SUIVEZ-NOUS SUR

Le Data aujourd’hui?

16 janvier, 2014 16 janvier, 2014   16 janvier, 2014 0 commentaire

Tribune par Charlotte HOANG-BITAR, fondatrice et dirigeante de DATAGENCY.

Il existe aujourd’hui un phénomène de mode autour de la data, comment l’expliquez-vous ?

La data est aujourd’hui préemptée par le marketing et l’intelligence économique à la fois comme un accès à la connaissance de données chiffrées de masse et comme la nécessité de les rendre visuellement intelligibles. Mais ces phénomènes d’accès et d’analyse des données résultent en réalité de l’incroyable démultiplication des sources de trackings utilisateurs rendue possible par les médias digitaux. D’un point de vue de communication, ce sont les organes de presse qui ont été précurseurs en démontrant que le data design pouvait être un outil puissant d’information.

Vous avez monté une agence de DataCommunication, expliquez-nous ce positionnement

Mon expérience professionnelle de consultante en communication pendant près de 15 ans assortie d’une expérience pivot de data-journalisme sont à la source de ce positionnement. L’addition de ces expertises m’a permis de réaliser plusieurs constats.D’abord, celui que les entreprises regorgent de trésors aujourd’hui inexploités : leurs data. Et ces data peuvent, si elles sont utilisées à bon escient, donner des informations cruciales sur son identité, ses choix stratégiques et son développement. Quantité de services des entreprises ont des placards remplis de data non exploitées : les RH, le marketing, la comptabilité, des services et opérations, la direction générale, etc.

Lire la suite...

Les couleurs ont-elles un genre?

15 janvier, 2014 15 janvier, 2014   15 janvier, 2014 0 commentaire

Bleu, blanc, rouge… ou… bleu et rose ? La société française est parsemée de codes coloriels faisant partie de notre héritage culturel. Ces codes - souvent porteurs de stéréotypes - sont-ils des repères pour les individus ? Comment les faire évoluer ? Liberté, égalité, stéréotypes. Analyse de Womenology.fr / aufeminin.com.

D’après le CNRS, « la couleur est, par elle-même, un langage permettant de communiquer. Ce langage implique nombre de conventions d’ordre psychologique, symbolique ou religieux. Il varie de lieu en lieu et d’âge en âge. ». Souvent reliées à un événement intime, notre relation avec les couleurs est à la fois individuelle et collective. Si le deuil est irrémédiablement associé au noir dans nos sociétés occidentales, en Inde, c’est le blanc qui est choisi pour accompagner des funérailles. Nous respectons alors des codes coloriels qui définissent notre identité sociale. Notre ancrage à une communauté. Et ses traditions.

Les codes coloriels sont présents. Partout. Trop souvent

Bleu pour les garçons, rose pour les filles. Les couleurs sont dangereuses quand elles sont porteuses de stéréotypes. Astrid Leray, du cabinet Trezego, a épluché dix catalogues de jouets parus pour Noël 2013. Conclusion : 50% des filles sont habillées en rose ou violet. Les marques s’adaptent-elles aux désirs des parents ? ou les parents n’ont-ils pas d’autres choix face à une offre de produits fortement genrée ? Notre rapport aux stéréotypes est là aussi paradoxal. Si nous les condamnons ouvertement, nous avons tendance à les intérioriser. Et à les perpétuer. D’après Priscille Touraille, Docteur en anthropologie sociale : « Les études sur la socialisation de genre ont (montré) que l’outil de la couleur sert d’abord aux adultes, surtout en dehors du cadre familial à connaître le sexe des enfants dans le but de faire passer les « bons messages » quant à leurs qualités féminines et masculines escomptées. »

Le bleu incarne le consensus

Lire la suite...

Une communication client stratégique au Centre Beaugrenelle

14 janvier, 2014 14 janvier, 2014   14 janvier, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Pierre Fischer, Directeur Associé chez NOVACOM ASSOCIE afin qu'il nous explique la stratégie de communication utilisateur client à Beaugrenelle.

La principale innovation de Com’In réside dans le Portail Commerçants, véritable plateforme collaborative pour une communication directe et temps réel, du centre et des enseignes vers les visiteurs. Qu'est-ce que cela change pour les consommateurs dans sa dimension relation client (actions e-marketing, coupons promo, création et la diffusion des contenus digitaux...)?

