SUIVEZ-NOUS SUR

Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?

3 juillet, 2013 3 juillet, 2013   3 juillet, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Eric Delcroix, consultant, conférencier, spécialiste et expert en communication print et web, web 2.0, réseaux sociaux, social média…et co-auteur du livre les réseaux sociaux sont-ils nos amis ? Editions Le Muscadier.

D'où vient votre passion du web 2.0 ?

Je pense que cette passion du web 2.0 a plusieurs origines. La première, la moins visible peut-être, est mon côté autodidacte qui est satisfait… C’est un univers où la notion de partage est mise en exergue et donc, ma soif d’apprendre est satisfaite. Autre élément, ma curiosité naturelle. j’ai envie de découvrir des « choses ».  En annexe, je pourrais ajouter que les médias (depuis l’écriture en passant par la photo pour finir sur les moyens de communication) et l’étude de leur fonctionnement m’intéresse depuis longtemps. Pour rester dans le domaine des nouvelles technologies, par exemple, je me suis intéressé rapidement au Minitel en son temps et j’ai découvert très tôt Internet.

Le côté relations sociales me plait beaucoup également. Si l’on ne se fait pas des « amis » au sens propre du terme, nous côtoyons beaucoup de pairs. On se dit souvent : « je ne suis pas le seul à penser comme cela ! » et l’on croise des personnes dont nous n’aurions jamais eu connaissance dans le passé. Cette notion de liens sociaux dit « faible » est importante dans la vie et le web 2.0 est un bon moyen de s’en créer lorsque l’on est indépendant comme je le suis… travaillant principalement seul depuis chez soi ! En plus, il est désormais prouvé que le lien social virtuel se poursuit et crée du lien social dans la vie réelle…

Autre raison de cet intérêt pour les aspects du web 2.0, l’aspect collaboratif. Rien n’est plus simple avec le web 2.0 que de travailler avec plusieurs personnes, à distance ou non, sur des projets. À l’extrême, nous utilisons même ces outils au sein de la famille… y compris à la maison. Cela ne gâche pas et ne diminue en rien nos relations d’échanges autour de la table… Au contraire !

Le champ de la collaboration est vaste. Nous en sommes aux prémices car la notion est relativement nouvelle y compris pour la génération Y qui est déjà plus incline à collaborer que nous le sommes, les personnes plus âgées de la génération du print.

Reste le côté « expression ». Le web 2.0 m’a permis de réécrire. J’avais quitté le journalisme dans les années 90 et je suis revenu à l’écriture sous toutes ses formes grâce au blog. L’émergence du web 2.0 est aussi la possibilité à l’internaute de s’exprimer et d’interagir avec d’autres : entreprises, personnes…

Bref, je crois que les différents aspects de ma définition du web 2.0 : partager, collaborer et interagir me permettent de m’exprimer et d’échanger d’une façon beaucoup plus riche que s’il n’existait pas. Nous sommes à l’heure de la mondialisation… pas à celle du recroquevillement sur soi-même… et donc, avec les outils du web 2.0 nous sommes au cœur de cette mondialisation des connaissances, des relations, etc.

Lire la suite...

Comment 25 marques conversent-elles avec leurs clients sur Facebook & Twitter?

17 juin, 2013 17 juin, 2013   17 juin, 2013 0 commentaire

Etude : Comment 25 marques conversent-elles avec leurs clients sur Facebook & Twitter ? par Olivier Cimelière, communicant 2.0

L’Institut de la Qualité de l’Expression vient de dévoiler début juin une étude sémantique inédite menée sur 25 marques issues de cinq secteurs d’activités différents. Objectif : passer au crible le registre conversationnel adopté par chacune d’entre elles sur Twitter et Facebook avec leurs consommateurs. Résultat : la relation existe mais reste encore un peu trop calibrée en dépit de très bonnes pratiques créatives. Morceaux choisis.

Quel que soit le secteur considéré, toutes les marques du corpus analysé par l’Institut de la Qualité de l’Expression ont établi une présence active sur Facebook et Twitter. En cela, elles s’inscrivent pleinement dans la tendance déjà soulignée par la dernière édition du rapport Technorati sur les médias sociaux et les marques : 91% disposent d’une page Facebook et 85% d’un compte Twitter. Excepté YouTube qui séduit également 73% des marques, les autres réseaux sociaux sont loin derrière ce duo incontournable dans les stratégies de CRM. C’est précisément ce poids prééminent de Facebook et Twitter qui a conduit les équipes de l’Institut à scruter d’un peu plus près la teneur des conversations de marques provenant du secteur bancaire, de l’automobile, de la cosmétique, du bricolage et du commerce en ligne.

