RP & Médias

Ma journée d’attachée de presse par Florence Deniau Consultante en Communication Une journée type ? Je n’en ai pas et c’est bien pour cela que j’ai choisi ce métier. Etre freelance en communication implique des jours qui ne se ressemblent pas, sauf être toujours sur le qui-vive. Savoir ce qui se passe dans le monde, dans mon monde. Je commence tôt car je travaille de chez moi et m’afflige des horaires sinon… c’est la déprime. Travailler en peignoir et chaussons Droopy ce n’est pas mon style et surtout cela me coupe l’énergie, même la voix au téléphone change, on devient plus mou et dilettant. J’aime être tôt « au bureau », certainement dû à mes habitudes en pays anglo-saxons. Le matin, c’est un vrai plaisir de découvrir les news sur le Net en buvant mon café avant la ballade matinale avec mon chien James. Je commence par répondre aux emails qui attendaient depuis la veille ou sont arrivés la nuit car je travaille avec l’étranger, et à envoyer ceux demandant une réponse dans la journée. A 9h, je suis fin prête pour attaquer. Mes clients sont dans des domaines différents et ont des petites structures donc le contact entre nous est très humain et c’est ce qui me fait me lever le matin. J’ai toujours pensé que la vie c’est tous les jours et qu’il faut aimer ce que l’on fait et les gens qui en font parti : Life is not a dress rehearsal. C’est peut-être naïf mais cela fonctionne pour moi ! J’aime voir une parution comme si c’était la première jamais reçue. L’envoyer à mon client et qu’il soit content, non blasé. Seules les petites structures m’apportent cette petite joie. Comme un bon point dans le cahier d’école.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Créée en 2006, Patrimoine TV est la première web TV financière française. Fondée sur un pari (l’avènement de la vidéo sur le net) et très innovante, axée sur la mise en valeur des acteurs de la finance, cette web TV pas comme les autres s’est rapidement imposée comme un média incontournable du secteur. Bodgan KOWAL, Rédacteur en Chef, Responsable du pôle audiovisuel de Patrimoine TV, nous éclaire sur la ligne éditoriale de ce média atypique. Quel est le positionnement de Patrimoine TV et quelle est son audience ? Nous interviewons et faisons réagir les principaux acteurs du monde de la finance, de l’assurance-vie et de l’Asset Management. Nous réalisons des émissions en studio et des reportages tournés en France et à l’étranger, disponibles selon les cas en version gratuite ou payante. Ayant une expérience de la presse écrite et de la télévision, j’ai eu dès 2006 la certitude que la vidéo prendrait une place conséquente sur le web ; A l’époque, les connexions n’étaient pas excellentes et nous avons pris le risque de créer de toutes pièces des formats innovants dans l’univers des médias financiers. Bien que la finance française soit un milieu assez restreint, 30 000 acteurs environ, nous enregistrons une moyenne de 120 000 connexions mensuelles et nos vidéos sont très reprises. Nos principaux auditeurs sont aujourd’hui les gérants de fortune, banquiers, assureurs, journalistes financiers, étudiants… Il est capital pour nous d’humaniser la finance grâce à la vidéo. Notre marque de fabrique consiste à mettre en valeur nos invités, notre plateau, et de fournir un important travail préparatoire sur les sujets que nous traitons, dans un souci d’intégrité et de transparence vis à vis de notre audience.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Sandrine Giraud, Responsable du Pôle Contacts Médias Rayonner dans ses RP grâce à un réseau de contacts médias bien ficelé Depuis toujours, contacter les journalistes, pigistes, présentateurs, est devenu chose aisée mais leur réceptivité aux messages qui leur sont adressés a évolué en proportion. Surinformés, parfois à saturation, ils délaissent autant les communiqués de presse qui ne les concernent pas que ceux véhiculant des messages trop commerciaux. Aujourd’hui plus que jamais, les journalistes doivent être compris et reconnus pour ce qu’ils sont. Parfois simultanément pigistes et blogueurs, souvent animateurs et chroniqueurs il faut intégrer la connaissance de l’individu pour assurer la reprise de sa communication et démultiplier sa visibilité dans les médias. De plus, il est essentiel de contacter les journalistes en leur adressant des actualités qui les concernent. Ne pas considérer leur spécialité rédactionnelle c’est prendre le risque de ne pas être repris et d’essouffler le journaliste. La « connaissance du journaliste » est donc capitale. Réussir à engager un vrai dialogue avec lui et maintenir le contact est essentiel pour marquer sa différence et faire preuve d’une réelle valeur ajoutée.