interview de Marcel RINGEARD, PDG de Pilot corporation of Europe

30 mai, 2013 30 mai, 2013   30 mai, 2013 0 commentaire

Sous l’impulsion du partenariat entre Kaos Consulting et l’Argus de la presse, le Club des Brands Managers est le think thank du branding. Depuis plus de 10 ans, il réunit chaque mois 30 à 70 membres actifs dans l’objectif de faire avancer les connaissances et les pratiques du branding management. Lire la suite...

Plus 2 sens, plus d’envie

30 mai, 2013 30 mai, 2013   30 mai, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré François-Pierre Salamand, 20 ans d’expériences dans les relations publiques et relations avec les médias, Directeur Général de l’Agence lyonnaise PLUS2SENS        

Présentez nous votre agence

PLUS2SENS est une agence de relations médias et relations publiques créée en 2007. Avec 10 permanents à Lyon et Chambéry, PLUS2SENS se positionne comme l'agence indépendante leader en région Rhône-Alpes.

Elle accompagne les entreprises, territoires et événements de la région dans leur stratégie de relations médias et publiques locales, nationales et internationales. Son portefeuille de clients est principalement composé d'entreprises, PME et délégations régionales de grands groupes que l'agence accompagne dans leur communication corporate, économique et produit tant auprès des cibles professionnelles que grand public.

Est-il possible de gérer efficacement des relations presse nationales depuis la Province ?

L'ensemble de nos clients nous confie leurs relations presse régionales et nationales. Mon expérience au sein de grands groupes comme Publicis et l'évolution des rédactions (des équipes de plus en plus réduites et une omniprésence des journalistes pigistes) m'ont montré que la proximité géographique avec le journaliste n'était pas un facteur clé de réussite. La fidélité de nos clients, l'hétérogénéité des secteurs que nous couvrons (environnement, immobilier, industrie généraliste et spécialisée, santé, services, formation, agro alimentaire, tourisme …) nous confortent dans notre approche qui est celle de produire et diffuser une information pertinente et de qualité à des médias et des journalistes ciblés qualitativement. L'heure n'est plus à l'arrosage des rédactions mais bien à la relation individualisée, construite et suivie dans le temps, pour générer des retombées efficaces et de qualité.

Une agence de RP doit-elle être proche géographiquement de ses clients ou de ses journalistes ?

Sans aucune hésitation, notre choix de la proximité, nous le faisons avec nos clients. Pouvoir comprendre leur entreprise, leurs produits ou services, leur fonctionnement, se nourrir de rencontres régulières, de visites de sites pour enrichir la relation avec le média nous paraît primordial. Au delà de cette fonction de conseil stratégique aujourd'hui souhaité par les entreprises (en complément de notre accompagnement opérationnel ponctuel ou pérenne), cette proximité est un élément clé en cas de communication de crise notamment où nous sommes alors en capacité d'être présent rapidement au sein de l'entreprise pour gérer avec elle ses relations avec les médias. Aujourd'hui, plus qu'hier, cette approche de proximité client accompagne notre développement sur le territoire. Elle nous permet également d'intégrer au mieux nos clients dans les réseaux influents de leur région, souvent leviers eux mêmes de développement en termes d'image et de business.

Lire la suite...

L’expertise du multicanal: Access Dev

28 mai, 2013 28 mai, 2013   28 mai, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Eddina Merad, Social Media Stratégiste chez Access Dev

Access-Dev est une agence de communication digitale créée en 2005 basée sur l'expertise du multicanal, vous pouvez nous en dire quelques mots?

 

Les domaines de compétences d’Access Dev sont la stratégie et les technologies digitales. Sa vocation pluridisciplinaire dans la chaine multimédia répond à un besoin frénétique de fournir des solutions de communication digitale originales et techniques encore méconnues du grand public. L’agence s’investit sur de nombreux secteurs tels que le social game, web interactif, applications mobiles, les relations presse ... Access Dev élabore des stratégies afin d’assurer à ses clients une visibilité optimale sur l’ensemble des Médias on & off line, les actions mises en place par l’agence répondent à des problématiques aussi bien stratégiques qu’opérationnelles

Expliquez-nous votre vision: Transparence et User expérience?