Facebook et Twitter : le langage se dédouble

Premier constat résultant de l’étude : les marques déploient un double mode de langage sur Facebook. Elles alternent ainsi un répertoire basé sur l’injection et l’incitation avec un dialogue plus personnalisé, notamment lorsque des commentaires sont déposés par les internautes. Conséquence : on aboutit à une dichotomie des styles sur une même page. « L’un est purement promotionnel et dénué de formules de civilité. L’autre est plus personnalisé. Cela révèle l’enjeu de la nécessaire cohérence des messages des marques citées à moyen et long terme » pointe Jeanne Bordeau, présidente et fondatrice de l’Institut de la Qualité de l’Expression.

Pareil grand écart sémantique se retrouve sur Twitter. D’un côté, on trouve des comptes de marques focalisés sur le déclaratif et le promotionnel. Ces derniers multiplient les offres commerciales et les alertes autour des événements de la marque tout en renvoyant sur des contenus de blogs et de presse. Pour Jeanne Bordeau, cette langue fait preuve d’une certaine pauvreté linguistique qu’elle compare humoristiquement à « un tapis roulant continu ». A contrario, d’autres comptes s’efforcent de nouer une conversation avec la clientèle en répondant aux questions, en prodiguant des conseils et en tissant un authentique récit de marque.

Lire la suite...

Infographie: Evolution du marketing sur internet

13 juin, 2013 13 juin, 2013   13 juin, 2013 0 commentaire

Le monde du marketing sur Internet a grandement évolué ces dernières année, l'enquête qui suit témoigne de cette évolution.

Infographie sur l'évolution du webmarketing - crée par l'Agence CSV Vous avez l'autorisation de publier cette infographie sur votre site Internet à condition d'y indiquer la source

Infographie en Anglais : The world of Internet marketing has evolved significantly in recent years, the investigation that follows will demonstrate this trend. Infographic on the evolution of internet marketing on the evolution created by the Web Agency CSV You have permission to publish this infographic on your website provided that you indicate the source

Lire la suite...

Pourquoi un journaliste doit-il travailler son author rank?

3 juin, 2013 3 juin, 2013   3 juin, 2013 0 commentaire

Journaliste du web, sachez qu'une petite révolution dans le monde du référencement est amorcé par Google, soyez dès aujourd'hui les premiers à faire face à ce changement afin de pleinement y profiter ! Par Alexandre Chombeau, gérant de l'Agence E-reputation CSV  

Une définition de l'Author Rank :

Il apparaît comme assez compliqué de vivre aujourd'hui les deux pieds dans son époque, sans avoir entendu parler et sans avoir utilisé Google, la Rolls des moteurs de recherche, tout simplement le plus usité au monde.

Jusqu’à la fin de l'année 2012 et au début de l'année 2013, la guerre pour l'obtention d'un haut rang de référencement sur ce moteur de recherche battait son plein. Dans un univers de plus en plus concurrentiel, mieux valait bien affûter ses armes, comme par exemple les mots clés très précisément calibrés, les liens qui renvoient vers un site web rédigés de manière commerciale ou bien un Page Rank élevé, c'est à dire un nombre de visiteurs très importants sur un site. C'est à ces critères que l'on donnait jusqu’alors la priorité pour considérer l'avancé du référencement d'un blog ou d'une boutique en ligne. Point de salut en matière de référencement sans un état d'esprit de web marketing tourné vers le commercial pur et la quantité.

Mais depuis le dernier trimestre 2012 environ, une révolution s'est amorcée dans le domaine du référencement, initiée par Google. Google Pingouin et Google Panda sont venus ringardiser le référencement uniquement quantitatif. L'usage du web à titre de média a brusquement pris une tournure beaucoup plus sociale et qualitative. La création de la plate-forme Google+ est venue achever ce travail de modernisation.

Cette plate-forme sur laquelle un journaliste peut s'inscrire et mettre en place un espace dédié à son univers personnel, lui permet de se faire personnellement référencer en tant que rédacteur, par le sacro-saint moteur de recherche. Il fait alors partie des journalistes et des rédacteurs web classés "Author Rank". Si l'on voulait faire une transposition de ce terme dans l'univers plus usuel du cinéma, on pourrait alors le traduire par le récent terme anglo-saxon "bankable", qui désigne un acteur dont la cote garantie la présence et la progression d'un film vers une bonne place dans les différents box offices mondiaux.