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Anne Taudin, Responsable des services Créatifs et Digitaux Lewis France Quels sont les effets de l’irruption du Web social sur la communication ? Selon les résultats de notre récente étude visant à mieux identifier les attentes des directeurs marketing et communication (voir post), les annonceurs misent aujourd’hui à la fois sur les relations publiques (43,9%) et les réseaux sociaux (40,2%) pour bâtir leur stratégie de communication de marque. Le Web social s’impose incontestablement comme le nouvel axe privilégié de communication par les professionnels du secteur. Coordonner sa stratégie pour inclure le Web social reste toutefois problématique pour les entreprises : comment segmenter sans cloisonner, intégrer son approche ou unifier sa démarche sans affaiblir son impact et surtout qui impliquer en interne et à l’externe ? De nombreuses pistes peuvent être explorées par l’entreprise selon son ADN, sa philosophie et son organisation. Le Web social, c’est avant tout l’échange et le dialogue immédiat, permanent et interactif avec ses communautés. Il s’agit d’être à leur écoute, de les comprendre, partager leurs valeurs. La communication se fait en conséquence en privilégiant qualité, pertinence et franchise. Pour un bon référencement, une marque doit également être explicite et omniprésente. C’est pourquoi le contenu est roi.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Bernard Giroux & Pierre Zimmer Comment rater ses relations avec la presse - Ed de l'Archipel 2011 Plaidoyer pour un respect mutuel Des ouvrages sur les relations avec la presse, il en existe une kyrielle. Sans vouloir faire de la peine aux auteurs, s’ils sont souvent bien faits, ils suintent fréquemment l’ennui. En publiant « Comment rater vos relations avec la presse », nous avons parié sur les vertus pédagogiques de l’humour. Certains de nos lecteurs nous ont dit que nous avions forcé le trait en décrivant des communicants ignorant tout des journalistes auxquels ils s’adressent et des journalistes toisant les attachés de presse comme s’ils n’étaient que de vulgaires marchands de salade. Quitte à étonner, en fait, nous avons plutôt pêché par excès de pudeur et de retenue. Il s’agissait en fait de dissiper un malentendu. Du côté de la sphère com’, ce qui nous surprend toujours depuis le temps que nous y évoluons, c’est que beaucoup de chargés de relations avec la presse n’ont aucun respect et aucune considération pour la mission d’informer si essentielle dans nos démocraties et ne sécrètent que défiance vis-à-vis des journalistes.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
FRED PEREIRA, BLOGUEUR HIGH-TECH « Un blog, c'est avant tout un site tenu par un passionné et fréquenté par des passionnés » Consultant et blogueur passionné par les nouvelles technologies et le web, Fred Pereira est l’auteur de 2 blogs à (gros) succès : www.fredzone.org (high tech et « geek* »), www.weedle.fr (dédié au design). Il a accepté de nous donner son point de vue sur son activité de blogueur et nous livre de précieux conseils à destination des responsables RP. *désigne la communauté des passionnés de high tech, multimédia et internet, mais aussi tous les produits et services high tech, multimédia et internet. Qu’est-ce qui va faire que vous reprenez une actualité/info plutôt qu’une autre sur vos blogs? Ce qui me pousse à reprendre une info plutôt qu'une autre, c'est essentiellement quand cette dernière me botte pas mal et est en plus susceptible d'intéresser mes lecteurs. Aujourd’hui, quels sont les enjeux pour les Marques de communiquer auprès des blogueurs ? Est-il capital pour elles d'investir sur cette population? C'est juste une question de visibilité en fait. Aujourd'hui, on trouve des blogs qui drainent des centaines de milliers de visites chaque mois. Quand on compare aux tirages que font les quotidiens, les hebdomadaires ou même les mensuels, on se rend compte de tout le potentiel de la chose. Surtout qu'en règle générale, les blogueurs "coûtent" moins cher que les grosses structures. Logique, c'est aussi une question de charges, hein. Mais ce n'est pas juste une question de chiffres ou de statistiques. En fait, un blog, c'est avant tout un site tenu par un passionné et fréquenté par des passionnés. Pour une marque, communiquer sur ce type de médias, c'est jouer la carte de l'intimisme et se rapprocher à la fois de ses clients et de ses prospects.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Chef de file d’une génération de cuisiniers novateurs Gilles Choukroun est un passionné de nature qui vit avec son temps et utilise tous les moyens de communications adéquates pour faire parler de sa cuisine et de sa passion : l'art urbain. Vous exercez différentes activités : chef, consultant, jury, animateur ou encore passionné d'art urbain. Pensez-vous qu'il existe une communication spécifique à chaque profession? Non, je suis convaincu que tous ces domaines sont liés puisque c’est mon activité. C’est moi, ce que j’aime faire et avec passion. Quelle est la spécificité des relations presse dans l'univers de la gastronomie? Une "communication originale" est-elle devenue "obligatoire" pour se démarquer des autres dans ce secteur ? Rien de spécifique. Les journalistes et les critiques culinaires pratiquent de la même manière que les critiques de théâtre ou de cinéma. Nous sommes exposés aux mêmes avis subjectifs de la critique. A partir du moment où l’on a un univers très personnel, autre que la cuisine, dans mon cas l’art urbain, on peut aussi communiquer sur d’autres supports.

Partager sur :

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.