La relation, point de convergence du marketing et de la communication

13 mai, 2013 13 mai, 2013   13 mai, 2013 0 commentaire

Un clic sur Google et, hop, Wikipédia rappelle la définition du marketing publiée au Journal Officiel du 2 avril 1987. Le marketing, c’est donc « L'ensemble des actions ayant pour objectif de prévoir ou de constater, et le cas échéant, de stimuler, susciter ou renouveler les besoins du consommateur, en telle catégorie de produits et de services, et de réaliser l'adaptation continue de l'appareil productif et de l'appareil commercial d'une entreprise aux besoins ainsi déterminés. ». En gros, établir, à l’aide d’une batterie d’études, ce que le client recherche dans un produit ou un service, quel prix il est prêt à payer pour l’acquérir, dans quel circuit de distribution il est le plus susceptible de vouloir le trouver puis engager de gros budgets pour qu’à force de pression publicitaire, il passe à l’acte.

Avant, le marketing c’était ça mais ça, c’était avant, comme dirait un opticien dont la publicité a connu un fameux détournement sur le net à la faveur de la crise du « horse gate ». La prise de conscience environnementale et l’explosion du web interactif ont fait évoluer le marketing comme la communication qui, elle non plus, ne peut continuer à montrer, à grands renforts de superlatifs, combien l’entreprise est belle, vertueuse, citoyenne. A trop bien faire, les deux disciplines se sont discréditées : l’obsolescence programmée fait aujourd’hui débat au Parlement, le mensonge et la manipulation rendent « la com’ » chaque jour plus insupportable.

Quand les « cibles » ont eu, avec Internet, les moyens de contredire les discours trop beaux pour être vrais, elles ne se sont pas privées de rappeler que le monde n’est pas seulement un marché… de dupes. Utilement d’ailleurs : certains – notamment au Marketing – avaient un peu perdu de vue que les consommateurs sont aussi, à leurs heures, des « foules sentimentales », d’autres – notamment à la Communication – avaient un peu espéré que la RSE et le développement durable resteraient des moyens sympathiques de mettre un peu de vert dans la grisaille de la parole institutionnelle…

Et puis le temps s’est accéléré, les interfaces technologiques se sont multipliées et les marques ont perdu le monopole de la parole. Le web 2.0 – c’est déjà la préhistoire ! – a rebattu les cartes. Dans un monde toujours plus global, plus fluide, plus interactif et donc plus complexe, les fonctions marketing et communication n’ont d’autre option désormais que de gérer en synergie – et en temps réel – une opinion paradoxale, écartelée entre pouvoir et vouloir d’achat.

Lire la suite...

Le responsable média, un expert hors pair de ses marchés

10 mai, 2013 10 mai, 2013   10 mai, 2013 0 commentaire

Les journalistes avec lesquels je travaille n’ont plus le temps de lire leurs mails, de trier leur courrier, de participer à tous les événements qu’ils souhaiteraient, il leur reste à peine le temps de veiller les tendances… et là, nous professionnels des relations médias, avons nos cartes à jouer.

Nous cumulons en effet, de part nos missions, une somme de connaissances exceptionnelles. Ainsi qui connaît mieux que nous le secteur de nos clients ? Les tendances marché ? La nature et la diversité des salons où ils exposent ? Leurs prochaines innovations majeures et la pige concurrence ?

Nous devenons au fil des années, non seulement des experts des médias mais également des experts incontournables de nos secteurs économiques de prédilection ; pour notre agence c’est l’architecture et la décoration du cadre de vie… en bientôt 30 ans d’expérience nous avons travaillé pour plus de 250 petites et grandes entreprises françaises du secteur. Nous avons vu naître des milliers d’innovations, inaugurer des centaines d’usine, vu émerger des dizaines de tendances incontournables de l’art de vivre, rencontrer des dizaines de designers, cabinets de tendances, stylistes et coloristes … Nous sommes toujours aux premières loges pour vivre les coulisses des exploits de nos clients !

Lire la suite...

Déontologie et Relations Publiques dans un monde digital

7 mai, 2013 7 mai, 2013   7 mai, 2013 0 commentaire

"Déontologie et Relations Publiques dans un monde digital" par Christophe Ginisty: blogueur depuis 2004 - de l'influence online et de la communication de crise, professionnel des RP (président et fondateur d'Open Agency), et depuis 2013 Président de l'International Public Relations Association - IPRA.

  Document sous Slideshare ici    

Marc Michiels : - Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP - Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse - Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

       

LE RAFFUT 2013

6 mai, 2013 6 mai, 2013   6 mai, 2013 0 commentaire

Culture RP a rencontré Arnaud Peyroles Membre fondateur de l’association et président dIdéactif et Président du Raffut.   . En quelques mots pouvez-nous dire en quoi consiste l'événement Le Raffut 2013 ?

Le Raffut 2013 va célébrer l’évènement Grand public de l’année.

C'est-à-dire la marque, qui par ses initiatives, son action, sa prise de parole, sa mise en mouvement et son évènement, a marqué l’opinion dans son ensemble et donc a fait du raffut !

Ce sera la 3eme édition cette année, Le Raffut 2012 a réuni plus de 6000 personnes , qu'est-ce qui fait selon vous le succès de cet événement?