La vision d’Access Dev est celle louée par Siham Chafik et Nicolas Raby, les CEO de l’agence, qui nous l’ont transmise : - Transparence, ne rien cacher aux clients, dire non quand ce n’est pas possible et travailler avec acharnement pour atteindre les objectifs du client. Et User experience, c’est à dire penser Expérience utilisateur, créer, innover, impliquer notre cible dans une expérience immersive.

Expliquez-nous pourquoi vous préférez parler de "stratégiste social média" plutôt que de Community Manager?

Chez Access Dev, nous préférons le terme Stratégiste social média à Community manager simplement parce que la compétence la plus sollicitée à ce poste est stratégiquemais surtout par provocation, je pense que tout community manager se doit d’être stratégique. Dans une logique d’optimisation de la stratégie digitale, j’ai par ailleurs eu la chance d’intégrer à mon poste, mon domaine de prédilection : les relations presse, la jolie touche en plus d’une stratégie social média optimisée. J’évolue professionnellement au sein d’une agence où les postes sont interdépendants, quand on rencontre une problématique on pense technique, veille, concurrence, innovation technologique, communication digitale, webmarketing, relations presse… Les réseaux sociaux sont des relais exceptionnels pour communiquer, diffuser de l’information et surtout créer du contenu : 2,45 milliards de contenus partagés sur Facebook, donc pourquoi se contenter de modérer quand on peut allier stratégie de contenu et techniques novatrices ? Quand nous mettons en place une stratégie social média, nous pensons chaîne interactive la multiplication des canaux et supports nous conduisent à penser différemment mais surtout à agir vite, à appréhender les attentes des internautes, mobinautes, tablonautes …

Lire la suite...

Rayonner dans ses RP grâce à un réseau de contacts bien ficelé

28 mai, 2013 28 mai, 2013   28 mai, 2013 0 commentaire

 

 

Depuis toujours, contacter les journalistes, pigistes, présentateurs, est devenu chose aisée mais leur réceptivité aux messages qui leur sont adressés a évolué en proportion. Surinformés, parfois à saturation, ils délaissent autant les communiqués de presse qui ne les concernent pas que ceux véhiculant des messages trop commerciaux.

 

 

 

Aujourd’hui plus que jamais, les journalistes doivent être compris et reconnus pour ce qu’ils sont. Parfois simultanément pigistes et blogueurs, souvent animateurs et chroniqueurs, il faut intégrer la connaissance de l’individu pour assurer la reprise de sa communication et démultiplier sa visibilité dans les médias.

De plus, il est essentiel de contacter les journalistes en leur adressant des actualités qui les concernent. Ne pas considérer leur spécialité rédactionnelle c’est prendre le risque de ne pas être repris et d’essouffler le journaliste.

La « connaissance du journaliste » est donc capitale. Réussir à engager un vrai dialogue avec lui et maintenir le contact est essentiel pour marquer sa différence et faire preuve d’une réelle valeur ajoutée. Aussi, afin d’optimiser la performance des stratégies RP des entreprises dans un but de conquête et de fidélisation des journalistes, il est indispensable de respecter certains fondamentaux :

- Maintenir la qualité de ses données RP : coordonnées, téléphone, e-mail, comptes Viadéo, twitter… - Suivre les nominations afin de ne pas perdre le contact avec eux - Cibler les contacts médias capables de relayer votre actualité (inutile de cibler la terre entière) - Identifier la spécialité rédactionnelle des journalistes pour capter leur attention et gagner du temps - Repérer les contacts médias qui comptent à leur actif plusieurs rôles : journaliste, blogueur, animateur, chroniqueur, producteur. - Présenter son Communiqué de Presse avec une approche « Exclusivité », ne pas hésiter à mettre des chiffres pour susciter l’intérêt et donner envie d’en savoir plus.

Lire la suite...