Le portail Commerçants offre aux enseignes présentes dans un centre commercial, un canal partagé pour la diffusion de leurs offres commerciales.

Ce canal partagé permet de communiquer :

  • sur la zone de chalandise,
  • de façon coordonnée c'est à dire sous l'égide du centre commercial (Beaugrenelle dans le cas présent),
  • tout en intégrant les caractéristiques spécifiques du point de vente.

Ce dispositif permet aux enseignes de localiser la relation client et de faire du e-marketing local.

En effet, le client est incité à se rendre à se rendre «dans le magasin qui se trouve dans ce centre commercial». La relation entre le client et le commerçant devient plus concrète et plus proche. Et cette relation s'inscrit dans une expérience shopping fluide et unifiée grâce à la coordination de la communication des différentes enseignes du centre commercial.

La collecte des données de parcours des visites permettent de mieux comprendre les facteurs qui déclenchent l’achat et d’expérimenter de nouveaux services. Quelles sont les applications dédiés et les limites de l'utilisation de ses données?

La question de la collecte des données ne se pose pas en termes d'application dédiée. Le visiteur du centre, grâce à l'application mobile, dispose d'un assistant shopping. Nous avons eu la volonté de ne pas être intrusif en veillant à permettre au visiteur de choisir à tout moment par qui il veut être notifié. C'est encore lui qui choisit d'être ou ne pas être géo-localisé lorsqu'il est à l'intérieur du centre commercial. En choisissant d'être localisé, le visiteur nous autorise à collecter les données liées à son parcours de visite, données que nous nous engageons à n'utiliser que de manière anonymisée.

Les enseignes, quand à elles, disposent d'un retour statistiques sur la performance des actions qu'elles ont proposées au visiteur : combien d'offres mises en favori, d'offres consultées, combien de coupons utilisés, combien d'inscriptions aux ventes privées ... Il s'agit de données statistiques, les données visiteurs restant, là aussi, totalement anonymes.

Lire la suite...

François Hollande / Julie Gayet : 3 options de communication pour sa conf de presse

14 janvier, 2014 14 janvier, 2014   14 janvier, 2014 0 commentaire

Par Olivier Cimelière Communicant / spin doctor.

Avec le scoop du magazine Closer sur une supposée liaison entre l’actrice Julie Gayet et le président de la République François Hollande, les frasques sentimentales des gouvernants français sont désormais soumises à un inhabituel regain de "transparence". Si les prédécesseurs de l’actuel hôte de l’Élysée ont tous eu une vie intime digne du théâtre de boulevard, jamais aucun d’entre eux ne s’est retrouvé à devoir se justifier (ou pas) publiquement.

Dans la perspective de la conférence présidentielle de mardi 14 janvier, quelles options s’offrent à François Hollande pour éviter que ce sujet n’occulte des thèmes autrement plus cruciaux ?

Option n°1 : La "no comment attitude"

C’est jusqu’à présent la ligne communicante plus ou moins adoptée par l’Élysée. François Hollande s’est contenté de faire savoir qu’il réclamait le droit au respect de sa vie privée au même titre que n’importe lequel de ses concitoyens. En revanche, il n’apporté aucun commentaire sur les photos prises à la volée par l’hebdomadaire "people" Closer.

Il peut tout à fait poursuivre dans ce registre et choisir d’éluder toute question qui serait posée lors de la conférence de mardi prochain et ultérieurement. L’intérêt de cette approche permet de maintenir cette histoire dans la sphère du privé invoqué rapidement par François Hollande et de tenter d’en faire un épiphénomène. Si dans d’autres pays, notamment anglo-saxons, cette stratégie serait suicidaire, elle peut en revanche encore s’appliquer en France où la tolérance de l’opinion publique à l’égard des incartades supposées ou avérées est globalement flexible (hormis sans doute chez les extrémistes de la fidélité conjugale à tout prix !). Même si un verrou a sauté, la Une du Journal du Dimanche montre que 77% des Français sont favorables au respect de la vie privée du Président.

Option n°2 : La version "Avec Julie, c’est du sérieux !"

