SUIVEZ-NOUS SUR

Infographie: Evolution du marketing sur internet

13 juin, 2013 13 juin, 2013   13 juin, 2013 0 commentaire

Le monde du marketing sur Internet a grandement évolué ces dernières année, l'enquête qui suit témoigne de cette évolution.

Infographie sur l'évolution du webmarketing - crée par l'Agence CSV Vous avez l'autorisation de publier cette infographie sur votre site Internet à condition d'y indiquer la source

Infographie en Anglais : The world of Internet marketing has evolved significantly in recent years, the investigation that follows will demonstrate this trend. Infographic on the evolution of internet marketing on the evolution created by the Web Agency CSV You have permission to publish this infographic on your website provided that you indicate the source

Lire la suite...

Pourquoi et comment les célébrités font vendre une marque?

11 juin, 2013 11 juin, 2013   11 juin, 2013 0 commentaire

Pourquoi associer sa marque à une célébrité, comment utiliser l’image d’une célébrité avec succès, qu’est-ce qu’une marque-célébrité… Jean-Philippe Danglade analyse dans son ouvrage Marketing et célébrités (Dunod, 2013) l’impact de l’utilisation d’une célébrité sur la marque, les facteurs de succès et les outils marketing à privilégier…

Pourquoi peut-on parler de consommateurs de célébrités ?

La célébrité peut être appréhendée comme une « marchandise totale » pour reprendre l’expression de l’économiste Françoise Benhamou. En tant qu’objets de consommation, les célébrités peuvent être analysées comme des produits et leurs fans comme des consommateurs. Les célébrités sont généralement consommées « indirectement » via une activité plus globale de divertissement dont elles constituent un ingrédient essentiel. Les personnalités appartiennent à des catégories différentes (sport, musique, cinéma, politique), pouvant être assimilées à des catégories de produits positionnées sur des marchés différents et correspondant à des besoins diversifiés. Par ailleurs, les stars sont aussi « consommées » en dehors de leur activité principale via un canal médiatique. En effet, elles se retrouvent au centre de l’attention des médias, en couverture des magazines spécialisés dans le sport, la musique ou le cinéma ainsi que dans la presse people.

La consommation de l’ « objet-célébrité » est particulièrement émotionnelle et renvoie à des comportements à la fois individuels et collectifs. Toutefois, le vocable « consommateur », bien que valable, pose problème. Les stars suscitent des sentiments comme l’identification, l’attachement, la passion, l’amour, l’engagement, l’imitation auxquels peu d’autres objets de consommation peuvent prétendre. Par conséquent le consommateur se considère davantage comme un amateur, un admirateur, un adhérent, un partisan, un ultra, un fanatique, un aficionado, un tifosi, un supporter, un hooligan, un otaku, ou un geek.

Quelle est la différence entre la valeur personnelle d’une célébrité et sa valeur marketing ?

Si certains individus fascinent les fans, demeurent omniprésents dans les médias et sont fréquemment instrumentalisés en tant qu’outil de communication par les annonceurs, c’est en raison de leur capacité à générer plusieurs sources de valeur (économique, marketing, médiatique, émotionnelle). La valeur personnelle résulte des performances de la célébrité dans son domaine d’intervention. Cependant, les indices de performances varient d’une discipline à une autre. Un sportif se distinguera avant tout par son palmarès alors qu’un acteur mettra en avant ses performances au box-office. En ce qui concerne un présentateur télé, c’est l’audience qui justifiera sa valeur sur le marché. La valeur marketing découle, quant à elle, de l’exploitation médiatique de l’activité et de la vie privée de la personnalité. À ce titre, le nombre de followers sur Twitter et de like sur Facebook sont des indicateurs pertinents du pouvoir d’influence de la célébrité. Par ailleurs, le montant des contrats publicitaires atteste également de l’attractivité d’une célébrité par rapport à une autre. L’ex-joueuse de tennis russe Anna Kournikova n’a jamais remporté le moindre tournoi mais était l’une des sportives signant le plus de contrats publicitaires en raison de sa beauté et de sa valeur marketing.

Lire la suite...

Caba RP, un art de vivre…

10 juin, 2013 10 juin, 2013   10 juin, 2013 0 commentaire

Caba RP est la réunion il y a 10 ans de trois professionnelles des relations presse passionnées d’art de vivre, de décoration, de marketing et de communication.

   

   

Pourquoi avoir choisi d’être une structure légère et indépendante?

La plupart de nos clients nous font confiance depuis plusieurs années (certains depuis 10 ans !) et c'est la proximité que nous avons avec eux qui explique en partie cette fidélité. Les liens que l'on tisse avec nos clients nous apportent une réelle aisance au quotidien : nous connaissons bien leurs produits, nous maitrisons leur discours, nous partageons leur vision. Cette complicité nous plait. Or, elle est peu compatible avec une structure plus grande qui implique forcément que l'on prenne de la distance avec certains dossiers. Cela est valable également avec les journalistes de nos univers d'expertise avec qui nous aimons avoir un contact suivi et régulier.