Le principe est que la priorité est désormais donnée, dans les algorithmes du moteur de recherche Google et bientôt sur tous, à la qualité des publications d'un journaliste web. Le fait qu'il gagne petit à petit en notoriété, puis qu'il parvienne à faire autorité dans un ou plusieurs domaines définis, fait augmenter non seulement sa cote en tant qu'auteur, mais également le rang de référencement des blogs et des webstore pour lesquels il travaille. C'est l'avènement de L'Author Rank dans la sphère du référencement 2.0. Cette reconnaissance s'étend aussi très rapidement aux réseaux sociaux affiliés à Google et par effet boule de neige, sur tous les réseaux sociaux de la toile.

Les journalistes web doivent privilégier et travailler leur e-réputation.

Cette réputation globale du journaliste 2.0 devient le critère primordial pour la progression du référencement d'un site ou d'un blog sur les moteurs de recherches. Les journalistes 2.0 ont donc désormais vraiment intérêts à développer leur présence sur les réseaux sociaux et leur e-réputation de manière générale et améliorer leur référencement sur Google plus. Il devient impossible de négliger l'aspect social de la toile. Google dicte les nouvelles règles qui s'appliquent au domaine du Search Engine Optimisation, autrement dit du référencement SEO.

C'est dorénavant la paternité du contenu, son originalité et sa richesse qui font avancer le référencement de manière générale. Le journaliste web doit donc travailler de manière à améliorer son Author Rank credibility, autrement dit sa capacité à être considéré comme un auteur web "bankable".

Lire la suite...

L’expertise du multicanal: Access Dev

28 mai, 2013 28 mai, 2013   28 mai, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Eddina Merad, Social Media Stratégiste chez Access Dev

Access-Dev est une agence de communication digitale créée en 2005 basée sur l'expertise du multicanal, vous pouvez nous en dire quelques mots?

 

Les domaines de compétences d’Access Dev sont la stratégie et les technologies digitales. Sa vocation pluridisciplinaire dans la chaine multimédia répond à un besoin frénétique de fournir des solutions de communication digitale originales et techniques encore méconnues du grand public. L’agence s’investit sur de nombreux secteurs tels que le social game, web interactif, applications mobiles, les relations presse ... Access Dev élabore des stratégies afin d’assurer à ses clients une visibilité optimale sur l’ensemble des Médias on & off line, les actions mises en place par l’agence répondent à des problématiques aussi bien stratégiques qu’opérationnelles

Expliquez-nous votre vision: Transparence et User expérience?

La vision d’Access Dev est celle louée par Siham Chafik et Nicolas Raby, les CEO de l’agence, qui nous l’ont transmise : - Transparence, ne rien cacher aux clients, dire non quand ce n’est pas possible et travailler avec acharnement pour atteindre les objectifs du client. Et User experience, c’est à dire penser Expérience utilisateur, créer, innover, impliquer notre cible dans une expérience immersive.

Expliquez-nous pourquoi vous préférez parler de "stratégiste social média" plutôt que de Community Manager?

Chez Access Dev, nous préférons le terme Stratégiste social média à Community manager simplement parce que la compétence la plus sollicitée à ce poste est stratégiquemais surtout par provocation, je pense que tout community manager se doit d’être stratégique. Dans une logique d’optimisation de la stratégie digitale, j’ai par ailleurs eu la chance d’intégrer à mon poste, mon domaine de prédilection : les relations presse, la jolie touche en plus d’une stratégie social média optimisée. J’évolue professionnellement au sein d’une agence où les postes sont interdépendants, quand on rencontre une problématique on pense technique, veille, concurrence, innovation technologique, communication digitale, webmarketing, relations presse… Les réseaux sociaux sont des relais exceptionnels pour communiquer, diffuser de l’information et surtout créer du contenu : 2,45 milliards de contenus partagés sur Facebook, donc pourquoi se contenter de modérer quand on peut allier stratégie de contenu et techniques novatrices ? Quand nous mettons en place une stratégie social média, nous pensons chaîne interactive la multiplication des canaux et supports nous conduisent à penser différemment mais surtout à agir vite, à appréhender les attentes des internautes, mobinautes, tablonautes …

Lire la suite...

Déontologie et Relations Publiques dans un monde digital

7 mai, 2013 7 mai, 2013   7 mai, 2013 0 commentaire

"Déontologie et Relations Publiques dans un monde digital" par Christophe Ginisty: blogueur depuis 2004 - de l'influence online et de la communication de crise, professionnel des RP (président et fondateur d'Open Agency), et depuis 2013 Président de l'International Public Relations Association - IPRA.