Il n’y a pas si longtemps, un autre président de la République en exercice avait savamment orchestré l’officialisation de sa pimpante liaison avec une chanteuse-mannequin renommée. Lors d’une conférence de presse en janvier 2008, Nicolas Sarkozy avait déclaré tout fier que sa relation avec Carla Bruni "était du sérieux !" après que des photos du couple aient été prises lors d’une visite au parc Disneyland de Paris.

À l’époque, le n°1 de la République avait justifié cette confirmation publique par le souhait de rompre avec l’hypocrisie qui avait notamment entouré la double vie maritale de François Mitterrand et sa fille longtemps cachée, Mazarine. La seule différence avec la situation actuelle de François Hollande, est que le président était officiellement séparé de Cécilia !

Lire la suite...

Le temps réel, défi de la communication des marques

13 janvier, 2014 13 janvier, 2014   13 janvier, 2014 0 commentaire

Culture RP à choisit de mettre en avant un article du site « le hub » de La Poste

Connectés en permanence, friands de chaînes d’infos en continu, fans de réseaux sociaux, les consommateurs communiquent en temps réel sur tous les canaux. Pour s’adapter à ces nouveaux modes de relation et continuer à obtenir les faveurs des clients, les marques doivent faire preuve de plus de réactivité et d’interactivité. Asos, Amazon, Louis Vuitton, Bank of America… Et en temps réel, le Hub vous souhaite une très bonne année 2014 !

Asos s’associe à Google pour proposer à ses clientes des conseils de stylistes professionnels en visioconférence

  • Connaissez-vous Helpouts (https://helpouts.google.com/home) ? C’est un tout nouveau service de visioconférence lancé par Google en novembre dernier (voir la vidéo ci-dessous). L’objectif de cette plateforme est de mettre en relation des internautes avec des experts afin d’obtenir des conseils en direct. Les professionnels sont filmés avec leur webcam et interviennent, gratuitement ou contre paiement, pour donner des cours de musique, faire de l’initiation au yoga, aider à la pose d’un parquet, etc. Huit catégories existent pour le moment : informatique, cuisine, jardinage, beauté, santé, etc. Beaucoup d’experts présents sur Helpouts facturent leurs prestations aux environs de 1$ la minute.
  • Asos, l’un des principaux acteurs britanniques de vente en ligne de vêtements et d’articles de mode, a décidé d’investir ce nouveau service de Google. Depuis le 16 décembre, Asos propose des sessions gratuites avec des stylistes professionnels. Il suffit de prendre rendez-vous sur Helpouts, et l’on bénéficie de 15 minutes de conseils de mode et de style. Asos est l’une des toutes premières marques à utiliser ainsi la plateforme de Google, le chat vidéo se prêtant bien à des échanges et à des conseils sur la mode.
  • L’initiative est intéressante à plus d’un titre. Elle fait tomber les barrières entre la marque et ses clientes, créant une relation directe et réellement interactive. Elle permet aussi d’exprimer qu’Asos vend plus que des vêtements : ce que propose la marque à ses clientes, c’est de trouver le style qui leur convient, en phase avec les tendances de la mode. Enfin, sur Helpouts, Asos sort des frontières de son site de e-commerce, pour aller sur un « terrain neutre » et établir une relation qui n’est pas directement marchande.
Lire la suite...

FONDATION GOODPLANET

13 janvier, 2014 13 janvier, 2014   13 janvier, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Nadia Dhoukar, Responsable Communication de la Fondation GoodPlanet.

Quelle est selon vous l’importance des relations presse dans une association comme la vôtre ?

Elle est double : elles nous permettent d'une part de sensibiliser le grand public à nos actions et, plus largement, aux enjeux environnementaux. D'autre part, elles nous permettent, via cette sensibilisation, de faire appel au grand public pour nous soutenir. Cependant, conduire des relations presse dignes de ce nom, à l'année et selon une stratégie médias, est assez rare dans l'univers des ONG, faute de ressources et d'outils. Du coup, on fait ce qu'on peut !

Quelle est la spécificité de votre approche RP ?