Quelle est la spécificité de votre approche RP dans votre agence?

L'honnêteté intellectuelle : celle de refuser des budgets sur lesquels nous estimons que le retour sur investissement pour le client ne sera pas satisfaisant, celle de dire à nos clients que les RP à tout va ne sont pas toujours la solution, celle de proposer des solutions qui optimisent leur budget. L'honnêteté aussi de respecter les journalistes en leur proposant des sujets auxquels on croit et en phase avec leur contenu rédactionnel. Cette posture nous permet de travailler l'esprit tranquille en accord avec ce que nous sommes, une condition sine qua none pour rester enthousiastes.

Comment définiriez-vous votre expertise et comment s'apprend -t elle?

Le métier de RP est multifacette : il faut savoir rédiger, avoir le contact facile, faire preuve d'un esprit de synthèse et d'une certaine ouverture d'esprit, être créatif, ne pas avoir peur de décrocher son téléphone, savoir "vendre" - ses budgets comme ses sujets -, mais aussi maitriser la chaine graphique et la logistique événementielle. Au fil des années, ces différents aspects du métier s'entremêlent pour devenir une expertise globale. Tout comme les relations privilégiées avec les journalistes se construisent sujet après sujet, notre compétence s'enrichit avec le temps.

Lire la suite...

Infographie de l’évolution du métiers des PRs – RP

7 juin, 2013 7 juin, 2013   7 juin, 2013 0 commentaire

L’agence PR américaine Inkhouse a réalisé une infographie sur l’évolution du métier des PRs, des RP traditionnelles aux RP 2.0 sous forme d'avant et d'après. Lire la suite...

Le neuromarketing : quand la science s’allie au Business

7 juin, 2013 7 juin, 2013   7 juin, 2013 0 commentaire

Comment connaitre les réactions de votre cerveau face aux campagnes publicitaires, packagings ou lancement de produits? Bienvenue au 21ème siècle.
Vu le développement de la concurrence sur le marché, la perte d’efficacité de la publicité,… les marketeurs sont à l’affut de méthodes capables d’observer les comportements déclencheurs d’achat chez les consommateurs.

Le neuromarketing, c’est quoi?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette méthode, le neuromarketing applique les techniques issues des neurosciences pour analyser les émotions du consommateur. La discipline s’appuie essentiellement sur l’imagerie par résonance magnétique (IRM) afin d’analyser les réactions de votre cerveau quand vous regardez une publicité, prenez une décision d’achat,… Un patient test est placé dans un scanner où il est soumis, par exemple, à une projection publicitaire. Les scientifiques peuvent identifier la partie du cerveau qui est activée et le moment où cette partie s’anime, suivant l’apparition d’un stimulus dans la publicité.

Il était une fois, le neuromarketing

L’exploitation du scanner dans le domaine du marketing fait son apparition en 2001. C’est Read Montague, un neurologue américain, qui est à l’origine de cette démarche. Il s’interroge sur les tests à l’aveugle menés par Pepsi, dont le but était de comparer sa boisson avec celle de Coca-Cola. Ces études ont montré que le panel préférait de loin Pepsi pour son gout. Mais alors pourquoi Pepsi ne domine-t-il pas le marché de la boisson gazeuse? C’est la question que s’est posée Red Montague. En 2003, il va essayer d’y répondre. Il retente l’expérience en mettant des consommateurs dans un scanner IRM. Il constate que les deux tests ne font pas réagir les mêmes zones dans le cerveau des cobayes. Lorsque ces derniers font le test à l’aveugle, une partie bien précise de leur cerveau, le putamen (siège des plaisirs immédiats), réagit violemment. Quand les dégustateurs connaissent la marque de la boisson qu’ils testent, la zone primitive du cerveau n’est plus activée et c’est une autre zone dans le cortex préfrontal (la zone de la conscience) qui est activée. Les scientifiques concluent que le branding, les publicités, la notoriété, la présence de la marque sur différents supports déterminent la prise de décision chez les consommateurs. C’est notre inconscient qui prendrait les décisions. D’où le fait que certaines marques attirent, dès le plus jeune âge, les enfants. Par ce biais, elles maximisent les chances de fidéliser ces futurs consommateurs tout le long de leur vie.

Le neuromarketing et les marques

Les marketeurs voient une évolution, ou même une révolution dans le neuromarketing. Une solution pour établir des stratégies commerciales et marketing afin de toucher encore et toujours plus de consommateurs. Le neuromarketing serait utilisé comme complément aux différents panels, études, sondages, groupes de discussions organisés par l’entreprise. Lire la suite...

727 Sailbags donne une seconde vie aux voiles

6 juin, 2013 6 juin, 2013   6 juin, 2013 0 commentaire

En 2009, 3 jeunes créateurs Jean-Baptiste Roger,  Erwann Goullin et  Anna Beyou passionnés de mer et de design donnent naissance à 727 SAILBAGS. Création et confection de sacs, objets déco en voiles recyclées.

   

   

Jean-Baptiste Roger, racontez-nous comment cette histoire à démarrer?

