Culture RP » le blog qui donne la parole aux influenceurs, journalistes et aux communicants…

SUIVEZ-NOUS SUR

Nominations de Journalistes Presse-Web-Audio TV septembre 2012

5 octobre, 2012 5 octobre, 2012   5 octobre, 2012 0 commentaire

Lire la suite...

Un expert peut en cacher un autre !

4 octobre, 2012 4 octobre, 2012   4 octobre, 2012 0 commentaire

Jean-Paul Amary, Conseil en relations médias, Secrétaire Général Synap, Expert près la cour d’Appel de Paris

Au même titre que les professionnels du monde médical, de l’immobilier ou du marché de l’art, les professionnels des Relations Presse ont leurs experts judiciaires. Il y en a deux en France pour notre profession. Les experts judiciaires en relations presse sont des experts en RP et non des experts en droit. Lors d’un procès mettant en cause des acteurs de notre profession, ils sont désignés par le juge souhaitant être informé des bonnes pratiques en vigueur dans notre métier. Dans ce cadre l’expert en relations presse a pour vocation de donner, en toute impartialité et indépendance, son avis sur les motifs du conflit ayant conduit à la saisine du Juge.

L’Expert en relations presse, comme tous les très nombreux experts judiciaires près les Tribunaux, près les Cours d’Appel et près la Cour de Cassation, peut intervenir hors procès. A ce titre, il peut être saisi par une entreprise pour donner un avis sur le fonctionnement de ses relations presse ou sur une éventuelle faute d’un des deux protagonistes, et dans l’hypothèse où un préjudice existerait dire s’il se trouve en lien avec la faute sus évoquée si celle-ci est prouvée.

Lire la suite...

Yahoo! Nouveaux programmes et stratégie de contenus

2 octobre, 2012 2 octobre, 2012   2 octobre, 2012 0 commentaire

Brigitte Cantaloube, DG de Yahoo! France nous présente les nouveautés de la grille rentrée du célèbre portail. Yahoo! itw de Brigitte CANTALOUBE - DG de Yahoo... par Culture-RP Lire la suite...

Les décisions stratégiques impliquent des stratégies de contenus

1 octobre, 2012 1 octobre, 2012   1 octobre, 2012 0 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil

En cette fin d’année, les arbitrages budgétaires sont au cœur des préoccupations des directeurs de communication. Et la tentation est grande de privilégier les outils et techniques dont les effets sont les plus rapides et les plus facilement mesurables, aux dépens des « supports à contenus ». Bien à tort, car, pour préparer et accompagner des décisions stratégiques, ce sont bien les stratégies de contenus qui doivent être privilégiées.

« Tenir les objectifs » est le mot d’ordre commun aux entreprises confrontées à la baisse des ventes, aux organisations confrontées aux doutes de leurs adhérents et aux politiques qui ont les yeux fixés sur les échéances électorales. Si cette obsession est parfaitement légitime, elle a trop souvent pour conséquence la recherche de l’efficacité à tout prix. La conséquence est un usage disproportionné des promotions flamboyantes, des slogans tapageurs, des tsunamis d’E-mailings et des « petites phrases » concoctées pour susciter l’intérêt des médias. C’est oublier que les techniques de guérilla ne sont pas adaptées aux grandes batailles. Lorsqu’une entreprise est dans la nécessité de fermer un site ou de réorienter son activité, lorsqu’un élu doit communiquer sur son bilan et faire partager son projet, les techniques de publicité et de promotion classiques sont au mieux inefficaces, au pire contre productives car perçues comme des outils de manipulation. Pour affronter les grands défis avec quelques chances de succès, il faut expliquer pour convaincre, illustrer pour prouver, partager pour faire adhérer et mobiliser. Lire la suite...

L’évolution d’un(e) Attachée(e) de presse

28 septembre, 2012 28 septembre, 2012   28 septembre, 2012 0 commentaire

L'évolution d'un(e) Attachée(e) de presse par Pauline Savary

Le métier d'Attaché(e) de presse est passionnant. Nous commençons en tant que junior les deux à trois premières années. Puis, nous sommes confirmés avant de devenir des seniors au bout de cinq ans de bons et loyaux services. Or, une question qui revient souvent: Quelle est la suite? Certains montent leur propre entreprise. D'autres préfèrent la sécurité d'une position salariale. Pour ces derniers qui n'ont pas le désir de devenir leur propre patron, quelle est la voie à suivre?

Il existe une multitude de possibilités. Rien n'est gravé dans la pierre. Au sein d'une même agence, un(e) Attaché(e) de presse peut monter au grade de Directeur de clientèle. Cette position requiert en plus des tâches d'Attaché de presse de s'investir dans le développement de l'entreprise et de manager une équipe. Le RP se lance donc dans la prospection de nouveaux clients pour son entreprise et délègue des tâches moins importantes à son équipe; qu'elle soit composée de stagiaires, de juniors ou autres confirmés. Certes, vous rencontrerez plus facilement des Directeurs de clientèle dans des agences de plus de 10 personnes. C'est en cela que la mission de management prend tout son sens. Toutefois, dès qu'un RP s'engage dans un aspect plus commercial du métier et réalise une part plus ou moins importante du chiffre d'affaires, il ne peut plus raisonnablement être relegué au statut d'employé ou agent de maîtrise. Ses responsabilités l'élèvent au rang de cadre.

Lire la suite...

Aux USA, la diffusion qualifiée et le bimédia séduisent les annonceurs

27 septembre, 2012 27 septembre, 2012   27 septembre, 2012 0 commentaire

Matière à réflexion : Bernard Petitjean et Corinne da Costa – Seprem Etudes & Conseil

     

Les annonceurs qui ont des stratégies de marque, et donc besoin des médias traditionnels pour doter leurs produits et services d’images fortes et de notoriétés ciblées, devraient regarder de l’autre côté de l’Atlantique. Là-bas, c’est sur les magazines que les investissements publicitaires haut-de-gamme augmentent le plus, notamment parce qu’ils se présentent comme des produits de luxe et jouent les cartes du bimédia et de la diffusion qualifiée.

Aux Etats Unis, les marchands de journaux ont de plus en plus mal au dos. Avec 916 pages, dont 658 de publicité, le N° de septembre de « Vogue » est le plus gros qui ait été publié depuis la création du titre il y a 120 ans, Du côté du groupe Hearst, « Marie-Claire » et « Elle » battent également leurs propres records de pagination publicitaire. Le plus surprenant est que ces succès publicitaires des magazines haut-de-gamme concernent des titres dont les diffusions s’érodent fortement : - 20% pour « Elle », - 18,8% pour « Vanity Fair », - 16,5% pour « Vogue », etc.

Rassurons-nous, les annonceurs ne sont ni fous, ni généreux au point de vouloir aider la presse en difficulté. Leur première raison d’augmenter leurs investissements est qu’ils considèrent que les audiences qui leur sont proposées par les magazines sont de mieux en mieux ciblées. La seconde est qu’ils raisonnent à partir d’une évaluation globale des « marques média » : leurs audiences ciblées, mais aussi leurs images et leurs présences sur plusieurs plateformes de diffusion.

Lire la suite...