les spécialistes du marketing.

Ainsi, les articles plus longs mais surtout plus approfondis, axés sur un sujet spécifique, sont les grands gagnants de cette année. Le caractère contextuel et contemporain du contenu joue un rôle important dans le référencement; cependant, l'information intemporelle (contenu froid : dossiers, etc.) a montré qu’elle avait un poids très significatif.

Idéalement, une bonne stratégie de marketing doit s’appuyer sur une combinaison de contenu chaud et de contenu froid. Le contenu froid a souvent déjà été traité, et il est alors fondamental d’y apporter une nouvelle perspective. Avec le recul, vous allez pouvoir enrichir ce contenu d’analyse, de commentaires et de comparatifs pour bâtir des contenus de fond.

C’est une excellente manière de construire votre réputation et établir un lien de confiance avec votre audience.

A l’inverse, le contenu chaud permet d’être réactif sur des sujets d’actualité. C’est un bon moyen d’augmenter sa visibilité et d’attirer de nouveaux lecteurs / clients.

Lire la suite...

Pour une gestion des carrières et des mobilités responsables

3 avril, 2014 3 avril, 2014   3 avril, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Emmanuel Gagnier, responsable NTIC & Formation et ambassadeur réseaux sociaux pour VAR conseil RH - Groupe Randstad.

Emmanuel sur votre compte Linkedin vous avez choisi cette citation « Si l’homme ne façonne pas ses outils, ses outils le façonneront » d'Arthur Miller. Est-ce à dire que l'homme reste l'élément moteur de développement dans une entreprise ?

L’Homme est à l’origine et au cœur de toute entreprise. Il en conçoit les objectifs et les outils qui permettent de les atteindre. Ces outils doivent être adaptés à l’objectif et à ceux qui les utilisent afin qu’ils n’en deviennent pas esclaves. Le meilleur des pinceaux ne fait pas de son utilisateur un peintre talentueux. Les bons outils et les compétences des Hommes créent la réussite.

Quelle est votre mission au sein du cabinet et quelles sont ses valeurs ?

J’occupe les missions de responsable des outils de communication et de la formation des collaborateurs à leur bonne utilisation. En liaison avec ces missions, je me fais ambassadeur des réseaux sociaux. J’attache une importance significative à l’intégration culturelle des outils numériques dans l’entreprise. À l’ère du Web 2.0, l’information circule très vite et reste présente sur les supports utilisés. Il est donc nécessaire de bien appréhender ces outils afin de les utiliser selon un principe incontournable de bienveillance. Le respect de l’autre, l’égalité homme/femme, la non-discrimination sont des valeurs auxquelles nous sommes très attachés et nous veillons à ce que ces valeurs soient respectées quel que soit le lieu d’échange.

Quel est votre rôle en tant qu'ambassadeur des réseaux  sociaux? Quelles sont selon vous les différences majeures entre un ambassadeur et un Community Manager ?

Le Community Manager a un rôle de représentation de l’entreprise sur les médias sociaux. Il s’exprime au nom de l’entreprise sur ces médias. L’ambassadeur des réseaux sociaux que je suis, même s’il s’assure de la présence de la marque sur les réseaux sociaux, a également un rôle d’accompagnateur des collaborateurs internes. L’intégration des médias sociaux au sein de l’entreprise est un véritable et passionnant enjeu culturel.

Lire la suite...

27es Phénix UDA Communication et innovation

1 avril, 2014 1 avril, 2014   1 avril, 2014 0 commentaire

LE PHÉNIX D'OR ATTRIBUÉ À NESCAFÉ POUR LA CAMPAGNE « REALLY FRIENDS ? » L’Union des annonceurs (UDA) a dévoilé hier le palmarès de la 27ème cérémonie des Phénix UDA Communication et Innovation, qui s’est tenue au Théâtre de Paris. Cette année encore, les annonceurs ont primé les meilleures campagnes globales, c’est-à-dire celles qui ont su utiliser le plus largement et le plus intelligemment la riche palette des modes de communication dans une combinaison efficace et innovante. A l’issue du vote en ligne, les annonceurs membres de l’UDA, ont récompensé 3 campagnes : • Phénix d’Or : Nescafé (Nestlé) pour la campagne « Really Friends ? »,agences Publicis Conseil et Prodigious • Phénix d’Argent : Coca-Cola pour la campagne « Partagez un Coca-Cola », agence Starcom Mediavest Group • Phénix de Bronze : Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux pour la campagne « Facebook 1914 », agence DDB Paris Lire la suite...

Julien Lacheray Social media manager freelance

1 avril, 2014 1 avril, 2014   1 avril, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Julien Lacheray - Casual Community, une structure indépendante de communication digitale.

"le contenu demeure la source

de valeur principale des flux"

Pouvez-vous nous définir le périmètre d'intervention d'un Social media manager freelance?

Le social media manager freelance intervient au sein d’organisations pour gérer d’un point de vue stratégique l’utilisation des réseaux sociaux. Si on devait trouver une comparaison, ce serait le premier ministre du gouvernement dont les ministres seraient assimilés aux community managers. Le premier ministre tout comme le social media manager doit rendre des comptes au top management ou au président.  Le rôle du social manager est de trouver les meilleures opportunités pour une marque sur les réseaux sociaux, c’est à dire où aller, et ensuite définir une stratégie de contenus, quoi dire. Le social media manager doit ensuite analyser les performances et guider les community managers dans leur activité quotidienne. Il doit créer du lien entre les sujets et donner du sens à l’utilisation des réseaux sociaux dans l’organisation.