Les relations presse doivent faire leur révolution

27 mai, 2013 27 mai, 2013   27 mai, 2013 0 commentaire

Dimitri Granger - Co-directeur Publicis Consultants Net Intelligenz - Agence membre de Syntec Conseil en Relations Publics.    

   

Voilà plusieurs années maintenant, avec l'émergence du web 2.0 puis du web social que le métier des Relations Presse et Medias (pour reprendre un intitulé largement utilisé en agence comme chez les annonceurs) a vu ses fondements profondément bouleversés. Démultiplication des sources de contenus, instantanéité et vitesse de diffusion de l'information, contestation du statut journalistique, disparition de nombreux médias "historiques", ... l'ensemble du terrain de jeu d'un professionnel des RP a explosé en quelques années. Et cette transformation va sans aucun doute s’accélérer.

Jusqu’ici, rien de nouveau sous le soleil.

En analysant les choses "à froid", on se rend compte qu'en tant que métier d'intermédiation, les relations presse restent un métier incontournable. En effet, plus y il a de sources et plus il y a d'émetteurs d'information, plus l'importance de la sélection, de la compréhension des publics et la nécessité d'adapter les messages sont grands.

Néanmoins, on peut se demander si la sphère des « Relations Presse » a véritablement fait sa révolution copernicienne. A l’instar de l’ensemble des métiers de la communication qui sont aujourd'hui obligés de se ré-inventer, les relations presse ne restent-elles pas trop attachées à et des pratiques qui ne correspondent plus à la réalité ?

La réponse à cette question mérite d’être nuancée et de très grandes différentes existent au sein des agences comme chez les annonceurs.

Du côté des agences, la situation n’est pas toujours facile avec une vrai commodisation des prestations proposées. Une étude montrait récemment que 60 % des budgets RP alloués par les annonceurs sont inférieurs à 40 K€/an. Difficile dans ce contexte de faire preuve de créativité (même si certains y arrivent!) et surtout de s'offrir le luxe de réinventer un métier. Un autre élément de contexte important est lié à la sociologie et à la formation des personnes qui composent ces équipes. Pour caricaturer, nous pourrions dire qu'avoir un bon carnet d'adresses de journalistes (corporate, féminin, automobile...) et savoir rédiger des communiqués de presse ont longtemps été la base indispensable du métier. Mais ce temps là est en train de disparaître. Pour faire simple, les équipes RP en agence, doivent savoir tout faire : pitcher bien sûr (le cœur du métier), networker, plus que jamais, mais aussi coder (du contenu, maîtriser les plateformes comme worpdress), publier, diffuser et animer (sur Twitter, Facebook, ...), veiller (en permanence), raconter et mettre en scène, et bien d'autres choses. Il faut donc des profils hybrides aujourd'hui encore trop rares même si les choses bougent dans le bon sens.

Lire la suite...

Facebook ou Twitter?

24 mai, 2013 24 mai, 2013   24 mai, 2013 0 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil  

La puissance des réseaux sociaux ne peut plus être ignorée des marques en quête d’influence, de proximité et de nouveaux clients. Mais les profils et les comportements des titulaires de comptes diffèrent fortement selon les réseaux sociaux et les marques doivent en tenir compte avant de décider sur lequel s’impliquer le plus fortement.

Selon Nielsen, Facebook compte dans notre pays 26 millions de membres actifs (au moins une connexion mensuelle) dont 63% qui consultent le site tous les jours. Chaque membre du réseau passe en moyenne 5h18 par mois sur le site contre 1h36 seulement sur Google et, sur la même période, visite 559 pages contre 235 pour Google. Et Facebook n’est pas le seul réseau social …

Pour les marques, la question n’est donc plus d’être ou de ne pas être sur les réseaux sociaux, mais de savoir sur lesquels, pourquoi et comment. Une récente étude internationale d’Exact Target apporte quelques éléments de réponse.

A tout seigneur, tout honneur, commençons par Facebook.

43% des Français suivent au moins une marque sur ce réseau social, ce qui est mieux que les Allemands (39%), mais moins bien que les Brésiliens (77%), les Australiens (55%) et les Britanniques (45%), ce qui peut indiquer que ce nombre peut encore croitre.