Pas de spécificité propre, si ce n'est de parvenir à distinguer le personnage public qu'est le créateur et Président de la Fondation, Yann Arthus-Bertrand, des actions conduites par la Fondation sur le terrain de l'environnement et de la solidarité. De parvenir à en faire parler et à les relayer sans qu'il en soit forcément le porte-parole, étant lui-même occupé par ailleurs à d'autres projets. Par ailleurs, la diversité des actions conduites par la Fondation GoodPlanet (publications de livres, sorties de films, actions terrain, expositions … ) et le fait qu'elles sont menées dans le monde entier, nous conduisent à travailler avec tous types de médias, presse, papier, web, spécialistes ou pas, partout dans le monde.

Lors d’un évènement que faites-vous pour créer le buzz ?

Nous le relayons essentiellement auprès des cercles proches de la Fondation : sur le web, via nos réseaux sociaux, auprès de nos partenaires. Ensuite, il fait son chemin ! Nous travaillons aussi avec des médias solidaires qui relaient l'information (20 Minutes, Le Monde, et autres).

Quelle est la place du web 2.0 et des réseaux sociaux dans votre stratégie de communication ?

Essentielle pour communiquer quasiment en direct avec les gens, les informer et nous informer, être au plus près des réalités. Par ailleurs, en ce qui concerne l'environnement, la consommation responsable ou le mieux-vivre ensemble, nombreux sont les blogueurs à se pencher sur ces sujets et à être pionniers en matière de réflexion et d'innovation. Ils sont souvent pour nous des interlocuteurs et des relais de choix.

Lire la suite...

COME PR

10 janvier, 2014 10 janvier, 2014   10 janvier, 2014 0 commentaire

Culture RP a rencontré Eloïse Maillot, Fondatrice et Directrice de l’Agence Come PR.

 

 

 

 

Présentez nous votre agence ?

COME PR est la première Agence de Communication Off & Online Lifestyle et Art de Vivre qui travaille avec la presse française et internationale. Nous sommes uniques sur le marché de la com, c’est un concept inédit !

L’Agence est située au 196, rue Saint-Honoré à Paris dans le 1er, près de la Place Colette, un de mes écrivains préférés ainsi que près du magasin Colette, ce qui résume bien l’identité et l’ADN de COME PR. Un mélange d’esprit irrévérencieux et de savoir-faire à la française, d’audace et de créativité…COME PR est la première agence de communication offline & online à travailler avec la presse française et internationale, dans nos secteurs d’activité. Elle met au service de ses marques une double visibilité, via :

  • Son Agence de Communication
  • Son Bureau de Presse Online

Nous intervenons sur plusieurs secteurs d’activité : Mode - Enfant - Joaillerie - Bijoux - Beauté - Hôtels - Tourisme - Décoration & Design - Gastronomie - Institutionnel.

COME…est une invitation à nous rejoindre.

Quel a été votre parcours professionnel avant ? Des 2 côtés du miroir. Très riche et diversifié ! J'ai grandi avec deux parents journalistes ( NDLR : mon père Daniel Maillot est l’ancien Dr Adjoint de la Rédaction de I-TELE; Dr de l’Antenne, Dr des Programmes et de la Rédaction de LCP – ASSEMBLEE NATIONALE) et j’ai tout naturellement été entourée de reporters et de journalistes purs. Je suis passée par Le Parisien, Le Figaro, puis Infrarouge. Puis, j’ai bifurqué dans la Communication et après avoir été embauchée en tant que Chargée de Budgets-Attachée de Presse dans plusieurs Agences de com, j’ai créé ma propre Agence de 2006 à 2010. J’ai acquis une expérience de plus de 10 ans, en travaillant pour des marques et des grands groupes - toujours sur un positionnement luxe, grande consommation et créateurs - dans les secteurs du Lifestyle, de l’Art de Vivre et de l’Institutionnel, auprès de clients pour lesquels j’organisais par exemple les défilés de mode à Paris et à Milan.

Trois ans de voyage m’ont ensuite fait revenir à Paris pour relancer - avec une idée très claire de ce que je souhaitais - mon Agence de Communication : COME PR. Mon expertise en tant que communicante est donc auréolée du sceau de la journaliste, qui n’est jamais très loin. Liberté d’expression, respect et messages clés clairs adressés aux journalistes sont les fers de lance de COME PR. Cessons de les prendre pour des imbéciles…

Lire la suite...