Après la crise, quel bilan pour le métier de communicant ?

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Après la crise, quel bilan pour le métier de communicant ? Décryptage des points clés de l'étude menée par Cision France.

#JaimeLaCom

Conduite en mai 2020 cette nouvelle étude Cision a sondé 552 marketeurs et communicants français sur leur ressenti face à une crise mondiale qui a particulièrement impacté leur secteur d’activité.

Après deux mois de confinement de nombreuses questions se posent pour nos métiers : les objectifs de communication sont-ils différents ? la stratégie de communication est-elle changée ? dans quelles proportions le budget qui lui est dédiée est-il impacté ?

Culture RP vous propose un rapide décryptage des points clés de cette étude pour déceler les tactiques qui ont le mieux fonctionné et celles sur lesquelles les marketeurs et communicants vont miser après la crise.

La crise et les marketeurs/communicants
Lire le Livre Blanc

1- Le moral des communicants

Interrogés sur l’avenir de leur métier, 43 % des répondants sont optimistes, l’autre moitié (48 %) est quant à elle indécise. Seulement 9 % sont pessimistes à l’heure d’évoquer les conséquences de la pandémie sur la profession.

2- L’orientation des campagnes

Deux tendances se distinguent concernant l’orientation donnée aux campagnes durant cette période de crise :

  • Réorientation. Les campagnes prévues sont maintenues et réadaptées pour coller au contexte : à 49 % pour les RP, 48 % pour les réseaux sociaux et 36 % pour l’emailing.
  • Immobilisme. Les campagnes prévues sont stoppées : la publicité digitale à 48 %, le marketing d’influence à 46 % et la publicité traditionnelle à 45 %.

3- Le rôle de la communication

La majorité des répondants s’accordent à penser qu’il est important de continuer à communiquer pendant la crise. En effet, ils affirment :

  • qu’elle est nécessaire pour ne pas perdre en visibilité à 94 %
  • que la crise est une opportunité de prendre la parole à 70 %
  • qu’il est préférable de ne pas communiquer des informations qui ne concernent pas directement le public et les médias à 57 %

Seulement 20 % pensent qu’il est inutile de prendre la parole pour évoquer d’autres sujets que la pandémie.

4- Les résultats des campagnes

La mesure permet de révéler les effets de la crise sur les différents moyens de communication employés durant cette période. Pour 35 % des répondants, la publicité traditionnelle a pâti de ce contexte difficile. Ce qui explique l’obtention de moins bons résultats. Le digital ne semble pas concerné par cette baisse : 44 % ont obtenu un meilleur ROI sur leurs réseaux sociaux et 33 % notent une augmentation de leur trafic web.

La crise et les marketeurs/communicants
Lire le Livre Blanc

5- L’investissement budgétaire

Si pour 30 % des marketeurs, le budget communication ne subira aucune variation sur les mois à venir, 66 % d’entre eux affirment l’avoir déjà revu à la baisse. Il est à noter que 4 % des répondants envisagent quant à eux une augmentation de leur budget de 20 %.

6- Les objectifs des communicants

L’objectif principal des communicants n’a pas évolué avant et après la crise, il reste de générer de la visibilité pour la marque. Le second objectif post-crise : générer de la confiance/crédibilité a quant à lui supplanté le fait de susciter engagement/sympathie/attachement.

7- L’atteinte des objectifs

L’enquête témoigne d’une forte baisse du Paid Media dans les stratégies plébiscitées par les marketeurs. En effet, 37 % ont recours à des influenceurs, 26 % à la publicité digitale et 13 % à la publicité traditionnelle.

A contrario, Owned et Earned Media ont le vent en poupe avec 94 % des efforts portés sur les réseaux sociaux, 65 % sur les RP et 55 % sur l’emailing.

8- Les axes de communication

Une majorité des répondants (87 %) affirment que la crise aura des répercussions sur leurs futurs axes de communication. Parmi les directions privilégiées après la crise on retrouve à égalité l’engagement sociétal (77,5 %) et la communication axée sur les produits et services (77 %). Viennent ensuite : l’engagement environnemental (72 %), la communication corporate (63 %), la transparence (61,5%), les actions en faveur des salariés (56,3 %), le made in France (56%).

Retrouvez l’intégralité de l’Étude : La crise et les marketeurs/communicants ici.

Joelle Montant

Joelle Montant

Rédactrice web - / Retrouvez-moi sur LinkedIn

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.