En France, la première attente à l’égard des marques suivies sur Facebook est de pouvoir bénéficier de réductions (29%), quasiment à égalité avec les informations sur la vie de la marque et ses produits.

Face à ces attentes, les différents acteurs présents sur le réseau ne se battent pas à armes égales. Ainsi, les marques médias, dont les productions changent avec chaque parution, n’ont aucune difficulté à renouveler leurs discours ; en revanche, elles disposent de beaucoup moins de latitude pour proposer des réductions et des cadeaux qui changent en permanence. Or, elles vont devoir faire de vrais efforts d’imagination si l’on prend en compte l’importance des attentes de cadeaux et de promotions en Australie (52% et 46%), au Brésil (47% et 51%) ou au Royaume Uni (48% et 49%) !

Qu’en est-il pour Twitter ?

La notoriété de Twitter est très importante depuis que ceux qui font l’actualité dans tous les domaines ont pris l’habitude de remplacer leurs réactions auprès de l’AFP et les communiqués de presse par des gazouillis de 140 caractères. Mais, si 89% des Français connaissent le site de micro-blogging, 5% seulement y ont ouvert un compte. La puissance directe de Twitter est donc faible et son influence dépend avant tout de la qualité des « twittos », de l’intérêt des messages qu’ils postent et de la bonne volonté des médias pour s’en faire l’écho.

Lire la suite...

Interview de la Directrice Communication de chez Google France

24 mai, 2013 24 mai, 2013   24 mai, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Anne Gabrielle DaubaPantanacce, directrice de la communication de Google France, à l’occasion des Trophées de la Réputation organisés par le Syntec RP.

Google a remporté le 1er prix du Trophée de la réputation 2013.

Que pensez-vous de cette initiative de Baromètre Publics Réputation / Trophées de la Réputation?

La réputation est un enjeu majeur pour les entreprises. La mesurer à l’aune de critères aussi importants que la qualité des produits, la confiance ou la responsabilité sociale et environnementale est utile pour tous les annonceurs. C’est notamment pour ces raisons que l’ensemble des collaborateurs de Google est fier de recevoir le trophée pour la deuxième fois consécutive.

Un des enseignements de ce baromètre est une baisse générale de la réputation des grandes entreprises aussi bien en termes de confiance globale (50% de note moyenne, baisse de 3 points) que de qualité des produits et services proposés (47%, 2 points). Quel est votre sentiment par rapport à cette tendance ?

Dans un contexte économique plus tendu, l’accessibilité des produits et la confiance dans les marques qui les proposent deviennent des critères fondamentaux pour le grand public. Nos produits sont accessibles à tous, gratuits et simples d’utilisation. Les internautes nous font confiance chaque jour pour simplifier leurs échanges avec les autres, leurs déplacements, leurs accès à l’information, etc. C’est sans doute pour ces raisons de proximité que les Français nous ont témoigné leur confiance. Nous en sommes très reconnaissants.

Vous avez reçu le 1er prix du Trophée de la réputation 2013. Quelles sont les principales initiatives internes ou externes de Google qui, selon vous, expliquent cette récompense ?

Selon le sondage, les Français nous ont récompensés pour la qualité de nos produits, notre responsabilité sociale, et nos perspectives d’avenir. Je pense qu’ils ont compris que notre priorité était l’adaptation aux besoins de nos utilisateurs et l’innovation permanente dans un secteur en perpétuelle évolution. Le grand public a confiance en nos perspectives de développement parce que nous ne cessons d’investir dans la recherche et l’innovation. Enfin, nous sommes une entreprise engagée qui attache beaucoup d’importance aux valeurs et à leur mise en oeuvre. Ainsi, la liberté d’expression (avec la mise à disposition de nos technologies pendant le Printemps Arabe...) ou la protection de l’environnement sont autant de valeurs qui fédérent les salariés et créent un fort sentiment d’appartenance à l’entreprise.

Lire la suite...