L’une des clés du succès du Raffut est son état d’esprit très spontané et festif qui va favoriser les rencontres dans un cadre parfaitement adapté pour l’occasion.

Il s’agit d’une association d’agences évènementielles qui, toutes en étant concurrentes, sont très proches les unes des autres et partagent les mêmes valeurs.

Cela se ressent simplement ne serait-ce que dans l’aspect très convivial donné au Raffut. La convivialité n’excluant pas la qualité, ceux sont deux autres clés de succès de cet évènement.

Le Raffut est un condensé de qualité ; à la fois simple et ambitieux  dont le résultat ne se dément pas.

Lire la suite...

Nominations de Journalistes Presse-Web-Audio TV Avril

3 mai, 2013 3 mai, 2013   3 mai, 2013 0 commentaire

Lire la suite...

Le Brand Content va-t-il assassiner la pub ?

3 mai, 2013 3 mai, 2013   3 mai, 2013 0 commentaire

Par Anne Magnien, Directrice Editoriale de Futur Pub.    

L’idée du colloque Futur Pub, organisé par l’école Sup de Pub Bordeaux, est de s’arrêter chaque année sur une tendance lourde de la communication, qui concerne aussi bien le marketing que les médias et qui interpelle les pros aussi bien que les étudiants sur les évolutions des métiers.

Le colloque 2013 qui s’est tenu le 11 avril a donc questionné la révolution du Brand Content avec l’aide de plusieurs conférenciers représentant des points de vue d’agence différents.

 

Un constat de départ : les acteurs qui facturent aujourd’hui du brand content aux annonceurs  sont de nature très variée, et l’on retrouve en concurrence   agences de communication éditoriale, agences média, agences de création, agences de RP,  producteurs de contenus, et même désormais régies média . Il en résulte que la définition de ce qu’est aujourd’hui le brand content varie selon le positionnement de l’agence.

Pour Laurence Vignon, présidente de la Délégation Communication Editoriale de l’AACC et  vice-présidente de l’agence Textuel La Mine, leader historique de la communication éditoriale, le brand content est uniquement du contenu éditorial, en print ou digital, mais qui se construit sur la base du réel : histoire et actualité de la marque et de l’entreprise, métiers, expertises, engagements sociaux etc. Qu’il s’agisse de Leroy Merlin, du TGV, d’Hermès, ou d’Ubisoft pour lequel Textuel vient de concevoir Ubisphère, un site de présentation des métiers destiné à l’interne comme à l’externe, l’art de l’éditorial est de raconter des histoires dans une relation durable et périodique. Un bon brand content se reconnaît à quatre qualités :

 

  • il doit être désintéressé (être intéressant avant d’être intéressé),
  • il doit être pérenne (au moins deux ans de viabilité),
  • il doit être narratif (capable de raconter de belles histoires),
  • il doit être culturel (apprendre, informer, se divertir c’est-à-dire progresser personnellement) et socialisant (j’ai envie de partager ce que je viens de voir/lire)

Lire la suite...

Réaliser un communiqué de presse

30 avril, 2013 30 avril, 2013   30 avril, 2013 0 commentaire

Réaliser un communiqué de presse par Pauline Savary

Un communiqué de presse est un outil de communication basique de l'Attaché(e) de Presse. Il s'adresse à une presse ciblée en fonction de l'image de la marque. Il est rédigé et mis en page de manière à attirer l'oeil du journaliste, toujours dans l'esprit de respecter l'image de la marque.

L'Attaché(e) de Presse réalise un "CP" lorsqu'une marque a une actualité précise ou propose une nouveauté, mais aussi, à son initiative pour proposer un produit ou un service en fonction d'un thème marronnier. Il est envoyé par mail, par courrier, par fax et/ou diffusé en ligne sur Facebook, Linked in... Certains même se prêtent à présenter une info par le biais d'une vidéo. Il devient donc animé!

La règle d'or du CP est celle des 5W (who? when? where? what? how?). Il vous faut un titre, une accroche et une structure. Il vous faut également respecter des contraintes (ex: logo, contacts presse, date...) dans la présentation. Il existe différents types de communiqués: actualité, produit/service, corporate... Cela va automatiquement influencé la mise en page et le contenu texte. Un CP produit sera plus visuel tandis qu'un CP corporate sera orienté contenu avec une présentation simple et que le CP actu sera un mix des deux.

Il est préférable de le faire court, précis, aéré et d'éviter les adjectifs à outrance et les arguments peu fondés. L'idéal est de le re-situer dans un contexte (ex: une tendance de la saison, une actualité dans les médias...) auquel le journaliste peut s'identifier ou de proposer des idées de thèmes qui seraient susceptibles de l'inspirer.

Lorsque vous envoyez un CP à un journaliste, préférez une version pdf. Conservez le texte sur un document Word au cas où un journaliste vous le demande. Joignez spontanément le visuel associé en 300 dpi en pièce jointe pour qu'il n'ait pas à vous le redemander mais n'alourdissez pas trop le poids en "Mo" du mail. N'hésitez pas à joindre un lien de photothèque ou médiathèque si vous en possédez un ou à prévenir le journaliste que vous avez l'intention de lui envoyer un dossier de visuels via We Transfer, You Send It ou autre.

Pauline Savary, Consultante RP chez Chamarel Auteur du blog : http://www.pauline-savary.com/