A l’origine, Moi, Erwann et Anna étions concurrents, fabriquant chacun de nôtre côté des sacs en voile recyclées : Moi et Erwann sous le nom de 727Sailbags et Anna avec sa marque byAnna.

On se rencontre et on s’apprécie. Précurseur dans notre domaine, nous partageons les mêmes valeurs. En discutant de nos entreprises respectives, nous réalisons que nous sommes confrontés aux mêmes questions : Comment développer la collecte de voiles. Comment répondre à la demande croissante des clients tout en assurant la création et la confection ?

C’est ainsi qu’en 2009, nous décidons d’unir nos talents et de nous associer sous la bannière de 727Sailbags.

En quatre ans d’histoire commune, nous avons largement réussi notre pari en devenant la marque de référence sur le marché du design en voiles recyclées.

Pouvez-vous nous définir votre concept en 3 étapes?

Pour illustrer notre concept, nous utilisons le triangle du recyclage qui évoque le parcours « banane » pratiqué en régate. Le point de départ de cette aventure est que toutes les voiles utilisées dans la confection des produits de 727Sailbags proviennent de voiles recyclées.

1/ Dans un premier temps, il faut donc collecter les voiles qui ont navigué. Pour cela quatre fois par an, Camille, responsable de la collecte, prend le volant de la camionnette 727 et part sillonner les routes de France pour collecter les voiles. Propriétaires passionnés, écoles de voile, coureurs au large, régatiers, les « recycleurs » ont tous pour point commun le souhait de ne pas jeter les voiles aux ordures. Avec le développement de la notoriété internationale de 727Sailbags, c’est désormais par containers d’outre-Atlantique et d’ailleurs que des voiles arrivent dans l’atelier lorientais.

2/ Le recyclage des voiles est composé de multiples sous-étapes : élagage, lavage, découpe, création, assemblage, confection, finition… Chacune de nos couturières ont leur savoir-faire et leur histoire à partager. Marie-Claire était couturière dans une voilerie, Emilie travaillait dans la confection de sacs pour une marque de haute couture et tous leurs talents se retrouvent dans la qualité des produits de la marque.

3/ La troisième étape réside dans la commercialisation de nos produits. Nous sommes implantés depuis 2010 sur la base des sous-marins de Keroman, au cœur du plus grand pôle européen de course au large – également appelé « Sailing Valley ». 727Sailbags se veut proche des marins, du port et des activités qui s’y développent. Le « Store 727 » est construit à partir de containers maritimes recyclés, et est implanté au cœur des écuries de courses au large. C’est un lieu de rencontre et de vente convivial.Outre notre container store morientais, 727Sailbags sillonne l’Europe au gré des évènements sportifs et des salons professionnel. Nos produits sont également en vente dans un grand nombre de boutiques partenaires.

Lire la suite...

Les Relations publics ouvertes sur le monde

4 juin, 2013 4 juin, 2013   4 juin, 2013 0 commentaire

Culture RP à rencontré Christophe Ginisty - Président de l’International Public Relations Association - IPRA ; président et fondateur d’Open Agency et blogueur depuis 2004.

       

L'Ipra est une association internationale des Relations Publiques créé en 1955. Pouvez-vous nous en rappeler les moments importants?

L'idée de créer une association internationale pour contribuer à l'éducation aux relations publiques est née au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1949 pour être tout à fait précis. Les pères fondateurs de cette association voulaient tourner le dos aux années noires qui avaient été notamment marquées par la propagande la plus abjecte qui soit. Ils considéraient que les relations publiques seraient un moteur de modernité pour la reconstruction de nos sociétés. Rappelant leur attachement à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et notamment son article 19 qui évoque la liberté d'expression, ils voulaient que les RP contribuent pleinement à l'information éclairée des citoyens. L'association a été officiellement créée en 1955 et 10 ans plus tard, en 1965, ils adoptèrent le "Code d'Athènes" qui est encore aujourd'hui considéré comme un texte de référence pour la pratique des Relations Publiques. Depuis, l'association s'est développée dans le monde entier et compte des centaines de membres.

Quelle est aujourd'hui votre stratégie compte tenu de la complexité des opérations et du caractère international?

En tant que Président élu pour l'année 2013, je veux contribuer à faire davantage entrer le numérique dans nos pratiques et je veux également faire entendre plus distinctement encore la voix des RP. Inutile de vous expliquer en quoi la dimension digitale est fondamentale, je pense que tout le monde est en mesure de le comprendre. Comme nous sommes une organisation mondiale, le digital est une canal de communication et d'échange tout à fait indispensable. Pour ce qui est de la voix, je pense toujours comme les fondateurs de l'IPRA que les RP sont un agent de changement et qu'ils contribuent à faire évoluer la société. J'ai la chance de beaucoup voyager dans le cadre de mon mandat et je veux expliquer ce point de vue dans tous ces pays émergents qui découvrent depuis peu à la fois les médias libres et les médias sociaux. Je viens leur parler du rôle des relations publiques et travailler avec les universités pour garantir un enseignement de qualité.

Lire la suite...