Quelle est la différence avec le rôle d'un Gestionnaire des médias sociaux (Community Manager)?

Le community manager est dans l’opérationnel, il s’occuper de rédiger, modérer, répondre… Toutes ses activités doivent respecter les recommandations et guides édictées par le social media manager. Alors, on ne va pas se mentir, les social managers sont généralement d’anciens community managers qui ont fait grandir leur communauté et justifié une augmentation de ressources pour les accompagner. Community manager et social media manager travaillent main dans la main, l’un de façon opérationnelle et quotidienne, l’autre de façon stratégique et analytique. Le rôle de social media manager est donc très adapté à l’activité de freelance car il ne nécessite pas d’être au quotidien au sein de l’entreprise et il peut prendre du recul dans son analyse des performances.

Lire la suite...

Daniel Lemin, Responsable Community Management PagesJaunes / Solocal Group

27 mars, 2014 27 mars, 2014   27 mars, 2014 0 commentaire

Cutlure RP a rencontré Daniel Lemin, Responsable Community Management PagesJaunes / Solocal Group.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos missions au sein de PagesJaunes ?

Je suis chez PagesJaunes depuis une dizaine d’années et Responsable Community Management depuis 3 ans. Je travaille à la fois pour Solocal Group (anciennement PagesJaunes Groupe) et pour sa principale filiale bien connue, PagesJaunes. Je suis rattaché à la Direction de la Communication Corporate.

Ma mission principale, au sein de la cellule digitale que je supervise, est d’accompagner la transformation numérique du Groupe, en participant activement à la modification de sa perception par nos différents publics (BtoC et BtoB).

Lire la suite...

L’impact marketing des médias sociaux dans le Social business

17 mars, 2014 17 mars, 2014   17 mars, 2014 0 commentaire

Quel impact ont eu les médias sociaux sur les stratégies marketing des entreprises ? Conscients que les stratégies marketing ont été bouleversées par l’émergence des nouveaux schémas comportementaux véhiculés par les réseaux sociaux, partons à la découverte des nouvelles pratiques en entreprises –  IDAOS Lab a réalisé le baromètre Entreprise & médias sociaux 2 ème édition.

Du social media au social crm ?

Lire la suite...

Le digital : créatif avant d’être technique

6 mars, 2014 6 mars, 2014   6 mars, 2014 0 commentaire

Le digital a l’effet d’une traînée de poudre. Y « designer » des territoires en prenant en compte le mouvement des frontières, voici le nouvel enjeu des marques. Le rapport Digital Creativity de l'agence W dessine les 3 grandes tendances du meilleur de cette expression créative, à travers 100 cas internationaux. Riche...

Le digital n’est pas seulement un média, un support, un canal, un outil, une technique. Il ne s’adresse pas non plus qu’à une catégorie de personnes ou ne concerne pas qu’une culture, une histoire, une période… Il est indéfinissable et pourtant c’est un territoire d’expression auquel s’essayent les marques toujours en quête de contact. Avec son premier rapport Digital Creativity, l'agence W s’intéresse à cette démarche publicitaire qui fait la part belle à la créativité. Une centaine de campagnes choisies parmi les 500 étudiées sur son blog en 2013 permettent de poser les questions relatives à l’idée digitale et aux mécaniques ou aux ressorts de ces idées.

Ce décryptage montre qu’on peut s’exprimer sur plein de niches (cibles et/ou produits). Qu’on peut y aller avec peu de moyens. Que le retour sur investissements est parfois incertain ou difficilement mesurable, à part les mentions ou le nombre de partages. Que ce canal peut être efficace quand le contenu est bien pensé pour parler d’une exclusivité, d’un nouveau produit, d’une action humanitaire, faire participer à un événement ou répondre à une crise. Qu’en étant créatif, on peut ne pas attirer les foules mais aussi les subjuguer, les étonner, les surprendre, les provoquer, les engager... Et enfin et surtout que la créativité digitale n’interdit rien : du pressing connecté dans une gare (Ariel), au concert joué par un orchestre où les violons ont des cheveux à la place de leurs cordes (Unilever)… les extravagances ne manquent pas. Cependant, elles mettent en exergue une nouveauté : la preuve est désormais faite par des comédiens consommateurs qui suscitent davantage d’attention ou d’implication et non plus par des comédiens scientifiques.

3 tendances et 18 sous tendances autour de la réalité, de l'utilité et de la culture

Et en effet insiste l’agence dans sa présentation : « Sur une chaise ou dans une couche. Au bar du coin ou dans un soutien-gorge. Dans un aéroport ou sur un pare-brise. Voici aujourd'hui où se trouve le meilleur de la créativité digitale. Partout. Au fil des années, le digital a étendu son territoire en se fondant dans le réel pour offrir un nouveau rapport au monde. Il modifie les usages, fait naître des attentes et crée même une culture ». Une lecture très large -étayée d’exemples justes, distrayants et internationaux- qui fait émerger 3 tendances pour 2014.

Lire la suite...