  Document sous Slideshare ici    

Marc Michiels : - Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP - Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse - Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

       

Réaliser un communiqué de presse

30 avril, 2013 30 avril, 2013   30 avril, 2013 0 commentaire

Réaliser un communiqué de presse par Pauline Savary

Un communiqué de presse est un outil de communication basique de l'Attaché(e) de Presse. Il s'adresse à une presse ciblée en fonction de l'image de la marque. Il est rédigé et mis en page de manière à attirer l'oeil du journaliste, toujours dans l'esprit de respecter l'image de la marque.

L'Attaché(e) de Presse réalise un "CP" lorsqu'une marque a une actualité précise ou propose une nouveauté, mais aussi, à son initiative pour proposer un produit ou un service en fonction d'un thème marronnier. Il est envoyé par mail, par courrier, par fax et/ou diffusé en ligne sur Facebook, Linked in... Certains même se prêtent à présenter une info par le biais d'une vidéo. Il devient donc animé!

La règle d'or du CP est celle des 5W (who? when? where? what? how?). Il vous faut un titre, une accroche et une structure. Il vous faut également respecter des contraintes (ex: logo, contacts presse, date...) dans la présentation. Il existe différents types de communiqués: actualité, produit/service, corporate... Cela va automatiquement influencé la mise en page et le contenu texte. Un CP produit sera plus visuel tandis qu'un CP corporate sera orienté contenu avec une présentation simple et que le CP actu sera un mix des deux.

Il est préférable de le faire court, précis, aéré et d'éviter les adjectifs à outrance et les arguments peu fondés. L'idéal est de le re-situer dans un contexte (ex: une tendance de la saison, une actualité dans les médias...) auquel le journaliste peut s'identifier ou de proposer des idées de thèmes qui seraient susceptibles de l'inspirer.

Lorsque vous envoyez un CP à un journaliste, préférez une version pdf. Conservez le texte sur un document Word au cas où un journaliste vous le demande. Joignez spontanément le visuel associé en 300 dpi en pièce jointe pour qu'il n'ait pas à vous le redemander mais n'alourdissez pas trop le poids en "Mo" du mail. N'hésitez pas à joindre un lien de photothèque ou médiathèque si vous en possédez un ou à prévenir le journaliste que vous avez l'intention de lui envoyer un dossier de visuels via We Transfer, You Send It ou autre.

Pauline Savary, Consultante RP chez Chamarel Auteur du blog : http://www.pauline-savary.com/
   

Comment devenir un pro du réseau ?

25 avril, 2013 25 avril, 2013   25 avril, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Jean-François Ruiz, fondateur de l’agence Poweron et auteur de « Réussir avec les réseaux sociaux ».     Après avoir écrit « Réussir avec les réseaux sociaux » ? Vous revenez avec une nouvelle direction, "comment devenir un pro du réseau", pourquoi ce constat?  

Je voulais aller plus loin dans la transmission de mes compétences sur le sujet. Le format du livre est intéressant, il donne des clés et des outils, mais il n'aura jamais le même impact qu'une présentation en vidéo avec des exemples et des exercices. Mon constat est que les technologies sont là aujourd'hui pour démultiplier l'apprentissage en réseau mais que nous sommes à un système archaïque quand il s'agit d'aborder la formation professionnelle. Des journées, trop longues, trop chargés, qui ne permettent pas d'actionner des résultats dans la durée.

Quelle est pour vous la définition d'un réseau?

Vaste question. Je dirai un ensemble d'entité interconnecté entre elles. Dans le contexte des relations interpersonnelles. Les réseaux sont les relations qu'entretiennent des personnes au sein de leurs ecosystèmes. Linkedin donne un très bel outils dans les linkedinlabs pour cartographier son réseau. Pratique pour y voir plus clair sur son réseau pro.

Quelles sont les bonnes raisons d'être un pro du réseautage?

J'en vois 8 que je détaille en vidéo ici : http://www.reseautage-pro.com/5-etapes-networking/

Pour résumer :

  1. Génére des opportunités business / carrière
  2. Décuple la génération de valeur
  3. Attire les bons partenaires
  4. Permet d'identifier les ressources clés
  5. Accélère le développement des projets
  6. Développe sa visibilité et réputation
  7. Augmente sa valeur sur le marché
  8. Améliore ses compétences

Lire la suite...